Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Helena Rosenblatt, L’histoire oub...

Helena Rosenblatt, L’histoire oubliée du libéralisme. De la Rome antique au XXIe siècle

Gaétan Boineau
L'histoire oubliée du libéralisme
Helena Rosenblatt, L'histoire oubliée du libéralisme. De la Rome antique au XXIe siècle, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2021, 365 p., trad. Sylvie Kleiman-Lafon, ISBN : 978-2-940427-44-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Helena Rosenblatt, Rousseau et Genève. Du Premier Discours au Contrat social, 1749-1762, Genève, Ma (...)

1Faire l’histoire du mot « libéralisme » afin de retrouver la complexité du courant politique, sans être enfermé par une définition préalable, c’est la démarche de cet ouvrage d’Helena Rosenblatt, initialement publié en 2018 et ici traduit de l’anglais par Sylvie Kleiman Lafont. Historienne à l’université de New York, l’auteure est spécialiste en histoire des idées européennes, notamment du libéralisme français et de figures comme Benjamin Constant ou Jean-Jacques Rousseau, objets de son précédent ouvrage également traduit en français1.

2Helena Rosenblatt propose ici au grand public une synthèse de l’histoire du libéralisme, principalement centrée sur sa formulation à la fin du XVIIIe siècle, et sur sa traversée du XIXe siècle. Son objectif est d’éclairer le débat politique en retraçant les différentes significations du mot libéralisme à travers l’histoire, et d’en dévoiler une tradition « souterraine » qui s’opposerait aux visions courantes qui l’associent à l’individualisme, avec d’un côté le libéralisme comme laissez-faire économique, vision très présente en France, et de l’autre côté le libéralisme comme valorisation des droits et des choix individuels. Si cette perspective permet d’aborder la diversité des idées libérales au fil du temps, il peut être parfois complexe de cerner ce qui relie conceptuellement les différents libéraux.

3L’histoire des acceptions du mot libéral, de l’Antiquité à la Révolution française, occupe le premier chapitre de l’ouvrage. Le terme désigne d’abord essentiellement les qualités du patricien romain intégré dans des réseaux de clientèles et soucieux de l’intérêt général de la cité, qualités remises au goût du jour par les auteurs de la Renaissance. Si être libéral n’est pas encore être adepte du libéralisme, l’attention au bien commun est justement une des composantes des idées libérales telles qu’elles ont été conçues à partir de la Révolution française, mais elle a disparu des conceptions actuelles.

  • 2 Samuel Bereau prend par exemple comme fondatrices les figures de Locke, Hume ou Smith, voire remont (...)

4Le chapitre 2 présente un des points de vue d’Helena Rosenblatt : le libéralisme trouve son origine dans la Révolution française, et non dans les écrits d’auteurs britanniques antérieurs2. Il se construit dans une attitude de défense des acquis des débuts de la Révolution, à la fois contre les contre-révolutionnaires et contre ce qu’elle appelle les « déraillements » de la Révolution. Les auteurs principaux que sont Germaine de Staël, Benjamin Constant ou Jean-Baptiste Say sont ici dans une position d’équilibristes en défenseurs d’acquis politiques que sont l’État de droit, l’égalité, la Constitution et la représentativité. Il est rappelé au passage que les libéraux ne sont à ce moment-là pas encore démocrates, et défendent une forme aristocratique de la participation au pouvoir.

  • 3 Sur la notion de modernité, voir Christophe Charle, Discordance des temps, Paris, Armand Colin, 201 (...)

5Les chapitres 3 à 6 traitent de l’évolution des libéraux, toujours présentés dans leur diversité, de la Restauration et des révolutions du début du XIXe siècle jusqu’aux moments « césaristes » incarnés par Napoléon III et Bismarck. Les libéraux doivent prendre position par rapport aux grandes questions qui se posent lors de ce siècle de la modernité politique3 : la question de la démocratie, qui au départ a pu être pensée comme incompatible avec le libéralisme ; la question sociale et le rapport au socialisme, duquel les libéraux prendront leur distance ; la question du droit de vote des femmes et celle de l’homme fort en politique. Les réponses des libéraux à ces questions sont très diverses, ce qui se manifeste par des scissions au sein des différents courants ou partis, et par les attitudes que vont avoir ces libéraux dans certaines circonstances historiques, comme choisir de participer ou non aux gouvernements de Bismarck ou de Napoléon III. L’histoire du libéralisme se fait également en opposition avec une partie de l’Église, à l’exemple du pape Pie IX, et le chapitre 6 est consacré à l’intégration de la question de la laïcité dans la pensée libérale.

6La fin du XIXsiècle, traité par les chapitres 7 et 8, est le moment de l’émergence d’une nouvelle école libérale allemande qui s’oppose au laissez-faire, et est favorable à l’interventionnisme de l’État, dans une Prusse victorieuse contre la France. Cette école, qui a pu se rapprocher de traditions réformistes du socialisme, s’impose ensuite dans d’autres pays comme la France ou les États-Unis, et représente justement cette tradition du libéralisme qui a, pour Helena Rosenblatt, été oubliée aujourd’hui. Et c’est la victoire de cette tradition chez les libéraux états-uniens qui permet l’élection et l’application de la politique d’État providence de Roosevelt. L’auteure rappelle encore une fois la diversité et l’ambiguïté des idées libérales, qui peuvent se tourner vers l’eugénisme et les sciences raciales pour lutter contre la dégénérescence du pays, ou bien vers l’impérialisme pour diffuser les idées libérales.

  • 4 Friedrich Hayek, The Road to Serfdom, Routledge Press, 1944, pour la traduction française par Georg (...)
  • 5 John Dewey, Liberalism and Social Action, G. P. Putnam, 1935.

7La thèse centrale de l’ouvrage est finalement que toutes ces traditions libérales ont été oubliées, et que seul le libéralisme anglo-américain s’est maintenu, représenté par Friedrich Hayek dans sa version individualiste, autour de La route de la servitude4, ou par John Dewey, auteur de Liberalism and Social Action5, dans sa version humanitariste. C’est une conséquence directe du contexte de guerre froide et de la lutte idéologique contre le totalitarisme, ce qui entraîne une méfiance envers les traditions françaises et allemandes, et envers l’intervention de l’État en général dans les affaires publiques.

8L’Histoire oubliée du libéralisme est une synthèse utile grâce à la richesse et la diversité des idées libérales introduites, avec de nombreuses références et sources primaires. L’ouvrage présente l’avantage de faire une histoire croisée des idées et des penseurs, mais aussi des partis et courants libéraux dans une perspective internationale, dans des pays classiquement étudiés comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, mais aussi l’Espagne et l’Allemagne, le rôle de cette dernière étant finalement décrit comme central dans l’histoire du libéralisme.

9Le livre présente toutefois les limites inhérentes au choix de faire une histoire du libéralisme à travers les conceptions des auteurs libéraux eux-mêmes, d’autant plus que le XXe siècle n’est traité que brièvement en fin d’ouvrage, ne laissant donc pas apercevoir d’évolution du libéralisme ou de sa perception pendant ou depuis la guerre froide.

Haut de page

Notes

1 Helena Rosenblatt, Rousseau et Genève. Du Premier Discours au Contrat social, 1749-1762, Genève, Markus Haller, 2019, compte rendu de Tristan Boursier pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.38927.

2 Samuel Bereau prend par exemple comme fondatrices les figures de Locke, Hume ou Smith, voire remonte à Machiavel dans son Histoire du libéralisme, Paris, Ellipses, 2016.

3 Sur la notion de modernité, voir Christophe Charle, Discordance des temps, Paris, Armand Colin, 2011.

4 Friedrich Hayek, The Road to Serfdom, Routledge Press, 1944, pour la traduction française par Georges Blumberg : Friedrich Hayek, La route de la servitude, Paris, Presses universitaires de France, 2013.

5 John Dewey, Liberalism and Social Action, G. P. Putnam, 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan Boineau, « Helena Rosenblatt, L’histoire oubliée du libéralisme. De la Rome antique au XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 janvier 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53572

Haut de page

Rédacteur

Gaétan Boineau

Enseignant en histoire-géographie à Évry-Courcouronnes, titulaire d’une maîtrise d’histoire économique et sociale.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search