Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Louis Quéré, La fabrique des émot...

Louis Quéré, La fabrique des émotions

Yosra Ghliss
La fabrique des émotions
Louis Quéré, La fabrique des émotions, Paris, PUF, 2021, 425 p., ISBN : 978-2-13-082907-2.
Haut de page

Texte intégral

1La question des émotions constitue une problématique scientifique éminemment complexe : comment les définir ? D’où émanent-elles ? Sont-elles innées ou socialement construites ? Sont-elles universelles ou situées ? Tant d’interrogations qui restent en suspens, et ce, malgré la vaste littérature existant autour des émotions toutes disciplines confondues : philosophie, biologie, neuroscience, psychologie, sociologie, etc. On l’aura donc compris, travailler sur les émotions pose un réel défi pour toute recherche scientifique. Toutefois, le sociologue Louis Quéré semble relever ce défi avec son livre La fabrique des émotions, qui présente une réflexion innovante et très stimulante autour des théories des émotions. Le sociologue y propose un volume important de 426 pages, composé de deux grandes parties. Intitulée « Les émotions : entre biologie, culture et société », la première est constituée de quatre chapitres. Puis, la deuxième en présente quant à elle cinq, sous le titre « Nature et formes des émotions collectives ». D’un point de vue éditorial, l’ouvrage offre une écologie visuelle simple, où chaque chapitre est ponctué par une conclusion partielle rendant la lecture assez fluide. Par ailleurs, le sociologue se donne un double objectif manifesté matériellement par les deux parties du livre. Il s’agit d’une part de livrer une lecture critique des réflexions antérieures sur les théories des émotions en philosophie, en psychologie et en sociologie. D’autre part, Quéré avance des hypothèses innovantes sur les émotions dites collectives : à partir d’une approche pragmatiste, et en particulier de la théorie de l’action de John Dewey, il scrute les émotions dans leur déploiement individuel mais aussi collectif.

  • 1 Bennett Maxwell et Hacker Peter, Philosophical foundations of neuroscience, Oxford, Blackwell, 2003 (...)

2La première partie du livre est consacrée à une révision des théories des émotions, ainsi que de leurs aspects biologiques, psychologiques, mais aussi évaluatifs et institutionnels. Quéré commence par le premier point de difficulté : la terminologie. De fait, les termes de l’affect, ou ce que Wittgenstien appelle « le langage ordinaire des émotions », ont toujours constitué une source de confusion. Quéré retrace ainsi l’historicité du vocabulaire des affects, et en particulier du mot « émotion » : d’abord son étymologie, puis son évolution sémantique d’un sens politique comme « troubles populaires, provoquant un “déséquilibre social” » (p. 31) vers une signification plus psychologique. Quéré expliquera plus tard (chapitre 2) que le vocabulaire des émotions et les termes qui le composent ne s’appliquent pas du tout à des états du cerveau mais plutôt, comme l’indiquent Maxwell Bennett et Peter Hacker, « à des créatures qui éprouvent des émotions et les manifestent dans leur comportement »1.

  • 2 Cf. en particulier Dewey John, L’art comme expérience, Paris, Gallimard, 2010 [1934].

3Quéré propose alors un deuxième chapitre assez important. Il y formule une critique des théories des émotions les plus célèbres, notamment celle de Darwin et celle de James. Ce faisant, le sociologue propose de revenir à la théorie des émotions de John Dewey2, beaucoup moins populaire que celle de William James. En effet, si la théorie de ce dernier est plus connue, Quéré lui reproche sa conception statique et linéaire. Il se positionne donc du côté de la pensée de Dewey, qui invite à appréhender l’expérience émotionnelle de façon holiste et non atomiste. Ainsi, il n’est pas question d’envisager les émotions – par exemple la joie, la colère, la peur – comme des entités autonomes, mais plutôt comme un flux mélangé.

  • 3 Cf. Hutchins Edwin, Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press, 1995.
  • 4 Quéré s’appuie ici plus précisément sur ce texte : Lutz Catherine, « Ethnographic Perspectives on t (...)
  • 5 Notion qui, chez Quéré, diffère de ce que la sociologue Arlie Russell Hochschild qualifie de travai (...)

4C’est à ce moment de la réflexion que Quéré avance son hypothèse d’émotions distribuées. Posée à partir d’un calque de la « cognition distribuée », la formule indique l’approche écologique mobilisée dans le travail de Quéré. Ainsi, les émotions sont appréhendées comme des expériences distribuées entre l’organisme et l’environnement, ces deux derniers étant pensés par Quéré comme des agencies of doing3. Le sociologue étaye son hypothèse avec les deux chapitres qui suivent (le troisième et le quatrième). Il y montre d’abord que les comportements émotionnels sont modelés, voire entièrement façonnés par des conditions socioculturelles. Pour ce faire, il évoque quelques exemples d’émotions qui n’ont aucun équivalent en Occident, comme l’émotion appelée Fago, observée par l’anthropologue américaine Catherine Lutz chez la population des Ifaluk4. Ainsi, le caractère institué du répertoire émotionnel justifie pour lui davantage l’hypothèse d’émotions distribuées. Quéré examine ensuite le travail des émotions5, « travail réalisé par les émotions elles-mêmes, et pas par le sujet qui a à gérer ses émotions et leur expression » (p. 213). En effet, les émotions agissent selon lui aussi bien sur le sujet que sur l’environnement, dans la mesure où elles viennent « reconfigurer l’environnement, unifier ou intégrer l’expérience ; rediriger l’acticité en cours pour qu’elle puisse s’achever » (p. 213).

5Mais l’hypothèse des émotions distribuées dépasse la simple répartition entre sujet et environnement pour englober plusieurs sujets engagés dans un même environnement. C’est ainsi que Quéré consacre la seconde partie de son ouvrage à la question encore plus complexe des émotions collectives, ceci en posant l’interrogation suivante : « comment caractériser ces émotions éprouvées ensemble et exprimées en chœur ? » (p. 217). Pour y répondre, le sociologue commence par discuter le paradigme de la foule, notamment dans les approches communément qualifiées de « psychologie des foules » depuis le XIXe siècle. Quéré partage à ce sujet les critiques de Durkheim, et privilégie le qualificatif « collectif ». Il souligne que les théories de la foule ont été abandonnées au détriment des émotions collectives. Dans cette perspective, les émotions sont ainsi envisagées comme un des éléments constitutifs de tout collectif.

6Le sociologue puise ensuite dans les approches philosophiques, particulièrement celles de l’ontologie sociale, tentant de relever le défi de l’individualisme méthodologique, qui ne voit dans les émotions collectives que des agrégats d’émotions individuelles. Quéré présente un ensemble d’approches, comme celle de l’intersubjectivité, où les émotions des sujets s’interpénètrent et « contribue[nt] à fournir au collectif une conscience plus claire de soi » (p. 263), ou encore l’approche collectiviste, où « les individus qui ressentent ensemble des émotions [font] partie de pluralités non organisées » (p. 280). Il examine ensuite comment l’appartenance à un groupe peut être une source inépuisable d’émotions collectives en invoquant particulièrement les recherches en anthropologie sociale sur les rituels collectifs.

7Dans les deux derniers chapitres, il est surtout question des émotions collectives en contexte public. C’est à partir d’une réflexion de Mauss sur les expressions rituelles – et particulièrement dans le cas du deuil – que Quéré va examiner les dispositifs langagiers et symboliques des émotions : « pour qu’il y ait émotion collective, il faut qu’opère un dispositif de symbolisation qui la figure par des gestes, des actes et des mouvements conventionnels. Le rituel funéraire représente un tel dispositif : l’expression des émotions y est produite collectivement et sa forme est collective » (p. 333). Dans le cas d’une émotion publique, « ce n’est pas le partage qui donne sa forme collective à une émotion, mais la symbolisation de celle-ci dans un espace public, à l’aide de médiations matérielles et symboliques et la participation à un “agir ensemble” » (p. 352). Ce faisant, Quéré montre finalement que les émotions collectives, investies dans le champ politique, peuvent être des « démons pour la démocratie » (p. 222).

8Pour conclure, nous ne pouvons que saluer la richesse de l’ouvrage La fabrique des émotions, qui a su relever tout un ensemble de défis épistémologiques liés aux émotions. À l’heure où nous assistons à une prolifération de recherches autour des émotions, le travail de Quéré se distingue par la force de ses propositions théoriques et par la solidité de ses hypothèses, particulièrement autour des émotions collectives.

Haut de page

Notes

1 Bennett Maxwell et Hacker Peter, Philosophical foundations of neuroscience, Oxford, Blackwell, 2003, p. 209.

2 Cf. en particulier Dewey John, L’art comme expérience, Paris, Gallimard, 2010 [1934].

3 Cf. Hutchins Edwin, Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press, 1995.

4 Quéré s’appuie ici plus précisément sur ce texte : Lutz Catherine, « Ethnographic Perspectives on the Emotion Lexicon », in Vernon Hamilton, Gordon Bower et Nico Frijda (dir.), Cognitive Perspectives on Emotion and Motivation, Wiesbaden, Springer, 1988, p. 399-419.

5 Notion qui, chez Quéré, diffère de ce que la sociologue Arlie Russell Hochschild qualifie de travail émotionnel. Pour plus de détails, se référer en langue française à Hochschild Arlie Russell, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La découverte, 2017 [1983].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yosra Ghliss, « Louis Quéré, La fabrique des émotions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 janvier 2022, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53673

Haut de page

Rédacteur

Yosra Ghliss

Linguiste, maîtresse de conférences à l’université de Picardie Jules Verne et chercheuse au CERCLL (EA 4283).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search