Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Béatrice Damian-Gaillard, Sandy M...

Béatrice Damian-Gaillard, Sandy Montañola, Eugénie Saitta, Genre et journalisme. Des salles de rédaction aux discours médiatiques

Leila Fery
Genre et journalisme
Béatrice Damian-Gaillard, Sandy Montañola, Eugénie Saitta, Genre et journalisme. Des salles de rédaction aux discours médiatiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur, coll. « Info&Com », 2021, 252 p., Préf. Marlène Coulomb-Gully et Erik Neveu, ISBN : 978-2-8073-3620-9.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, de nombreux débats sur la question de l’égalité professionnelle, du harcèlement sexuel et du sexisme surgissent dans l’espace social et politique. Le journalisme n’est pas exempt de ces débats, et de plus en plus de recherches en sciences sociales s’emparent de ces questions. L’ouvrage co-écrit par Béatrice Damian-Gaillard, Sandy Montañola et Eugénie Saitta se penche sur les relations entre genre et journalisme du triple point de vue des processus de production de l’information, du contenu des productions journalistiques et des mobilisations de journalistes.

  • 1 Observatoire des métiers de la presse, 2018 ; Disponible en ligne à l’adresse : https://data.metier (...)
  • 2 Cardon Vincent, Roharik Ionela, « Le déploiement temporel des inégalités de genre dans le monde du (...)
  • 3 Ibidem.

2Ces dernières années, on observe une féminisation du marché du travail journalistique. Selon l’Observatoire des métiers de la presse, 47,2% des titulaires de carte de presse étaient des femmes en 20181. Cependant, ce constat masque des dynamiques genrées et des carrières féminines à double vitesse. On note, d’une part, une « féminisation par le bas » due à une augmentation de la part des femmes pigistes, aux parcours professionnels discontinus et corrélative d’une détérioration des conditions salariales. Entre 2000 et 2013, l’écart salarial entre les hommes et les femmes pigistes est passé de 11 à 16% malgré la hausse générale du niveau de rémunération des piges en France2. D’autre part, Cardon et Roharik constatent une « fissuration limitée du plafond de verre »3. En effet, en 2013, parmi les journalistes en CDI, l’écart salarial est quasiment nul. C’est pourquoi les autrices mentionnent également une « féminisation par le haut ».

3Cette féminisation de la profession s’effectue de façon hétérogène en fonction des secteurs de presses et des domaines de spécialité. La presse magazine et la presse spécialisée sont les plus féminisées et « portent la féminisation de la profession » (p.38). En France, 58% des journalistes travaillant dans la presse magazine sont des femmes4. Dans les médias généralistes, elles restent minoritaires et font face à une distribution genrée du travail puisqu’elles y couvrent des rubriques considérées comme moins prestigieuses ou se voient attribuer des tâches moins valorisantes. Ainsi, elles sont majoritairement affectées aux « soft news » (culture, lifestyle, société) tandis que les hommes s’occupent des « hard news » (politique, économie, sport, international). Ceci constitue un processus de ségrégation horizontale des carrières journalistiques des femmes, lequel est engendré par deux principaux facteurs. D’abord, les stéréotypes et les attentes de rôles genrés alimentent la perception des femmes comme incompétentes pour certains postes et certains domaines. Ces stéréotypes émanent de collègues, de la hiérarchie mais aussi de sources d’information. Les femmes sont, tour à tour, associées à un objet sexuel, considérées comme ayant un caractère faible et comme étant compréhensives et maternantes. Ces stéréotypes fonctionnent comme « un mécanisme subtil de sélection et d’auto-sélection » (p. 57), les poussant à se conformer aux rôles genrés. Le second facteur est la forte homosocialité masculine. Les rédacteurs en chef préfèrent les journalistes hommes, ce qui crée un entre-soi masculin, particulièrement dans les domaines les plus concurrentiels et prestigieux.

  • 5 Le Cam Florence, Libert Manon, Ménalque Lise, Le journalisme au masculin. Place et rôle des femmes (...)

4Parallèlement s’opère une ségrégation verticale qui peut être résumée par la notion de « plafond de verre ». La littérature francophone et internationale pointe trois principaux processus d’entrave et d’éviction dans les carrières des femmes journalistes. Premièrement, l’articulation des temps sociaux, entre sphères privée et professionnelle, les désavantage. Être mariée ou avoir des enfants sont des freins à leurs ambitions professionnelles car « la disponibilité est implicitement assimilée à une forme de compétence professionnelle » (p. 52). En Belgique francophone, 40% des journalistes femmes n’ont pas d’enfants, contre 24% des hommes5. Deuxièmement, l’homophilie masculine et les logiques de cooptation contraignent, elles aussi, leur accès aux postes de direction et d’encadrement dans les médias. Les moments informels occupent un rôle important dans la promotion des journalistes. Or, ceux-ci ont lieu hors du temps de travail, ce qui a tendance à en exclure les femmes. Troisièmement, le sexisme et le harcèlement sexuel au sein de la sphère professionnelle contribuent largement à la ségrégation verticale. En France, l’affaire de la « Ligue du LOL », révélée en 2019, en est un bon exemple.

  • 6 « GMMP (Global Media Monitoring Project) », Global Reports, 2015 ; Disponible en ligne à l’adresse  (...)

5Étudier le journalisme par le prisme du genre permet également d’analyser la médiatisation des femmes. Quantitativement, ces dernières sont sous-représentées. Au niveau international, en 2015, elles ne représentent que 24% des personnes que l’on entend et que l’on voit, tous types de média confondus6. Qualitativement, leur parole est généralement disqualifiée. En effet, elles sont davantage présentées comme victimes, sans-emploi ou anonymes, et très rarement comme sources ou expertes. Leur médiatisation est majoritairement abordée par des paroles d’opinion et de témoignage ainsi que par le prisme de la famille et du travail domestique. Par ailleurs, elles sont davantage assignées à une certaine idée de la féminité. Lorsque certaines contreviennent à ces normes et assignations, les médias les dévalorisent. À titre d’exemple, les athlètes sont davantage médiatisées lorsqu’elles pratiquent un sport présentant des qualités considérées comme féminines. Ces angles journalistiques ont pour conséquence d’invisibiliser les actions, performances et engagements des femmes ainsi que de maintenir une distinction de rôles genrés.

  • 7 Colisson Pascale, Montañola Sandy, Ruellan Denis, « L’égalité de genre dans les écoles de journalis (...)

6Si la politique européenne est considérée comme une des plus progressiste sur le plan des inégalités de genre, ces dernières persistent au niveau institutionnel. En 2017, dans les écoles de journalisme, les femmes occupent 82% des postes administratifs. Elles constituent 39% des enseignant·es et 36% des intervenant·es7.

  • 8 Damian-Gaillard Béatrice, Frisque Cégolène, Saitta Eugénie (dir.), Le journalismes « au féminin » : (...)

7Face aux inégalités de genre, les journalistes femmes ne restent pas passives et mettent en place des stratégies individuelles et se mobilisent collectivement. Les rapports de genre ne s’arrêtent pas aux portes des rédactions. Au quotidien, elles négocient des arrangements avec les contraintes genrées auxquelles elles sont confrontées. Damian-Gaillard, Frisque et Saitta8 ont identifié quatre stratégies mises en œuvre par les femmes pour investir et rester dans le champ journalistique : l’adaptation, la différenciation, l’accompagnement et la subversion. Par ailleurs, les relations aux sources sont, elles aussi, traversées par des rapports de genre. Deux types de stratégies sont utilisées par les journalistes : surjouer les stéréotypes de genre (tactiques de séduction et d’appel à l’aide) ou tenter de neutraliser les effets du genre en évitant certains vêtements et postures.

8Les mobilisations collectives, quant à elles, montrent comment la cause professionnelle a été défendue par les femmes. Jusqu’à la fin des années 1970, la lutte se fait pour l’exercice de l’activité journalistique en tant que femme. Les mouvements féministes ont largement dénoncé et lutté contre les discriminations médiatiques. Malgré les constats d’inégalité des productions journalistiques effectués par l’ONU en 1995, peu d’évolutions sont constatées. L’échec relatif des mesures égalitaires proposées et prises peut être expliqué par diverses résistances telles que la faible influence des rapports d’expert·es, la résistance des entreprises médiatiques et des journalistes à toute tentative d’imposition de changements organisationnels et éditoriaux, le refus de remise en cause des rôles genrés et, enfin, les tensions créées par la dissociation entre savoirs scientifiques et savoirs profanes individuels. Les années 2000 voient de nombreuses mobilisations de journalistes femmes empruntant des répertoires d’actions classiques (communiqués de presse, tracts, grèves, etc.) et innovants (campagnes de communication en ligne) contre les inégalités salariales et les stéréotypes féminins médiatisés. La fin des années 2010 marque l’essor des actions de lutte contre le sexisme, le harcèlement et le cyberharcèlement. Les associations de journalistes internationales ont investi ces questions via la publication de rapports qui objectivent statistiquement ce problème et le rendent visible. Cependant, les mobilisations collectives demeurent limitées notamment par peur de mettre en danger leur carrière professionnelle en dénonçant les actes problématiques.

9Cet ouvrage constitue le premier grand recueil francophone de recherches traitant du journalisme par le prisme du genre. Sa force réside dans le fait de rassembler des études tant quantitatives que qualitatives, les secondes permettant de nuancer les grandes tendances. Cette somme considérable d’informations s’avère précieuse pour les étudiant·es et chercheur·euses en journalisme, communication et sociologie.

Haut de page

Notes

1 Observatoire des métiers de la presse, 2018 ; Disponible en ligne à l’adresse : https://data.metiers-presse.org/explore.php#stack/alljournalists/journalistNumber/requestType/genderDistribution/none/2018/none.

2 Cardon Vincent, Roharik Ionela, « Le déploiement temporel des inégalités de genre dans le monde du journalisme », Temporalités [En ligne], n° 23, 2016 ; disponible en ligne à l’adresse : https://doi.org/10.4000/temporalites.3386.

3 Ibidem.

4 Observatoire des métiers de la presse, 2018 ; Disponible en ligne à l’adresse : https://data.metiers-presse.org/explore.php#stack/alljournalists/journalistNumber/pressSubSectors/genderDistribution/none/2018/none.

5 Le Cam Florence, Libert Manon, Ménalque Lise, Le journalisme au masculin. Place et rôle des femmes journalistes en Belgique francophone, Bruxelles, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 2021.

6 « GMMP (Global Media Monitoring Project) », Global Reports, 2015 ; Disponible en ligne à l’adresse : https://whomakesthenews.org/gmmp-2015-reports/.

7 Colisson Pascale, Montañola Sandy, Ruellan Denis, « L’égalité de genre dans les écoles de journalismes », Chercheurs & Journalistes, janvier 2018, p. 44-49.

8 Damian-Gaillard Béatrice, Frisque Cégolène, Saitta Eugénie (dir.), Le journalismes « au féminin » : assignations, inventions et stratégies, Rennes, PUR, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leila Fery, « Béatrice Damian-Gaillard, Sandy Montañola, Eugénie Saitta, Genre et journalisme. Des salles de rédaction aux discours médiatiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 janvier 2022, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53682

Haut de page

Rédacteur

Leila Fery

Étudiante en agrégation, diplômée d’un master en journalisme de récit et d’enquête ainsi que d’un master de spécialisation en études de genre à l’Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search