Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Olivier Lazzarotti, Vivent les va...

Olivier Lazzarotti, Vivent les vacances ! Tourisme et chansons

Marie Goupil-Lucas-Fontaine
Vivent les vacances !
Olivier Lazzarotti, Vivent les vacances ! Tourisme et chansons, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, 215 p., ISBN : 978-2-7574-3357-7.
Haut de page

Texte intégral

1C’est un ouvrage original que nous offre Olivier Lazzarotti, professeur de géographie à l’Université de Picardie, en s’intéressant au tourisme à travers les chansons populaires. L’on ne saurait trop se réjouir de l’intérêt porté par un géographe à la chanson, objet trop peu étudié par cette discipline, bien que le concept de géomusique ait été forgé et mis en avant durant les dix dernières années en géographie culturelle.

  • 1 Louis-Jean Calvet, Chanson et société, Paris, Payot, 1981.
  • 2 Perle Abbrugiati, Stéphane Chaudier, Stéphane Hirschi, Jean-Marie Jacono, Joël July, Céline Pruvost (...)

2Deux questions préliminaires animent la démarche de l’auteur : « que les chansons populaires peuvent-elles apporter d’autre à la saisie du tourisme » et « que le tourisme peut-il apporter à la compréhension de ce phénomène social que sont les chansons populaires » (p. 20) ? En introduction, Olivier Lazzarotti rappelle que la chanson est un objet frappé d’illégitimité dans les études universitaires. L’antienne est souvent reprise par les chercheurs s’intéressant à la chanson après une première recherche sur d’autres corpus, pour justifier leur pas de côté en direction d’un objet qu’ils se représentent d’abord eux-mêmes comme étant victime d’un « mépris généralisé » (p. 25). Si le genre lui semble acquérir « une respectabilité » (p. 25) ces dernières années, il ne s’agit pas là d’un fait nouveau, la chanson ayant attiré l’attention du monde académique dès la fin du xixe siècle. Nombre d’études témoignent aussi de l’intérêt de la recherche universitaire pour la chanson populaire contemporaine depuis la parution du Chanson et société de Louis-Jean Calvet en 19811. La référence est absente de l’ouvrage d’Olivier Lazzarotti, qui préfère voir dans le séminaire « Histoire et théorie des chansons », organisé de 1998 à 2002 par Christian Marcadet et Yves Borowice (auteur de la préface du présent ouvrage) l’un des « points de départ » (p. 25) de cet intérêt pour la chanson dans les études académiques. Ce faisant, l’auteur passe sous silence la contribution au cours des vingt dernières années, d’inégale qualité mais néanmoins incontournable, des cantologues affiliés à l’école valenciennoise de Stéphane Hirschi et au groupe de recherches aixois « Les Ondes du Monde ». Nulle mention là encore du colloque organisé par ce groupe en 2017 sur la géographie et la chanson, paru sous le titre Cartographie de la chanson contemporaine en 20192. D’emblée, cet état de l’art lacunaire sème le doute quant à la maîtrise de la bibliographie sur le sujet, impression de légèreté renforcée par les nombreuses coquilles et erreurs, dont on ne sait qui accuser de l’auteur ou des relecteurs de la maison d’édition, la plus gênante étant d’avoir rebaptisé du début à la fin Philippe Chevalier « Dominique », alors même que sa réflexion semble avoir beaucoup inspiré l’auteur.

3La justification du corpus n’est guère plus convaincante : pour composer son corpus, l’auteur avance la nécessité de disposer d’une « triple compétence croisée […] technologique, à travers les ressources de l’Internet, […] cognitive à travers la maîtrise de la langue, la troisième [étant] une connaissance acquise du répertoire » (p. 20). Deux cents chansons couvrant la période 1891-2020 constituent le corpus, pour l’essentiel réellement centré sur les décennies 1960 à 1990, l’auteur insistant sur la part d’arbitraire assumée dans ce choix. Cette étendue chronologique, qui n’est pas justifiée autrement que par la présence d’enregistrements sonores disponibles sur Youtube, ne prend cependant pas en compte l’évolution des supports et des mentalités sur la période considérée, avec les effets qu’ils peuvent avoir sur l’écriture et la réception des chansons. Si tout corpus peut se justifier, le recours à Youtube n’étant pas un problème en soi pour démarrer une telle recherche, considérer cette plateforme de partage de vidéos comme un centre d’archivage absolu de la chanson en affirmant que « sans les ressources de l’Internet, cette étude n’aurait pas été possible » (p. 28), c’est faire preuve là encore d’une maîtrise hasardeuse du sujet. D’une part, Youtube n’est pas la seule base de données permettant de se lancer dans une étude de ce type et le recours aux bases des institutions publiques (BnF et Inathèque par exemple) détentrices des sources originales, imprimées ou enregistrées, aurait également permis l’utilisation de fonctionnalités de recherche par mot-clé et de constitution de graphiques tels que ceux présentés dans l’ouvrage. D’autre part, aussi modernes, accessibles et sympathiques soient-elles, les références musicales administrées sous forme de codes QR à chaque chapitre sont aussi d’emblée fragilisées par l’hébergeur (Youtube) et la question de la détention par les utilisateurs des droits de diffusion de leurs vidéos, avec un vrai problème lié à la pérennité des références ainsi indiquées dans l’ouvrage. La plupart des chansons, regroupées avec soin par l’auteur sous forme de playlists, ont en effet été mises en ligne par des tiers anonymes, souvent sans l’autorisation des institutions détentrices des images et sons originaux, et sont donc à la merci d’une suppression inopinée par la plateforme, en conformité avec la législation.

  • 3 Jacques Lévy, « Habiter », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie (...)
  • 4 Voir le compte rendu d’Allison Lotti pour Lectures, « Olivier Lazzarotti, “Habiter le monde”, La Do (...)

4Les fondements théoriques et méthodologiques de l’ouvrage concernant la chanson apparaissent ainsi très fragiles dès l’introduction, même si l’auteur affirme ne pas effectuer un « travail [qui] porte en soi sur les chansons, mais sur les chansons comme phénomène social ouvrant au tourisme » (p. 28). L’apport scientifique de cette étude est sans doute davantage à chercher vers ce que maîtrise véritablement Olivier Lazzarotti : l’« habiter », défini par l’auteur comme un ensemble de « processus d’ajustements réciproques entre espaces et spatialités », d’après les travaux de Jacques Lévy3, et interprété « comme “se construire en construisant le monde” » (p. 24)4. Dans ce cadre conceptuel, la chanson est d’abord un prétexte pour développer une réflexion sur le tourisme en s’appuyant sur l’analyse des contenus textuels de 200 chansons, sélectionnées à partir d’une recherche par mot-clé incluant le champ lexical des vacances, des villes et lieux précis et une liste d’interprètes. L’espace privilégié dans cette recherche est essentiellement français, mais l’auteur ne s’interdit pas quelques incursions dans la chanson internationale par exemple à travers Holiday ! chantée par Madonna en 1983 (p. 31).

5L’ouvrage est divisé en six chapitres. Le premier s’attache à une tentative de définition du tourisme par la chanson, en postulant notamment que la Seconde Guerre mondiale constitue un tournant dans les pratiques touristiques et correspond à une rupture musicale avec l’arrivée de sons nouveaux, venus d’outre-Atlantique. L’auteur constate néanmoins une émergence de thématiques littorales et maritimes dans la chanson dès 1895. Les chansons qui abordent les loisirs balnéaires se moquent à l’époque du développement des pratiques touristiques au sein de la moyenne et de la petite bourgeoisie, et ce jusque dans les années 1920-1930. Ces thématiques semblent se développer véritablement à partir des années 1960 avec un ton plus contestataire à l’égard des « cadres collectifs traditionnels – travail, école, famille » (p. 49), en particulier au tournant de 1968 : « une première grande leçon des chansons s’offre maintenant à nous. Elle est celle de l’importance du tourisme dans la transformation de la France de ces années [considéré] comme le maillon d’une ample chaîne processuelle » (p. 59), d’une « démocratisation du tourisme », et de son affirmation politique comme « bélier du changement social » (p. 60).

6Le deuxième chapitre explore la définition des principaux acteurs du tourisme, les touristes, à travers les représentations que donnent les chansons de leurs imaginaires. Le premier critère de définition du touriste est ainsi le choix de son lieu de vacances (p. 63). Cependant ce choix « ne s’impose pas comme une thématique dominante des chansons » (p. 64), ces dernières ne faisant que retranscrire des stéréotypes autour de destinations rêvées plus que vécues « car, à agiter autant de lieux communs, à les mêler et les entremêler, l’auditeur pourrait bien se sentir à la limite d’une parodie – et pourquoi pas d’une critique conjointe ? – de la banalité des lieux touristiques et des touristes eux-mêmes » (p. 70).

7Le chapitre 3 aborde l’expérience touristique à travers celle du couple, amour et tourisme constituant « pour les poètes et les disquaires […] une bonne affaire » (p. 92), en s’interrogeant sur ce que « fait le tourisme à l’amour » et ce « que fait l’amour au tourisme » (p. 93). Les chansons constituent un bon moyen de travailler sur « l’épreuve de vérité » que constitue « l’expérience touristique », conçue comme une « confrontation d’un couple à des lieux où il fait bon s’aimer et où il est insupportable de ne pas s’aimer » (p. 112). À l’étude des interactions amoureuses et touristiques succède celle d’une « source d’inspiration majeure » des chansons françaises en tant que « première destination touristique mondiale » (p. 113) et « base mélancolique de la chanson » (p. 119) : la plage, « pays des touristes » (p. 115) et « empire des sens » (p. 124) où s’expriment les corps et la sensualité (p. 129-137). Les deux derniers chapitres abordent quant à eux le « désenchantement » du tourisme, c’est-à-dire les critiques auxquelles font face le tourisme et les touristes, en particulier lorsque sont visées certaines pratiques de masse, camping et caravaning par exemple, considérées comme une « grande foire aux illusions » (p. 168).

8La conclusion invite à considérer avec prudence les chansons car elles « donnent en effet une vision déformée des phénomènes sociaux. En aucun cas, il ne faudrait se laisser abuser et y chercher obstinément une chronique réfléchissant l’état et les dynamiques sociétales de leur moment » (p. 189). Il s’agit d’un constat pour ainsi dire fatal dans toute étude sur ce sujet : loin de donner accès à une réalité, les chansons ouvrent surtout la réflexion sur les imaginaires d’une société, ici celui du tourisme, « les chansons accompagnant les pratiques, les pratiques s’appuyant sur les chansons et, à l’occasion, les inspirant aussi, l’ensemble oriente vers chacun et chacune vers [sic] l’accès à la dimension mondiale de son habiter, de son être » (p. 195). L’ouvrage prolonge ainsi une réflexion qu’Olivier Lazzarotti a initiée depuis une dizaine d’années sur les manières d’habiter le monde et de vivre l’espace, ici « en touriste », sans toutefois constituer un modèle à suivre pour de futures études géographiques s’appuyant sur la chanson.

Haut de page

Notes

1 Louis-Jean Calvet, Chanson et société, Paris, Payot, 1981.

2 Perle Abbrugiati, Stéphane Chaudier, Stéphane Hirschi, Jean-Marie Jacono, Joël July, Céline Pruvost (dir.), Cartographier la chanson contemporaine. Actes de la première Biennale internationale d’études sur la chanson, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2019.

3 Jacques Lévy, « Habiter », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2013, cité par l’auteur.

4 Voir le compte rendu d’Allison Lotti pour Lectures, « Olivier Lazzarotti, “Habiter le monde”, La Documentation photographique, n° 8100, 2014 » : https://doi.org/10.4000/lectures.16029.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Goupil-Lucas-Fontaine, « Olivier Lazzarotti, Vivent les vacances ! Tourisme et chansons  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 janvier 2022, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53698

Haut de page

Rédacteur

Marie Goupil-Lucas-Fontaine

ATER et doctorante à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle ; chercheuse associée au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search