Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Laurent Godmer, Le travail électo...

Laurent Godmer, Le travail électoral. Ethnographie d’une campagne à Paris

Cyprien Rousset
Le travail électoral
Laurent Godmer, Le travail électoral. Ethnographie d'une campagne à Paris, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2021, 288 p., ISBN : 978-2-343-21616-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gris Christelle, Femmes d’élus. Sociologie d’un second rôle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2021 ; comp (...)

1L’omniprésence des sondages, des chaînes télévisées ou des réseaux sociaux dans la campagne présidentielle de 2022 masque la diversité et les temporalités plurielles du travail électoral, dont ils constituent à la fois la partie émergée et un instantané fragmentaire. Souvent invisibilisé, le travail politique est aussi continu dans le temps et dans l’espace, comme le montre par exemple Christelle Gris dans son enquête sur les femmes d’élus et la maisonnée politique1. L’entrée par un terrain plus classique en sociologie politique le confirme : à partir de l’ethnographie d’une campagne électorale parisienne, Laurent Godmer entend dépasser les délimitations communément admises des espaces et moments électoraux, pour proposer une analyse renouvelée du travail électoral.

  • 2 Godmer Laurent, Marrel Guillaume, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une fe (...)

2Comme la forme universitaire du texte le rappelle, l’ouvrage est tiré de l’habilitation à diriger des recherches soutenue en 2019 par l’auteur, maître de conférences en science politique à l’Université Gustave-Eiffel. Les recherches de ce spécialiste du travail politique ont principalement porté sur les élus régionaux, leur représentativité et les formes et temporalités de leur activité2, autant de thématiques que l’on retrouve dans le présent ouvrage. Si l’enquête éclaire à l’occasion d’autres aspects du travail politique, comme le rôle des organisations partisanes ou le « travail électoral d’ancrage », la singularité du « travail électoral de campagne » que distingue l’auteur réside dans son caractère collectif, son inscription dans une conjoncture électorale et son « temps pluscourt”, celui d’une longue campagne électorale » (p. 7).

3Pour cette étude, Laurent Godmer a mené une ethnographie « micro-analytique » (p. 12) et « panoptique » (p. 10), qui mobilise une grande quantité de matériaux, sur une période de six années, entre 2012 et 2018. De multiples entretiens semi-directifs et informels, des centaines d’observations ou encore l’étude d’archives, de documents de campagne et de sources secondaires permettent de saisir la campagne municipale de 2014 dans le cinquième arrondissement de Paris. Cette configuration électorale est marquée par la figure de Jean Tiberi, maire d’arrondissement sortant (1983-1995 et 2001-2014), ancien maire (UMP) de Paris (1995-2001) et condamné pour fraude électorale. Par-delà les spécificités et l’incertitude du scrutin, l’arsenal méthodologique déployé permet de saisir la campagne comme un ensemble de pratiques structuré par des temporalités et de répondre à la question de recherche suivante : « la professionnalisation pratique de la politique [] participerait-t-elle d’une ritualisation du travail électoral de campagne [] ? » (p. 13).

  • 3 Bereni Laure, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Econo (...)
  • 4 Repris par Laurent Godmer, le couple idéaltypique sociation/communalisation est développé par Max W (...)

4La première partie propose une approche séquentielle de la campagne de 2014, distinguant six temporalités : l’avant-campagne, la pré-campagne, la campagne, le vote, la post-campagne et l’après-campagne. Ces temporalités connaissent des variations selon les organisations partisanes et elles s’emboîtent : à l’avant-campagne, qui voit les élus se projeter dans le scrutin à venir, succède la pré-campagne, marquée par les jeux, publics et privés, inter- et intra-partisans, de désignation des têtes de liste et des colistiers dans un contexte de parité3, et de conclusion d’alliances électorales. Même lorsqu’elle est « procédurali[sée] » (p. 77) sous la forme de primaires, la sociation4 que crée l’élaboration des listes est concurrencée par une « tribalisation latente » (p. 25). À gauche comme à droite avec le « clan » Tiberi, cette communalisation transparaît dans les formes de capital politique mises en avant, la filiation politique ou l’ancrage local. L’entrée en campagne relève ensuite d’un processus conjoint d’intensification des controverses, de médiatisation et de labellisation des listes par l’ensemble des acteurs présents : « la campagne est ainsi la configuration où entrent en relation des campagnes plus ou moins stabilisées » (p. 80), notamment via l’officialisation des candidatures dissidentes. Le temps de la campagne est à la fois court (deux mois) et saturé de rituels, de l’inauguration des permanences aux estimations indigènes sur le vote à venir, que concurrence la publication de sondages. L’onction électorale, qui met en branle l’ensemble de la configuration électorale, ne marque pas la fin du temps électoral. Sur près de huit mois, la post-campagne est structurée par trois processus : « la campagne d’interprétation, la stabilisation des prises de rôles, et la prolongation de la campagne pour un nombre limité d’acteurs » (p. 136), notamment les perdants. Enfin, l’après-campagne, entre 2015 et 2017, clarifie les rapports de force dans le jeu politique local, ce dernier étant lui-même progressivement pris dans la campagne présidentielle de 2017. Malgré un récit parfois linéaire, cette approche séquentielle a le mérite de restituer tant la diversité des prises de position au sein de la configuration électorale que les processus expliquant les mobilisations ritualisées et leurs temporalités.

  • 5 Desrumaux Clément, Lefebvre Rémi, « Pour une sociologie des répertoires d’actions électorales », Po (...)

5Les répertoires d’actions électorales, étudiés dans la seconde partie, font aussi apparaître des « logiques de ritualisation » (p. 163) et mobilisent des techniques prenant trois formes principales. Du rituel notabiliaire et personnalisé de la réunion d’appartement aux réunions « publiques » et cafés politiques, plus ou moins codifiés selon les listes, les rassemblements révèlent que le « travail électoral [est] centré sur la sociation partisane élargie » (p. 169). Pendants de cet entre-soi militant, les déploiements et le tractage associé matérialisent la configuration électorale dans la rue et surtout sur les marchés, « lieux centraux de la démocratie ritualiste » (p. 193). Enfin, la campagne scripturale donne à voir d’autres formes de présence, y compris à plus long terme, par internet et surtout par l’affichage public, important à des fins aussi bien de notoriété que de mobilisation électorale. Si la structuration interne aux équipes militantes est moins traitée, l’enquête apparaît sans conteste comme une contribution importante à la sociologie des répertoires d’actions électorales5, en appréhendant comme un tout l’ensemble des techniques mobilisées.

  • 6 Schnapper Quentin, L’étrange défaite de la gauche. Approche ethnographique du porte-à-porte sociali (...)
  • 7 Selon l’auteur, « la fonction d’adjointe [à la maire de Paris] signifie, comme celle de conseiller (...)

6Soumis au processus de professionnalisation, le travail électoral de campagne connaît donc, dans ses temporalités comme dans ses formes, une ritualisation, soit « l’observance de rites fortement codifiés, de plus en plus centrés sur la personnalisation des mobilisations électorales » (p. 275). Il vise à la fois à mobiliser les électeurs et à renforcer chez les militants l’illusio de la campagne, qui prend la forme d’un certain optimisme électoral6. Collectif, il concurrence de plus en plus le travail électoral d’ancrage, de long terme et individualisé, et ce du fait de dynamiques propres au champ politique, comme par exemple la restriction du cumul des mandats ou les recompositions partisanes. Si les transformations centrales esquissées gagneraient à être historicisées, cette enquête constitue une contribution notable à l’analyse de la professionnalisation politique, comprise comme un « processus large de maîtrise croissante des pratiques » (p. 275). Bien que le travail électoral soit défini en introduction comme celui des « professionnels de la politique en campagne » (p. 7), l’ouvrage montre en réalité que cette professionnalisation concerne aussi de « simples » militants ou élus municipaux, c’est-à-dire des acteurs peu voire non professionnalisés7. La professionnalisation politique, phénomène multidimensionnel, est en effet aussi une « professionnalisation pratique » (p. 13), qui entretient la clôture de la configuration politique, les profanes étant eux-mêmes peu présents et d’une certaine façon extérieurs à une campagne toujours plus ritualisée.

  • 8 Gaxie Daniel, Lehingue Patrick, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une é (...)

7L’absence relative des électeurs ordinaires est d’une part amplifiée par le dispositif d’enquête, centré sur les acteurs de la campagne, et d’autre part liée aux caractéristiques singulières de la campagne et de l’arrondissement étudiés par l’auteur. Dès lors, au terme de cette ethnographie passionnante, servie par une écriture dense et qui dépeint le travail électoral jusque dans ses aspects les plus matériels et micro-politiques, quelle portée donner à ses conclusions ? Si la campagne municipale étudiée est centrée sur des enjeux locaux, elle est aussi fortement intégrée au jeu politique national, comme le montrent sa médiatisation conséquente et l’implication de figures politiques de premier plan, d’états-majors partisans ou de sondeurs. L’enquête repose donc la question de l’articulation entre les jeux politiques local et national, « champ politique central » et « champs politiques périphériques » (in)différenciés8, appelant à des travaux complémentaires, sur d’autres campagnes moins singulières et à des fins comparatives.

Haut de page

Notes

1 Gris Christelle, Femmes d’élus. Sociologie d’un second rôle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2021 ; compte rendu de Bénédicte Champenois Rousseau pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.52038. Sur le travail politique plus généralement, voir Demazière Didier, Le Lidec Patrick (dir.), Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

2 Godmer Laurent, Marrel Guillaume, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique, Lyon, ENS Éditions, 2016 ; compte rendu d’Elsa Favier pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.20496. Sur le rapport au temps et les temporalités politiques, voir aussi Marrel Guillaume, Payre Renaud, Temporalité(s) politique(s). Le temps dans l’action politique collective, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2018.

3 Bereni Laure, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Economica, 2015 ; compte rendu de Marie Perrin pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.18638 ; Navarre Maud, Devenir élue. Genre et carrière politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; compte rendu de Michèle Pagès pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.17048.

4 Repris par Laurent Godmer, le couple idéaltypique sociation/communalisation est développé par Max Weber, qui distingue à la suite de Ferdinand Tönnies les relations sociales fondées sur « une entente rationnelle par engagement mutuel » (des convictions par exemple) de celles fondées sur « le sentiment subjectif [...] d’appartenir à une même communauté » (fondement émotionnel ou traditionnel). Voir Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971, p. 41-43.

5 Desrumaux Clément, Lefebvre Rémi, « Pour une sociologie des répertoires d’actions électorales », Politix, n° 113, 2016, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/pox.113.0005.

6 Schnapper Quentin, L’étrange défaite de la gauche. Approche ethnographique du porte-à-porte socialiste lors des municipales de 2014 à Toulouse, Paris, L’Harmattan, 2017 ; compte rendu de Kévin Delasalle pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.23344.

7 Selon l’auteur, « la fonction d’adjointe [à la maire de Paris] signifie, comme celle de conseiller de Paris […] l’atteinte d’un seuil de professionnalisation politique » (p. 128). Sur ces « lisières » de la politique locale, voir Aldrin Philippe, Vannetzel Marie, « Dans les lisières. Une sociologie des acteurs secondaires de la politique dans deux petites villes françaises », Politix, n° 128, 2019, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/pox.128.0031.

8 Gaxie Daniel, Lehingue Patrick, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, PUF/CURAPP, 1984. Pour un exemple d’approche d’une campagne par les pratiques, revenant sur ses inscriptions plurielles, du national au local, voir Agrikoliansky Éric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2011 ; compte rendu de Maud Navarre pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.6169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyprien Rousset, « Laurent Godmer, Le travail électoral. Ethnographie d’une campagne à Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 janvier 2022, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53727 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53727

Haut de page

Rédacteur

Cyprien Rousset

Élève de l’École normale supérieure, agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search