Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jennifer Bidet, Vacances au bled....

Jennifer Bidet, Vacances au bled. La double présence des enfants d’immigrés

Éric Marlière
Vacances au bled
Jennifer Bidet, Vacances au bled. La double présence des enfants d'immigrés, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2021, 306 p., ISBN : 979-10-97084-10-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sayad Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, (...)

1Tiré de sa thèse portant sur les vacances d’enfants d’immigrés Français en Algérie, l’ouvrage de Jennifer Bidet présente une enquête ethnographique originale sur un sujet complexe, les phénomènes migratoires transnationaux. Il s’agit plus précisément d’analyser les pratiques de vacances dans le pays d’origine des parents (« le bled »), en l’occurrence l’Algérie, pour saisir les formes d’appartenance nationale (sociale, sexuée, familiale ou amicale) et les enjeux de positionnement dans les rapports sociaux que ces séjours mettent en œuvre chez les descendants d’immigrés (p. 22). En introduction l’auteure reviens sur les questions méthodologiques qu’impliquent une recherche ethnographique avec les enquêté·es. Jennifer Bidet précise notamment que son identification comme « française » et « non musulmane » lui attribue un statut spécifique sur le plan du genre : « catégorisée comme “non-musulmane”, j’étais moins assujettie à certaines règles tacites associées à la préservation de la réputation des jeunes femmes célibataires » (p. 19-20). De plus son étiquetage de « prof » lui confère une image d’« intello » qui singularise son identité auprès des enquêté·es à la fois chez les descendant.es d’immigrés de milieu populaire comme chez les classes aisées algériennes. L’hypothèse centrale du livre repose sur l’idée qu’à la « double absence des immigrés »1 succèdent la double présence des enfants d’immigrés (p. 15).

  • 2 Santelli Emmanuelle, « Les enfants d’immigrés algériens et leurs pays d’origine. Modes de relations (...)

2Les deux premiers chapitres proposent un regard sociohistorique sur l’évolution des vacances au bled autour de trois âges. Le premier chapitre aborde l’évolution du « mythe du retour » (années 1960 et début des années 1970), puis de l’impossibilité de rentrer définitivement (années 1970) et enfin les allers-retours réguliers dans les années 1980. Ses évolutions s’expliquent par la conjonction d’un grand nombre de processus, que ce soit dans les transformations de la pensée des États algériens et français sur l’immigration, dans les évolutions des formes de présence de l’immigration algérienne en France2 mais aussi dans les mutations des modes de vie des enfants d’immigrés dans les dernières décennies. Le chapitre suivant traite de la question spécifique des effets générations dans le rapport aux vacances : dans les années 1970, les séjours sont centrés sur les soucis d’ordre matériel – camping pas trop loin de la résidence en France, séjours chez les grands-parents paternels en Algérie – puis, dans les années 1980, les enfants découvrent les loisirs en France (piscines, centres aérés, etc.) avant de s’initier progressivement au tourisme dans les années 1990. Jennifer Bidet observe alors un renouvellement progressif des vacances « au bled », avec des séjours plus diversifiés autour des loisirs, tels que la fréquentation des plages privées ou de clubs. Ainsi, « un double effet de génération (évolution du mythe du retour et du rapport aux loisirs) contribue à forger l’expérience passée et présente des vacances algériennes, mais il se combine aux micro-différenciations des trajectoires sociales entre familles immigrées » (p. 110).

  • 3 Marlière Éric, « Un espace sur les deux rives ? Incertitude des “jeunes de cités” », in Lorcerie Fr (...)
  • 4 Talpin Julien, Balazard Hélène, Carrel Marion, Belkacem Samir Hadj, Kaya Sümbül, Purenne Anaïk, Rou (...)

3À travers l’analyse d’entretiens réalisés avec les enfants d’immigré·es, Bidet constate que l’entrée dans la vie adulte est marquée par une recherche de leurs racines. Si elle repose sur les relations familiales, cette quête s’effectue dans un cheminement plutôt individuel. Le quatrième chapitre insiste sur la place incertaine des enfants d’immigré·es située entre deux pays3. L’auteure montre les paradoxes difficilement surmontables dans lesquels se trouvent les descendant·es d’immigré·es. En France, ils expérimentent en effet des situations d’altérité notamment en raison des différentes formes de stigmatisation ou de discrimination4. En Algérie, cette expérience de l’altérité est également bien présente, mais se produit de façon différente. Les enfants d’immigré·es né·es en France ne maîtrisent pas toujours la langue du pays de leur parents, adoptent des tenues vestimentaires et pratiques culinaires différentes, de sorte que qu’ils sont aussi perçus comme des étrangers en Algérie. Certes, les enfants d’immigré·es se sentent évoluer dans une condition de majoritaire en Algérie – en tant qu’Arabe et musulman – mais les différences avec les Algériens sont bien réelles comme l’illustre les tensions récurrentes avec la famille élargie, à la douane algérienne, et dans de multiples interactions quotidiennes.

4Durant les premiers âges des séjours « au bled », dans les années 1970 et 1980, les enfants d’immigré·es plus jeunes et leurs parents résident le plus souvent dans la maison des grands-parents paternels. Dans les entretiens, les cohabitations avec les oncles, tantes et cousin·es font ressortir les solidarités familiales mais aussi les tensions. Si certain·es personnes interrogé·es ont conservé une complicité avec certains membres de leurs familles élargies, pour d’autres, en revanche, les relations se sont dégradées. L’auteure explique alors que certains enfants d’immigré·es ne comprennent pas les enjeux de solidarités et d’obligations qui se sont noués lorsque leurs parents étaient plus jeunes envers leur propre parents et fratrie. Dans les années 1980, l’acquisition d’une maison individuelle par les parents marque un tournant puisque dès lors, beaucoup d’enfants d’immigré·es peuvent s’émanciper du cadre familial en conquérant autonomie et intimité, d’autant plus que les maisons des travailleur·ses immigré·es sont souvent plus grandes et situées dans les quartiers plus résidentiels que les maisons des familles qui n’ont pas émigré.

  • 5 Marlière Éric, « Les jeunes des cités en visite au “bled”. “Ennemis de l’intérieur” en France et “t (...)

5L’ouvrage aborde ensuite la question des loisirs chez les enfants d’immigré·es. Contrairement aux vacances frugales et modestes des parents dans les années 1970, les enfants d’immigré·es, acquis aux activités de loisirs en France, souhaitent (et ce dès les années 1990) se rendre sur les plages et les clubs privés afin de se distancer des regards de la population algérienne dont ils craignent les jugements. Les tensions avec les classes populaires locales sont susceptibles de déboucher sur des conflits, situation que l’on retrouve dans d’autres pays d’Afrique du Nord comme nous avons pu le constater dans une station balnéaire de Tunisie au milieu des années 20005. En raison des différences de salaires entre la France et l’Algérie, les immigrés·es et leurs enfants qui appartiennent aux classes populaires dans le pays d’immigration se retrouvent à côtoyer les classes moyennes supérieures du pays d’origine dans les espaces de villégiatures. La cohabitation est donc marquée par des rapports de classe et Jennifer Bidet relève « une ethnicisation du mépris de classe » : d’un côté, « l’immigré » est stéréotypé comme une « racaille » (p. 242) par les classes aisées locales, et, de l’autre, les enfants d’immigré·es entretiennent une vision clichée du « blédard » où tout Algérien est renvoyé à la figure du paysan rural peu éduqué.

  • 6 Césari Jocelyne, Être musulman en France aujourd’hui, Paris, Hachette, 1997.
  • 7 Quoique la séparation des rôles sexuels existe toujours dans les milieux populaires. Pour s’en conv (...)

6Le dernier chapitre s’intéresse aux conditions de genre dans un pays conservateur et où la répartition des rôles sexuels est très affirmée. Si en France les Maghrébines sont plus surveillées6 que les « Françaises »7, la division sexuée des rôles est encore plus contraignante en Algérie. Ce n’est plus seulement le contrôle parental qui régit les modes de vie des filles (comme en France) mais aussi celui de la famille élargie, laquelle joue le rôle de gardienne des réputations. C’est pourquoi les filles recourent à des stratagèmes davantage élaborés que dans l’hexagone pour s’émanciper et contourner le contrôle familial, tout en procédant à une mesure constante des risques encourus, notamment en évaluant leurs relations avec les garçons tout en préservant leurs réputations dans l’espace public (p. 274). Pour les garçons, la pression existe également dans la mesure où les hommes doivent se montrer débrouillards et constamment stratégiques dans un monde constant de rapports de force individualisés. Par rapport à la France où ils ont grandi, les structures sociales de l’économie du pays d’origine sont différentes, et sont notamment caractérisées par la place très importante de l’origine ou du statut social dans la négociation des normes. Par exemple, le prix d’un bien matériel peut varier suivant l’identité « touriste », « immigré » ou « local » de l’acheteur. Les tentatives d’arnaque peuvent ainsi être nombreuses pour un enfant d’immigré qui ne connaît pas tous les codes locaux ou les usages du pays d’origine. « Garder la face » lors d’une négociation, que ce soit pour trouver une location de voiture à bon prix ou, plus tard, pour monnayer et surveiller la construction d’une maison avec des entrepreneurs locaux pas toujours scrupuleux, s’avère très important chez ces personnes et peut générer des tensions.

7Avec cet ouvrage, Jennifer Bidet propose un regard inédit sur les enjeux complexes occasionnées par les migrations internationales durant le développement de la société industrielle, à la fois dans les pays d’émigration et d’immigration. Les questions de classements et de reclassements sociaux en fonction des contextes nationaux invitent à une réflexion plus large que les problématiques classiques liées aux classes sociales. En effet, l’ouvrage montre que ces mobilités transnationales sont également structurées par le genre et l’ethnicité, et invite même à dépasser une analyse intersectionnelle des migrations internationales. Autrement dit, cette enquête interroge l’impact des transformations structurelles sur les processus migratoires à long terme, en lien avec subjectivités sur plusieurs générations, à travers les constructions d’identités plurielles dans des interactions quotidiennes des deux côtés des rives de la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Sayad Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil, 1999.

2 Santelli Emmanuelle, « Les enfants d’immigrés algériens et leurs pays d’origine. Modes de relations économiques et professionnelles », Revue européenne des migrations internationales, vol. 15, n° 2, 1999, p. 141-166.

3 Marlière Éric, « Un espace sur les deux rives ? Incertitude des “jeunes de cités” », in Lorcerie Françoise (dir.), Pratiquer les frontières. Jeunes migrants et descendants de migrants dans l’espace franco-maghrébin, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 153-169.

4 Talpin Julien, Balazard Hélène, Carrel Marion, Belkacem Samir Hadj, Kaya Sümbül, Purenne Anaïk, Roux Guillaume, L’épreuve de la discrimination. Enquête dans les quartiers populaires, Paris, PUF, 2021.

5 Marlière Éric, « Les jeunes des cités en visite au “bled”. “Ennemis de l’intérieur” en France et “touristes étrangers” au Maghreb », Hommes & Migrations, n° 1262, 2006, p. 99-113.

6 Césari Jocelyne, Être musulman en France aujourd’hui, Paris, Hachette, 1997.

7 Quoique la séparation des rôles sexuels existe toujours dans les milieux populaires. Pour s’en convaincre, lire l’enquête de Yaëlle Amsellem-Mainguy sur les filles des milieux ruraux (Amsellem-Mainguy Yaëlle, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021 ; compte rendu de Claire Federspiel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/48658). Voir aussi l’ouvrage de Clément Rivière sur les précautions prises par les parents – y compris ceux de classe moyenne-supérieure – au sujet de la circulation de leurs filles adolescentes dans l’espace public urbain (Rivière Clément, Leurs enfants dans la ville. Enquête auprès des parents à Paris et à Milan, Lyon, PUL, 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Marlière, « Jennifer Bidet, Vacances au bled. La double présence des enfants d’immigrés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 janvier 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53752 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53752

Haut de page

Rédacteur

Éric Marlière

Maitre de conférences HDR en sociologie à l’université de Lille, chercheur au CeRIES LR 3587.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search