Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Amartya Sen, Home in the World. A...

Amartya Sen, Home in the World. A Memoir

Thomas Irace
Home in the World
Amartya Sen, Home in the World. A Memoir, Dublin, Penguin Books, 2021, 464 p., ISBN : 9781846144868.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Amartya K. Sen, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North Holland, 1985 ; (...)

1Amartya Sen occupe une place singulière parmi les économistes de langue anglaise les plus reconnus et cités de sa génération. Tout au long de sa carrière, il a cherché à mâtiner l’analyse économique de philosophie morale. Les « contributions à l’économie du bien-être (welfare economics) » qui lui valurent le prix de la Banque de Suède en 1998 s’efforçaient de faire rentrer une certaine idée de la liberté humaine dans ce domaine particulièrement abstrait et dominé par les conceptions utilitaristes. Derrière le vocable étrange d’« approche par les capabilités », il s’agissait de formaliser les contraintes réelles et différenciées qui pèsent sur chaque individu dans l’accès aux ressources comme dans leur utilisation1. Ces préoccupations se retrouvent, de manière peut-être plus inattendue, en filigrane du volume de mémoires qu’il publie aujourd’hui. Home in the World couvre les trente premières années de la vie de Sen, né en 1933 : une enfance et une adolescence bengalies, suivies de dix ans passés pour l’essentiel à Cambridge (Royaume-Uni), comme étudiant puis fellow du Trinity College.

  • 2 Parmi ses multiples identités, Amartya Sen juge que celle de professeur a toujours été la plus fort (...)
  • 3 Roger Backhouse & Béatrice Cherrier, « The Age of the Applied Economist », History of Political Eco (...)
  • 4 Rabindranath Tagore (1861-1941), poète polymathe et figure du mouvement indépendantiste indien, lau (...)

2L’auteur étant un universitaire et un théoricien avant tout2, dont les contributions scientifiques majeures datent d’une époque où l’économie n’était pas encore dominée par les branches les plus appliquées3, ses mémoires ne se distinguent ni par un rythme trépidant ni par de fines observations en matière d’histoire des politiques économiques. Mais la lecture est rendue absorbante par l’ingénieuse composition du récit, que Sen entremêle de souvenirs plus récents (comme son retour au Trinity College, qu’il dirigea de 1998 à 2004) et de réflexions libres au confluent de la mémoire et de l’érudition : il est question tour à tour des rivières du Bengale, de littérature védique, d’oppression et d’intolérance, d’athéisme hindou, de la vie politique indienne à la fin du Raj britannique, de Marx, de Tagore4 et de leurs lecteurs, ou de l’influence indirecte de Gramsci sur Wittgenstein. Autant de sujets qui reflètent la curiosité précoce et la diversité d’horizons du jeune Sen : élevé dans une famille de la bourgeoisie intellectuelle bengalie, il lit le sanskrit avant l’anglais. À l’âge de onze ans, il aide son grand-père (l’universitaire Kshiti Mohan Sen) à s’approprier les aspects mathématiques de la théorie de l’évolution. Lorsqu’il en a dix-huit et qu’il étudie l’économie à Calcutta, il emprunte quelques livres pour s’autodiagnostiquer un lymphome. À Cambridge, sa thèse de doctorat est finie trop tôt, de sorte qu’il doit attendre deux ans pour la soutenir : dans l’intervalle, il dirige le département d’économie de la nouvelle université de Jadavpur (il a alors vingt-deux ans). Il est presque aussitôt élu fellow du Trinity College et, six années plus tard, reprend la chaire du légendaire V.K.R.V. Rao à la Delhi School of Economics. C’est ce retour en Inde qui clôt l’ouvrage.

3Home in the World n’échappe pas au lot de nombreuses autobiographies : les contraintes propres au travail d’une mémoire individuelle (quand bien même elles seraient abordées de front, ce qui n’est pas le cas ici) imposent au lecteur sérieux une bonne dose de prudence. Il est souvent difficile de distinguer, à l’intérieur du Sen raconté (le jeune protagoniste), les aspects qui reflètent le Sen vécu et ceux qu’y a mis son alter ego tenant la plume des décennies plus tard, forcé d’opérer par sélections et reconstructions plus ou moins conscientes. Par exemple, l’auteur semble avoir tendance à euphémiser, par pudeur, les aspects les plus conflictuels des rapports entre personnes, de sorte qu’il n’est plus question, ou presque, que d’amitiés, de bienveillances et d’admirations. Il traite succinctement et par la dérision son expérience personnelle du racisme, alors même que le péril des identités assignées et vécues est un thème central du livre, et qu’il consacre par exemple des pages remarquables aux malentendus orientalistes qui marquèrent la réception de l’œuvre de Tagore en Europe (p. 86-90).

  • 5 Amartya Sen, Poverty and Famines, Oxford, Clarendon Press, 1981

4Malgré tout, la seconde moitié du livre, à partir de l’arrivée de Sen au Royaume-Uni, est particulièrement riche pour qui s’intéresse à la genèse de ses contributions majeures, ou plus généralement à l’histoire de la discipline économique. Ainsi, dans l’un des chapitres les plus frappants, Sen revient sur la grande famine du Bengale de 1943 dont il fut témoin, « catastrophe de classe » (class-based calamity) doublée d’une catastrophe coloniale puisque l’Inde ne bénéficiait ni de la presse libre ni du parlement qui auraient, selon lui, permis d’éviter le pire (les premières mesures de lutte contre la famine ne vinrent qu’après la décision du principal journal de langue anglaise en Inde d’ignorer la censure, déclenchant des débats à Westminster). C’est cette expérience cauchemardesque qui mena Sen, trente ans plus tard, à des recherches qui firent date sur les causes des famines modernes, conçues comme des défauts de capacité d’accès (entitlement) aux produits alimentaires pour certaines catégories sociales plutôt que comme des pénuries absolues.5

  • 6 Voir par exemple la recension de Development as Freedom par Richard Sandbrook, « Globalization and (...)

5Sen nous donne également un aperçu éclairant de l’atmosphère intellectuelle et politique du Cambridge des années 1950. Il dresse des portraits vivants de trois figures de la génération précédente (Maurice Dobb, Dennis Robertson et Piero Sraffa) et raconte à quel point l’économie du bien-être était perçue par la majorité keynésienne comme une matière obsolète, voire « faillie » (busted) selon Joan Robinson, ne méritant pas l’attention d’un étudiant brillant aux valeurs de gauche. Quelques années plus tard, devenu fellow et proposant cette fois de faire cours sur le sujet, Sen fait face à la même opposition. On peut regretter qu’il soit moins disert sur le fond de son travail de thèse, consacré au choix des techniques dans la planification. Sen lui-même suggère que le sujet était surtout une concession éloignée de ses véritables intérêts, mais il est tentant d’attribuer ce jugement aux développements ultérieurs de ses idées : après sa période cambridgienne, il s’est montré de plus en plus méfiant vis-à-vis de l’économie administrée, et optimiste sur le potentiel libérateur des marchés. Dans les années 1990, celles de sa consécration, il apparaissait comme tenant d’un néolibéralisme à visage humain6. Nul doute qu’un deuxième volume de mémoires sera précieux pour mieux comprendre les ressorts de cette évolution.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Amartya K. Sen, Commodities and Capabilities, Amsterdam, North Holland, 1985 ; Amartya K. Sen, Development as Freedom, New York, Alfred A. Knopf, 1999.

2 Parmi ses multiples identités, Amartya Sen juge que celle de professeur a toujours été la plus forte (p. 401). Le fait que Sen n’ait, semble-t-il, jamais exercé comme expert au service d’un gouvernement (il l’affirmait dans Development as Freedom, op. cit., p. xiv), est presque exceptionnel pour un économiste spécialiste du développement de son époque.

3 Roger Backhouse & Béatrice Cherrier, « The Age of the Applied Economist », History of Political Economy, n° 49 (Supplement), 2017, p. 1-33.

4 Rabindranath Tagore (1861-1941), poète polymathe et figure du mouvement indépendantiste indien, lauréat du prix Nobel de littérature en 1913, est la figure tutélaire de l’ouvrage de Sen, à commencer par le titre, clin d’œil à son roman The Home and the World. Le grand-père de Sen était l’un de ses plus proches collaborateurs et amis. C’est lui qui fonda l’école de Santiniketan où Sen étudia avant de rejoindre l’université de Calcutta.

5 Amartya Sen, Poverty and Famines, Oxford, Clarendon Press, 1981

6 Voir par exemple la recension de Development as Freedom par Richard Sandbrook, « Globalization and the limits of neoliberal development doctrine », Third World Quarterly, vol. 21, n° 6, 2000, p. 1071-1080.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Irace, « Amartya Sen, Home in the World. A Memoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53797

Haut de page

Rédacteur

Thomas Irace

Doctorant en économie à l’Université de Picardie Jules Verne. Thèse en préparation sur l’économie du développement française et britannique au milieu du XXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search