Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Romuald Botte et Bruno Villalba, ...

Romuald Botte et Bruno Villalba, La figure du paysan. La ferme, l’Amap et la politique

Nathalie Kakpo
La figure du paysan
Romuald Botte, Bruno Villalba, La figure du paysan. La ferme, l’AMAP et la politique, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « En anthropocène », 2021, 240 p., ISBN : 9782356878007.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sophie Dubuisson-Quellier, Claire Lamine, « Faire le marché autrement. L’abonnement à un panier de (...)

1Cet ouvrage, écrit par Bruno Villalba, professeur de science politique à AgroParisTech et Romuald Botte, retrace la trajectoire de ce dernier, à l’origine de la première Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) des Hauts-de-France. Trouvant leur origine dans le mouvement japonais Tekei dans lequel des consommateurs choisissaient de s’approvisionner auprès de producteurs leur garantissant les conditions de production des aliments, les Amap reposent sur un contrat d’engagement entre des consommateurs et un producteur : les premiers préfinancent la production agricole et sont en retour destinataires de la totalité de celle-ci tandis que l’agriculteur, dont l’activité est financée en amont, s’engage à livrer des produits respectant les règles de l’agriculture paysanne et à être transparent sur ses méthodes de travail(tel que mentionné dans le contrat d’engagement liant les deux parties, p. 206). 2 200 Amap sont aujourd'hui dénombrées en France ; elles fournissent 66 000 paniers hebdomadaires à 270 000 consommateurs. Plusieurs travaux académiques leur ont été consacrés. À titre d’exemple, Claire Lamine et Sophie Dubuisson Quellier ont montré que les Amap ne sont pas des structures alternatives à l’échange marchand mais qu’elles relèvent bel et bien d’une prise de parole interne au lien marchand, permettant que les systèmes de production et de distribution en jeu résultent de décisions collectives associant producteurs et consommateurs1. En régime amapien, « le politique est placé au cœur du lien marchand ».

2L’ouvrage de Romuald Botte et Bruno Villalba déplace le regard vers le paysan. Le fonctionnement de l’Amap, ainsi que les principes économiques et écologiques sur lesquels elle repose sont interrogés à partir du geste agricole. Les pratiques agronomiques, les logiques d’aménagement de la ferme et les investissements financiers qui leur sont associés, le rapport aux machines, les collaborations auxquelles donne lieu le travail agricole sont quelques-unes des entrées privilégiées par les auteurs pour donner à voir ce qu’est une Amap. La présentation de plus de dix années de travail d’un « néo paysan » est soutenue par des photos et encadrés très à-propos sur les multiples facettes de la vie d’une ferme à dominante maraîchère de 1,2 ha.

Cartographie de l’exploitation (p. 215), Botte, Villalba ©2021.

3Créée en 2007, l’Amap des Weppes s’inscrit dans l’histoire des contestations de la modernisation agricole (première partie, chapitre II). Dans les années 1950 et 1960, celle-ci a reposé sur le productivisme, rendu possible par une augmentation des consommations intermédiaires (engrais et produits phytosanitaires) et un recours très accentué au machinisme agricole. Dès cette époque, ce modèle agricole a été l’objet de nombreuses critiques pointant tout d’abord les rapports d’exploitation entre le petit paysan et l’exploitant moderne qu’il impliquait supposément puis, à partir des années 1970, ses conséquences néfastes sur l’environnement. Plusieurs mouvements lui ont opposé une agriculture biologique produisant du lien social dans les territoires, par exemple au moyen de circuits courts. L’institutionnalisation de certains de ces mouvements dans les années 1990 témoigne, selon les auteurs, de « la fin d’un monopole de représentation du monde paysan » (p. 53). Localisée à Hantay, à 20 km de Lille, dans une plaine agricole où dominent les grandes cultures, l’Amap des Weppes veut « soutenir une agriculture paysanne en aidant le maraîcher à pérenniser son activité » et « permettre à tous d’accéder à une alimentation saine » (p. 82). Le panier distribué aux adhérents chaque semaine (un peu moins en hiver) est la pierre angulaire du dispositif : son prix doit garantir la viabilité économique de la ferme et le revenu du paysan tandis que son contenu témoigne de l’engagement du producteur à fournir aux amapiens une production de qualité.

4Les chapitres qui ouvrent la seconde partie sont consacrés aux interactions entre Romuald Botte et différentes organisations professionnelles. La densité de ces échanges montre, de notre point de vue, que tout en étant à l’écart du modèle productiviste encore dominant, l’Amap a bénéficié de l’ampleur et de la diversité du dispositif d’institutions dont les mondes agricoles2 ont su se doter au cours de ces cinquante dernières années. Ainsi le Groupement des agriculteurs biologiques des Hauts de France, l’Association pour la valorisation économique des nouvelles initiatives rurales (Avenir) et Terre de liens, pour ne citer que les principales, ont-elles soutenu le projet à un titre ou à un autre (seconde partie, chapitre III). Les effets du travail de plusieurs de ces organisations sur l’acculturation des néo agriculteurs à leur nouveau milieu professionnel ont été soulignés ailleurs3.

5Plusieurs pages intéressantes donnent aussi à voir les interactions entre le paysan et les adhérents de l’Amap lors des assemblées générales et des réunions consacrées à la sélection des fruits et légumes qui composeront les paniers de la saison suivante. Ces scènes d’échange montrent que leur contenu est le résultat d’arbitrages entre les préférences alimentaires des adhérents et les contraintes agricoles, qui tiennent autant à l’adaptation des productions au terrain qu’au climat ou encore aux possibilités de stockage. Ces rencontres sont pour le producteur l’occasion de détailler ses activités et de montrer comment il tente de traduire son engagement politique dans la pratique productive : à titre d’exemple, l’arrosage au goutte à goutte veut combiner écologie et rationalisation du travail puisque ce dispositif limite la consommation en eau tout en évitant une irrigation large qui favorise la pousse d’herbes qu’il faudra par la suite désherber.

6Les animaux figurent aussi parmi ceux qui accompagnent le paysan. Leurs relations mutuelles sont loin d’être unidimensionnelles. En effet, tout en étant destinés à la consommation alimentaire, les poules sont destinataires de dispositifs favorisant leur bien-être. L’agriculteur a ainsi conçu à leur intention un poulailler mobile qui a vocation à éviter le surpâturage des surfaces (les poulets ont 5 m2 chacun au lieu des 2,5 m2 exigés par le label Agriculture biologique) tout en permettant aux volailles d’accéder fréquemment à de nouveaux terrains à gratter, avec des insectes à pourchasser. Mais les poules sont aussi des auxiliaires de culture puisqu’elles contribuent à désherber les espaces entre les serres, difficilement accessibles à une machine, et que leurs déjections fournissent de la matière nutritive aux sols. Ces bonnes pages consacrées à la relation entre l’agriculteur et ses animaux n’abordent que brièvement les débats que suscite la consommation carnée, au sein de l’Amap, alors même que ceux-ci auraient sans doute été riches d’informations sur la manière dont les défenseurs de l’agriculture paysanne se réfèrent à la redéfinition des frontières humain-animal, portée par la mouvance animaliste.

7La troisième partie de l’ouvrage permet d’approcher quelques-unes des grandes étapes qui cadencent l’installation en agriculture et l’activité tout au long de l’année. Tout d’abord, le choix du terrain mobilise plusieurs paramètres : la qualité des sols, qui découle pour partie des modes de production antérieurs ; leur topographie, qui influence leur ventilation et leur réchauffement ; les conditions climatiques ; le drainage. L’aménagement des installations (hangar, tunnel, serre, etc.) vise à limiter les déplacements et manipulations superflus tout en ménageant une place aux espèces sauvages pour autant qu’elles ne menacent pas les cultures. Ainsi, les bandes de prairies fleuries installées au pied des arbres fruitiers favorisent la présence d’abeilles pollinisatrices et de papillons, tandis que la mare creusée par l’agriculteur devait être un abreuvoir pour les grenouilles, oiseaux et poissons.

8Le choix des cultures et l’organisation de leur rotation dépendent du rythme de leur production ainsi que de leur résistance à l’aléa climatique et au stockage, mais ils témoignent aussi des orientations agroécologiques de l’Amap, qui privilégient des systèmes productifs peu artificialisés, reposant sur l’engrais vert et les synergies entre les cultures (p. 140-143). Planter des carottes dans l’espace qui abritait des courges l’année précédente entraîne une réduction de leur exposition aux adventices car la production de la cucurbitacée sur de la toile tissée a auparavant contribué à « vider » le sol d’une partie des graines de mauvaises herbes. Enfin, la recherche d’autonomie du paysan se lit dans la sélection des machines, celles-ci devant, avant toute autre chose selon Romuald Botte, réduire la pénibilité du travail. Dans les années 1950 et 1960, la technique était au cœur de la modernisation agricole ; limiter la place des outils dans la production et privilégier ceux qui sont réparables et réutilisables visent ici à réduire la dépendance du producteur à l’industrie de l’agroéquipement. Des pages finales de l’ouvrage, on retient la transmission des savoirs agricoles lors des ateliers pédagogiques qui conduisent les destinataires des paniers à planter des arbres ou à changer la bâche d’un tunnel.

  • 4 Les points de vue exprimés dans ce compte rendu sont ceux de l’auteure et n’engagent pas le ministè (...)

9Après un premier contact qui peut être déconcertant parce que la démarche hybride de l’ouvrage, entre document et récit, est ordinairement davantage privilégiée par les réalisateurs de documentaires cinématographiques que par les chercheurs en sciences sociales, le lecteur découvre de nombreux pans du travail agricole maraîcher, parfois insolites, souvent passionnants, toujours éloignés des représentations dominantes. Le paysan imagine, invente et façonne son terrain, dans un geste qui n’est pas sans points communs avec celui du jardinier ou du paysagiste. Sa recherche des meilleures combinaisons entre les composantes des écosystèmes (humidité, climat, ensoleillement ; animaux, végétaux et micro-organismes) fait de lui un expert de la gestion des ressources naturelles, à des fins productives mais aussi, dans le cas du paysan amapien, pour préserver et valoriser la biodiversité. Enfin, l’ouvrage donne à voir le déploiement d’une autre économie agricole en variant les échelles – de la parcelle au panier en passant par la ferme et le territoire régional – mais aussi quelques facteurs susceptibles de favoriser l’installation d’agriculteurs hors cadre familial, qui est un enjeu de toute première importance pour l’agriculture de demain4.

Haut de page

Notes

1 Sophie Dubuisson-Quellier, Claire Lamine, « Faire le marché autrement. L’abonnement à un panier de fruits et de légumes comme forme d’engagement politique des consommateurs », Sciences de la société, n° 62, 2004, p. 144-167.

2 Bertrand Hervieu, François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2013.

3 Adrien Baysse-Lainé, « Terres agricoles et relocalisation alimentaire : des formes nouvelles de propriété et d'accès au foncier », Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, n° 165, 2021.

4 Les points de vue exprimés dans ce compte rendu sont ceux de l’auteure et n’engagent pas le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Cartographie de l’exploitation (p. 215), Botte, Villalba ©2021.
URL http://journals.openedition.org/lectures/docannexe/image/53806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Kakpo, « Romuald Botte et Bruno Villalba, La figure du paysan. La ferme, l’Amap et la politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53806

Haut de page

Rédacteur

Nathalie Kakpo

Nathalie Kakpo est docteure en sociologie et auteur de L’islam, un recours pour les jeunes (Presses de Science po, 2007). Désormais attachée d’administration de l’Etat, elle est sociologue et chargée de la veille éditoriale au Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search