Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022François Gemenne, Géopolitique du...

François Gemenne, Géopolitique du climat

Marie Duru-Bellat
Géopolitique du climat
François Gemenne, Géopolitique du climat. Les relations internationales dans un monde en surchauffe, Malakoff, Armand Colin, coll. « Objectif monde », 2021, 207 p., 3e ed., ISBN : 978-2-200-63242-7.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la question du changement climatique est et sera sans doute durablement sur le devant de la scène politique et militante, le chercheur en sciences politiques François Gemenne démontre avec clarté et brio qu’elle est loin de ne concerner que les sciences du climat. Avec cette réédition actualisée d’un texte publié pour la première fois en 2009, la lectrice ou le lecteur perçoit sans peine que, dès lors que sont en jeu des problématiques économiques et de justice, le questionnement doit s’étendre bien au-delà des seules approches géopolitiques : pour l’auteur, le changement climatique est le révélateur de modèles de développement non soutenables et d’inégalités entre États au niveau mondial. C’est pour cette raison que les enjeux géopolitiques sont si pressants : le changement climatique confronte des pays en situation de rapports de force, dotés de modèles de développement et de consommation différents, avec à la clé des tensions inévitables.

2Étant lui-même membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’auteur connaît parfaitement l’histoire et les méandres de la gouvernance du climat et entend, par son livre, « fournir au lecteur les clés qui lui permettront de comprendre les négociations internationales sur la question » (p. 11).

3Dans une première partie, François Gemenne expose les différentes lectures possibles de la responsabilité des pays dans l’accumulation des gaz à effets de serre. Cette « géographie des émissions » visant à établir la responsabilité des différents pays est moins immédiate qu’on pourrait le penser : d’abord, il faut spécifier de quels gaz on parle, et selon que l’on retient le dioxyde de carbone seul, ou également le méthane, les secteurs en cause, l’industrie dans le premier cas, l’agriculture et l’élevage dans le second, sont différents et donc les pays du monde apparaissent plus ou moins « pollueurs ». De même, choisit-on de chiffrer les émissions totales brutes (constatées au jour d’aujourd’hui) ou bien d’évaluer leur accumulation sur la période 1850-2020, pour tenir compte de l’histoire économique différenciée des pays, ou encore de privilégier les émissions par habitant pour intégrer le facteur démographique ? Ces diverses estimations donnent de toute évidence des visions différentes de la responsabilité des pays. Il reste que ce sont les pays les plus riches économiquement qui aujourd’hui sont en première ligne, même si, du fait de leur développement économique et de leur démographie, les pays émergents prennent une part croissante dans la montée des émissions toxiques.

4Alors que la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), signée en 1992, impose à tous les pays qui l’ont ratifiée de communiquer chaque année un inventaire de leurs émissions de gaz à effet de serre, cela ne suffit pas à établir leurs responsabilités respectives, « communes mais différenciées », selon la formule du protocole de Kyoto de 1997. Si la Chine est le plus gros pollueur de la planète, les émissions cumulées depuis 1850 par les États-Unis ou l’Europe sont bien plus massives et les émissions par habitant sont quant à elles bien plus élevées dans les pays du Golfe. Mais ne se polariser que sur le volume des émissions n’est pas parfaitement satisfaisant, ne serait-ce que parce que leur utilité sociale, c’est-à-dire ce que font les sociétés avec, reste ignoré. La question des émission est de plus très conflictuelle et, en fait, face aux difficultés d’identifier précisément les responsabilités, l’Accord de Paris de 2015 a relégué cet objectif au second plan, mettant en avant ce que les pays sont capables de faire et leurs engagements volontaires.

5La « géographie des impacts », soit l’estimation des risques encourus par les pays, est également délicate car les effets du réchauffement sont divers (selon les pays), difficiles à prévoir avec précision et multidimensionnels : hausses du niveau des mers entraînant des migrations de population, inondations ou pénuries d’eau douce entraînant une baisse des récoltes (avec son cortège de famines et de problèmes de santé publique), multiplication d’événements climatiques extrêmes… Une double injustice – une « double inégalité, à la fois temporelle et spatiale » (p. 45) – est patente : d’une part, les pays qui seront les plus affectés par ces problèmes sont ceux qui en sont le moins responsables et, d’autre part, vu l’inertie climatique, ce pronostic vaut pour les générations futures, non impliquées par les problèmes actuels.

6L’auteur propose un tableau assez glaçant des principaux changements attendus en matière d’eau douce, d’écosystèmes, d’agriculture, etc., du fait de la hausse plus ou moins importante des températures dans les décennies à venir (entre +1°C et +5°C, selon les simulations). Un second tableau précise les régions concernées par ces changements. De cette répartition géographie, qui souligne à nouveau l’exposition plus forte des pays les plus pauvres, il découle qu’une compétition accrue sur les ressources et les territoires est inévitable, avec un accroissement de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté dans nombreux pays (majoritairement africains ou asiatiques) et, à plus ou moins brève échéance, une fragilisation de certains États, des tensions, voire des violences et des conflits.

7Il faut compter aussi avec les déplacements de populations consécutifs aux changements climatiques, suite à la multiplication et à l’intensification des sécheresses notamment. On estime qu’en 2020, les catastrophes naturelles ont entraîné le déplacement de 30,7 millions de personnes. Certes, les migrations sont rarement « purement climatiques » ; des facteurs économiques et politiques s’y mêlent fréquemment. Relativement méconnues dans les pays les plus riches, car jusqu’alors surtout internes, ces migrations sont difficiles à chiffrer, et le sens même que pourrait avoir la notion de réfugié climatique reste discuté au niveau international. Mais à ce niveau, c’est l’aide à l’adaptation au changement climatique qui est mise avant tout. Si la question des migrations climatiques est souvent brandie pour pointer les risques sécuritaires qu’elle ferait courir aux pays plus riches, de fait, les risques de conflits dans l’accès à certaines ressources (l’eau en premier lieu) apparaissent bien plus forts.

8Face à ces problèmes, une réelle coopération internationale s’est progressivement mise en place. L’auteur en décrit avec précision les étapes-clés, avec la création du GIEC en 1988, l’adoption de la Convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 1992, une convention qui institue les « conférences des parties » (COP), ces réunions annuelles instaurant un processus de négociation permanente, que l’auteur défend, malgré les désillusions qui ont suivies certaines de ces COP (que résume un tableau synoptique des COP de 1995 à 2019). Un certain nombre de « protocoles », dont celui de Kyoto en 1997, ont permis de spécifier les objectifs chiffrés à atteindre (à ce stade, uniquement pour les pays industrialisés) et d’organiser un marché du carbone, avec des « permis de polluer » fort discutés, notamment par des ONG qui défendent plutôt des systèmes de taxe. Ces questions restent très techniques, ce qui limite la participation de la population civile (néanmoins de plus en plus fréquente, notamment dans les COP), les pays les plus démunis étant parfois condamnés à se faire représenter par des spécialistes. L’accord de Paris en 2015 amorce un changement de méthode : il se fonde sur les objectifs de réduction de gaz à effet de serre que chaque pays déclare pouvoir atteindre – ce qui permet un plus large consensus –, mettant en avant ce qui est avant tout un engagement moral.

9La lutte contre le changement climatique apparaît aujourd’hui comme « un problème d’action collective » (p. 140). La question du partage des efforts avec les pays dits en développement devient la question la plus délicate lors des négociations internationales. Les émissions de ces pays croissent plus rapidement que celles des pays industrialisés (même si les émissions par habitant y restent très inférieures), mais on ne saurait freiner leur développement en les limitant dans l’exploitation de leurs énergies fossiles. Le leitmotiv devient alors l’aide à l’adaptation. Des fonds spécifiques sont mis en place (notamment le « fond vert pour le climat » créé en 2011), avec le risque que les fonds collectés dans ce cadre soient pris sur ceux dédiés jusqu’alors à l’aide au développement.

10Fondamentalement, « la nécessité de l’atténuation dans les pays du Sud pose la question de leur modèle de développement » (p. 160) : le modèle des pays industrialisés, construit sur l’exploitation des énergies fossiles, n’est plus tenable et la conviction s’impose que le développement des pays les plus pauvres se fera sur un autre modèle, grâce au transfert de technologies « propres » élaborées par les pays riches, ce qui suppose que les fonds promis soient effectivement versés. En tout cas, les « petits gestes » individuels ne suffiront pas (on estime qu’ils ne permettraient de réduire que 20% des émissions) et l’action des États est indispensable, ce que développe le dernier chapitre consacré aux solutions. Les pouvoirs publics disposent de plusieurs instruments, visant à fixer un prix au carbone par divers moyens, tout en veillant à ce que les taxes que cela implique nécessairement ne soient pas socialement régressives. Les stratégies d’adaptation sont également essentielles et ne sont pas réservées aux pays les plus pauvres. Dans tous les cas, le souci de justice doit prévaloir, avec en particulier des aides à l’adaptation centrées sur les pays les plus vulnérables. En ligne de mire, domine la question de l’habilité : que tout être humain puisse vivre, dans un environnement vivable, c’est le défi que pose le changement climatique. Au-delà de la mine d’informations qu’il apporte, ce livre en convainc pleinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « François Gemenne, Géopolitique du climat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53807

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search