Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Daniel Cefaï, Kamel Boukir, Marie...

Daniel Cefaï, Kamel Boukir, Marie Ghis Malfilatre, Céline Véniat (dir.), « Problèmes, expériences, publics : enquêtes pragmatistes », Sociologie et sociétés, vol. 51, n° 1-2, 2019

Marie Lefebvre
Problèmes, expériences, publics : enquêtes pragmatistes
Daniel Cefaï, Kamel Boukir, Marie Ghis Malfilatre, Céline Véniat (dir.), « Problèmes, expériences, publics : enquêtes pragmatistes », Sociologie et sociétés, vol. 51, n° 1-2, printemps-automne 2019, 392 p., Montréal, Presses de l'université de Montréal, ISBN : 978-2-7606-4309-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010.

1Comment l’approche pragmatiste peut-elle contribuer à l’analyse des problèmes publics ? C’est à cette question que proposent de répondre les auteur·es du dossier, à partir d’une lecture partagée de la perspective pragmatiste élaborée par John Dewey. Le concept de « public », tel que développé dans l’ouvrage The Public and its Problems paru en 19271 et auquel se rattachent les différentes contributions regroupées dans ce dossier, constitue ainsi un des fils directeurs de leur démonstration.

  • 2 Collection issue des Éditions de l’EHESS qui traite d’épistémologie, de sociologie et de théorie so (...)
  • 3 Voir à ce sujet Daniel Cefaï, « La construction des problèmes publics », Réseaux, n° 75, 1996, puis (...)
  • 4 Howard S. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris : Éditions Métailié, 1985 [ (...)
  • 5 Becker a été éditeur de cette revue de 1961 à 1964.

2L'approche pragmatiste, initiée aux États-Unis entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, offre une alternative au constructivisme. Si les constructivistes envisagent le réel comme un construit social et historique, les pragmatistes leur reprochent, notamment au sujet des problèmes sociaux, de sous-estimer leur réalité concrète dans l’expérience des personnes concernées. Introduites en France à partir des années 1980 par l’entremise de la collection Raisons pratiques2, les thèses pragmatistes ont depuis connu un essor important dans l’hexagone, notamment grâce au travail de diffusion de Daniel Cefaï l’un des coordinateur·rices de ce dossier3. Depuis, cette approche a donné lieu à de nombreuses recherches dans des domaines variés, permettant d’éclairer sous un jour nouveau le processus de construction des problèmes sociaux. Malgré tout, le pragmatisme est à envisager au pluriel au regard de la diversité des héritages dont il se nourrit et des débats internes à cette tradition. Ce dossier ne fait pas l’impasse sur la riche complexité de la sociologie des problèmes sociaux et invite à une généalogie des approches pragmatistes, de leurs origines aux nombreux legs qu’elles laissent aujourd’hui. Daniel Cefaï et Howard Becker revisitent ainsi l’émergence de la sociologie de la déviance, généralement considérée comme un tournant dans l’histoire de la sociologie des années 1960. À partir d’une relecture de Outsiders4 et de la revue Social Problems5, les contributeurs montrent la diversité de l’école de l’étiquetage et en relativisent le caractère novateur. Daniel Cefaï retrace quant à lui l’histoire philosophique, sociologique et politique qui donne naissance à l’étude des problèmes publics jusqu’à son articulation avec le pragmatisme. Il propose à cet égard une écologie de l’expérience publique à partir de la conception de l’expérience chez Dewey pour traiter de « la carrière des problèmes, de leurs expériences et de leurs publics » (p. 54).

3Au croisement d’une sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics, les contributions apportent donc un regard pragmatique sur l’expérience de divers problèmes publics. Elles montrent ainsi comment surviennent des dynamiques de problématisation et de publicisation, à l’instar de l’enquête de Matthieu Thomas sur le traitement public d’un rassemblement d’extrême droite déguisé en concert de rock. À partir des opérations de mise en scène du scandale, l’enquête retrace comment le rassemblement, qualifié de concert néonazi par un ensemble d’acteurs hétéroclites, devient un problème public. Ce dernier est transposé sur la scène politico-judiciaire, la publicisation du problème menant à la création d’une loi interdisant les manifestations extrémistes. En s’intéressant aux discours publics des protagonistes, Matthieu Thomas décrit comment se crée un public, lorsqu’un ensemble d’acteurs portent attention à un trouble et s’organisent pour en réguler les conséquences. Si cette enquête porte sur un conflit, Louise Carlier montre a contrario un processus d’accommodation en observant les relations de coexistence entre communautés au sein d’un espace public, visant à étouffer les différences pour mieux prévenir le conflit et éviter la formation de problèmes publics. L’accommodation court-circuite alors les dynamiques de problématisation et de publicisation, créant « un ordre public sur un mode minimaliste » (p. 16). Pour Dewey, c’est en effet lorsque l’« écologie de l’attention publique » (p. 52) est perturbée par un problème dont tous les membres d’un collectif sont tributaires qu’émerge la conscience de la communauté, et avec elle le public. C’est donc par l’expérience publique que se crée le public.

  • 6 Joseph Gusfield, « Significations disputées. Contester la propriété et l’autorité des problèmes soc (...)

4L’approche pragmatiste implique alors un changement d’échelle pour s’intéresser aux expériences personnelles et aux interactions entre personnes plutôt qu’à la confrontation entre organisations et institutions. Les enquêtes accordent une place centrale aux acteurs en en situation, à leurs catégorisations et à leurs affects. Kamel Boukir offre ainsi une enquête ethnographique bousculant les « hiérarchies des légitimités » (Gusfield, cité p. 276) en restituant de son point de vue de témoin et partie prenante la mort d’un de ses ami·es, officiellement perçue comme un fait divers lié aux controverses sur les banlieues. En relatant les émotions vécues, l’auteur montre alors comment ses camarades s’interrogent sur la version stéréotypée du drame offerte dans les médias. À distance des schémas interprétatifs figés sur les « jeunes de banlieue », ses proches enquêtent sur d’autres lectures possibles de l’événement, témoignant d’un ethos pluraliste marqué par la défense de l’esprit public. Il s’explique, selon Kamel Boukir, par la circulation des jeunes de banlieue entre différentes institutions (éducative, familiale, policière, juridique) leur conférant un esprit public marqué par l’alternance de codes empruntés d’univers normatifs divers.

5En réhabilitant la place des acteurs dans la construction des problèmes publics, ce dossier invite à porter attention aux effets des constructions de sens par les acteurs pour décrire et transformer les contextes d’expérience. Les enquêtes donnent ainsi à voir des processus de reconfiguration, d’apprentissage et de transformation civique. C’est là tout le sens de l’enquête pragmatiste : inductive, elle décale le regard au plus près des contextes d’expériences pour se « soucier de la capacité des personnes, en proie à un trouble, à donner un sens ou à saisir le sens de ce qu’elles vivent et de leur capacité à transformer les contextes d’expérience de leur vie quotidienne » (p. 36). À partir d’une enquête sur une structure d’accueil de femmes en situation d’itinérance au Québec, Marine Maurin met l’accent sur la façon dont le problème de l’itinérance des femmes est appréhendé au sein de la ressource associative, à distance des arènes publiques. Elle montre ainsi comment s’organise une « micropolitique du trouble », traduction à l’interne d’une « macropolitique du problème » (p. 219) : en s’inspirant des théories féministes, les résidentes sont conduites à adopter un point de vue structurel sur leur parcours. L’itinérance au féminin se démarque ainsi de la perte ou de l’exclusion du logement pour pointer les violences vécues par les femmes comme déclencheur du trouble. Ce type de cadrage implémenté par la structure permet alors aux résidentes de se positionner comme des victimes de vulnérabilité de genre et des survivantes de traumatismes. Les intervenantes les accompagnent dans ce processus d’analyse et de narration d’expérience vers la réparation de soi au sein d’une communauté de femmes, pensée dans la tolérance et l’égalité. Cette enquête porte ainsi sur des acteurs qui font eux-mêmes enquête : en expérimentant, en se racontant, en faisant entendre des points de vue alternatifs, ces femmes permettent de prendre conscience et de rendre compte de rapports de domination grâce à l’exercice de l’intelligence collective au sein de la communauté.

6En définitive, l'ambition de ce dossier est de convier, par l’enquête pragmatiste, à une véritable sociologie de l’expérience démocratique. Les pragmatistes s’accordent en effet sur une définition élargie de la démocratie, au-delà des institutions gouvernementales, pour inclure une « façon de vivre et de vivre ensemble » (p. 13). En s’immergeant auprès des acteurs pour faire émerger et rendre compte de la multiplicité des discours et des points de vue, au-delà des positions et sources officielles, les enquêtes pragmatistes font apparaître le caractère hétéroclite des expériences publiques. Et, avec lui, la possibilité que les choses soient autrement que ce qu’elles sont. L’ethnographie pragmatiste se veut ainsi un outil pour la démocratie. En donnant à voir des pistes d’action et des manières de faire alternatives, elle assume donc un double objectif, scientifique et normatif.

Haut de page

Notes

1 Voir Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010.

2 Collection issue des Éditions de l’EHESS qui traite d’épistémologie, de sociologie et de théorie sociale. Dans les années 1980, elle a contribué à introduire les thèses pragmatistes en France sous l’impulsion de sociologues comme Louis Quéré ou encore Patrick Pharo.

3 Voir à ce sujet Daniel Cefaï, « La construction des problèmes publics », Réseaux, n° 75, 1996, puis Daniel Cefaï, Cédric Terzi (dir.), L'expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2012.

4 Howard S. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris : Éditions Métailié, 1985 [1963].

5 Becker a été éditeur de cette revue de 1961 à 1964.

6 Joseph Gusfield, « Significations disputées. Contester la propriété et l’autorité des problèmes sociaux » dans Daniel Cefaï, Cédric Terzi (dir.), L'expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lefebvre, « Daniel Cefaï, Kamel Boukir, Marie Ghis Malfilatre, Céline Véniat (dir.), « Problèmes, expériences, publics : enquêtes pragmatistes », Sociologie et sociétés, vol. 51, n° 1-2, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53854

Haut de page

Rédacteur

Marie Lefebvre

Doctorante en science politique à l'Université de Montréal, membre du CAPED (Collectif de recherche action politique et démocratie) et du CPDS (Centre de recherche sur les politiques et le développement social).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search