Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marie-Ève Thérenty, Sylvain Venay...

Marie-Ève Thérenty, Sylvain Venayre (dir.), Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques

Karine Abadie
Le monde à la une
Marie-Ève Thérenty, Sylvain Venayre (dir.), Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques, Paris, Anamosa, 2021, 368 p., préface de Jean-Noël Jeanneney, EAN : 9791095772996.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Passeron Jean-Claude, Revel Jacques, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Jea (...)

1Le titre de l’ouvrage dirigé par Marie-Ève Thérenty et Sylvain Venayre annonce clairement et précisément ce dont traite l’ensemble des contributions rassemblées : l’histoire d’une presse qui peut se lire à travers des rubriques ouvertes sur un monde en constant mouvement. L’approche est originale et permet de regrouper des textes qui fonctionnent comme autant d’études de cas témoignant de la singularité de leur objet et tenant compte des situations, des contextes et des histoires1.

2Rédigées par une variété d’universitaires spécialistes de la rubrique dédiée, les contributions proposées examinent la presse française des XIXe et XXe siècles via quarante-trois rubriques qui cherchent à illustrer et à faire le récit du monde. Ces contributions portent un véritable projet d’écriture, renvoyant, comme le précise Jean-Noël Jeanneney dans la préface qu’il signe, « à la dialectique, dans la presse, entre l’esprit de sérieux et les dévergondages, souvent féconds, de la fantaisie » (p. 16). Mais le projet va plus loin puisque les codirecteurs proposent un ouvrage largement inspiré de son objet d’étude : emprunt du vocabulaire de la presse – on peut lire l’« édito » des deux rédacteurs en chef, l’« ours » présentant l’ensemble des collaborateurs, une note de la rédaction signée par la directrice de la publication –, reproduction de pages de journaux, de photographies, de dessins accompagnant chaque rubrique, et utilisation d’un papier qui rappelle la texture des pages de journal.

3Les contributeurs répondent à un cahier des charges clair : faire l’histoire d’une rubrique (de son origine à aujourd’hui) à partir d’un exemple daté, publié dans un journal et s’articulant autour d’un événement précis, expliquer en quoi ladite rubrique permet aux « lectrices et […] lecteurs de saisir – ou pas – la complexité du monde » (p. 10) et rédiger l’entrée dans le style de son choix. Les textes sont donc des espaces d’invention et d’expérimentation ainsi que de véritables études révélant un moment de l’histoire de la presse française. Par exemple, la rubrique « Dépêche télégraphique », proposée par Lisa Bolz, prend pour appui une dépêche titrée « Lisbonne, 31 juillet », publiée dans La Presse, le 1er août 1859. En rédigeant quatorze courtes dépêches présentées à des dates, parfois à des heures, voire à des minutes différentes, en des lieux distincts (de Belgrade à Berlin en passant par New York), cette entrée propose des éléments relatifs à l’histoire de la forme (la création de l’agence Havas), à son impact sur « la manière d’écrire » (p. 47) et mime un effet de proximité illustrant l’émergence « d’un imaginaire de l’instantanéité » (p. 48) qu’on peut estimer réinvesti dans les live tweets du XXIe siècle. Aussi, les contributeurs travaillent diversement le pastiche : par exemple, la rubrique « Roman-feuilleton » de Matthieu Letourneux reprend la présentation chapitre par chapitre du genre et tient en haleine le lecteur, prolongeant dès lors son propos jusqu’à nos jours. Les contributions s’avèrent également de véritables intrusions dans le travail de la chercheuse ou du chercheur : la rubrique « Gravure » de Sylvain Venayre met ainsi en lumière comment l’étude initiale d’une gravure du bombardement d’Alexandrie (1882) dans Le Monde illustré s’est avérée décevante et a laissé la place à un autre objet, « Les nouvelles d’Égypte dans les rues de Londres » (reproduit p. 97).

4La plupart des rubriques sont organisées de la même manière : elles sont assez courtes (ce qui permet un propos resserré), proposent trois ou quatre références complémentaires et sont accompagnées d’une reproduction d’excellente qualité de l’exemple choisi. Pour certaines rubriques, cela permet une explication précise. Par exemple, la rubrique « Photographie » de Marie-Astrid Charlier prend comme objet d’étude le numéro spécial de la revue VU du 9 mai 1934, « Interrogatoire de la Chine ». La reproduction de la une du numéro montre le photomontage en couleur d’un « Bouddha rond, rieur et rouge sang [qui] enlace une jeune Chinoise souriante et ostensiblement jaunie » (p. 208). La reproduction de cette page donne accès à des détails visuels laissés de côté par la description et permet surtout de comprendre la force de la photographie dans ce type de dispositif.

5Toutes les propositions ne sont pas d’une inventivité égale, ce qui peut engendrer un problème d’unité sur le plan stylistique. Cependant, cette hétérogénéité reste au cœur du projet éditorial et permet d’interroger à la fois les contenus et les formes des rubriques. Ces dernières offrent d’ailleurs des études de cas qui permettent de réaliser à quel point le regard sur le monde porté par la presse est disséminé tout en restant fragile, puisque certaines rubriques ont disparu (« Premier-Paris », « Roman-feuilleton »), que d’autres, liées au développement des médias ciblés (« Cinéma », « Jeu vidéo », « Photographie »), sont nées, et que certaines se sont radicalement transformées (« Bourse », « Carnet », « Mode »).

  • 2 Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain, 1836, L’An I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et histo (...)

6Cette histoire de la presse par ses rubriques propose donc un parcours foisonnant de plumes et de sujets, mais aussi de rapports au monde qui se révèlent dans tous les espaces journalistiques. Chronique scientifique, canard, mode, théâtre, cinéma, jeu, photographie, télévision, caricature, météorologie, horoscope, etc., toutes ces rubriques constituent des points d’ancrage majeurs de l’« ère médiatique »2 ouverte au début du XIXe siècle. S’inscrivant dans le sillage des travaux sur l’histoire de la presse et des représentations, menés depuis plusieurs années par Marie-Ève Thérenty et Sylvain Venayre, Le Monde à la une s’approprie aussi une méthodologie de la recherche partagée avec le regretté historien Dominique Kalifa, partie prenante du projet – ce qui est rappelé par Claire Winter dans la note de la rédaction –, dédicataire de l’ouvrage et signataire de l’entrée « Publicité ». Plaçant en son centre le plaisir, cette approche rappelle que « le savoir peut être joyeux » (p. 11).

Haut de page

Notes

1 Passeron Jean-Claude, Revel Jacques, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Jean‑Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 9-44, disponible en ligne : http://books.openedition.org/editionsehess/19921.

2 Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain, 1836, L’An I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de La Presse de Girardin, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Abadie, « Marie-Ève Thérenty, Sylvain Venayre (dir.), Le monde à la une. Une histoire de la presse par ses rubriques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53862

Haut de page

Rédacteur

Karine Abadie

Enseignante chercheuse à l’Université Memorial de Terre-Neuve (Canada), spécialiste de la littérature française de l’entre-deux-guerres et du discours critiques sur le cinéma des années 1920 et 1930.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search