Navigation – Plan du site

Pierre-Yves Cusset, François de Singly, Le lien social

Louise Horn
Le lien social
Pierre-Yves Cusset, Le lien social, Armand Colin, coll. « 128 », 2007, 125 p., EAN : 9782200347291.
Haut de page

Texte intégral

1Le lien social : dans nos sociétés modernes on entend parler de sa crise, voire de sa perte pour les plus pessimistes. Le lien social est une notion facilement mobilisable par son sens inductif, et c'est ainsi qu'on trouve de multiples raisons et exemples pour justifier ces inquiétudes qui deviennent nôtres. L'impression d'une moins grande préoccupation de l'autre, la sensation que la solidarité est une valeur qui se perd, sont des discours qui se développent aussi bien chez les journalistes que dans nos discussions quotidiennes.

2Mais qu'entend-on exactement par lien social ? Définir cette notion ne se révèle pas si facile. Pierre Yves Cusset va donc, dans la première partie de son ouvrage, observer, analyser et confronter les thèses de différents sociologues. De la différenciation entre Gemeinschaft (la communauté) et Gesellschaft (la société) par Tönnies, à la distinction entre les relations sociales dites de communalisation ou de sociation par Weber; l'auteur remarque que toutes ces analyses ont été déclenchées par des inquiétudes sur la capacité des sociétés modernes à préserver le « lien social » (qu'ils n'appelaient pas ainsi à l'époque). En effet, de grands bouleversements, industriels ou démocratiques semblaient mettre en danger la société. Ces sociologues mettaient aussi en avant les données morphologiques en notant qu'une société qui s'agrandit, est une société qui « pèse » moins directement sur les individus. Dans ce contexte, seul Durkheim semblait optimiste sur le fait que la division du travail pouvait être une source de solidarité. Optimisme vite perdu puisque cinq ans plus tard, il étudie le suicide à travers les failles de la socialisation, lesquelles sont pour certaines caractéristiques de nos sociétés modernes. Il souligne le fait que certains cadres sociaux n'ont pas su être remplacés, notamment les institutions locales qui laissent place à un État, « aussi envahissant qu'il est impuissant ». Le constat est plutôt sévère : un retour à des liens plus primitifs semble souhaitable pour maintenir les sociétés modernes qui ont besoin de liens affectifs pour intégrer les individus et les relier entre eux.

3L'auteur s'intéresse ensuite à une sociologie plus moderne, celle des réseaux. D'une manière très simple et intéressante il nous en présente les outils : la sociométrie, ou les graphes associés au calcul matriciel. Ces outils permettent d'exploiter toujours mieux des données et de confirmer ou non certaines intuitions, comme celles de Georg Simmel, qui avait étudié les liens qui unissent les individus, des plus forts aux plus informels. Il en avait déduit l'importance de la taille du groupe, et les différentes stratégies qui s'opèrent notamment au sein des triades (groupes de trois). S'agissant de la sociologie des réseaux, nous sont ensuite présentées deux thèses illustrées par des expériences, par exemple celle qui conclue sur le fait qu'à l'échelle de la planète, il ne faudrait pas plus de dix ou douze liens pour relier n'importe quels individus. Cette expérience, menée par Milgram en 1967 montre à quel point « le monde est petit ». Granovetter montrera, lui, l'importance des liens faibles, dans le sens où ceux-ci sont plus à même de nous faire accéder à de nouveaux groupes ou individus que nos liens forts avec qui nos réseaux sont souvent superposés. Est ensuite introduite et décrite la notion de capital social, avec toujours la même rigueur, du point de vue de Bourdieu, qui s'inscrit dans sa théorie sur la reproduction des inégalités, à celui de Coleman qui tente d'introduire dans les sciences sociales la rationalité, habituellement caractéristique des sciences économiques. Ils considèrent tous deux le capital social en rapport avec les individus qui peuvent alors accumuler ce capital (notamment chez Bourdieu où le sens du mot capital doit être pris au sens propre). Mais ce qui rend plus proche de la problématique le capital social, est la manière dont l'a envisagé Putnam, de manière collective, qui se rapproche alors du lien social. Il connaîtra un réel succès, par son article et ensuite son livre où il décrit le déclin du capital social aux Etats-Unis qui se constate dans de nombreux exemples, comme par exemple le fait que la participation à un parti politique se fait aujourd'hui d'une manière plus financière que par une présence à des réunions. Il nous montre aussi comment des théories sociologiques comme celle de Putnam peuvent être appliquées et utiles à des institutions internationales comme la banque mondiale et l'OCDE.

4Pierre Yves Cusset va ensuite, dans une seconde partie, analyser ce qui semblerait être une crise du lien social. Il montre ainsi que de véritables motifs d'inquiétudes sont observables. Dans la sphère privée, au sein de la famille, l'augmentation du nombre de divorce bouleverse l'institution, et plus de personnes vivent seules et éprouvent un sentiment de solitude, cause de davantage de dépressions. Dans la sphère publique, un investissement moins grand dans les enjeux collectifs est observé. Plus qu'en niant le constat, l'auteur va nous montrer que cette crise a pour contrepartie une augmentation des libertés individuelles. Notamment du processus d'individualisation qui est aussi une cause du sentiment de perte du lien social. Or, l'individualisation est aussi un acquis qu'il s'agit de préserver afin de combattre les relations imposées, ou les statuts hérités qui étaient plus courants dans des sociétés plus anciennes. Dans son dernier chapitre, l'auteur indique que si les relations avec les anonymes sont plus difficilement supportables, c'est que l'on a de plus en plus l'habitude de choisir nos relations, nos liens que l'on développe, et qu'il ne faut pas revenir sur cette chance. C'est ainsi qu'ont été mises en place d'autres expériences pour tenter de restaurer ce lien social, qui, comme l'a montré Putnam à l'aide d'un indicateur, est lié à l'état de santé ou d'éducation d'une population, mais également à la prospérité économique ou au niveau de démocratie d'un pays.

5Ce livre fait donc preuve d'une grande rigueur aussi bien dans la démarche que dans les analyses et nous aide à avoir un regard plus critique, plus nuancé sur une situation qui n'est pas simple. Il montre aussi qu'il est parfois difficile de définir avec précision des concepts et encore davantage de les chiffrer. Comme l'exemple des incivilités qui sont mesurables par la perception qu'on a de celles ci plus que les actes commis en eux même. Vis à vis de la délinquance, il nous est indiqué que s'il faut avoir une méfiance quant aux chiffres communiqués il ne faut pas non plus nier un phénomène qui est, sur le long terme, une tendance à la hausse de celle-ci. Cette lecture a donc été pour moi très enrichissante notamment pour l'allusion aux nombreux auteurs et à leurs analyses décrites de manière précises et toujours reliées entre elles; mais aussi parce que le livre montre l'importance de situer une problématique dans son contexte historique afin de mieux la comprendre et de se positionner. Cette lecture a également été particulièrement agréable. Le fait de s'attarder sur les enquêtes qui ont permis d'établir les résultats présentés est très intéressant et plaisant. De même pour les nombreux rapprochements illustrés par des exemples : le rapprochement historique entre les inquiétudes du XIXe siècle et les nôtres, le rapprochement entre les mécanismes qui s'opèrent partout (« aussi bien par les empires mondiaux que dans les rixes entre voyous), ou encore le rapprochement entre des liens qui nous paraissent si forts et tous les liens qui nous paraissent anodins. On observe ainsi le caractère universel du lien social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Horn, « Pierre-Yves Cusset, François de Singly, Le lien social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 22 février 2008, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/539

Haut de page

Rédacteur

Louise Horn

Elève de terminale ES.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page