Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Lise Conté (dir.), Une sociologie...

Lise Conté (dir.), Une sociologie pour l’action. Itinéraire et héritages de Jean-Daniel Reynaud

Célia Poulet
Une sociologie pour l'action
Lise Conté (dir.), Une sociologie pour l'action. Itinéraire et héritages de Jean-Daniel Reynaud, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2021, 145 p., ISBN : 978-2-35671-682-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’exception d’Alain Touraine, auteur de la première contribution.

1Jean-Daniel Reynaud (1926-2019), professeur honoraire au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM), est l’une des figures les plus influentes de la sociologie française de la seconde moitié du XXe siècle. Spécialiste du travail et des relations professionnelles, son œuvre a contribué à la réinvention de la discipline après la Seconde Guerre mondiale. En sa mémoire, un collectif de chercheur·ses et d’enseignant·es-chercheur·ses ont organisé en mai 2019, quelques mois après le décès du père de la théorie de la régulation sociale, une journée d’hommage à laquelle ont pu participer nombres de ses proches, collègues et ami·es. Ce court ouvrage reprend l’essentiel des communications prononcées lors de cette journée, poursuivant deux objectifs : multiplier les points de vue et les témoignages sur la carrière de Jean-Daniel Reynaud et porter un éclairage sur les conditions de production de sa pensée sociologique et son ancrage dans une sociologie générale. Lise Conté est le nom du collectif d’auteur·ices qui ont participé à cet ouvrage et dont ce compte rendu présente les différentes contributions1.

  • 2 EHESS, Paris.

2Alain Touraine2 est l’auteur du premier texte de cet ouvrage, intitulé « Une génération de nulle part ». Il y revient sur ses débuts en sociologie, partagés avec Michel Crozier et Jean-Daniel Reynaud, et sur la difficulté des jeunes universitaires à penser leur ancrage disciplinaire après la guerre, dans une société industrielle dont la pérennité semblait acquise. Trente ans plus tard, à l’issue des Trente Glorieuses, de profondes mutations y avaient cours, bouleversant le fragile équilibre entre patronat et corps ouvriers. Grand défenseur des syndicats comme outil d’une réelle négociation sociale, Jean-Daniel Reynaud fit le constat de leur relative impuissance en France, comme expression du fait que la France, pour lui, n’aurait jamais été une véritable société industrielle telle que ses voisines allemande et britannique. Alain Touraine en conclut que c’est précisément ce trait français – le refus de la social-démocratie à l’allemande – qui a empêché Jean-Daniel Reynaud d’occuper une place qui aurait dû lui revenir dans le paysage de la sociologie.

  • 3 Université Versailles Saint-Quentin, Paris-Saclay, laboratoire Printemps.

3La deuxième contribution est signée par le sociologue Marnix Dressen-Vagne3 et retrace, à partir de six entretiens biographiques que Jean-Daniel Reynaud a accordés à l’auteur en 2004, son éloignement progressif de la philosophie et son engagement dans la reconstruction de la sociologie du travail après la Seconde Guerre mondiale. D’abord intéressé par les écrits de Sartre, Jean-Daniel Reynaud prend ses distances avec ce « clan » à mesure que celui-ci se rapproche d’un marxisme qu’il juge dogmatique. Il rencontre la sociologie grâce à sa relation avec Jean Stoetzel à l’Institut français d’opinion publique (Ifop). Dans un contexte de relance après la guerre, c’est ce dernier qui le pousse à entrer au CNRS et à enseigner la sociologie, notamment à des professionnels. Le positionnement de Jean-Daniel Reynaud à l’égard de l’enseignement pour les « conseillers du travail » en entreprise est ici spécifiquement évoqué et permet de comprendre tout un pan de sa carrière : « mon problème était […] de fournir à des gens qui avaient une expérience très supérieure à la mienne, des moyens de l’analyser » (propos rapportés de J.-D. Reynaud, p. 39). L’auteur conclut ainsi que Jean-Daniel Reynaud est devenu sociologue dans une dynamique qui l’a conduit de l’intérêt pour l’histoire des idées à un goût pour la réalité observable et les enjeux sociaux du travail.

  • 4 Ancien directeur de recherches au CNRS.
  • 5 Mendras Henri (dir.), La Sagesse et le désordre, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des science (...)

4Le troisième article est signé par Pierre Grémion4 qui présente la notion de pléistocratie : « un excès de pouvoir des sujets, excès qui se traduit avant tout par une capacité de nuire » (p. 49). Jean-Daniel Reynaud développe cette notion dans le dernier chapitre de l’ouvrage collectif La Sagesse et le désordre, dirigé par Henri Mendras5. La pléistocratie y apparait comme l’un des risques contemporains pour l’avenir du pouvoir, dans un contexte marqué par la disparition des « formes anciennes de l’autorité » (p. 51) et le désintérêt, en particulier dans le monde du travail, pour la conception classique du contrat. Pour Jean-Daniel Reynaud, l’une des voies de sortie de cette situation est le développement des négociations, en tant que recherche d’un compromis mais aussi comme procédure de contrainte mutuelle entre les groupes sociaux.

  • 6 Professeurs émérites, Université Gustave Eiffel-LISIS.

5Dans le quatrième texte, Catherine Paradeise et Yves Lichtenberger6 reviennent sur l’engagement scientifique de Jean-Daniel Reynaud pour une sociologie à même d’éclairer les décisions du politique. Les auteurs retracent en particulier les grands traits de la théorie de la régulation sociale : immanence du social, lien structurel entre compromis et affrontement, fragilité des accords dans le monde du travail, possibilité de la coopération entre les parties dans le processus de recherche du compromis, importance primordiale des identités et des liens fabriqués par le travail en tant qu’institution. Ils soulignent l’intérêt que présente cette théorie pour penser non pas les seules institutions mais plutôt « l’acte d’instituer » (p. 60), en particulier dans le monde du travail où l’engagement des salariés se voit remis au centre des discours professionnels.

  • 7 CNAM, Lise-CNRS & Wissenschaftskolleg zu Berlin.

6Michel Lallement7 est l’auteur du cinquième texte, intitulé « la démocratisation du salut : Jean-Daniel Reynaud et la pléistocratie ». Il revient sur cette notion déjà introduite au troisième chapitre, qui est centrale dans sa contribution à l’ouvrage de Henri Mendras cité plus haut : « Tout le pouvoir au peuple ou De la polyarchie à la pléistocratie » (1973). Texte méconnu, celui-ci évoque la « crise de civilisation » (p. 67) que connaissent les sociétés occidentales depuis la fin des années 1960 et s’intéresse plus particulièrement aux grèves qui se multiplient et ont ceci de particulier qu’elles contestent, en partie, l’autorité des grandes organisations syndicales au profit d’une vision davantage locale du pouvoir, au sein de l’atelier. Cette pléistocratie, c’est-à-dire l’excès des pouvoirs en place, expression d’une « démocratisation du salut » que Jean-Daniel Reynaud observe et essaie de comprendre dans ses travaux, est au centre des constats du sociologue sur les sociétés contemporaines.

  • 8 IDHES, ENS Paris-Saclay.

7Dans le sixième chapitre, la sociologue Annette Jobert8 présente les grandes lignes de la théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, qui trouve ses origines dans l’étude des relations collectives de travail (entre syndicats de travailleurs et d’employeurs) et, plus largement, dans le positionnement de Jean-Daniel Reynaud entre action et science. L’auteure s’attarde sur certaines participations du sociologue à la décision publique : c’est le cas, par exemple, de la mensualisation des salaires dans les années 1960-1970, aux négociations de laquelle Jean-Daniel Reynaud participe en tant que « sage » nommé par le gouvernement. Le chapitre montre l’influence de ces expériences dans la formalisation d’une théorie de la régulation sociale : vision non déterministe de l’action sociale, où l’accent est moins mis sur l’institution en tant que structure unificatrice que comme lieu d’exercice de la pluralité des acteurs sociaux, où le compromis est symbolisé par le contrat, et où les notions d’engagement et de légitimité des règles sont centrales à la compréhension de l’action.

  • 9 Professeure, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, CERGAM, IAE Aix, Aix-en-Provence.
  • 10 Directeur de recherche au CNRS, Certop-CNRS-Universités Jean Jaurès et Paul Sabatier (Toulouse).
  • 11 Directeur de recherche émérite au CNRS, Certop-CNRS-Universités Jean Jaurès et Paul Sabatier (Toulo (...)
  • 12 Professeur, Université Côte d’Azur et GREDEG.

8Le septième chapitre, contributions collective signé par Nathalie Richebé9, Jens Thoemmes10, Gilbert de Terssac11 et Gérald Gaglio12, présente quelques mises en application de la théorie de la régulation sociale hors de la stricte analyse des relations. Dans un souci de concision, nous évoquerons seulement la troisième de ces recherches, portant sur le travail détaché dans le secteur du bâtiment, qui a recours en particulier à notion de « système social » inscrite dans la théorie de la régulation sociale. Non déterministe, les systèmes sociaux sont le résultat des règles mises en place, elles-mêmes résultant de processus de régulation matérialisés par les conflits et la négociation. La recherche évoquée par les auteurs repose sur l’hypothèse suivante : le travail détaché est plus qu’une règle, il s’agit d’un système social, construit en divergence avec la convention collective du secteur du bâtiment. Leur coexistence est ainsi analysée comme le résultat d’une régulation intermédiaire.

  • 13 CDFT, Direction des bibliothèques et de la documentation, CNAM, Paris

9Clôturé par une bibliographie complète établie par Corinne Lespessailles et Aurélie Puybonnieux13, cet ouvrage est accessible et constitue une bonne introduction à la sociologie de Jean-Daniel Reynaud. En retraçant non seulement les grands traits de sa sociologie mais aussi les grands moments de sa vie professionnelle autant qu’académique, il permet de mieux saisir comment s’est établie la théorie de la régulation sociale, au cœur des enjeux contemporains à son auteur. La lecture est parfois surprenante, tant les plumes sont différentes d’un chapitre à l’autre, et le mélange d’anecdotes sur l’auteur, de partage de souvenirs et de considérations théoriques s’avère un exercice relativement rare ; l’ouvrage constitue cependant, en un peu plus d’une centaine de pages, une excellente présentation d’une des sociologies les plus marquantes et originales de la deuxième moitié du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 À l’exception d’Alain Touraine, auteur de la première contribution.

2 EHESS, Paris.

3 Université Versailles Saint-Quentin, Paris-Saclay, laboratoire Printemps.

4 Ancien directeur de recherches au CNRS.

5 Mendras Henri (dir.), La Sagesse et le désordre, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1980.

6 Professeurs émérites, Université Gustave Eiffel-LISIS.

7 CNAM, Lise-CNRS & Wissenschaftskolleg zu Berlin.

8 IDHES, ENS Paris-Saclay.

9 Professeure, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, CERGAM, IAE Aix, Aix-en-Provence.

10 Directeur de recherche au CNRS, Certop-CNRS-Universités Jean Jaurès et Paul Sabatier (Toulouse).

11 Directeur de recherche émérite au CNRS, Certop-CNRS-Universités Jean Jaurès et Paul Sabatier (Toulouse).

12 Professeur, Université Côte d’Azur et GREDEG.

13 CDFT, Direction des bibliothèques et de la documentation, CNAM, Paris

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Lise Conté (dir.), Une sociologie pour l’action. Itinéraire et héritages de Jean-Daniel Reynaud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53909

Haut de page

Rédacteur

Célia Poulet

Docteure en sociologie, chercheuse à la Haute École de santé Vaud (HES-SO/HESAV, Lausanne).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search