Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Olivier Martin et Éric Dagiral (d...

Olivier Martin et Éric Dagiral (dir.), Les liens sociaux numériques

Sylvain Besençon
Les liens sociaux numériques
Olivier Martin, Eric Dagiral (dir.), Les liens sociaux numériques. Pratiques et usages du web, Paris, Armand Colin, coll. « Sociologia », 2021, 350 p., préf. François de Singly, postf. Patrice Flichy, ISBN : 978-2-200-62695-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Martin Olivier, Dagiral Éric (dir.), L’ordinaire d’internet, Paris, Armand Colin, 2016.

1Du tricot à Facebook, en passant par des rencontres avec des inconnu·e·s et des promenades en ville ou en montagne, les sujets abordés dans cet ouvrage dépassent largement le « cyberespace », et leur étude montre le prolongement et l’intrication des espaces en ligne et hors ligne. « La vitalité des pratiques numériques est avant tout une affaire de conversation », soulignent Dominique Cardon et Christophe Prieur, p. 261. C’est pourquoi l’interaction est au centre des douze contributions proposées dans cet ouvrage, qui fait suite à un premier recueil1 paru en 2016 et dont plusieurs chapitres ont été réactualisés ici. L’analyse des sociabilités ordinaires contemporaines nous apprend comment les interactions en ligne s’ajoutent, prolongent, voire troublent les liens familiaux, amicaux, amoureux et professionnels.

2François de Singly insiste d’ailleurs sur cet aspect dans sa préface en proposant une réflexion sur la continuité, plutôt que la rupture, qu’apporte la spécificité des liens sociaux numériques. Il emprunte à Georg Simmel plusieurs concepts afin d’offrir un cadre théorique sur les contributions empiriques de l’ouvrage. L’introduction des directeurs de l’ouvrage offre quant à elle une nécessaire mise en contexte théorique et méthodologique. Olivier Martin et Éric Dagiral insistent notamment sur l’intrication du numérique dans nos vies ordinaires en parlant des « faits sociaux technicisés » qui ne s’opposent pas aux autres faits sociaux, mais les complètent et les complexifient : « les faits sociaux sont, très probablement et dans leur immense majorité, des “faits sociaux technicisés” : des dispositifs techniques interviennent, d’une manière ou d’une autre, dans les pratiques sociales, dans les interactions, dans les comportements individuels comme collectifs » (p. 14). Dans une perspective pédagogique, les auteurs exposent ensuite trois pièges à surmonter et cinq points d’attention. Ils mettent en garde contre les hypothèses des déterminismes technique et social et soulèvent le piège de considérer l’espace des faits sociaux et celui des faits techniques comme étanches l’un à l’autre. Passée cette mise en garde, les auteurs présentent les principes d’inclusion, de non-séparation, d’indétermination, de non-neutralité et d’intrication de la matérialité et de l’immatérialité qui ont gouverné la réalisation des enquêtes présentées ici.

3Cette attention pédagogique se retrouve d’ailleurs tout au long du livre. En effet, la quasi-totalité des contributions s’accompagnent d’un encadré méthodologique qui présente les conditions d’enquête et chaque chapitre se termine par un autre encadré qui propose différentes pistes et références servant à prolonger la réflexion.

  • 2 Le terme d’« embrouille » est le terme émique communément utilisé par les adolescent·e·s cité·e·s p (...)

4Les douze propositions qui suivent cette introduction sont organisées en trois parties de quatre chapitres chacune : la première partie sur « les dynamiques des liens privés » réunit des contributions sur les liens familiaux en milieu rural (chap. 1, de Dominique Pasquier), l’exposition de la sexualité à l’adolescence (chap. 2, de Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux), les embrouilles entre adolescent·e·s et le (cyber)harcèlement (chap. 3, de Nathalie Dupin), ainsi que les pratiques de déconnexion lors des randonnées en montagne (chap. 4, de Caroline Datchary, Pierre Mercklé, Delphine Moraldo et Benoît Tudoux). Cette première partie illustre l’intrication de ce qui se passe en ligne et hors ligne. Le troisième chapitre sur les « embrouilles »2 adolescentes en est un bon exemple. S’appuyant sur de nombreuses citations du terrain qui rendent très concrète l’analyse, Nathalie Dupin montre comment les réseaux sociaux rendent visibles et prolongent les relations sociales ordinaires entre adolescent·e·s. Sans tomber dans la généralisation abusive, elle développe le concept de « présence-ligne » avant d’analyser trois différents exemples impliquant des triangles amoureux, des rumeurs et la publication de photographies en ligne. Nathalie Dupin souligne le point de basculement que constitue généralement l'intervention d'un tiers dans la relation et propose une typologie chronologique et séquentielle de ces embrouilles : la survenue de tensions, le point de basculement lié à l'intervention d’un tiers qui rend publique l'embrouille, et la résolution éventuelle du conflit conditionnée notamment par l’importance de sa diffusion en ligne. Cette recherche ouvre donc la porte à l'étude des (cyber)violences et du (cyber)harcèlement à l’adolescence, en ligne ou hors ligne.

5La deuxième partie concerne « les activités de sociabilité, créatrices de liens ». Les auteur·trice·s y abordent les pratiques de jeu avec l’exemple de Pokémon Go (chap. 5, de Vincent Berry et Samuel Vansyngel), une plateforme numérique qui permet de rencontrer et de sortir avec des inconnu·e·s (chap. 6, d’Anne-Sylvie Pharabod), la littératie des étudiant·e·s universitaires, en particulier en situation de pandémie et d’enseignement à distance (chap. 7, de Cédric Fluckiger) et la production de connaissance et de lien social dans des collectifs d’amateurs (chap. 8, de Valérie Beaudouin). Dans ce huitième chapitre, l’autrice souligne que ces forums amateurs ne peuvent être réduits à un espace d’interaction mais sont aussi le lieu de production de connaissance : « Ils sont des lieux de résolution et de régulation des conflits dans l’écologie des idées et des lieux de construction de relations » (p. 180). Valérie Beaudouin décrit finement comment ces forums organisent la discussion, notamment en créant des « espaces de conversation par écrit à plusieurs avec mémoire » (p. 186) qui permettent une participation synchrone à la discussion ainsi qu’une lecture asynchrone sur le mode d’archive. Elle démontre finalement que ces forums ne sont pas des espaces cloisonnés mais qu’ils se trouvent au contraire connectés à d’autres lieux et d’autres publics, ce qui s’avère d’ailleurs également le cas pour la plupart des dispositifs analysés dans l’ouvrage.

6La troisième partie, portant sur « les plateformes et dispositifs de mise en relation des individus », aborde les applications de rencontres amoureuses (chap. 9, de Marie Bergström), une plateforme de partage de modèles de tricot et crochet (chap. 10, de Vinciane Zabban) et des plateformes pour trouver des jobs d’étudiant·e·s (chap. 11, d’Élise Tenret, Marie Trespeuch et Élise Verley). Moi-même tricoteur, j’ai été particulièrement intéressé par le chapitre de Vinciane Zabban qui m’a fait découvrir le maillage d’une infrastructure complexe et riche qui permet autant que contraint des formes d’échange de savoir, de modèles et de réalisation. L’autrice présente Ravelry, une plateforme centrale pour le tricot en ligne. Elle décrit comment « Internet ouvre de nouvelles possibilités en matière de production comme de distribution des modèles et des matières premières » (p. 221). Alors que cette plateforme hautement spécialisée favorise le développement d’une culture technique, la standardisation de ses pages est également vécue comme une contrainte, notamment en empêchant le partage de travaux de couture par exemple. Le tricot permet ici d’aborder la question de l’architecture de ses plateformes, des avantages et inconvénients de la standardisation, ainsi que les nouvelles formes d’échanges, marchands ou non, qui fleurissent en ligne.

7Le douzième chapitre, de Dominique Cardon et Christophe Prieur, propose une réflexion plus large sur la question des interactions dans les espaces numériques en analysant le continuum de pratiques entre les interactions de « forme commentaire » et celles de « forme conversation ». Les premières consistent en des commentaires disjoints qui viennent accompagner un contenu publié alors que les secondes correspondent à des discussions qui mobilisent parfois du contenu publié ailleurs. Entre ces deux pôles, existe un continuum de « dispositifs articulant étroitement la présence d’un attracteur […] et d’un système d’échange » (p. 263). À travers ce parcours dans l’histoire des dispositifs de conversations sur le web, les auteurs proposent une stimulante photographie des modalités contemporaines d’interaction en ligne.

8La conclusion de l’ouvrage est signée par Olivier Martin et Éric Dagiral. Elle souligne notamment le fait que « [la] fabrication des techniques intègre un ensemble de choix sociaux relatifs à la forme, aux principes et aux règles qui les constituent, et en particulier aux possibilités ouvertes – ou non ! – par les dispositifs eux-mêmes vis-à-vis des usagers auxquels ils sont destinés a priori » (p. 285). Finalement, une postface de Patrice Flichy clôt l’ouvrage. « L’hybridité est d’abord une cohabitation » (p. 289), écrit-il, avant d’élaborer, sous le prisme de l’hybridité, les pratiques contemporaines de sociabilité, les nouveaux rapports entre le travail et les loisirs, les nouvelles formes d’expression publique et finalement les méthodes offertes par les technologies numériques.

9La diversité des études proposées et l’attention marquée sur les questions de méthodologie d’enquête font de cet ouvrage un opus à recommander à tout·e·s les étudiant·e·s en sciences sociales. Ils et elles auront un vaste aperçu de ce qu’il est possible de faire, profiteront de judicieux conseils méthodologiques et, surtout, découvriront comment le numérique s’est immiscé dans chaque recoin des sociétés contemporaines. Par ailleurs, ils et elles pourront se retrouver au moins dans deux contributions, spécifiquement centrées sur le « métier d’étudiant·e ». La première, de Cédric Fluckiger, mobilise le concept de « littéracie numérique » afin d’explorer comment les étudiant·e·s négocient leurs parcours numériques en entrant à l’université. Le concept de littéracie numérique permet de « regarder comment les changements technologiques transforment les rapports sociaux, le rapport au savoir, le rapport à la technique et toutes la société » (p. 163). La seconde, d’Élise Tenret, Marie Trespeuch et Élise Verley, étudie le marché des jobs étudiants qui repose de plus en plus sur des plateformes. Ce chapitre, basé sur des données datant du printemps 2020, décrit de manière fine les promesses des plateformes et les valeurs qu’elles prônent, notamment la flexibilité, une meilleure gestion du temps et la facilité d’une mise en réseau. La lecture aisée de ce livre ne signifie cependant pas que les spécialistes des études numériques n’y trouveront pas leur compte car chacune des contributions propose une analyse fine, détaillée et actuelle, menée par des expert·e·s renommé·e·s du domaine. De plus, si plusieurs contributions de cet ouvrage sont des rééditions d’articles publiés ailleurs, le tout n’en reste pas moins très actuel et original. Chaque contribution présente de manière très descriptive des faits spécifiques, avec pour corollaire ce que j’ai ressenti parfois comme un manque de généralisation. En effet, bien que plusieurs notions importantes soient présentées au fil des chapitres, j’ai regretté l’absence d’approfondissements théoriques dans certains textes. Les encadrés en fin de chapitre permettent cependant de pallier cela en évitant peut-être une certaine lourdeur dans un ouvrage qui se veut avant tout empirique et accessible. Mis à part ce petit bémol, cet ouvrage me semble être un ouvrage clé pour toute personne s’intéressant à la manière dont le numérique pénètre nos vies sociales.

Haut de page

Notes

1 Martin Olivier, Dagiral Éric (dir.), L’ordinaire d’internet, Paris, Armand Colin, 2016.

2 Le terme d’« embrouille » est le terme émique communément utilisé par les adolescent·e·s cité·e·s par l’autrice. Il ne suggère en aucun cas une minimisation du sérieux et de la gravité de ces embrouilles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Besençon, « Olivier Martin et Éric Dagiral (dir.), Les liens sociaux numériques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53919

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Besençon

Doctorant en anthropologie sociale à l’Université de Fribourg (Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search