Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Annabel Vallard, Stéphane Renness...

Annabel Vallard, Stéphane Rennesson (dir.), « Abîmes, abysses, exo-mondes. Explorations en milieux-limites », Techniques & culture, n° 75

Grégory Gandon
Abîmes, abysses, exo-mondes
Annabel Vallard, Stéphane Rennesson (dir.), « Abîmes, abysses, exo-mondes. Explorations en milieux-limites », Techniques & culture, n° 75, 2021, 221 p., Paris, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2874-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 75 de la revue Techniques & Culture est consacré à l’exploration des milieux limites, c’est à dire des environnements où les humains ne peuvent vivre ou travailler normalement, aux confins des espaces anthropisés. Élaboré lors du premier confinement, il fait le parallèle entre d’une part l’isolement et le cloisonnement subis suite à la pandémie, d’autre part l’exploration des milieux limites à travers une pensée déconfinée.

2Les milieux limites se caractérisent par leur difficulté à les saisir à cause de leurs frontières instables qui, à peine établies, sont déjà repoussées. En effet, les humains ont largement parcouru des espaces inamicaux, et s’y sont même parfois implantés. Les limites ont donc été maintes fois déplacées. La limite entre intériorité et extériorité devient alors flou, tant la frontière est mouvante. Toutefois, certains environnements semblent d’une extériorité absolue : les humains ne peuvent pas naturellement les atteindre ou y demeurer. Seuls d’importants efforts physiques et mentaux, et surtout la création d’objets technologiques, ont permis de les parcourir. C’est par exemple le cas des milieux subaquatiques, où les humains ne peuvent tout simplement pas respirer. Cependant, par des techniques d’apnée, puis l’invention des scaphandres (à casque ou autonome), les humains peuvent désormais les explorer. Et quand la pression de l’eau dépasse les limites de la résistance physiologique humaine, l’envoi de sous-marins permet tout de même, par machine interposée, la présence humaine.

3Bien que les milieux limites soient hostiles par nature, ils n’en restent pas moins attractifs. En effet, dans son article « Suivre une trace, ressentir une ambiance », Gwendoline Torterat relate les recherches archéologiques sur les grottes ornées d’Arcy-sur-Cure en Bourgogne. Elle montre la présence des humains préhistoriques dans des espaces naturellement inaccessibles car privés de la lumière nécessaire à notre déplacement. Elle fait alors le lien avec notre attrait, encore actuel, pour l’exploration spéléologique. Ce comportement exploratoire serait lié à une réponse émotionnelle venant des sentiments provoqués par les milieux souterrains eux-mêmes. Dans l’article « Les étranges pérégrinations d’Alexandre le grand. Explorations sous-marine et céleste », Maud Pérez-Simon traite du livre médiéval La vie d’Alexandre, qui raconte le parcours fantasmé du fond des mers et même du ciel par Alexandre le grand, devenu symbole de l’explorateur sans limite. Là encore, les milieux sous-marins et céleste, inconnus à l’époque, inspirent les auteurs. C’est la curiosité qui est le moteur d’Alexandre lors de ses voyages. Et c’est cette même curiosité qui a guidé les auteurs dans leur rédaction. Les mondes explorés se montrent fabuleusement riches, aussi bien matériellement (perles) qu’émotionnellement (animaux fantastiques). De nos jours, l’attrait des milieux limites est encore très présent. En témoigne l’article « Dans les profondeurs du code » d’Angelo Careri. Il y décrit la création des premiers jeux vidéo, dont Colossal Cave Adventure, qui est directement inspiré par l’exploration d’un réseau souterrain dans le Kentucky en 1972.

4Si les milieux limites sont attractifs, ils sont aussi redoutés. Ils créent donc un sentiment ambivalent, mêlé d’attirance et de répulsion. En effet, la spéléologie peut amener des sentiments de claustrophobie susceptibles d’entraîner une véritable panique. Dans l’article « Ce qui est en bas », Claire Parizel décrit ainsi une performance connexe, simulacre de divination qui nous emmène dans le monde sombre des ténèbres. Un autre exemple est donné par l’article « Plongée profonde au corail » de Gilles Raveneau. Il y montre la crainte toujours présente chez les plongeurs qui doivent descendre à une grande profondeur pour cueillir des coraux. Car la dissolution de l’air dans le sang, provoquée par l’augmentation de pression, favorise la narcose. En créant une ivresse, elle modifie la conscience des plongeurs, qui risquent alors l’accident. Ainsi, certains plongeurs préfèrent utiliser de l’hélium, qui diminue la narcose, et favorise la lucidité, mais laisse le plongeur seul face à ses propres craintes. En comparant le travail des corailleurs aux mythes de l’antiquité, l’article montre alors que lutter avec les limites de l’organisme lors des plongées peut être comparé au combat contre la gorgone, monstre pétrifiant ceux qui osaient la regarder dans les yeux. Enfin, dans leur article « Quand les hommes respirent sous l’eau et volent dans l’air », Caroline Moricot et Céline Rosselin-Bareille dévoilent les appréhensions des pilotes de chasse. Dans ce cas-là, l’étroitesse du cockpit serait dans un premier temps vécue comme un cercueil. Les premiers vols deviendraient de ce fait angoissants, pouvant provoquer de la panique chez le pilote. Là encore, l’attrait du ciel est ainsi contrarié, au moins initialement, par l’hostilité de l’environnement.

5Les milieux limites étant trop hostiles pour espérer naturellement les sonder, leur atteinte n’est rendue possible que par l’apport de la technologie. Les objets techniques deviennent alors, bien plus que des aides, de véritables prolongements du corps humain. Dans l’article « L’esprit de profondeur », Jean-Pierre Bartholeyns aborde ainsi l’évolution du matériel de spéléologie, qui explique les progrès opérés et l’exploration toujours plus lointaine des réseaux cavernicoles. C’est l’amélioration continue du matériel, permise par une inventivité croissante de l’esprit humain, qui autorise un sondage toujours plus profond des cavités. Un matériel plus performant permet en effet d’économiser l’énergie du corps humain, pour éviter d’atteindre trop rapidement les limites physiologiques. Mais pour être efficaces, les innovations techniques doivent toujours s’appuyer sur le milieu limite lui-même. C’est d’autant plus important qu’en spéléologie, le retour peut être plus épuisant que l’aller. Dans l’article « Explorer, équiper et représenter grottes et réseaux », Philippe Fleury traite alors du même sujet en présentant l’aménagement progressif du réseau de la Diau en Haute-Savoie. Ce réseau de plus de 45 km de cavités est exploré depuis 1837, et ce sont les inventions, les aménagements, la technicité du matériel et la cartographie qui ont permis son exploration complète. Autre exemple, l’article « Simuler la vie dans l’espace » de Ségolène Guinard, qui présente l’installation soviétique Bios, qui permettait d’envisager des voyages spatiaux de longue durée. La technique y était très poussée. Elle devait permettre de vaincre l’hostilité extrême du milieu interplanétaire. Notamment, la régénération permanente de l’environnement devait gommer le temps et favoriser une vie stable dans l’espace. Ainsi, parcourir le sol d’autres planètes serait devenu possible.

6Il reste néanmoins des environnements si limites qu’ils ne peuvent pas encore permettre la présence humaine. Dès lors, une première possibilité est de remplacer les humains par des machines. Par exemple, dans « Habiter les abysses ? », Jeremie Brugidou et Fabien Clouette montrent comment le robot Bathy Bot remplace les humains dans l’hostilité des abysses, à 2400 mètres de profondeur. Piloté par internet, il devient le prolongement cybernétique des humains à distance. La caméra devient l’œil de l’opérateur, tandis que le bras robotique est sa main. Mais ce n’est pas le seul cas de figure possible. Autre possibilité, le voyage par la pensée. À ce sujet, l’article « Faire entrer les mondes en résonance » de Lisa Messeri nous invite à son tour à dépasser la simple simulation des exo-mondes pour entrer en résonance avec eux. À travers le lien émotionnel créé, l’imagination humaine est selon elle libérée, et les expériences vécues sont semblables aux explorations lointaines. Par exemple, la surface de Mars peut se rencontrer dans le désert de l’Utah, et l’observation de la Terre y devient celle d’exoplanètes. Enfin, dans l’article « L’exotech entre ciel et Terre », Emmanuel Grimaud explore la désincarnation et la visite de l’univers entier à travers les pratiques yogiques. Dans ce cadre, la force de l’autosuggestion permettrait alors de dépasser toutes les limites.

7En conclusion, ce numéro de la revue Techniques & Culture offre une immersion complète et passionnante dans la problématique des milieux hostiles et de leur exploration. Il permet d’aborder de nombreuses thématiques techniques, scientifiques, sociologiques et philosophiques qui peuvent être remobilisées dans bien d’autres contextes. Il interroge les notions d’intériorité et d’extériorité, dont les limites floues des environnements extrêmes gomment les frontières. La technique indispensable pour vaincre les milieux hostiles se mêle alors à l’émotion de la découverte et à l’appréhension d’une absence de retour. Ce faisant, comme annoncé, l’opus offre une pensé déconfinée, si nécessaire dans la situation sanitaire actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Gandon, « Annabel Vallard, Stéphane Rennesson (dir.), « Abîmes, abysses, exo-mondes. Explorations en milieux-limites », Techniques & culture, n° 75 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53930

Haut de page

Rédacteur

Grégory Gandon

Professeur agrégé en sciences de la vie, de la Terre et de l’univers.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search