Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jean-Luc Nancy, Irving Goh, The d...

Jean-Luc Nancy, Irving Goh, The deconstruction of sex

Christophe Premat
The Deconstruction of Sex
Jean-Luc Nancy, Irving Goh, The Deconstruction of Sex, Durham, Duke University Press, 2021, 120 p., Afterword Claire Colebrook, ISBN : 978-1-4780-1435-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-François Lyotard, Pérégrinations, Paris, Éditions Galilée, 1990, p. 39.
  • 2 Jean-Luc Nancy, Sexistence, Paris, Éditions Galilée, 2017.

1On ne pouvait pas trouver un titre plus provocateur à cette conversation entre Irving Goh et Jean-Luc Nancy. Pourtant, ce n’est pas la « déconstruction du sexe » opérée par les deux auteurs qui constitue une provocation, mais bien le discours actuel sur le sexe. Entendons-nous bien : lorsqu’aujourd’hui nous voulons aborder la question du sexe, il est primordial de définir le champ concerné. Parlons-nous des organes sexuels masculins et féminins ou plutôt de la relation entre hommes et femmes, et donc de la question des sexes ? Ou encore, parlons-nous uniquement du coït ? La déconstruction ne se réduit pas à un jeu linguistique, car elle commence souvent par une clarification des termes dans une langue donnée1. Cette conversation proposée par Irvin Goh, maître de conférences en études françaises à l’Université de Cambridge, s’appuie en réalité sur la publication de l’ouvrage de Jean-Luc Nancy autour de la Sexistence2. Pour Jean-Luc Nancy, nous sommes traversés par le sexe, d’où la création de ce terme qui signifie l’existence en tant qu’elle est agitée par la relation au(x) sexe(s) dans toutes ses dimensions. Ce dialogue entre Irving Goh et Jean-Luc Nancy est de facto le dernier livre produit avec Jean-Luc Nancy (1940-2021).

  • 3 Jean-Luc Nancy, Le Sens du monde, Paris, Éditions Galilée, 1993. Jean-Luc Nancy, La Création du mon (...)
  • 4 Jean-Luc Nancy, L’« il y a » du rapport sexuel, Paris, Éditions Galilée, 2001 ; Jean-Luc Nancy, Je (...)
  • 5 Jacques Derrida, Le Toucher. Jean-Luc Nancy, Paris, Éditions Galilée, 2000.
  • 6 Voir http://www.irving-goh.com/about ; Irving Goh, L’Existence prépositionnelle, Paris, Galilée, 20 (...)
  • 7 Cette dimension se lit dans les ouvrages, mais aussi les articles écrits en collaboration. Citons p (...)

2Jean-Luc Nancy a été un grand philosophe de la déconstruction et a constamment réinterrogé la crise de sens au sein de la modernité3. Il s’est penché très tôt sur les questions de l’amour, de la sexualité et du sexe avec la publication de plusieurs écrits majeurs, L’«  il y a » du rapport sexuel, Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément…, Vous désirez ? pour ne citer que ceux-ci4. Son ami Jacques Derrida lui avait même consacré un livre portant sur la thématique du toucher qui lui était chère5. Irving Goh a pour sa part publié aux éditions Galilée en 2019, L’Existence prépositionnelle6et a témoigné d’un intérêt pour les questions soulevées par les philosophes postmodernes français. Jean-Luc Nancy a toujours eu à cœur de transmettre, c’est la raison pour laquelle une part non négligeable de ses écrits sont en fait des dialogues7.

3Ce dialogue entre Jean-Luc Nancy et Irving Goh a été transcrit en français avant d’être arrangé et publié en anglais suite à des entretiens qui se sont tenus entre mars 2018 et juin 2019 (p. 1 ; p. 14). Le titre indique le cœur de la problématique puisque le sexe lui-même est déjà déconstruction des discours qui lui sont appliqués. Ce dialogue est ainsi fondamental à l’heure où un soupçon global est jeté sur les rapports entre les sexes à la suite des dénonciations de harcèlement sexuel portées par le mouvement #MeToo (p. 17). Le sexe semble être marqué par l’excès et le trouble qui le rendent suspect à bien des égards. Il envahit toutes les sphères de l’existence sociale en se déclinant aux niveaux éthique, politique, ontologique et esthétique (p. 3 ; p. 21). En d’autres termes, il traverse le sujet sans que celui-ci n’ait de prise. La sexistence est le concept créé par Jean-Luc Nancy pour qualifier cet état de coexistence des êtres dans les relations de type sexuel. En fait, nous sommes jetés dans une condition sexuée avec laquelle nous avons à entretenir des rapports sociaux.

  • 8 Qui ne connaît d’ailleurs l’expression tirée de la Bible : « les voies du Seigneur sont impénétrabl (...)

4D’emblée, le trouble sexuel est décrit dans sa capacité à s’immiscer entre les êtres, ce qui est le sens de la pénétration (p. 21). Cette pénétration désorganise l’ordre circonstanciel et vient bouleverser la relation entre les êtres. Le sexe s’invite presque par effraction à l’aide d’un accord tacite, Jean-Luc Nancy préférant parler d’une forme de mystère de la pénétration (p. 22)8. La déconstruction elle-même est de ce point de vue non pas similaire au sexe mais elle est sexe, elle vient ouvrir de nouvelles dimensions en bouleversant un sens préétabli, c’est-à-dire qu’elle vient disposer le sujet d’une autre façon. Pour les êtres humains, le sexe se caractérise par le contact entre les corps, les corps eux-mêmes reflètent entièrement les modalités de cette sexistence (p. 22 ; p. 24). Certes, dans le désir, il y a bien cette dimension pulsionnelle caractérisée par la poussée difficilement contrôlable, mais le sexe défie toute logique préexistente ; il en va de même pour la déconstruction, que Jean-Luc Nancy n’entrevoit pas comme une méthode mais comme une exploration (p. 23).

5Le dialogue porte donc bien sur le débordement des êtres par le sexe et leur mise en abyme à tous les sens du terme, Jean-Luc Nancy distinguant bien la profondeur abyssale, le « sans fond océanique », du gouffre, le « sans fond cosmique » (p. 29). Dans cette proximité des êtres, se trame une relation hors normes. En aucun cas, le sexe n’est restreint à une excitation des organes sexuels, puisqu’il provoque plutôt un trouble de l’existence en semant la frustration, l’inquiétude, le tourment. Vivre sa sexistence implique de passer l’épreuve de ces différents stades (p. 30).

6Dans le dialogue entre Nancy et Goh, le sexe excède la jouissance, il n’éteint ni ne satisfait le désir, car il est porté par une dynamique d’extension se traduisant par le mot anglais enjoyment (p. 33). En l’occurrence, enjoyment est apparu au XIVe siècle avec une étymologie proche de l’ancien français enjoir indiquant le fait de redonner de la joie et du plaisir9. Plus spécifiquement, dans l’enjoyment, l’ego se perd lui-même dans l’objet visé de son désir (p. 33).

7Le dialogue se poursuit en évoquant l’un des domaines importants de la pensée de Jean-Luc Nancy, celui d’une phénoménologie du toucher. La touche reste en surface, elle met en relation sans proposer une quelconque pénétration intime (p. 37). Elle est de l’ordre de la caresse, de l’effleurement, elle suggère une affection particulière, une Stimmung au sens heideggérien (p. 39). Une touche peut sans aucun doute créer le scandale lorsqu’elle est mal reçue et qu’il y a forçage implicite et effraction intime. Goh n’hésite pas à retranscrire la vision derridienne de la souveraineté, dans la mesure où dans la caresse se joue un (dés)accord tacite entre deux êtres (p. 40). L’amour invite les protagonistes à faire preuve d’une souveraineté partagée, un « partage impartageable » (p. 67), à moins qu’un acte unilatéral ne soit dénoncé. Avant que ce contrat de l’intime ne soit établi, les caresses fonctionnent comme une forme de négociation, de jeu au sens d’enjoir (p. 74).

8Goh et Nancy abordent à plusieurs reprises la question du viol, défini comme la négation absolue de l’autre dans l’acte sexuel (p. 44). Le viol est en réalité le spectacle de cette violence où l’autre est rejeté en totalité ; il ne produit en outre aucune satisfaction, parce qu’il est la réduction de l’agresseur à sa propre poussée, à son pouvoir autoritaire. Dans une perspective de S/excription c’est-à-dire d’expression de l’intimité par le sexe, le viol n’a finalement rien de sexuel puisqu’il est cette volonté de puissance absolue (p. 71). Il suffit d’ailleurs de lire le récit des victimes de viol pour voir comment cette pauvre mécanique de la répétition se met en place avec des comportements tristement similaires. La S/excription n’est pas une assignation du sexe à un quelconque comportement prédéterminé, elle est ce qui permet de lire la manière dont les êtres s’extraient de leur condition pour entrer en relation (p. 76). Plus fondamentalement, la S/excription est une dimension de la sexistence par laquelle les êtres se saisissent dans leur capacité à sortir d’eux-mêmes ; on retrouve ici les inspirations heideggérienne et derridienne de l’ekstase qui nourrissent les philosophies de Jean-Luc-Nancy et d’Irving Goh et qui décrivent finement les mécanismes de cette sortie de soi.

  • 10 Nous voyons ici la différence entre les approches de Jean-Luc Nancy et de Julia Kristeva qui, elle, (...)

9Ce qui fascine dans ce dialogue, c’est le fait que les deux auteurs en restent à une interprétation strictement philosophique de la relation sexuelle et sexuée à l’aide d’exemples tirés de la littérature et de l’actualité. Jamais ils ne se livrent à une quelconque entreprise psychanalytique, puisque l’objectif est de comprendre les modalités d’attachement et de détachement des êtres, à savoir les dimensions de l’attraction et du rejet qui innervent les relations amoureuses10. En définitive, le dialogue souhaite restituer la pluralité des actes intimes entre sujets responsables et la beauté de cette co-souveraineté invisible, de cet accord secret entre les êtres. Ce que manquent la pornographie et les différentes marchandisations des objets sexuels, c’est la polyphonie des rencontres intimes, ce que la littérature entrevoit et prolonge d’une certaine manière (p. 68). Ainsi, la déconstruction du sexe ne vise pas tant à dénoncer les régimes sociaux en vigueur, que ce soit l’autoritarisme patriarcal ou hétérosexuel, qu’à penser la pluralité infinie des échanges intimes (p. 90). In fine, le sexe est certainement la promesse d’une relation à venir.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Lyotard, Pérégrinations, Paris, Éditions Galilée, 1990, p. 39.

2 Jean-Luc Nancy, Sexistence, Paris, Éditions Galilée, 2017.

3 Jean-Luc Nancy, Le Sens du monde, Paris, Éditions Galilée, 1993. Jean-Luc Nancy, La Création du monde ou la Mondialisation, Paris, Éditions Galilée, 2002.

4 Jean-Luc Nancy, L’« il y a » du rapport sexuel, Paris, Éditions Galilée, 2001 ; Jean-Luc Nancy, Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément…, Paris, Bayard, 2009 ; Jean-Luc Nancy, Vous désirez ?, Paris, Bayard, 2013.

5 Jacques Derrida, Le Toucher. Jean-Luc Nancy, Paris, Éditions Galilée, 2000.

6 Voir http://www.irving-goh.com/about ; Irving Goh, L’Existence prépositionnelle, Paris, Galilée, 2019.

7 Cette dimension se lit dans les ouvrages, mais aussi les articles écrits en collaboration. Citons par exemple celui-ci : Marcia Sá Cavalcante Schuback et Jean-Luc Nancy, « Heidegger et la traduction occidentale », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, n° 36 ? 2014, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/cps.1337.

8 Qui ne connaît d’ailleurs l’expression tirée de la Bible : « les voies du Seigneur sont impénétrables » ? « Quelle profondeur ont la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies impénétrables ! » (Épître aux Romains, 11 : 33-36). Jean-Luc Nancy ne commente pas cette dimension, mais nombre de ses écrits font écho à ces énonciations érotiques portées par la religion chrétienne. Il évoque également la notion d’impénétrable dans ce dialogue (p. 27).

9 Voir https://www.etymonline.com/word/enjoyment#etymonline_v_32570 (consulté le 17 janvier 2022).

10 Nous voyons ici la différence entre les approches de Jean-Luc Nancy et de Julia Kristeva qui, elle, sur une interprétation psychanalytique, avait élaboré le concept d’abjection pour comprendre les manifestations des mécanismes d’amour et de haine. Voir Julia Kristeva, Pouvoirs de l’horreur : essai sur l’abjection, Paris, Seuil, 1980. Jean-Luc Nancy semble effectuer une allusion directe à l’œuvre de Kristeva lorsqu’il déclare que nous sommes « étrangers à nous-mêmes au plus intime de nous-mêmes » (p. 69).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Jean-Luc Nancy, Irving Goh, The deconstruction of sex », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 janvier 2022, consulté le 02 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53956

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Maître de conférences en études culturelles à l’Université de Stockholm.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search