Navigation – Plan du site

« L’engagement », Tracés, n° 11, 2006

Isabelle Mallon
L'engagement
« L'engagement », Tracés, n° 11, 2006, 233 p., ENS Éditions.
Haut de page

Texte intégral

1L’engagement est une notion aux usages multiples, tant dans le sens commun que dans l’univers scientifique. Cette multiplicité des usages dépend en partie des mondes sociaux et des univers de référence dans lesquels se situe l’engagement : ainsi l’engagement politique de l’intellectuel se différencie-t-il de l’engagement professionnel d’un individu dans sa carrière, ou encore de l’engagement physique d’un alpiniste dans un passage de rocher « exposé », par exemple. L’un des intérêts du numéro 11 de Tracés consacré à l’engagement consiste à présenter une grande diversité des formes et des lieux d’engagement dans les sociétés contemporaines, sans s’arrêter à la figure majeure de l’engagement politique. Loin de ne s’intéresser qu’aux engagements politiques, collectifs, et explicitement organisés en vue de peser sur le pouvoir, donc soutenus par des organisations formelles, ce numéro accueille également des contributions relatives aux « formes individuelles et non (immédiatement, serait-on tenté de nuancer) politiques de l’engagement ». Ainsi, deux textes au moins sont consacrés à la définition sociologique « formelle » - pour reprendre le terme de H.S. Becker - de l’engagement, comme tentative de définition des conditions sociales de possibilité de la cohérence de certaines « lignes d’action » (Becker) ou de la décision de l’action sociale(Thévenot). Comment en vient-on à agir (à s’engager dans l’action ?) et comment se maintient-on dans une action ? Le texte de Becker, dans une traduction inédite, opère ainsi une clarification appréciable de la notion d’engagement, proposant de réserver ce terme à « des lignes d’actions cohérentes » contraintes par des « paris subsidiaires antérieurs » à cette ligne d’action, dont l’acteur reconnaît les implications dans cette ligne d’action. Ce sont ces implications de ces paris antérieurs qui le maintiennent dans la ligne d’action qu’il suit. Becker fait ainsi apparaître, à côté des engagements décidés en toute conscience par les individus, des engagements qui se forment dans l’action, par accumulation de micro-décisions, dont l’enjeu apparaît faible aux yeux des acteurs, mais qui contraignent durablement l’action. Ce texte insiste donc sur la dimension collective de l’engagement, les paris subsidiaires contraignant l’action n’ayant pas toujours été pris par les individus, mais ayant été engagés pour eux par les organisations sociales (définies de manière large, groupes de pairs, organisations professionnelles, sous-cultures) auxquelles ils appartiennent. Cette définition permet ainsi d’expliquer comment les engagements se maintiennent. Elle n’éclaire pas cependant les processus du désengagement : à quelles conditions les « paris subsidiaires » perdent-ils de leur force de coercition ? C’est un des regrets qu’on peut avoir à la lecture de cette livraison de Tracés : si l’engagement peut-être conçu comme un processus social, l’analyse du ou des désengagements n’aurait-elle pas permis d’en identifier d’autres facettes ?

2L’analyse des « formes élémentaires de l’engagement » mise en œuvre par Becker et par Thévenot, permet alors une lecture enrichie des différentes formes d’engagement étudiées, de la désobéissance civile aux « engagements des familles de disparus » en Argentine, en passant par l’alter mondialisation et par les intellectuels engagés, de « l’engagement de l’artiste contemporain » (explicitement soutenu par la théorisation de L. Thévenot) aux œuvres, littéraires ou cinématographiques, engagées plutôt que militantes. Ces analyses en effet articulent dynamiques propres des univers sociaux analysés, en retraçant les formes spécifiques des actions dans ces univers, et attention aux conditions sociales de possibilité de ces actions.

3Enfin, il convient de saluer plus particulièrement une contribution qui examine, au-delà de l’engagement des familles de disparus contre le « no te metas », la question de l’engagement du chercheur dans son objet de recherche. Cette acception de l’engagement, qui renvoie par exemple au texte de N. Elias, Engagement et distanciation, rappelle que la question classique de l’implication du chercheur en sciences sociales dans l’objet même qu’il étudie, le problème de la tension constitutive du régime spécifique des sciences de l’homme, prend une acuité particulière dans le cas de recherches portant sur des enquêtés eux-mêmes engagés dans tous les sens du terme1 dans des « luttes pour la reconnaissance » (pour reprendre les termes d’A. Honneth) dans l’espace public. Si on peut discuter la position d’A. Verstraeten, le récit de son engagement « forcé » en tant que chercheure, livré par l’extrait choisi de son journal de terrain, illustre de manière éclatante la remarque de Becker selon laquelle on se trouve parfois engagé en raison de l’appartenance à des organisations sociales - ici, celle des familles de disparus et celle des anthropologues -, et met en abyme l’engagement du chercheur et l’engagement des familles de disparus, dans la construction d’un réseau où se construit le sens, à la fois social et scientifique, de la lutte et de la disparition.

41  C’est-à-dire non seulement au sens de commitment - mise en gage de soi, parole donnée - mais aussi au sens d’attachment - engagement « corps et âme » - comme le rappelle de manière utile l’avant-propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Mallon, « « L’engagement », Tracés, n° 11, 2006 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 13 novembre 2007, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5405

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Mallon

Isabelle Mallon est maître de conférences à l'Université Lyon-2 et membre du Groupe de recherche sur la socialisation (GRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page