Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Pauline Delage, Soline Blanchard,...

Pauline Delage, Soline Blanchard, Isabelle Boni-Le Goff, Isabelle Puech (dir.), « (Re)configurations du travail domestique », Travail, genre et sociétés, n° 46, 2021

Audrey Bister
(Re)configurations du travail domestique
Pauline Delage, Soline Blanchard, Isabelle Boni-Le Goff, Isabelle Puech (dir.), « (Re)configurations du travail domestique », Travail, genre et sociétés, n° 46, novembre 2021, 264 p., Paris, La Découverte, EAN : 9782348072017.
Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1970, la deuxième vague du féminisme s’est attachée, à travers de nombreux travaux scientifiques, à mettre en lumière l’existence d’une division sexuelle du travail : aux hommes le travail rémunéré hors du foyer, aux femmes le travail domestique gratuit. Politiquement, ce constat a conduit à la revendication d’une meilleure insertion des femmes sur le marché du travail et d’un meilleur partage des tâches domestiques, en vue de libérer les femmes de la dépendance économique et de l’exploitation des hommes. Où en est la division sexuelle du travail 50 ans plus tard ? C’est l’actualité scientifique et politique de ces questions que ce numéro de Travail, genre et société interroge à travers cinq articles scientifiques et un débat sur la pertinence de la rémunération du travail domestique comme outil politique.

2Si l’entrée des femmes sur le marché du travail a été massive, les enquêtes statistiques sur le travail domestique publiées ces dix dernières années montrent la persistance d’une répartition inégalitaire du travail domestique et parental. Cette répartition n’est cependant pas la même dans tout l’espace social : des travaux qualitatifs ont montré l’émergence d’un « ethos égalitaire » dans les classes moyennes et supérieures, en particulier celles à fort capital culturel. Les différentes contributions de ce numéro, sans remettre en question ces constats, viennent apporter des éclairages complémentaires en se focalisant sur des groupes aujourd’hui moins investigués par les sciences sociales : les pères, les couples homoparentaux, les classes populaires et les femmes au foyer des classes supérieures.

  • 1 On parle d’hypogamie féminine lorsque la femme a un niveau social supérieur à celui de son conjoint

3Le premier axe de réflexion du dossier porte sur les conditions sociales de répartition du travail domestique dans les couples. En comparant les données de deux enquêtes statistiques contenant des questions sur la répartition des tâches domestiques (ELFE et Devhom), Michael Stambolis-Ruhstorfer et Martine Gross montrent que la répartition des tâches domestiques est plus égalitaire dans les couples homoparentaux que dans les couples hétéroparentaux, et qu’elle y est vécue comme plus satisfaisante par les femmes. La charge y est plus équitablement répartie, mais aussi plus souvent externalisée, ce qui fait qu’aucun·e des partenaires ne se retrouve seul·e en charge du travail domestique. À l’inverse, dans les couples hétéroparentaux, les femmes restent majoritairement en charge du travail domestique, y compris dans les classes supérieures où leur moindre investissement est compensé par de l’externalisation plutôt que par un investissement plus important des hommes. Ce constat quantitatif raisonne avec les résultats de Marie Cartier, Anaïs Collet, Estelle Czerny, Pierre Gilbert, Marie-Hélène Lechien, Sylvie Monchatre, Camille Noûs, qui étudient, à partir d’entretiens avec des couples hétéroparentaux, les conditions d’investissement des pères dans le travail domestique. Iels montrent que deux conditions favorisent l’investissement des pères : l’hypogamie féminine1 et le travail en horaires décalés des hommes qui permet que ceux-ci passent du temps à domicile sans leur conjointe, ce qui les encourage à s’occuper du foyer et des enfants. Dans les autres couples, si les pères souscrivent dans leurs discours aux nouvelles normes de paternité et de répartition des tâches, la négociation des tâches domestique est toujours à l’initiative des femmes et rencontre des résistances de la part des hommes, notamment sous la forme d’un attentisme volontaire. Quand les négociations ne débouchent pas sur plus d’investissement des hommes, elles sont génératrices de conflits ; dans le cas contraire, elles sont génératrices d’un sentiment de gratitude des femmes envers les hommes, gratitude qui ne connaît pas de réciproque, l’investissement domestique des femmes apparaissant toujours comme naturel. Enfin, les deux articles soulignent que les modalités d’investissement des hommes et des femmes diffèrent : si les pères s’investissent de manière croissante dans la relation aux enfants et dans les loisirs, ils ne s’investissent que comme auxiliaires des femmes dans les tâches ménagères (très peu dans les tâches de ménage et de linge, plus dans les tâches alimentaires), mais prennent en charge quasi intégralement les tâches de bricolage. De plus, les hommes s’approprient très peu la charge mentale de gestion du foyer, qui reste une prérogative féminine, mais sont investis d’une autre préoccupation morale, celle de la sécurisation du quotidien et de l’avenir des enfants (sécurisation monétaire, scolaire, mais aussi politique).

4Le deuxième axe de réflexion concerne la pénétration de l’ethos égalitaire des classes moyennes dans les classes populaires. À partir d’une analyse de 46 comptes Facebook d’adultes de classe populaire rurale, Dominique Pasquier montre que les hommes sont encore peu investis dans les tâches domestiques, qui sont pour eux dévalorisantes : la publicisation de leur investissement domestique se fait sur le mode de l’exception et soulève des moqueries de l’entourage. La répartition inégalitaire des tâches n’est pas remise en question au quotidien, mais suscite l’expression d’un ras-le-bol et d’une forte demande de reconnaissance de la part des femmes, qui rappellent régulièrement l’importance de leur engagement domestique et revendiquent leur droit à sortir de la sphère domestique et réprimandent les propos sexistes et dégradants. Ainsi, pour Dominique Pasquier, les femmes de classe populaire rurale « portent la revendication d’un changement » (p. 66), mais sans s’opposer frontalement à la domination masculine (les rares propos radicaux ne font pas l’objet de « likes » ou d’une re-publication). Cette revendication de changement n’est pas relayée par les hommes qui, au contraire, réaffirment la division sexuelle du travail. Toutefois, l’article polémique de Fatima Ouassak vient nuancer ces conclusions en argumentant que, pour les femmes de classe populaire issues de l’immigration, le travail domestique et parental n’est pas perçu comme une charge, un « sacrifice » de soi (p. 198), mais est au contraire valorisant. Toutefois, du fait de leurs horaires longs et souvent décalés, le temps domestique est pour elles un « luxe » (p. 198) qu’elles ne peuvent toujours s’accorder. Loin de revendiquer un plus grand partage des tâches, les femmes concernées demandent plus de reconnaissance pour leur travail domestique et de meilleures conditions de travail permettant d’y consacrer plus de temps. Finalement, rejetant la vision de l’émancipation par l’accès à l’emploi, ces femmes sont au contraire à la recherche d’une émancipation par le retour au foyer.

5Le troisième axe de réflexion proposé est celui de la répartition des tâches domestiques dans les familles de classe supérieure à fort capital économique dans lesquelles la femme est au foyer. Les articles de Lorraine Bozouls et Alizée Delpierre, très complémentaires, montrent que dans ces familles, c’est le modèle du père absent, aux horaires de travail longs, qui domine, et que la charge domestique repose entièrement sur les femmes – à l’exception de la gestion financière, qui est l’apanage des hommes. Cette charge domestique est toutefois de nature différente de celle qui pèse sur les femmes de classes moyennes et populaires : les tâches manuelles et dégradantes, ainsi que la garde des enfants, sont largement déléguées à du personnel domestique extérieur au foyer, allégeant fortement la charge temporelle et physique de ces femmes au foyer. Mais Alizée Delpierre montre que cet allègement est compensé par une forte charge mentale et un lourd travail de gestion du personnel : en tant que maîtresse de maison, la femme est responsable du bon fonctionnement de la maisonnée, tout dysfonctionnement lié au mauvais travail du personnel lui incombant. Cette tâche est doublée d’un important travail émotionnel lié à la gestion des relations entre les membres du personnel, et entre le personnel et les membres de la famille, ainsi qu’à la gestion des sanctions – voire des licenciements. Lorraine Bozouls, quant à elle, montre que les femmes sont également en charge d’un « travail du style de vie » destiné à transformer les capitaux économiques possédés par le mari en capitaux symboliques (travail de consommation), culturels (travail éducatif auprès des enfants) et sociaux (gestion de la sociabilité du foyer) permettant de rendre visible l’appartenance aux classes supérieures et d’assurer la reproduction sociale.

6Le dossier, à tonalité scientifique, est complété par la partie controverse, à tonalité plus politique, qui ré-actualise le débat sur l’intérêt d’une rémunération du travail domestique. Les contributions de Silvia Federici (ancienne figure de prou du mouvement pour la rémunération du travail domestique) et de Débora Gorban, s’appuyant sur l’expérience du travail domestique communautaire en Argentine, argumentent en faveur d’une reconnaissance – et pour Débora Gorban d’une rémunération – du travail domestique et d’une ré-organisation sociale autour de ces formes communautarisées de gestion du travail domestique. Les contributions de Christine Delphy, de Rachel Silvera et de Bernard Friot et Christine Jakse, au contraire, considèrent la rémunération du travail domestique comme un nouveau moyen d’assignation des femmes à la sphère domestique et invitent plutôt à reconsidérer l’ensemble des barrières politiques, sociales et économiques qui freinent le partage égalitaire du travail domestique et l’égalité hommes-femmes sur le marché du travail. Enfin, Fatima Ouassak présente les risques d’instrumentalisation, par l’État, de la rémunération du travail domestique pour contrôler les familles populaires issues de l’immigration.

7En déplaçant la focale des femmes et des couples hétéroparentaux de classes moyennes-supérieures vers d’autres groupes sociaux souvent invisibilisés dans les enquêtes, ce numéro permet de nuancer de manière originale les grands résultats classiques sur la division sexuelle du travail et d’en ré-actualiser les enjeux, tant scientifiquement que politiquement.

Haut de page

Notes

1 On parle d’hypogamie féminine lorsque la femme a un niveau social supérieur à celui de son conjoint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Bister, « Pauline Delage, Soline Blanchard, Isabelle Boni-Le Goff, Isabelle Puech (dir.), « (Re)configurations du travail domestique », Travail, genre et sociétés, n° 46, 2021 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 février 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54061

Haut de page

Rédacteur

Audrey Bister

Doctorante en sociologie (CeRIES) sur la question des interactions familiales, des choix éducatifs et de la socialisation alimentaire pendant l’enfance ; chargée de cours à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search