Navigation – Plan du site

Delphine Gardey, Ecrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940)

Mathieu Quet
Ecrire, calculer, classer
Delphine Gardey, Ecrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2008, 319 p., EAN : 9782707153678.
Haut de page

Texte intégral

1Alors qu'il est de coutume de dater la « révolution informationnelle » des années 1940, avec la théorie cybernétique et les débuts de l'ordinateur, un certain nombre de travaux, parmi lesquels le présent ouvrage, tentent de mettre au jour les soubassements historiques d'un tel bouleversement. Il s'agit alors de montrer l'importance des évolutions de long terme qui précèdent l'apparition de l'informatique. En se livrant à une archéologie des « vestiges matériels (techniques et cognitifs) des sociétés productrices d'immatérialités » (p. 6), Delphine Gardey s'inscrit tout à fait dans cette perspective, et nous offre une reconstruction de la préhistoire de la société informationnelle. Cette reconstruction porte sur les transformations matérielles affectant des opérations intellectuelles basiques : prendre en note, écrire, copier, classer, calculer. L'auteur relie ainsi les sociétés du XVIIIe siècle au monde contemporain, ici défini essentiellement par sa capacité, sans précédent, de production et de traitement de l'information.

2Le geste est ambitieux, pour au moins trois raisons. Tout d'abord, parce que Delphine Gardey inscrit sa recherche dans le temps long de l'histoire : le livre parcourt cent cinquante ans, de la révolution française à la deuxième guerre mondiale. Ensuite, parce que le choix du matériau historique est très hétérogène : des archives de l'Assemblée nationale à la presse scientifique et technique, de la collection d'un inventeur anglais aux revues de management, des mondes très divers sont convoqués pour les besoins de l'argumentation. Enfin, parce que l'objet saisi par l'ouvrage est fuyant : étudiant la technicisation des activités intellectuelles, Gardey rassemble des activités variées de prise de notes, d'écriture, de calcul, de classement, sous le dénominateur commun de la gestion de l'information. Il résulte parfois de cette triple ambition l'impression d'une histoire « à trous », ce qui ne nuit en rien à la démonstration, pour peu qu'on accepte le principe de ces allers-retours fréquents entre différents pays, différents milieux, différentes pratiques.

3Pour réaliser sa démonstration, Gardey se penche dans un premier temps sur les technologies de la prise de notes, auxquelles la révolution française va donner une impulsion notable. A partir de la fin du XVIIIe siècle en effet, on assiste à la standardisation et à la commercialisation de la sténographie, dans un contexte où la réflexion judiciaire demande l'inscription de la parole dans l'ordre de l'écrit. Autour de la retranscription et de la bonne prise en notes de la parole se construit à cette époque un modèle de vérité, lié à plusieurs idéaux révolutionnaires : rendre hommage à la parole vive, mais aussi dépasser sa contingence et produire une langue plus universelle, rationnelle et méthodique. Le développement de la sténographie prend donc place dans une révolution du langage, et du rôle social qui lui est attribué. A partir de ce moment fondateur (du moins pour la France), plusieurs systèmes diffusent la pratique sténographique (Pitman, Duployé, etc.), selon des fins indissolublement commerciales et de connaissance.

4Parallèlement à la diffusion de la sténographie, c'est l'ensemble des pratiques d'écriture administrative qui vont se trouver transformées. Jusqu'au milieu du XIXe siècle, l'écriture administrative est une pratique extrêmement réglée, pour laquelle lenteur et application sont des valeurs dominantes. Mais dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le goût de l'accélération de l'écriture commence à apparaître, et modifie les règles de l'ancien monde. L'arrivée de la machine à écrire va particulièrement influer sur les transformations de la scène de l'écrit, à partir des années 1880. En effet, le mode de socialisation de la machine à écrire est lié à l'idée de performance, de rapidité, et la notion infuse dans le champ administratif et social. Au tournant du XXe siècle, la machine à écrire est un succès industriel, et les valeurs auxquelles elle est associée triomphent dans le domaine administratif. Dès lors, on peut parler d'un régime industriel de production des écritures : du point de vue de la quantité produite, de la circulation des documents (augmentée par la multiplication des technologies de copie), ou encore de la croissance industrielle des capacités de calcul (par l'automatisation), c'est bien la « manufacture de l'information » qui est en jeu, pendant scriptural du taylorisme et de la science de l'organisation (p.110). Pour Gardey, « les flux de communication désormais placés au cœur de l'activité commerciale et industrielle sont soumis à des contraintes de plus en plus fortes et des solutions techniques et organisationnelles sont inventées et mises en œuvre pour parvenir à augmenter le volume autant que la rapidité de production des écritures. » (p.103).

5La nouveauté de cette situation, au tournant du XXe siècle, conduit à deux évolutions importantes. D'une part, la question du classement devient essentielle, non seulement pour conserver les documents, mais avant tout pour agir (constitution des sciences de la documentation). D'autre part, la plupart de ces activités vont converger dans la notion de traitement de l'information, qui s'élabore peu à peu, bien qu'elle ne soit pas constituée avant les années 1940. L'auteur nous montre alors comment certains régimes de discours précèdent la notion d'information: discours sur la mécanisation des activités administratives et des activités intellectuelles, sur l'interchangeabilité des personnes, etc. De plus, de nouveaux modes de gestion des populations se mettent en place, par le recours aux diverses technologies de l'inscription (et notamment les cartes perforées).

6C'est alors qu'apparaît l'un des enjeux centraux de cet ouvrage : mettre en évidence certains des mécanismes de gouvernement qui s'élaborent avec la mécanisation du traitement de l'information. En effet, si Delphine Gardey s'intéresse aux pratiques matérielles qui régissent peu à peu les activités intellectuelles, c'est parce qu'à travers les instruments utilisés, les possibilités d'intervention sur le monde se trouvent reconfigurées. Le parcours retracé est ainsi tendu par l'intuition d'un lien étroit entre République, exigence de literacy (et de numeracy) et économie. L'analyse d'une corrélation entre traitement rationnel de l'information et administration des hommes et des choses est sans aucun doute l'horizon politique de ce livre, qui montre comment « capacités d'information et de connaissance, requises comme condition de la liberté des sujets, sont devenues des matériaux et des produits de l'activité économique et administrative, ouvrant la voie à des complexes technico-humains qui servent autant le gouvernement des affaires que celui de l'Etat » (p.279).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Delphine Gardey, Ecrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/541

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page