Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Pierre Lascoumes, L’économie mora...

Pierre Lascoumes, L’économie morale des élites dirigeantes, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 2022, 228 p.

Stéphane Olivesi
L'économie morale des élites dirigeantes
Pierre Lascoumes, L'économie morale des élites dirigeantes, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2022, 223 p., EAN : 9782724638257.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Lascoumes, Carla Nagels, Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc (...)

1L’économie morale des élites dirigeantes s’inscrit-t-elle dans le prolongement de la sociologie des élites délinquantes1 ? Dès les premières lignes de l’ouvrage, l’équation semble nouée : les élites dirigeantes se caractérisent par leur capacité à transgresser les règles de droit sans encourir de sanctions ou, du moins, sans encourir de sanctions à la mesure de leurs fraudes. S’émancipant d’une vision focalisée sur les cas les plus médiatisés (affaires Cahuzac, Fillon, Ghosn…) mais aussi sur les progrès répétés de la transparence, Pierre Lascoumes se propose de mettre au jour « les facteurs structurels » de ces comportements et, pour cela, de s’attacher aux conditions de possibilité de ces pratiques transgressives. L’intérêt principal de la démarche consiste à s’émanciper des cas particuliers qui conduisent à référer et à expliquer les comportements par l’immoralité supposée de leurs auteurs, pour saisir en quoi le groupe social des élites développe des croyances collectives et des dispositions éthiques chez ses membres, de nature à faciliter de telles pratiques transgressives.

2Pierre Lascoumes cerne ainsi une morale « élastique » (p. 10). Les élites font l’apologie du marché et de la libre concurrence quand elles pratiquent l’entente sur les prix et la concurrence faussée pour leur plus grand profit ; elles font l’apologie de l’impôt et de sa justesse sociale mais se donnent les moyens de réduire leur contribution par toutes sortes de dispositifs dérogatoires, inscrivant dans la loi le moyen de contourner la contrainte fiscale. L’auteur esquisse une sociologie des illégalismes bourgeois, saisis sous l’angle des justifications morales que se donne le groupe social dominant, et des tactiques visant la satisfaction des intérêts économiques de ses membres. Et, contre l’idée reçue d’un progrès de la transparence découlant du renforcement régulier des formes de contrôle exercé et de la répression croissante de ces illégalismes, il révèle une double tendance à la diminution du nombre de condamnations et du niveau des sanctions encourues.

  • 2 C’est le cas de personnalités publiques comme Alexis Kohler (secrétaire général de l’Élysée après a (...)

3L’analyse est déclinée en quatre chapitres traitant d’abord de « l’autorégulation des politiques », puis de « l’autorégulation économique ». Un troisième chapitre porte sur la « rhétorique des justifications ». Enfin le dernier s’attache aux moyens d’« échapper aux sanctions ». On soulignera d’abord l’intérêt d’une démarche qui n’isole pas « élites politiques » et « élites économiques » car, s’il ne s’agit pas a priori des mêmes acteurs, on peut repérer des liens structuraux dans leurs pratiques et dans leurs stratégies ainsi que dans ce que Pierre Lascoumes appelle leur « économie morale ». Si l’on y regarde de plus près, on peut même observer que certains acteurs (hauts fonctionnaires, acteurs politiques, dirigeants de grandes entreprises…) deviennent inclassables, en raison de leurs successifs rebonds professionnels et de la nature de leurs rémunérations principales et secondaires2.

  • 3 On notera la disparition de la réserve parlementaire en 2017.

4Dans le premier chapitre, l’auteur retrace la laborieuse conquête du Parlement par la déontologie (avec notamment la création d’une HATPV - Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique – en 2013). Résistances des acteurs, manque de moyen et de volonté, traitements dérogatoires, opacité dans l’appréciation des conflits d’intérêt, complexité des procédures de contrôle conduiraient à porter un regard désabusé sur ces évolutions récentes de la vie parlementaire. Ces phénomènes ne doivent cependant pas conduire à minorer certaines avancées : la démocratie sans prix mais pas sans valise de billets a laissé place à des pratiques mieux encadrées qui témoignent d’une élévation de certains seuils de tolérance dans l’usage de l’argent public3. Le statut pour le moins singulier des collaborateurs parlementaires a également fait l’objet d’une attention plus grande durant la dernière décennie : conditions d’emploi de proches, rémunération, activité secondaire… Il est vrai que l’affaire Fillon a porté une lumière pour le moins crue sur le fonctionnement de la vie parlementaire au point de faire oublier que le principal problème réside dans le fait que ces collaborateurs, peu ou pas contrôlés, peuvent devenir d’influents relais d’intérêts privés.

5Dans le deuxième chapitre, Pierre Lascoumes explique la genèse de la justice consulaire sous l’angle de la capacité des élites économiques à s’autonomiser de la justice commune, et à maintenir au fil des siècles cette autonomie, garante d’un régime de sanctions toujours favorable à l’intérêt des entrepreneurs à titre individuel comme collectif. Face au fonctionnement erratique de certains tribunaux, à leur opacité et à la fréquence des conflits d’intérêt, plusieurs projets de réforme ont vu le jour sous la Cinquième République, dès ses débuts d’ailleurs, mais sans jamais aboutir. À ce particularisme français s’ajoute le développement international des procédures d’arbitrage et de la justice arbitrale qui a conduit certains acteurs à promouvoir un ordre juridique transnational. Les élites économiques parviennent ainsi à se constituer en groupe social autorégulant l’activité de ses membres afin d’échapper à tout contrôle externe y compris en situation de crise ou de conflit. À l’image de la noblesse qui, pour Montesquieu, ne pouvait se soumettre à la justice vulgaire, une grande partie de l’activité économique échappe ainsi au système judiciaire, contribuant à renforcer les croyances des élites dirigeantes dans une forme de supériorité par nature de leurs activités et d’elles-mêmes.

  • 4 Cf. Gabriel Zucman, La richesse cachée des nations. Enquête sur les paradis fiscaux, Seuil, 2013.

6Dans le troisième chapitre, Pierre Lascoumes scrute la rhétorique des justifications, rappelant la nécessité pour ces acteurs de faire ce que Max Weber appelait « la théodicée de leur privilège » (p. 128). Il identifie quatre registres principaux d’argumentation. Le premier renvoie à la dénégation « les yeux dans les yeux », consistant à nier publiquement des faits pourtant avérés. On se souvient du cas de Jérôme Cahuzac à la tribune de l’Assemblée nationale affirmant en 2012 n’avoir jamais eu de compte en Suisse, mais la liste est longue parmi les personnages les plus hauts placés de l’État et de l’économie à avoir asséné publiquement de telles contre-vérités. Le deuxième registre d’argumentation repose sur l’élaboration d’une controverse afin de déstabiliser le cadrage public du problème et, si possible, de détourner l’attention. La personne ou l’entreprise concernée n’est plus directement responsable de la faute puisqu’il s’agirait alors d’un problème sociétal, d’une incompréhension, d’une zone d’opacité juridique, d’un manque de connaissance, etc. Un troisième registre renvoie à la déresponsabilisation, au rejet de la responsabilité sur d’autres, à l’évocation du contexte, à l’ignorance des règles, voire à l’évocation de quelque complot ourdi en de sombres officines. Enfin, le dernier registre de justification renvoie à la banalisation des faits. Pierre Lascoumes montre que ces tactiques rhétoriques visent à brouiller la mise en cause, à dissiper l’évidence de la transgression mais on peut aussi se demander si les acteurs ne sont pas de bonne foi quand ils évoquent la banalité des faits qui leur sont reprochés. Les conflits d’intérêt sont en effet leur quotidien. Jérôme Cahuzac n’a pas inventé l’évasion fiscale qui a été industrialisée bien avant lui4 ; François Fillon n’était pas le premier parlementaire à employer et à faire employer un membre de sa famille pour une activité à tout le moins ténue.

7Pierre Lascoumes s’attache enfin aux moyens d’éviter les sanctions. La disproportion des moyens (police et justice confondues) prouve que la délinquance en col blanc ne constitue pas un problème public réellement pris au sérieux, contrairement à la délinquance des classes populaires. Certains actes ne sont tout simplement pas identifiables ni constitués en tant qu’actes délictueux. Les protagonistes de cette délinquance disposent de ressources sociales, mobilisables en cas de crise, et surtout d’un préjugé d’innocence de classe. Certaines fraudes identifiées comme telles font l’objet d’une « procédure négociée » (une convention judiciaire d’intérêt public ou CJIP), peu dissuasive semble-t-il si l’on en juge par les montants des peines infligées, inférieurs à ceux des fraudes. Les affaires médiatisées qui donnent lieu à des condamnations pénales de personnalités ne représentent, à ce titre, qu’un épiphénomène peu significatif au regard de l’étendue de la fraude fiscale et de son ampleur.

  • 5 David Dufresne, « François Ruffin convoqué au poste », Blast, 30 janvier 2022, en ligne : https://w (...)
  • 6 Antton Rouget, « L’incroyable conflit d’intérêts de la préfète de la région Centre », Mediapart, 31 (...)

8On pourrait ajouter au terme de la lecture de l’ouvrage que les conflits d’intérêt au sommet de l’État donnent l’étrange impression que ceux qui agissent à sa tête ne sont animés que par le souci de défendre les intérêts d’acteurs et de groupes d’intérêt dont ils dépendent. Est-ce que la police – voire la justice – doit être mise au service d’un acteur économique, fût-il un champion national dans son domaine, comme l’a révélé François Ruffin5 au fil de ses démêlées avec Bernard Arnault ? Peut-on être préfet et œuvrer en même temps pour une entreprise dont on a été salarié6 ? Peut-on être en même temps Haut-commissaire aux Retraites et cumuler des revenus émanant d’organismes très directement intéressés par la transformation du système de retraite par répartition ? C’est par conséquent ce qui fait l’intérêt de ce nouveau livre de Pierre Lascoumes que de remettre sur le chantier la problématique du séparatisme d’élites politico-économiques qui définissent à leur avantage le partage du légal et de l’illégal. Ces mêmes élites s’arrogent le monopole d’édicter les règles qui n’ont d’autre objectif que de satisfaire à la fois leurs intérêts personnels et leurs intérêts de classe au point d’accroître les inégalités dans des proportions jusqu’alors inégalées.

Haut de page

Notes

1 Pierre Lascoumes, Carla Nagels, Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, Armand Colin, Paris, 2014.

2 C’est le cas de personnalités publiques comme Alexis Kohler (secrétaire général de l’Élysée après avoir été directeur financier de MSC, il fera l’objet de plaintes déposées par l’association Anticor) ou Edouard Philippe, haut fonctionnaire, avocat, acteur politique et administrateur d’un grand groupe privé (Atos). On pourrait d’ailleurs suggérer comme principe de classement de ces acteurs, la nature des rémunérations qu’ils perçoivent (encore faudrait-il que celles-ci soient identifiables et, surtout, lisser celles-ci dans la durée, certaines pouvant être différées). Un administrateur de grand groupe rend d’utiles services quand il ne l’est pas encore ou quand il ne l’est plus. Le cas de François Fillon et de ses activités de conseil antérieurement et postérieurement à sa fonction de Premier ministre illustre cette problématique : faut-il l’objectiver comme un acteur politique ayant ponctuellement arrondi ses fins de mois par des activités annexes (et dans quelle proportion ?) ou comme un acteur économique ayant eu à exercer des responsabilités politiques afin d’accroître ses ressources économiques en faisant bénéficier de ses services à d’autres acteurs ? L’un ne va évidemment pas sans l’autre et cela ne va pas sans interroger la sociologie des professions, confrontée à des acteurs dont la dynamique des trajectoires repose sur la convertibilité des ressources stratégiques d’un monde dans l’autre.

3 On notera la disparition de la réserve parlementaire en 2017.

4 Cf. Gabriel Zucman, La richesse cachée des nations. Enquête sur les paradis fiscaux, Seuil, 2013.

5 David Dufresne, « François Ruffin convoqué au poste », Blast, 30 janvier 2022, en ligne : https://www.blast-info.fr/articles/2022/francois-ruffin-convoque-au-poste-CAaH--GQRv6dEd1Cy7OxdQ

6 Antton Rouget, « L’incroyable conflit d’intérêts de la préfète de la région Centre », Mediapart, 31 janvier 2022, en ligne :https://www.mediapart.fr/journal/france/310122/l-incroyable-conflit-d-interets-de-la-prefete-de-la-region-centre

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Pierre Lascoumes, L’économie morale des élites dirigeantes, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 2022, 228 p. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 février 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54154

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search