Navigation – Plan du site

Nicolas Renahy, Les gars du coin

Dominique Budin
Les gars du coin
Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2005, 284 p., EAN : 9782707146700.
Haut de page

Texte intégral

1Les « gars du coin » peuvent être des enfants d’immigrés, ils ne sont pas tous issus de lignées enracinées depuis des temps lointains dans le territoire rural et  industriel étudié par Nicolas Renahy ; mais ils sont des « gars du coin » parce qu’ ils partagent la même enfance, parce qu’ils forment une génération particulière aussi . Ce sont des « enfants du chômage », des enfants d’ouvriers de l’usine du village. Ils sont marqués par un certain isolement géographique et social, et même si l’action se déroule ici dans un village des environs de Dijon, il est difficile de ne pas penser aux jeunes adultes de Montbéliard présents dans les études de Stéphane Beaud et Michel Pialoux. Mais Sylvain, Frédéric, Djellal, Samir, Thierry, Hervé et Renaud sont également « membres à part entière de la société française contemporaine » et « tentent pourtant à leur manière de ne pas en rester à l’écart », comme tient à le rappeler N. Renahy dans son ultime phrase. C’est cette tension que l’auteur cherche à percevoir, saisir et analyser.

2L’étude menée dans Les gars du coin marque par la position particulière de l’auteur : un « retour » dans le club de football de son enfance, dans ce village bourguignon re-nommé Foulange pour des raisons d’anonymat. Le sociologue ne se contente pas de venir en observateur sur ses lieux d’enfance ; il s’y installe parfois durablement, travaillant à l’usine, ou reprenant sa licence au club de foot, le temps d’entretiens ponctuels d’abord, puis le temps d’une thèse. Ce faisant, il s’installe dans cette position si particulière d’ « enquêteur-ami », accomplissant les deux rôles en assumant ses doutes parfois, ce qui rend le rapport au terrain d’autant plus passionnant.

3Le contrat que se propose Nicolas Renahy est rempli : analyser la place du travail comme instance de socialisation primordiale dans les sociétés contemporaines. A partir des trajectoires de ces  « enfants du chômage », cette centralité du travail est démontrée a contrario, cela va de soi, par les conséquences négatives de l’incertitude face à l’emploi au tournant des années 1990 - 2000. Alors que les pères, et les mères dans une certaine mesure, accédaient à un emploi dit « typique », à durée indéterminée , avec des statuts reconnus , les fils ne profiteront pas de ce « droit au travail » et partant, de la légitimité et de la reconnaissance sociale qui accompagnent ce travail. N. Renahy évite cependant la nostalgie d’un avant stable, d’un Foulange où ceux du « château », les propriétaires de l’usine, permettaient aux ouvriers de leur usine de cuisinières de se sédentariser par la construction d’une cité en pleine campagne, où ils leur évitaient également le poids d’études trop longues ou trop coûteuses pour leurs enfants qui seraient recrutés en fonction des dispositions affichées à l’école primaire. Il se contente de montrer comment l’insécurité de l’emploi et l’individualisation du travail ont profondément déstabilisé une génération qui pensait échapper à l’usine ou au moins  y entrer dignement. Finalement, ceux qui tentent de s’y soustraire par des orientations professionnelles axées sur l’artisanat peinent à faire carrière, voire même à assurer leur survie financière en dehors du domicile parental ; ceux qui entrent à l’usine semblent en grande majorité soit très peu qualifiés, ou sans diplôme industriel adéquat, soit sur-diplômés et donc en attente d’une re-qualification hors des ateliers, dans le monde des « cols blancs », des concepteurs. Seule une figure semble se détacher : Thierry, représentant d’une lignée d’ouvriers qualifiés de l’usine. Même cette figure charismatique au sein du village et de l’usine ne trouve pas grâce au sein de l’analyse du destin de ces « gars du coin » : « après les années de crise de l’emploi et de la formation « maison », de chômage collectif et de doutes liés à l’avenir, un tel fils et petit-fils d’ouvrier foulangeois est le symbole vivant d’un monde qui n’a en réalité plus vraiment cours ». Ce monde se fissure, et N. Renahy analyse ces fissures du point de vue de l’histoire de l’organisation du travail et de la classe ouvrière.

4C’est d’ailleurs en dehors de son questionnement principal sur le travail que réside le plus grand intérêt du livre, dans sa capacité à montrer les fêlures, à transcrire individuellement les ratages de l’intégration sociale, leurs effets parfois dévastateurs et la résilience sociale qui l’accompagne : cette histoire du travail est histoire du masculin, histoire des rapports amicaux, amoureux, histoire de la famille, histoire des loisirs . C’est cet entrelacement des dimensions sociales qui est disséqué autant que possible, à travers des chapitres comme « enfances au village », « au football », « trouver une compagne et la garder ». Où l’on suit la construction progressive des liens entre garçons d’ouvriers , formant ainsi une « bande » d’où les filles et les autres milieux sociaux semblent exclus ; où l’on perçoit la continuité en terme de légitimité et de reconnaissance entre usine, village, canton et terrain de foot ; où l’on découvre les aspirations de ces jeunes « gars du coin » à être des jeunes comme les autres, par l’usage parfois intensif du « joint », par les sorties du week-end,  par l’expérience de colocation de trois d’entre eux ; où l’on constate qu’il leur est difficile, même dans cet appartement de copains, de devenir indépendants des parents et d’exister en tant qu’adultes ; et où enfin, les questionnements concernant la masculinité sont exposés dans leur complexité. Force et pesanteur du groupe d’amis, difficulté à élaborer un modèle masculin : tels sont les deux points sur lesquels le livre revient à diverses reprises, tant dans les premiers chapitres sur l’enfance au village , le club de football que dans la dernière partie centrée sur les « groupes primaires en crise » : on sent que ce questionnement sur la construction du masculin démange, en introduction (« sans être systématique, la consommation juvénile de drogues apparaît néanmoins symptomatique de l’affirmation forcenée d’une culture propre, à travers des pratiques festives qui célèbrent un entre-soi masculin protecteur face à une précarisation collective sur le marché du travail, mais aussi , et parfois surtout, face à un marché matrimonial qui s’est fortement détérioré »p 25 ), en conclusion (« même encadrés au sein d’une association telle qu’un club de football, les jeunes hommes rencontrés cherchent à se prouver à eux-mêmes la permanence des valeurs de virilité (…), recherchant dans l’expérience physique et sensorielle une satisfaction immédiate, l’assurance fugace d’une identité propre capable de transcender le groupe d’origine » p 269), et à travers l’ histoire de personnages secondaires comme Hervé, jeune manœuvre célibataire dont la mort accidentelle un soir de fête introduit le propos, ou encore Suzanne, épouse du principal enquêté et finalement principale enquêtée elle-même.

5La connaissance des « gars du coin » , de leurs trajectoires scolaires et professionnelles, permet au lecteur de se (re)plonger dans une sociologie rurale un peu oubliée, mais mise à l’honneur par les nombreuses références, d’interroger les effets de la précarisation et de l’individualisation du travail à partir d’un territoire original, l’usine à la campagne. Cet angle d’attaque permet d’une part de faire exploser l’image d’Epinal dans laquelle la campagne française est enfermée, de donner une visibilité renouvelée à la population rurale, d’autre part d’apporter des éléments de renouveau sur la construction de l’identité masculine, en lien  avec le groupe d’amis, le couple, la pratique sportive, l’appartenance politique et le travail, et de créer des passerelles analytiques entre les « gars du coin » et les « jeunes de banlieue », redonnant ainsi une place au social là où une tendance forte pousse à mettre une dimension ethnique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Budin, « Nicolas Renahy, Les gars du coin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 24 mars 2006, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5418

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page