Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Valérie Boussard, « Je » de socié...

Valérie Boussard, « Je » de société. Sociologie de l’identité individuelle

Claire David
"Je" de société
Valérie Boussard, "Je" de société. Sociologie de l'identité individuelle, Paris, Armand Colin, coll. « Sociologia », 2021, 224 p., ISBN : 978-2-200-63190-1.
Haut de page

Texte intégral

1Les innombrables injonctions contemporaines à revendiquer une identité absolument singulière, couplées à l’assignation ou au rattachement des individus à des identités collectives, invitent à s’interroger sur la possibilité même d’« être soi-même » en société. Issu d’un cours de sociologie dispensé aux étudiant·es de l’université Paris Nanterre, l’essai de Valérie Boussard s’empare de cette question en sondant le rapport entre identité individuelle et identité sociale. La réflexion se fonde sur l’idée – pouvant paraître contre-intuitive – selon laquelle l’identité subjective est avant tout sociale. En effet, l’identité est un geste social dans la mesure où elle s’adresse à autrui, se définit par rapport à celle des autres, s’exprime dans des cadres sociaux (des conventions, des mots, des catégories), et se trouve façonnée par des statuts ou des rôles sociaux attendus (être une femme mariée, un syndicaliste militant, etc.). L’autrice précise qu’il faut aussi prendre en compte les processus sociaux qui informent les identités individuelles, c’est-à-dire les effets de l’encadrement, du contrôle, de l’assignation, des injonctions, des exclusions, etc. sur les individus. C’est toute la question de la marge de manœuvre de l’individu qui est posée : comment être soi si l’on est le produit d’une société et d’un milieu social donnés ? Le « moi » peut-il exister en dehors du « nous » social ? Nourrie des travaux qui font autorité en sociologie, l’analyse se déploie à partir de cinq éléments de présentation de soi et d’identification – le nom, le corps, le sexe, le langage et la profession – qui constituent les cinq chapitres de l’ouvrage.

2Dans le premier chapitre, après un bref panorama historique du système de nomination en France, l’autrice explique que donner un nom est une pratique sociale répondant avant tout à une nécessité de classification et d’identification administrative et institutionnelle des individus. Toutefois, les règles qui encadrent cette pratique diffèrent selon les lieux et les époques. Le cas de la société française montre une évolution de la fonction du nom, allant de l’assignation à une place et un rôle dans une lignée à l’individualisation de chaque personne. Depuis le XXe siècle, le choix des prénoms des enfants illustre des phénomènes de modes et des différences de goût et de pratiques selon l’origine sociale.

3Dans les deuxième et troisième chapitres, respectivement consacrés au corps et au sexe, l’attention est portée sur ce qui permet de nous identifier au premier regard, notre enveloppe charnelle, mais surtout sur l’interprétation qu’autrui en fait. Devenue aujourd’hui emblématique des identités individuelles à travers l’usage des réseaux sociaux, l’apparence physique condense de nombreux enjeux sociologiques. À partir des travaux de Norbert Elias et de Jean-Claude Kaufmann, l’autrice montre que le corps est modelé par des pratiques et des conventions sociales. Il n’est pas cet élément singulier, naturel et biologiquement déterminé, mais bien marqué par des usages sociaux qui varient selon les périodes historiques. Valérie Boussard souligne que les contraintes (ne pas cracher ni roter en public par exemple) venues du regard extérieur s’intériorisent peu à peu jusqu’à devenir autocontraintes, de sorte qu’on aboutit à une incorporation des normes exigées par la société ou les groupes sociaux auxquels les individus s’identifient. La notion d’habitus, désignant des gestes appris, reproduits au point de paraître innés, permet de comprendre en quoi le corps peut être lu et décodé comme un ensemble de signes qui renseignent sur l’appartenance sociale. L’ensemble des habitus incorporés par un individu, appelés « hexis corporelle » par Bourdieu, est pris dans des phénomènes de catégorisation, voire de stigmatisation. Ainsi les normes qui construisent les usages du corps produisent une domination de certains groupes sociaux sur d’autres. Cette réflexion est prolongée au chapitre 3, où le sexe est considéré comme un élément d’identification des individus relié à un système de classification binaire : le genre. Les normes de genre s’apprennent, comme toute norme sociale, par des processus de socialisation, dans la famille et à l’école notamment, par lesquels les individus incorporent des façons d’être et d’agir différenciées selon leur sexe. L’autrice explique que la mise en scène des identités de genre ne produit pas seulement une division des individus en deux classes de sexe, mais aussi une hiérarchisation de celles-ci, car « la classification de genre est associée à une classification symbolique du monde qui attribue des valeurs différentes aux deux sexes » (p. 112). « La différence de valorisation symbolique, écrit-elle, conduit à une domination masculine sur les femmes » (p. 112).

4Au fil du quatrième chapitre, l’autrice observe les liens entre langage et relations sociales. En sociologie, l’approche dite interactionniste cherche à saisir le langage dans son contexte, c’est-à-dire à analyser ce qui se joue dans les échanges linguistiques entre les individus. En effet, toute interaction langagière révèle une partie de l’identité des individus en présence. Dans les interactions, il existe des attentes sociales, des normes, des conventions relatives aux conversations, qui dépendent du contexte et des rôles des uns et des autres. En jouant avec la langue et les registres, les individus peuvent dire leur identité de façon particulière, ou adapter leur langage afin de présenter une identité qui correspond aux attendus de la situation ou à ce qu’ils veulent en faire. En s’appuyant sur les travaux de Foucault, Valérie Boussard explique que, parce que la production de discours est dictée par des contraintes sociales, le langage participe du système de pouvoir exercé par les institutions et les groupes sociaux sur les individus. Les variations de l’usage d’une langue sont le reflet de l’asymétrie des relations sociales : le système des différences linguistiques reproduit le système hiérarchisé des classes sociales. Ainsi sur le marché linguistique s’exercent des rapports de force et de domination, par exemple à l’école, où le parler familier et relâché se trouve sanctionné.

5Le cinquième et dernier chapitre, plus développé que les précédents, prend pour objet la profession des individus. De nos jours, l’identité sociale est fortement associée à l’identité professionnelle. La profession, en tant que construction collective, façonne l’identité par l’attachement aux valeurs, savoirs et savoir-faire, règles, pratiques qui fondent chaque métier, et situe l’individu au sein de la hiérarchie sociale. Dans la société, l’organisation en métiers ou corps professionnels hiérarchisés engendre des distinctions symboliques : aujourd’hui la nomenclature statistique des catégories socioprofessionnelles produit une catégorisation, elle-même intériorisée par les individus qui construisent leur représentation de l’espace social à partir d’elle. De nombreux travaux sociologiques font ressortir le poids des facteurs culturels et sociaux dans les choix professionnels et les (im)possibles mobilités sociales. Des tendances générales se font jour, en particulier des processus de transmission de capital social, de capital économique et de capital symbolique entre les générations. La liberté individuelle de suivre un cursus d’études ou de choisir un emploi se heurte à des déterminismes sociaux liés aux inégalités sociales face à la réussite scolaire et à la structure possible des emplois. L’évolution de carrière d’un individu est également conditionnée par ces déterminismes. Ainsi le « plafond de verre » correspond à une limitation dans la progression hiérarchique, en particulier dans le contexte des inégalités entre les femmes et les hommes, mais d’autres facteurs confrontent les individus à ces limitations, comme la classe sociale d’origine ou la catégorisation ethno-raciale. Enfin, l’autrice explique que l’identité individuelle se transforme par le travail, d’une part car certains métiers – les plus pénibles – peuvent déformer le corps et atteindre l’intégrité physique ou psychique des individus, d’autre part car certains individus cherchent à adopter les signes identitaires du milieu socioprofessionnel qu’ils visent.

6En définitive, Valérie Boussard entend montrer que l’identité individuelle est systémique, au sens où les cinq éléments étudiés sont le plus souvent en interaction dynamique les uns avec les autres, et surtout collective, car livrer les signes de son identité revient à se positionner dans un ou plusieurs groupes sociaux, à un moment et dans un lieu donnés. Le point fort de l’essai est sans doute son grand intérêt pédagogique : chaque chapitre débute par un bref panorama historique de l’élément abordé, puis résume les principales thèses sociologiques admises sur le sujet. Les résultats sociologiques présentés sont souvent illustrés par des extraits de romans, de films ou de chansons tirés de la littérature contemporaine ou de la culture populaire, ce qui permet de saisir facilement telle ou telle situation. Si l’ouvrage témoigne ainsi d’un souci de clarté et de simplicité, on peut regretter d’en rester parfois à des énoncés sociologiques élémentaires – ce qui s’explique sûrement par l’origine de l’essai (un cours adressé à des étudiant·es de niveaux divers, pas nécessairement spécialistes). Étudier le « je » en société permet toutefois à l’autrice de mettre en place un certain nombre de notions fondamentales de la discipline, comme identité pour soi et identité pour autrui (Dubar), habitus (Mauss, Bourdieu), violence symbolique (Bourdieu, Passeron) ou encore fait social (Durkheim). Cela la conduit aussi à brosser à grands traits quelques moments importants de l’histoire des idées tels que le structuralisme (Lévi-Strauss), la pensée foucaldienne de la relation langage/pouvoir/savoir ou encore la philosophie du genre (Butler).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire David, « Valérie Boussard, « Je » de société. Sociologie de l’identité individuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 février 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54343

Haut de page

Rédacteur

Claire David

Doctorante en littérature française à l’université de Tours, membre du laboratoire « Interactions culturelles et discursives ».

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search