Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Collectif, L’École sans école. Ce...

Collectif, L’École sans école. Ce que le confinement nous dit de l’éducation

Jean Bernatchez
L'École sans école
L'École sans école. Ce que le confinement nous dit de l'éducation, Paris, C&F Editions, coll. « Éducations », 2021, 208 p., ISBN : 978-2-37662-025-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’École avec une majuscule représente l’institution. L’école avec une minuscule désigne le lieu où se déploient les activités scolaires. « L’expérience Covid » a conduit les élèves et les enseignants à vivre l’École sans école dans le contexte du confinement décrété par les autorités françaises au printemps 2020. Les outils numériques sont alors mobilisés afin d’assurer la continuité pédagogique. Le livre est un recueil de 16 témoignages et analyses d’élèves, de praticiens et de chercheurs regroupés en trois parties : participer, accompagner et connecter. Cet ouvrage inaugure la collection Éducations de C&F Éditions consacrée aux aspects pédagogiques et institutionnels du numérique en éducation.

2En introduction, l’éditeur campe la problématique et pose la question qui oriente les 16 contributions : que se passe-t-il quand on se retrouve avec une École sans école ? « L’expérience Covid » met d’abord en lumière la transposition sur les réseaux numériques des dispositifs d’apprentissage. Pour que la technique puisse soutenir efficacement les activités scolaires, il faut souvent s’incliner devant les géants du Web, seuls en mesure de répondre efficacement à la demande accrue de bande passante attribuable à la généralisation du télétravail et du téléenseignement. Cela soulève plusieurs enjeux, mais l’expérience Covid à l’école met surtout en évidence le besoin d’humanité et de relation. « Éduquer, c’est aussi porter la jeunesse vers l’autonomie, les compétences relationnelles, l’inventivité, le plaisir, le bien-être, la capacité de jugement et in fine la citoyenneté » (p. 11).

  • 1 danah boyd est écrit avec des lettres minuscules, selon la même logique que celle de l’intellectuel (...)

3Dans la première partie du livre intitulée « Participer », Lola, élève de 15 ans, adresse une lettre au coronavirus. Elle évoque quelques expériences formatrices, mais dresse un bilan amer de son expérience Covid : « tu me prives des meilleurs moments de ma vie. […] je te haïrai toujours et je t’en voudrai à vie d’avoir mis mon adolescence entre parenthèses » (p. 20). Céline Thiery, professeure documentaliste, et Élizabeth Schneider, enseignante-chercheuse, relatent l’expérience de la création d’un journal scolaire par des élèves de 10 ans. Elles en proposent l’analyse grâce au concept de culture participative en contexte numérique, développé par Henry Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd1. La professeure documentaliste Hélène Mulot jongle ensuite avec l’objet et la représentation du masque qui, avant la pandémie, était associé à la fête. « Actuellement, son usage est essentiellement d’ordre sanitaire, ce qui peut donner le sentiment de participer à une aventure collective » (p. 47). L’auteure interprète son action en milieu scolaire comme une « thérapie par le jeune » qui l’incite à se concentrer sur les actions positives associées à l’expérience Covid.

4Hélène Paumier, enseignante en lettres modernes dans un lycée, opère un retour réflexif sur son projet « égalité filles / garçons » fondé sur l’interdisciplinarité et le co-enseignement. La collaboration, favorable à la différenciation pédagogique, est mobilisée, mais sur le plan de l’utilisation des outils numériques, une question demeure en suspens : celle de la légalité et de l’égalité face aux logiciels utilisés. Stéphanie de Vanssay, professeure des écoles, rend compte des résultats d’une veille des réseaux sociaux lui permettant de cerner les défis de l’École sans école : maintenir le lien avec les élèves et les enseignants ; corriger et noter de manière juste et réaliste ; travailler autrement en se recentrant sur des temps courts ; développer la motivation des élèves et leur autonomie ; ne pas creuser davantage les inégalités entre les élèves des milieux défavorisés et les autres.

  • 2 Cynthia Fleury (1974-) est une philosophe et psychanalyste française qui a développé le concept de  (...)

5La deuxième partie du livre, intitulée « Accompagner », propose d’abord un extrait du journal de confinement d’Ilyès, 13 ans. Son temps est dicté par une routine qu’il a en horreur. Il reconnaît cependant avoir appris des choses sur lui-même : « j’attache trop d’importance à l’amitié, je vis mal l’isolement et j’ai du mal à prendre du recul » (p. 85). Gilles Braun, inspecteur général honoraire de l’éducation, pose son regard sur le passage d’une école inscrite dans un espace public, animée par l’apprentissage au vivre ensemble, vers un espace privé et confiné : « certains élèves se sont étonnamment sentis mieux pendant cette période (par exemple, certains élèves rencontrant des difficultés relationnelles ou rejetés par leurs condisciples) quand d’autres se sentaient esseulés, voire dans des situations insoutenables (comme ceux pris dans la spirale des violences intrafamiliales) » (p. 91). Delphine Ricco, psychologue de l’Éducation nationale, témoigne de l’expérience de l’atelier « Apprendre à apprendre en autonomie » offert aux élèves de premières générales et technologiques. Cet atelier s’inspire de deux principes : d’une part accepter sa vulnérabilité permet de devenir capacitaire (Cynthia Fleury) ; d’autre part le sentiment d’efficacité personnelle, désignant les croyances d’un individu sur sa capacité à faire face aux situations, doit être développé (Albert Bandura)2.

  • 3 Voir James M. Walker, « Les communs et l’héritage d’Elinor Ostrom », Acfas Magazine, 10 mars 2019, (...)

6Camille Fée est le pseudonyme du collectif Faire École Ensemble (FÉE). Son action est inspirée de la théorie des communs d’Elinor Ostrom3. Le commun implique « la constitution d’une communauté d’usage qui s’organise autour de régimes de procédures d’accès à une ressource produite et entretenue collectivement » (p. 111). Dans le cas de FÉE, les communs visent à une socialisation numérique bienveillante. Envisager l’École comme un commun permet de plus « de donner à tout un chacun les moyens de faire, d’expérimenter, mais aussi d’être dans une logique d’entraide en dépassant la pensée concurrentielle du marché » (p. 115). Quant à Goundo Diawara, secrétaire nationale du Front des mères, syndicat de parents de quartiers populaires, elle fait état des défis que doivent affronter les élèves en milieux défavorisés : « mon métier consiste finalement à essayer de neutraliser au maximum toutes les bonnes raisons […] que ces adolescents ont d’avoir d’autres priorités que l’École » (p. 123). Serge Pouts-Lajus, ancien professeur de mathématiques, présente quant à lui le modèle français d’organisation scolaire, fondé sur le dualisme en ce sens qu’il dissocie le matériel de l’immatériel : la gestion du matériel (bâtiments, infrastructures numériques, transport, etc.) est confiée aux collectivités territoriales alors que l’État est responsable de la gestion de l’immatériel (programmes scolaires, recrutement des enseignants, délivrance des diplômes, etc.). Une organisation dualiste présente de nombreux avantages et préserve la dimension nationale de l’École. En temps de crise pandémique cependant, « lorsque tout se dérègle, que l’esprit et le corps se désolidarisent et que le premier perd de vue le second, les commandes ne passent plus, chacun va de son côté » (p. 138).

7La troisième partie de l’ouvrage, « Connecter », est introduite par Shana, 12 ans, et son acrostiche avec le mot « confinement » où le O signifie « obnubilée par les écrans » et le N, « Netflix surchargé », traduisant le tsunami numérique qui se propage dans les foyers lors du confinement. Stéphane Bortzmeyer, ingénieur en réseaux informatiques, juge qu’Internet résiste bien à la pression attribuable à la généralisation du télétravail et du téléenseignement, mais que les systèmes informatiques de l’Éducation nationale ne sont pas à la hauteur des attentes, cela en raison d’un mécanisme de marchés publics où les opérateurs visent avant tout le profit financier. « Le but étant d’être rentable, l’entreprise va ensuite se tenir strictement au cahier de charges, et ne pas faire de zèle. […] On a effectivement à la fin, non pas un service efficace mais un service qui correspond au cahier de charges » (p. 148). Il milite pour que les contenus pédagogiques soient distribués sous licence permettant la libre distribution.

  • 4 En référence au roman dystopique 1984 de Georges Orwell.

8C’est le cas aussi de Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, une association d’éducation populaire aux enjeux du numérique et des communs. Il trace le portait de son association, née dans un lycée en 2001, et devenue depuis la porte d’entrée francophone du logiciel libre. Une rupture avec l’Éducation nationale devient tangible en 2015, alors qu’un partenariat entre l’État et Microsoft est interprété par les défenseurs du logiciel libre comme une mise sous tutelle de l’informatique à l’école par cette entreprise. Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information, met en garde contre les entreprises de technologies de vidéosurveillance d’examens, véritables technopolices dont le champ de compétences est celui de la surveillance avant d’être celui de l’éducation. « À nos étudiants nous devons bien davantage que les camisoles de surveillance promises par les OrwellTech4 en gage de certifications imbéciles et mortifères » (p. 183). Enfin, Éric Bruillard, responsable du laboratoire EDA (Éducation, discours, apprentissages) à l’Université de Paris, explore le concept d’école buissonnière, un modèle qui pourrait aider à repenser l’École. « Ne pourrait-on pas sortir d’une dichotomie trop simple entre une école formelle et fermée et une école de la nature ouverte mais hors du monde ? » (p. 196).

  • 5 Voir Antoine Oury, « C&F Éditions, des livres pour devenir un citoyen connecté et éclairé », Les un (...)
  • 6 Voir le site de la maison d’édition : https://cfeditions.com/public/.

9L’ouvrage L’École sans école propose une contribution originale et intéressante à la compréhension des effets du confinement de 2020 sur l’École et l’école françaises. Les points de vue sont pluriels et les perspectives, contrastées, selon que le site d’observation soit celui d’élèves, de praticiens ou de chercheurs. Cependant, une même politique éditoriale oriente l’ensemble des contributions, fidèle aux principes de C&F Éditions. « Les publications de C&F Éditions mêlent […] culture numérique et citoyenneté, gouvernance, information ou encore la démocratie, pour des livres-sommes, la plupart du temps »5. Une soixantaine de titres sont déjà disponibles6.

Haut de page

Notes

1 danah boyd est écrit avec des lettres minuscules, selon la même logique que celle de l’intellectuelle féministe bell hooks (1952-2021). Un tel choix symbolise l’importance du discours plutôt que celle de la personne qui le porte. Sur la culture participative en contexte numérique, voir Henry Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd (2017), Culture participative. Une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté, C&F Éditions.

2 Cynthia Fleury (1974-) est une philosophe et psychanalyste française qui a développé le concept de » vulnérabilité capacitaire » au cœur du soin et de nos relations aux autres. Albert Bandura (1925-2021) est un psychologue canadien précurseur de la psychologie sociale et pionnier de la théorie sociocognitive fondée sur le concept d’« efficacité personnelle ».

3 Voir James M. Walker, « Les communs et l’héritage d’Elinor Ostrom », Acfas Magazine, 10 mars 2019, disponible en ligne : https://www.acfas.ca/publications/magazine/2019/03/communs-heritage-elinor-ostrom.

4 En référence au roman dystopique 1984 de Georges Orwell.

5 Voir Antoine Oury, « C&F Éditions, des livres pour devenir un citoyen connecté et éclairé », Les univers du livre. Actualités, 2017, disponible en ligne : https://actualitte.com/article/25220/distribution/c-f-editions-des-livres-pour-devenir-un-citoyen-connecte-et-eclaire.

6 Voir le site de la maison d’édition : https://cfeditions.com/public/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Collectif, L’École sans école. Ce que le confinement nous dit de l’éducation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 février 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54369

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search