Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Sylvie Octobre & Régine Sirota, I...

Sylvie Octobre & Régine Sirota, Inégalités culturelles : retour en enfance

Garance Deléris
Inégalités culturelles : retour en enfance
Sylvie Octobre, Régine Sirota (dir.), Inégalités culturelles : retour en enfance, Paris, Ministère de la Culture - DEPS, Les Presses de Sciences Po, 2021, 360 p., EAN : 9782724637953.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1960, la sociologie a mis en évidence le rôle déterminant du capital culturel dans les processus de reproduction sociale. En contribuant à retracer la genèse des inégalités culturelles, cet ouvrage s’inscrit dans la riche tradition de recherche consacrée à leur production et à leur transmission qui a émergé par la suite. Les contributions de ce recueil entrent ainsi dans la fabrique ordinaire des inégalités culturelles à partir d’enquêtes aux méthodologies diverses et souvent innovantes portant sur des enfants de 0 à 11 ans – une population encore peu connue des sciences sociales, mais qui fait l’objet d’un nombre croissant de travaux. Issus de différentes disciplines (sociologie, science politique, sciences de l’éducation) et de plusieurs courants théoriques, les auteurs et autrices cherchent ici à comprendre « comment la question de l’enfance retravaille celle des inégalités et, a contrario, comment la question des inégalités retravaille celle de l’enfance » (p. 23).

  • 1 Cet article présente des résultats qu’on trouvera développés de manière plus approfondie dans l’ouv (...)

2L’ouvrage s’ouvre sur une traduction inédite d’un article publié en 2002 par la sociologue nord-américaine Annette Lareau1. Mis en exergue pour son caractère pionnier dans les recherches sur l’enfance, il l’est également du fait de son actualité scientifique et politique. En effet, la sociologue y défend la thèse d’une influence première de la classe sociale par rapport à la race sur les styles éducatifs des parents. À partir d’une enquête ethnographique auprès d’enfants de 8 à 10 ans et de leurs familles dans le contexte étasunien, l’autrice construit deux modèles éducatifs idéaux-typiques. Par la « mise en culture concertée » (concerted cultivation) observée dans les familles de classe moyenne, les parents cherchent à développer le potentiel de l’enfant. Cela se concrétise par une rentabilisation du temps libre enfantin à travers des activités extra-scolaires, la valorisation de l’expression d’opinions personnelles et l’apprentissage du débat avec les adultes. La démarche est différente chez les parents des catégories populaires qui s’inscrivent dans la logique de la « pousse naturelle » (natural growth) et souhaitent avant tout à fournir à leurs enfants les bonnes conditions matérielles d’existence. Le caractère incontournable de cette étude, tant du point de vue méthodologique que conceptuel, se mesure au nombre de contributions de l’ouvrage qui s’y réfèrent.

  • 2 Bernstein Basil, Class, Codes and Control: Theoretical Studies towards a Sociology of Language, Lon (...)

3La première partie adopte une perspective classique en se concentrant sur les transmissions culturelles dans la sphère familiale. Elle s’ouvre sur une contribution de Bertrand Geay dont un des principaux apports est d’ordre méthodologique. Sa présentation d’un dispositif de recherche mettant en parallèle des scénarios de jeux créés par les enfants pour les besoins de l’enquête et les caractéristiques de leur socialisation primaire ouvre en effet des pistes de recherche fort stimulantes pour étudier les représentations enfantines du monde social. Joël Laillier et Christine Mennesson analysent pour leur part les usages du temps libre durant la prime enfance. Deux styles d’encadrement se distinguent particulièrement : d’un côté, une bonne volonté éducative suivant les attentes scolaires dans les classes populaires stables et les classes moyennes du pôle économique, traduite dans les quotidiens des enfants par un contrôle des temps d’écran et l’appropriation d’objets culturels éloignés de la culture légitime. De l’autre, des stratégies conscientes et explicites d’anticipation des savoirs, savoir-être et savoir-faire attendus par l’école dans les classes supérieures à fort capital scolaire, concrétisées notamment par un fort investissement dans des pratiques socialement et scolairement distinctives (anglais, musique). Reprenant le dispositif ethnographique d’Annette Lareau, Holly Hargis place la focale sur le dîner en famille pour saisir les socialisations langagières en train de se faire. Dans les familles populaires, les consignes des parents portent avant tout sur le respect des règles de bonne conduite, et les discussions, peu encouragées, se concentrent sur « l’ici et le maintenant »2. À l’inverse, les échanges langagiers sont centraux dans les repas des classes supérieures : la parole enfantine y est stimulée, guidée, corrigée. Les enfants y incorporent des dispositions langagières scolairement rentables, notamment la prise de parole à l’oral et la capacité à attirer l’attention des adultes. Enfin, les analyses de Jérôme Camus et Nathalie Oria viennent compléter les précédentes en pointant le rôle déterminant du degré de proximité ou d’éloignement que les parents entretiennent vis-à-vis des institutions, notamment l’école, dans le style parental adopté.

4La seconde partie interroge les articulations entre inégalités culturelles et inégalités scolaires. Elle s’ouvre sur un texte de François Dubet et Marie Duru-Bellat, seule contribution à ne pas s’appuyer sur une enquête empirique. Les auteurs portent un regard critique sur le modèle français de justice sociale fondé sur l’égalité des chances méritocratique, idéal jamais atteint depuis son apparition dans les années 1960 dans un contexte de massification scolaire, et son rôle dans l’émergence d’un clivage politique entre « vainqueurs et vaincus de la compétition méritocratique » (p. 207). Les deux contributions suivantes rendent compte des mécanismes par lesquels des ressources culturelles se transforment en inégalités lorsqu’elles se trouvent en adéquation ou au contraire en décalage par rapport aux normes scolaires. Les développements sur les pratiques familiales de l’humour proposés par Marianne Woollven, Gaële Henri-Panabière et Olivier Vanhée sont à ce titre particulièrement originaux. Ils décrivent comment le recours à l’ironie, au second degré ou à l’absurde – registres comiques caractéristiques des familles de classes moyennes et supérieures du pôle culturel – favorise l’émergence d’un rapport réflexif au langage qui s’avère scolairement valorisé. Stéphane Bonnéry interroge quant à lui les effets socialisateurs de la lecture d’albums par les parents à leurs enfants. Il rappelle que, contrairement à une idée reçue, même les familles peu dotées en capitaux économique et culturel accordent à la lecture un rôle éducatif central. Si sa fonction d’éducation morale est répandue dans l’ensemble de l’espace social, les parents des catégories populaires valorisent l’expression explicite d’une morale, là où les parents à fort capital culturel la rejettent, lui privilégiant des histoires à fin ouverte qui permettent aux enfants de construire une réflexion autonome.

5La troisième partie élargit le questionnement aux effets des inégalités culturelles dans d’autres sphères de la vie sociale. Dominique Pasquier examine les usages des outils numériques dans les familles de milieux populaires. Elle souligne que leur usage précoce par les enfants y est encouragé et identifié comme un indice d’une future réussite scolaire, alors qu’il est perçu négativement et empêché dans les classes moyennes et supérieures. La sociologue restitue cette valorisation dans les logiques de rationalité spécifiques aux familles populaires peu dotées en capitaux scolaires pour lesquelles une bonne éducation consiste avant tout à fournir aux enfants les bonnes conditions de vie. Vincent Berry analyse quant à lui la stratification sociale de l’usage des jeux de société. Les rares familles non joueuses se retrouvent dans les deux extrêmes de l’espace social, mais la non-pratique repose sur des justifications nettement différenciées. Les parents des catégories populaires l’expliquent par des facteurs pratiques (manque de disponibilité lié à un temps contraint par des impératifs professionnels) et par une définition du jeu comme pratique spécifiquement enfantine. À l’opposé du spectre social, la non-pratique s’adosse à une dévalorisation des pratiques ludiques, au profit d’autres activités perçues comme culturellement plus légitimes. Les deux derniers chapitres se placent à hauteur d’enfant pour interroger les articulations entre inégalités, genèse du rapport au politique et construction sociale des amitiés enfantines. À travers une enquête sur la réception de clips et de vidéos Youtube portant sur les Gilets jaunes, c’est le rôle des produits culturels dans la socialisation politique enfantine que Julie Pagis interroge. Elle montre que ces supports ont des effets socialisateurs puissants, en particulier sur les garçons des classes populaires, les plus exposés à ces contenus. Il en résulte un constat contraire à ce qui est habituellement observé dans les travaux sur l’enfance et la politique, à savoir que ce sont ici les garçons les moins dotés culturellement et économiquement qui cumulent le plus de compétences et de savoirs sur un sujet politique. Dans le cadre d’une réflexion sur la construction sociale des amitiés enfantines, Kevin Diter examine les inégalités qui structurent ces liens électifs. Alors que les enfants déclarent pouvoir « être ami avec n’importe qui », il met en lumière les logiques de sélection qui sous-tendent leurs choix. À titre d’exemple, les critères scolaires (être bon en classe) sont davantage mobilisés par les garçons des classes populaires ; les critères esthétiques (beauté, propreté) se retrouvent principalement chez les garçons des classes supérieures les plus jeunes ; les critères moraux (honnêteté, gentillesse, humour) sont plus présents chez les plus âgés, notamment les filles de classes moyennes et supérieures. L’économie relationnelle enfantine est également fortement genrée, mais l’injonction à l’homophilie ne les concerne pas tous de la même manière : les filles des classes supérieures s’avèrent ainsi les plus disposées à franchir la barrière du genre et à déclarer des amitiés masculines.

  • 3 Pilotée par l'Ined et l'Inserm, l'Enquête longitudinale française depuis l'enfance suit depuis 2011 (...)
  • 4 Lignier Wilfried, Prendre. Naissance d’une pratique sociale élémentaire, Paris, Seuil, 2019, p. 9 ; (...)

6Finalement, ce recueil ouvre des pistes de recherche stimulantes pour penser les processus par lesquels des différences se transforment en inégalités dans le domaine culturel. Il intéressera particulièrement celles et ceux qui étudient les processus de socialisation. Ils y trouveront un état des dernières recherches collectives sur l’enfance – de nombreuses contributions s’appuient notamment sur l’enquête Elfe3 – et des renouvellements méthodologiques en cours. Par le croisement d’un « petit objet » – l’enfance – avec un « grand objet » – les inégalités – le lecteur se trouve convaincu que les mots, les gestes, les goûts et dégoûts ordinaires qui rythment les quotidiens enfantins ne sont pas de « petites histoires ou des enfantillages » par opposition aux « grandes questions de société »4, et que l’enfance s’avère être un terrain de production d’un savoir scientifiquement et politiquement utile.

Haut de page

Notes

1 Cet article présente des résultats qu’on trouvera développés de manière plus approfondie dans l’ouvrage dédié à cette enquête. Voir Lareau Annette, Unequal Childhood: Class, Race and Family Life, Berkeley, University of California Press, 2003. Pour une restitution critique, voir notamment Pagis Julie, « Une ethnographie des socialisations enfantines », Genèses, n°93, vol.4, 2013, p. 176-183.

2 Bernstein Basil, Class, Codes and Control: Theoretical Studies towards a Sociology of Language, Londres, Routledge, 1971.

3 Pilotée par l'Ined et l'Inserm, l'Enquête longitudinale française depuis l'enfance suit depuis 2011 une cohorte de 18 000 enfants de leur naissance jusqu'à leurs vingt ans.

4 Lignier Wilfried, Prendre. Naissance d’une pratique sociale élémentaire, Paris, Seuil, 2019, p. 9 ; compte rendu d’Antoine Argentier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/33530.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Garance Deléris, « Sylvie Octobre & Régine Sirota, Inégalités culturelles : retour en enfance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 février 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54371

Haut de page

Rédacteur

Garance Deléris

Doctorante contractuelle en sociologie au Centre Max Weber.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search