Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Flaminia Paddeu, Sous les pavés, ...

Flaminia Paddeu, Sous les pavés, la terre. Agricultures urbaines et résistances dans les métropoles

Ronan Crézé
Sous les pavés, la terre
Flaminia Paddeu, Sous les pavés, la terre. Agricultures urbaines et résistances dans les métropoles, Paris, Seuil, coll. « Anthropocène », 2021, 448 p., ISBN : 978-2-02-146335-4.
Haut de page

Texte intégral

1La géographe Flaminia Paddeu propose une immersion passionnante dans l’univers de l’agriculture en ville à partir de l’observation de multiples expériences qui « participent à instituer des communs agricoles urbains » (p. 337). L’objet central de ce travail est la terre considérée à la fois comme le sol (tant urbain qu’agricole) et comme le lieu d’accueil des écosystèmes. Sur ce sujet déjà exploré sous l’œil de sociologues, d’agronomes, d’anthropologues, etc., l’auteure engage une réflexion fructueuse s’appuyant notamment sur des études environnementales critiques de l’anthropocène, des travaux sur les communs ainsi que sur des auteurs marxistes ou encore des tenants d’une « approche intersectionnelle et postcoloniale » (p. 30). Flaminia Paddeu porte plus spécifiquement son attention sur trois grandes métropoles dont elle atteste des différences (notamment en termes de densité de population et de pression foncière, bien moindres à Détroit) : New-York qui a été le théâtre des premiers mobilisations contestataires en faveur de l’agriculture urbaine, Détroit dont les formes d’agricultures semblent accueillir davantage qu’ailleurs les minorités, et Paris qui est passée en un siècle d’une agriculture maraichère à une agriculture portée à la fois par des associations d’habitants et par des entreprises privées.

  • 1 Des auteurs contemporains réinvestissent cette analyse, tel Jean-Baptiste Fressoz qui évoque une « (...)

2Dès l’introduction, Flaminia Paddeu inscrit la pratique de l’agriculture urbaine sur le temps long. Elle explicite le glissement progressif qu’ont connu les villes, depuis l’autonomie alimentaire dont elles disposaient autrefois jusqu’à la « rupture métabolique » (le terme est emprunté à Karl Marx) que représente leur production actuelle de matière organique, utilisée par l’agriculture située dans leur périphérie immédiate. Ce découplage a créé une scission entre les sociétés urbanisées et la nature1. Si les pratiques de jardinage étaient encore prégnantes en ville au début de l’ère industrielle (elles étaient même promues par le paternalisme industriel avec la création de jardins ouvriers en France, par exemple), elles ont quasiment disparu (chapitre 1) du fait de l’expansion urbaine et de la création de nouveaux circuits d’alimentation. Les villes ont ainsi perdu leur autonomie alimentaire et leur approvisionnement en denrées comestibles dépend désormais de circuits conventionnels. Le contraste à l’intérieur des villes est également souligné par l’auteure, certains quartiers (où vit majoritairement une population populaire et racisée) constituant ce qu’elle nomme des « apartheids alimentaires » (chapitre 2). Flaminia Paddeu explique comment les populations les plus précaires ont été forcées de vivre dans ces déserts alimentaires, faute d’accès à des espaces verts et à des produits alimentaires de qualité. À titre d’exemple, elle évoque la pratique du « supermarket redlining » expression qui désigne « le non-investissement et la fermeture massive et volontaire des supermarchés dans les “ghettos” » (p. 105), contraignant des citadins à s’alimenter dans des fast-foods ou des stations-services. La ville de Détroit illustre particulièrement ces « environnements obésogènes » (p. 94) entrainant des conséquences sanitaires manifestes telles que le risque avéré d’être davantage concernés par des maladies cardiovasculaires.

3C’est dans ce contexte qu’émergent des pratiques urbaines de « retours à la terre » (chapitre 3), d’abord aux États-Unis dans les années 1970 puis en Europe dans les années 1990. L’exemple de l’artiste Liz Christy, qui lançait des bombes à graines au-dessus des palissades entourant des espaces laissés en friche à New-York, est marquant à ce titre. Selon Flaminia Paddeu, les engagements militants participent à faire du sol un levier pour promouvoir la justice sociale et raciale. En effet, ce renouveau de l’agriculture urbaine permet aux personnes qui s’y investissent de réduire leur dépendance aux circuits alimentaires conventionnels et de « décoloniser les régimes alimentaires des personnes socialement racisées » (p. 164) en leur offrant l’opportunité de renouer avec la terre. Les expériences observées par l’auteure seraient aussi l’occasion de retisser un lien entre les humains et la nature.

4Pour autant, l’agriculture urbaine contemporaine n’est pas homogène. Flaminia Paddeu prend d’ailleurs soin d’en distinguer deux formes radicalement différentes : l’une qui s’inscrit dans un capitalisme « vert », l’autre qui panse la rupture métabolique décrite par Karl Marx et porte des vertus d’émancipation pour les populations les plus ostracisées. Elle décrit la gentrification verte comme un mécanisme d’éviction progressive d’une partie de la population. Ce mécanisme repose sur une logique d’entre-soi (chapitre 7) de la part de certains promoteurs de l’agriculture urbaine qui font partie des catégories sociales les plus favorisées (économiquement et culturellement). L’auteure donne ainsi à voir ces processus d’exclusion qui, même s’ils ne sont pas forcément volontaires, conduisent à opposer une classe blanche, aisée et favorable à l’agriculture biologique aux populations pauvres et racisées. Ainsi, « à Détroit, un projet de jeunes Blancs […] a été très mal perçu par la population [car] en donnant gratuitement l’ensemble de leur production […] ils détruisaient les économies fragiles d’individus ou de collectifs afro-américains qui vendaient leur production » (p. 286). Flaminia Paddeu montre également que certaines nouvelles formes d’agriculture urbaine conduisent à la perpétuation du modèle de développement urbain et capitaliste. Bien que plus écologiques, les projets soutenus par les pouvoirs publics et par des groupes privés (organisations philanthropiques, industries de l’agroalimentaire, etc.) favoriseraient « une agriculture urbaine entrepreneuriale blanche et high tech » (p. 320).

5Ce sont donc deux faces d’une même pièce qui s’opposent, entre une agriculture capitaliste qui s’adapte au contexte écologique par le développement de techniques innovantes et une agriculture populaire qui se développe à une petite échelle avec un rapport à la nature que l’auteure juge plus sain. Rien ne semble en effet rapprocher les « start-upper de l’agriculture urbaine » (p. 208), qui développent des projets à haute intensité technologique, et les « fermiers du ghetto » états-uniens, qui font des jardins urbains un outil de conscientisation et de lutte pour une meilleure justice environnementale, sociale et raciale, ou encore les « cultivateurs nomades » (p. 182) tels que les migrants ou les Roms qui, en France, occupent de manière précaire des parcelles en bordure des villes. En instituant des communs agricoles urbains (chapitre 9), les acteurs de l’agriculture urbaine se situent entre l’État et le marché, par le biais d’arrangements institutionnels qui sont souvent précaires. L’un des enjeux serait donc de sécuriser ces expériences qui s’inscrivent en dehors des canaux conventionnels de la production alimentaire. La reconnaissance d’un droit à la terre en ville serait une étape cruciale pour conforter une autre façon de mettre en lien les humains avec le monde vivant qui les entoure. Elle plaide pour la coalition entre les militants de l’agriculture urbaine et ceux qui défendent le maintien des milieux populaires dans les quartiers concernés par des projets de reverdissement. L’auteure propose ainsi des pistes pour que l’agriculture en milieu urbain se développe en évitant de reproduire les inégalités pré-existantes. Elle recommande par exemple de privilégier des expériences locales à petite échelle, non concentrées mais au contraire disséminées à divers endroits des villes, ou encore de mettre en place des stratégies d’alliance entre les partisans de l’agriculture urbaine et les militants d’une meilleure justice sociale (qui luttent par exemple pour contrôler les loyers et empêcher l’effet d’éviction qui est souvent la conséquence des opérations urbaines de reverdissement des quartiers). Consciente des difficultés et des limites (notamment en matière d’autonomie alimentaire) à la mise en place de ces projets, Flaminia Paddeu considère l’agriculture urbaine comme un « maillon supplémentaire » (p. 374) à celle pratiquée en milieu rural.

  • 2 À Détroit, 105 000 parcelles sont inoccupées du fait de la désindustrialisation entamée dans les an (...)
  • 3 Éric Holt-Giménez, A Foodies’ Guide to Capitalism. Understanding the Political Economy of What We E (...)

6Cette révolution de la manière de concevoir l’agriculture fait face au défi de faciliter l’accès à la terre. Cela semble plus facilement envisageable dans des villes comme Détroit2 où il est possible de cultiver « sur les ruines du capitalisme » (chapitre 6), suite à l’abandon des milliers d’hectares de foncier par les entreprises ayant fait faillite. Cela semble moins réalisable à Paris ou à New-York puisque ces deux villes font face à une pression foncière très importante du fait qu’elles sont densément peuplées et que leur sol est fortement artificialisé. Pour parvenir à ce changement dans la manière d’envisager la ville et la place de l’agriculture en milieu urbain, il apparait nécessaire d’interroger les modes de gouvernance du sol. Ce changement de paradigme serait même indispensable, selon Éric Holt-Giménez3, car « transformer le système alimentaire sans changer les modes d’accès à la terre, le régime foncier et l’usage du sol est non seulement improbable mais impossible » (p. 250).

7L’ouvrage de Flaminia Paddeu est bien documenté, avec force de chiffres, d’observations et d’extraits d’entretiens à l’appui. Il ne se limite pas à l’analyse de quelques formes novatrices d’agriculture en ville. Au contraire, il inscrit l’enjeu de l’alimentation dans le temps long pour comprendre comment les systèmes alimentaires inhérents au capitalisme sont la cause de problèmes que l’agriculture associative et collective pourrait en partie résoudre. On remarque toutefois que les contours des communs agricoles urbains ne sont pas si évidents à définir tellement cette catégorie inclut des pratiques hétéroclites. Écrite sur un ton relativement radical (l’auteure parle de défendre des « agricultures urbaines de résistance »), l’analyse dépasse la ville puisqu’elle conçoit les « agricultures urbaines de subsistance [comme] l’un des maillons d’un système alimentaire régional » (p. 383). Au-delà des liens avec le monde rural, Flaminia Paddeu dresse ainsi des constats très prometteurs en faisant le parallèle avec les économies de subsistance et les dépossessions dont ont été historiquement victimes les populations mises en esclavage. Il y a sur ce terrain des perspectives de liaison et de réflexion très prometteuses en investissant de manière plus globale la question de la concurrence foncière, tant en milieu urbain qu’en milieu rural.

Haut de page

Notes

1 Des auteurs contemporains réinvestissent cette analyse, tel Jean-Baptiste Fressoz qui évoque une « rupture irréparable du métabolisme reliant la société humaine et la nature ». La citation évoquée p. 64 est issue de l’article Jean-Baptiste Fressoz, « Écologies marxises et écologies de la modernité », Mouvements, vol. 66, n° 2, 19 mai 2011, p. 155-159.

2 À Détroit, 105 000 parcelles sont inoccupées du fait de la désindustrialisation entamée dans les années 1960.

3 Éric Holt-Giménez, A Foodies’ Guide to Capitalism. Understanding the Political Economy of What We Eat, New-York, Monthly Review Press, 2017, p.282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Flaminia Paddeu, Sous les pavés, la terre. Agricultures urbaines et résistances dans les métropoles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 février 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54428

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search