Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Ninon Chavoz. Inventorier l’Afriq...

Ninon Chavoz. Inventorier l’Afrique. La tentation encyclopédique dans l’espace francophone subsaharien des années 1920 à nos jours

Anthony Mangeon
Inventorier l'Afrique
Ninon Chavoz, Inventorier l'Afrique. La tentation encyclopédique dans l'espace francophone subsaharien des années 1920 à nos jours, Paris, Honoré Champion, coll. « Francophonies », 2021, 338 p., ISBN : 978-2-7453-5501-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thèse soutenue en 2018 à l’université Sorbonne-Nouvelle, qui a obtenu le premier prix de la Chancel (...)
  • 2 Voir Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, traduit de l’italien par Jean (...)
  • 3 Bernard Mouralis, Les Contre-littératures, Paris, Hermann, coll. Fictions pensantes, 2011 [1975].
  • 4 Op. cit., p. 12.

1Il est rare qu’un essai offre un regard neuf sur un domaine balisé, et qu’il donne à la fois sens à des pratiques anciennes et à des productions extrêmes-contemporaines. Dans cet ouvrage issu de sa thèse1, Ninon Chavoz réussit ce double pari de relire sous un angle inédit l’histoire de l’africanisme en France, et d’y relier de manière originale un vaste corpus de créations littéraires, cinématographiques et plastiques africaines et européennes sur près d’un siècle. Sa démarche, qu’on pourrait assimiler à la méthode historiographique d’un Carlo Ginzburg proposant de lire archives, documents et bien sûr œuvres de fiction « à rebrousse-poil » et « à rebours », pour mettre au jour, entre leurs lignes, les rapports de force qui les dominent et les structurent2, s’apparente également au projet critique jadis développé par Bernard Mouralis dans Les Contre-littératures3. Ce dernier s’attachait en effet à montrer comment de nombreuses productions jugées marginales ou mineures (dont les littératures europhones d’Afrique), remettent en cause, « par leur seule présence », la configuration d’un champ (littéraire, artistique, intellectuel) « puisqu’ils en révèlent le caractère arbitraire » et renvoient ainsi « aux lignes de force qui parcourent la société globale, c’est-à-dire, en définitive, aux efforts déployés par les uns pour maintenir et renforcer le pouvoir qu’ils détiennent sur le plan de l’initiative culturelle, et aux réactions que les autres expriment face à cette prérogative »4. Ninon Chavoz s’inscrit clairement dans son sillage en revisitant des textes (ethnographiques, littéraires, documentaires ou fictionnels) écrits et souvent publiés en Afrique, ou à son propos, puis tombés dans l’oubli ou en désuétude avec leurs auteurs. Mais son tour de force consiste, ce faisant, à les relier constamment à des productions institutionnellement plus légitimes, ou bénéficiant d’une grande exposition médiatique, pour dévoiler un certain nombre de continuités inattendues – entre les œuvres d’Africanistes chevronnés et celles d’Afrocentristes en rupture de ban, entre des créations de l’époque coloniale et celles de notre ère postcoloniale, entre la littérature française et les littératures francophones d’Afrique, et bien sûr, dans tous ces domaines subtilement mis en équation, entre des auteurs majeurs, édités dans de grandes maisons parisiennes et lauréats de prestigieux prix, et des auteurs mineurs, publiés par d’éphémères éditeurs africains quand ce n’est pas à compte d’auteur.

2Dans cette perspective, l’autrice s’intéresse, comme son titre l’indique, à une « tentation encyclopédique » qui, parallèlement à la colonisation européenne de l’Afrique, s’est employée à « inventorier » ce continent dans l’esprit des Lumières, associant toujours plus étroitement pouvoir et savoir. Mais en traitant cette volonté de totalisation comme une tentation, plutôt que comme un accomplissement effectif ou parachevé, Ninon Chavoz fait « droit aux critiques politiques, éthiques et formelles qu’a suscitées l’inventaire » (p. 18), en particulier dans les études postcoloniales, tout en prenant « en compte l’investissement subjectif dont le support encyclopédique peut être porteur » (p. 73). Trois modalités peuvent alors se distinguer, dans le même temps qu’elles se recoupent et se superposent. La tentation encyclopédique est impériale lorsqu’elle tâche de « faire coïncider l’expansion de l’empire avec l’acquisition d’une connaissance exhaustive de l’Afrique, devenue le terrain continental d’un inventaire muséographique de l’altérité » (p. 18). Elle devient pathologique lorsque son souci d’exhaustivité débouche sur une forme d’hybris, et confine à une manie déraisonnable qui inscrit les encyclopédistes « dans une longue généalogie de fous littéraires et de prophètes improvisés » (p. 19). Elle se fait enfin plus formelle lorsque son projet infléchit les pratiques esthétiques elles-mêmes, qu’elles soient littéraires ou plastiques, sous l’effet de ses modèles d’ordonnancement et d’accumulation des références.

3Le propos se déploie dès lors en trois scansions qui, comme les trois volets d’un miroir triptyque, se répondent autant qu’elles s’articulent à de communes charnières spatio-temporelles, du continent africain à l’hexagone français, et de l’époque coloniale à nos jours. Ninon Chavoz revient d’abord sur l’histoire de l’africanisme français pour montrer comment il fut non seulement lié à une exigence encyclopédique où prévalait l’amateurisme, mais également le produit d’une double rupture – avec les sciences dures d’une part, et d’autre part avec les lettres et les arts. Ces deux derniers domaines n’en firent pas moins retour dans les pratiques des administrateurs et des chercheurs de l’ère coloniale, ainsi que dans celles de leurs informateurs ou assistants indigènes, et c’est donc une véritable histoire littéraire de l’africanisme qui nous est proposée ici, à partir des travaux et des publications de Théodore Monod (L’hippopotame et le philosophe, 1946 ; Conseils aux chercheurs, 1963) puis d’Amadou Hampâté Bâ à l’Institut Français d’Afrique noire. Ayant mis en évidence « certaines caractéristiques récurrentes – la relation au terrain, le goût de la collecte, l’émancipation vis-à-vis du carcan disciplinaire et le rapport à une exception française qui ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur l’impérialisme colonial » (p. 38) –, qui font de l’africanisme un « sacre de l’amateur » autant qu’un véritable encyclopédisme, Ninon Chavoz en poursuit les ramifications dans les pratiques de l’afrocentrisme initié par le penseur sénégalais Cheikh Anta Diop, avant d’en explorer des héritages plus contemporains dans deux événements intellectuels en 2016 : le colloque organisé par Alain Mabanckou au Collège de France (Paris), puis les Ateliers de la pensée, orchestrés à Dakar et Saint-Louis du Sénégal par Felwine Sarr et Achille Mbembe.

4Un autre fil conducteur de cette partie est l’indiscipline revendiquée et mise en œuvre comme une mise en défaut des savoirs institués, tant par les africanistes français et les afrocentristes africains que par leurs héritiers contemporains. Ninon Chavoz en étudie les diverses modalités dans un chapitre consacré aux « brèches érudites », telles qu’elles furent théorisées et illustrées par trois spécialistes français des littératures africaines ou francophones (Alain Ricard, Laurent Dubreuil, Myriam Suchet), pour passer finalement en revue trois fictions contemporaines où « le jeu sur le principe de la collecte encyclopédique autorise une véritable subversion littéraire » (p. 102). Du film du réalisateur belge Peter Krüger, consacré à l’encyclopédiste Raymond Borremans (N. The Madness of Reason, 2014), aux carnets de voyage d’explorateurs fictifs mis en scène par des écrivains français comme Éric Chevillard (Oreille rouge, 2007) et Sylvain Prudhomme (Tanganyika Project, 2010), c’est bien à une constante « irréductibilité du réel » que s’expose finalement « l’inventorieur infatigable », creusant dans son geste encyclopédique même « la distance qui l’en sépare » (p. 112).

5Sur ce constat d’une aporie de l’ambition encyclopédique et de sa tentation impériale dont l’obsession « pourrait confiner à la folie », Ninon Chavoz opère une habile transition vers les « Portraits d’encyclopédistes » dont sa deuxième partie constitue alors la véritable galerie. Du romancier et ethnologue dahoméen Paul Hazoumé à l’ethnographe, artiste et prophète ivoirien Frédéric Bruly Bouabré, en passant par l’érudit fictif mis en scène dans les romans du Congolais Georges Ngal (Giambatista Viko ou le viol du discours africain, 1975 ; L’Errance, 1979), et derechef de l’africanisme à l’afrocentrisme comme du colonial au postcolonial, de nouvelles continuités sont données à lire et à voir, qui tiennent cette fois à la figure du « polymathe » et à ses différentes « crises d’identité ». Un portrait-robot de l’encyclopédiste contemporain se dégage de ces multiples avatars, dont les traits saillants sont la marginalité et le relatif déclassement, qui vont de pair avec la recherche d’un savoir alternatif qui ouvre alors la voie à de nouvelles formes de production et de diffusion des connaissances, rompant notamment avec « la continuité linéaire et la verticalité des modes de transmission habituels » et permettant ainsi « un renouvellement des panthéons et des canons existants » (p. 207).

6C’est donc cette « tentation formelle » ou les esthétiques dérivées de l’encyclopédisme que Ninon Chavoz explore dans sa troisième partie. Le geste encyclopédiste s’y trouve d’abord étudié dans l’écriture citationnelle d’Alain Mabanckou, puis dans les divers usages littéraires de formes à l’ambition aussi totalisante qu’irréversiblement incomplète (glossaires, dictionnaires…), telles qu’elles se font jour dans des romans (Le Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya, 1988 ; Debout-Payé de Gauz, 2014) ou des abécédaires (comme Le Dictionnaire de la négritude composé par Mongo Beti et sa compagne Odile Tobner en 1989, ou Le Dictionnaire de la sape publié à compte d’auteur par Elvis Makouezi en 2013). Consacré aux « atlas catatopiques » et aux « devenirs d’une mappemonde », le dernier chapitre revisite quant à lui les usages des cartes et des planches (illustrations botaniques, zoologiques…) chez quelques romanciers et artistes contemporains africains (l’écrivain Kossi Efoui, les peintres Chéri Samba et Hassan Musa). À l’histoire littéraire de l’africanisme se substitue ainsi une géographie des arts et des lettres d’Afrique, où les formes du planisphère et de l’atlas sont détournées pour opérer un nouvel arasement des références et une mise en équation des cultures, donnant corps et sens à la « littérature-monde » autant qu’à « l’artafricanisme », pour reprendre deux mots-valises respectivement promus par l’écrivain Alain Mabanckou et l’artiste Hassan Musa.

7La tentation encyclopédique dans l’espace francophone subsaharien s’avère en définitive un « éléphantasme », selon le bon mot du narrateur du Nègre Potemkine (p. 312). Aussi massif – et parfois aussi maladroit – qu’un pachyderme dans un magasin de porcelaine, l’encyclopédisme continue en effet d’habiter les lettres et les arts d’Afrique, autant que ceux de l’Europe, tel un rêve inachevé hérité de l’imagination impériale en laquelle colonisateurs et colonisés, Français et Africains, coloniaux et postcoloniaux ont longtemps communié. Il n’est dès lors pas étonnant que cette somme magistrale, parue en 2021, ait déjà trouvé un prolongement dans un autre essai de l’autrice : dans son remarquable Éloge des ratés (Hermann, 2020), Ninon Chavoz a proposé huit autres « portraits de l’auteur francophone en encyclopédiste », dont elle débusque cette fois les silhouettes dans des textes d’Afrique et des Antilles, mais aussi de Suisse et du Québec. Elle nous aura ainsi amplement convaincus que « l’encyclopédisme, sans être impossible, n’est pas français pour autant ».

Haut de page

Notes

1 Thèse soutenue en 2018 à l’université Sorbonne-Nouvelle, qui a obtenu le premier prix de la Chancellerie des universités de Paris en 2019.

2 Voir Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, traduit de l’italien par Jean-Pierre Bardos, Paris, Hautes Études, Gallimard, Le Seuil, 2003, p. 33.

3 Bernard Mouralis, Les Contre-littératures, Paris, Hermann, coll. Fictions pensantes, 2011 [1975].

4 Op. cit., p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Mangeon, « Ninon Chavoz. Inventorier l’Afrique. La tentation encyclopédique dans l’espace francophone subsaharien des années 1920 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 février 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54538

Haut de page

Rédacteur

Anthony Mangeon

Professeur de littératures francophones à l’Université de Strasbourg, coordonnateur de l’institut thématique interdisciplinaire LETHICA (lettres, éthique et arts).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search