Navigation – Plan du site

Les méthodes qualitatives : une réponse à Jacques Le Bohec

Isabelle Garabuau-Moussaoui
Les méthodes qualitatives
Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Les méthodes qualitatives, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2009, 126 p., EAN : 9782130535270.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Sociologues professionnels, praticiens, chercheurs en sociologie appliquée, consultants, chercheurs en entreprise, etc. sont autant de termes renvoyant à des activités réalisées par des sociologues ou anthropologues, ne souhaitant pas, pour diverses raisons, ou ne pouvant pas, faute de postes, faire de carrières « académiques ». Loin d’être « en marge », comme le pense J. Le Bohec, ces chercheurs (sans guillemets) forment un groupe numériquement important, mais difficile à cerner, parce qu’ils sont souvent isolés dans leur structure, parfois obligés de ne pas déclarer être sociologue/anthropologue, voire dénigrés à la fois dans leur milieu professionnel (trop réflexifs, trop critiques, ils font des « enquêtes » qui ne plaisent pas toujours), et à la fois par leurs collègues « académiques » qui leur refusent le titre de sociologue, car ils n’exercent pas dans un organisme public.

2La critique de l’ouvrage Les méthodes qualitatives par J. Le Bohec participe de cette stigmatisation et de cette hiérarchisation, celui-ci allant jusqu’à se donner le droit d’« octroyer [un] label scientifique » à nos productions (ou bien sûr, dans notre cas, le refuser). Derrière la critique de l’ouvrage lui-même, se dessine une critique plus radicale, celle de la sociologie dite « appliquée ». J. Le Bohec pense en effet qu’il existe d’une part des « spécialistes analysant froidement et objectivement » et de l’autre des « acteurs engagés dans l’action ». Cette vision du monde l’amène à lire notre ouvrage avec un regard particulier, dénaturant nos propos (sur l’édition en SHS ou sur les méthodes quantitatives, par exemple) et se contredisant parfois : nous participerions d’une « vue enchantée » de notre activité, mais nous serions « sous la coupe des ‘clients’ », nous serions frustrés de ne pouvoir publier, mais la bibliographie comporterait trop de nos publications…

3Une critique majeure de M. Le Bohec porte sur le caractère de « témoignage subjectif » de l’ouvrage. Nous pensons effectivement, comme de nombreux sociologues, que toute science est un construit social qui repose sur bien autre chose que la seule démarche scientifique. C’est ce que notre ouvrage se proposait de mettre en lumière. En faisant part de notre témoignage de chercheurs, nous souhaitions montrer qu’une recherche appliquée est possible, qu’elle n’est pas toujours aisée à réaliser, et qu’une démarche réflexive sur les conditions d’exercice de notre métier pourrait permettre de dépasser un certain nombre de fantasmes sur l’aspect « commercial » des activités des « praticiens », qui gagneraient de l’argent sur le dos des SHS, alors qu’ils cherchent à exercer leur métier, dans des lieux, très rares, où cela est possible.

4Cette démarche gagnerait d’ailleurs à être généralisée à tous les milieux professionnels des sciences sociales. Il serait par exemple très intéressant d’avoir un ouvrage « parallèle », « symétrique », sur l’itinéraire de la recherche publique, montrant les difficultés de « faire de la science » dans ce type d’organismes. Car nous savons bien, par les supports syndicaux et les discussions informelles avec nos collègues, que la recherche académique porte ses propres contraintes et limitations, et que les chercheurs dans les organismes publics ne sont pas exempts de la prise en compte d’éléments hiérarchiques, politiques, économiques.

5Les sciences sociales dites « appliquées » ne sont pas par nature moins scientifiques que la recherche dite « académique ». Les chercheurs répondant à une commandite traduisent une question posée en problématique de recherche, utilisent la littérature en sciences humaines et sociales, empirique et théorique, sur le sujet construit, développent des protocoles d’enquête, choisissent des techniques de recueil de l’information, réalisent une analyse des terrains réalisés, restituent leurs résultats à leurs commanditaires avec distance et professionnalisme, publient leurs résultats quand cela est possible, participent à des colloques, etc. et remplissent tous les critères de scientificité de nos disciplines. Cette sociologie apporte une connaissance scientifique sur notre société dans des lieux où la sociologie « classique » n’entre pas, mais avec les mêmes objectifs : comprendre et expliquer. Elle se confronte à des problématiques diverses, des sujets variés, et permet de questionner des pratiques, de dialoguer avec des acteurs « opérationnels », pour que ceux-ci puissent se saisir de cette connaissance pour agir. Ne faut-il pas se réjouir qu’il existe cette demande sociale de sociologie, et qu’il existe des « passeurs » pour y répondre ?

6Tant que ces chercheurs ne seront pas reconnus par leur groupe de pairs, ne seront pas jugés sur leurs compétences plutôt que sur la manière dont ils gagnent leur vie, et ne seront pas soutenus par leur groupe disciplinaire, ils seront bien plus fragiles et vulnérables aux « contraintes » de leur milieu professionnel. Pourquoi refuser que toute science contient une science appliquée, plutôt que d’accompagner une professionnalisation « intelligente », c'est-à-dire aidant les étudiants en sociologie sortant de l’université à exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles, quel que soit le milieu professionnel dans lequel ils s’intégreront, soutenus par un collectif disciplinaire, les aidant à gagner en marge de manœuvre dans l’exercice de leur profession ?

7Déconstruisons ensemble, pas à pas, ce que signifie faire de la « science » aujourd’hui en sciences humaines et sociales, et construisons-nous en groupe disciplinaire acceptant les différences et les diversités de pratiques, sans hiérarchies a priori, et nous créerons ainsi les conditions de développement des sciences sociales, appuyé par des principes communs et un appui mutuel, pour que la recherche fondamentale résiste face aux pressions des réformes actuelles, et que la recherche appliquée trouve sa place, de manière complémentaire, remplissant une des demandes et une des utilités sociales de la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Garabuau-Moussaoui, « Les méthodes qualitatives : une réponse à Jacques Le Bohec », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 mai 2011, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5454

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Garabuau-Moussaoui

Chercheur expert en anthropologie dans une grande entreprise. Elle est docteur en anthropologie sociale et culturelle (Paris-5-Sorbonne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page