Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Judith Favereau, Le hasard de la ...

Judith Favereau, Le hasard de la preuve. Apports et limites de l’économie expérimentale du développement

François Soleiman
Le hasard de la preuve
Judith Favereau, Le hasard de la preuve. Apports et limites de l'économie expérimentale du développement, Lyon, ENS Éditions, coll. « Gouvernement en question(s) », 2021, 292 p., EAN : 9791036203152.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse sur la postérité du mouvement de l’« evidence-based medicine » en sciences social (...)
  • 2 Duflo Esther, Expérience, savoirs et lutte contre la pauvreté, Paris, Fayard, 2009.

1Lorsqu’en 2010, l’épidémiologiste Peter Piot succédait à l’économiste Esther Duflo à la chaire annuelle du Collège de France intitulée « Savoir contre pauvreté », la continuité était tout autant thématique que méthodologique. D’abord, car santé et pauvreté se coudoient. Ensuite, parce que la médecine a fortement influencé l’économie du développement pratiquée par le Jameel Abdul Latif Poverty Action Lab (ou J-Pal)1. Mais les expériences de terrain qui constituent la sous-discipline sont-elles aussi fiables que des essais cliniques ? Par suite, peut-on se fonder sur leurs résultats scientifiques pour produire une thérapeutique politique des maux économiques et sociaux, dans un « processus d’expérimentation créatrice »2 ? Ce sont autant de questions auxquelles la réflexion menée par Judith Favereau apporte des éléments de réponse.

2Depuis sa création en 2003 au Massachusetts Institute of Technology, le Poverty Action Lab n’a cessé d’étendre son influence sur l’économie du développement. L’approche expérimentale qu’il promeut domine aujourd’hui le champ : en 2019, le prix Nobel d’économie, décerné à Esther Duflo, Abhijit Banerjee et Micheal Kremer, en témoignait avec éloquence. Et ce triomphe n’a rien de surprenant eu égard au caractère séduisant du projet : à une première phase scientifique succède une deuxième phase politique d’« opérationnalisation », qui transforme la recherche en action et permet de lutter contre la pauvreté.

  • 3 Campbell Donald, « Factors Revelant to the Validity of Experiments in Social Settings », Psychologi (...)

3En proposant une analyse épistémologique de l’approche du J-Pal, Judith Favereau entend questionner la légitimité d’un tel enchaînement, qui suppose deux conditions. D’abord, il convient d’évaluer la fiabilité des résultats obtenus par expérience. Ensuite, il faut s’assurer que ces résultats sont transposables à un autre contexte ou à une autre échelle. En d’autres termes, l’efficacité ou l’inefficacité d’une politique de lutte contre la pauvreté doit se vérifier toujours et partout. Ces deux conditions correspondent respectivement à la « validité interne » et à la « validité externe »3 des expériences menées.

  • 4 Favereau Judith et Nagatsu Michiru, « Holding Back from Theory. Limits and Methodological Alternati (...)
  • 5 D’après la loi des grands nombres, il faut que les groupes soient d’une taille conséquente. De plus (...)
  • 6 Par exemple, à l’occasion d’une expérience menée au Kenya en 2007, Jessica Cohen et Pascaline Dupas (...)

4Les économistes du J-Pal doivent en effet, dans un premier temps, produire des preuves de l’efficacité ou de l’inefficacité d’un programme de lutte contre la pauvreté et ces preuves doivent être suffisamment solides pour pallier le scepticisme que pourrait engendrer la démarche empirique. La réponse apportée à ce problème est la « randomisation » des sujets soumis au programme, point de départ de la réflexion menée par Judith Favereau, qui prolonge ainsi certains de ses travaux antérieurs4. Outre sa reconnaissance en médecine, l’atout majeur de cette méthode est sa forte fiabilité : par la constitution aléatoire de deux groupes d’individus, l’un de contrôle et l’autre de traitement, elle garantit que la variation statistique observée suite à la mise en place d’une politique à tester est bien le fruit d’une relation causale et non une simple corrélation. En effet, l’introduction du hasard évite tout biais de sélection5 car la seule différence subsistant entre les deux groupes d’individus est l’exposition ou non au programme, ce qui donne à voir une situation contrefactuelle très fiable6.

  • 7 Banerjee Abhijit, « “New Development Economics” and the Challenge to Theory », Economic and Politic (...)

5Mais cette première validité doit impérativement se doubler d’une seconde, cette fois externe, pour que les résultats obtenus soient utilisés par les décideurs : en d’autres termes, les conclusions tirées doivent être indépendantes de l’environnement. Or, en économie et plus largement en sciences sociales, les mêmes causes ne produisent pas nécessairement les mêmes effets. Pour remédier à cette difficulté, Judith Favereau propose d’approfondir l’analyse, et de ne plus se demander uniquement « si un programme fonctionne », mais « pourquoi [il] fonctionne ». Or, elle regrette que les économistes du J-Pal peinent à répondre à cette dernière question : les résultats de leurs expériences prennent l’apparence d’une « boîte noire », ce qui rend périlleuse leur intégration à une théorie unificatrice ex post, selon le souhait d’Abhijit Banerjee7, mais aussi leur utilisation politique. L’auteure synthétise avec érudition, dans les chapitres 4 à 6, les raisons présumées d’un tel échec. Par souci de simplification, nous proposons de n’en détailler que deux.

  • 8 Le terme est emprunté à la philosophe Nancy Cartwright.
  • 9 Par exemple, l’aspirine a la capacité causale d’apaiser les maux de tête.
  • 10 Guillin Vincent, « De quoi les essais randomisés sont-ils capables ? Évaluation, mécanismes et capa (...)

6Pour extrapoler les résultats d’une expérience et s’assurer qu’une politique de lutte contre la pauvreté jugée efficace dans un certain contexte rencontrera le même succès dans une autre région du monde, il faut dans un premier temps avoir de « bonnes raisons de penser » que les effets obtenus dans le cadre expérimental se répéteront dans un cadre d’application différent. Ces bonnes raisons, qui généralisent la causalité et rendent alors la preuve pertinente pour une utilisation globale, ce sont les « capacités causales »8, c’est-à-dire les propriétés intrinsèques d’une entité qui lui permettent d’agir nécessairement sur une autre9. Pour Judith Favereau, il revient à l’économiste d’expliciter la multitude des capacités causales, à l’aide de théories lui permettant d’identifier des « dispositions à agir »10. Mais écrire une telle « histoire causale » (p. 144) nécessite d’avoir recours à une première théorie ex ante : celle-ci, suivant une démarche hypothético-déductive, est vouée à être « reformulée, augmentée et améliorée » (p. 165) et permet d’éprouver par l’expérience une capacité causale particulière. Or, afin de ne pas perdre en validité interne, les chercheurs du J-Pal tendent à minimiser le nombre d’hypothèses a priori. Leur approche « naïve » aboutit donc, en quelque sorte, à des conclusions « myopes » : l’efficacité ou l’inefficacité d’un programme est établie, sans que l’on puisse en expliquer les déterminants.

7De plus, l’approche du J-Pal néglige la distribution des effets de traitement. En ne comparant que la moyenne des effets d’un programme dans le groupe de traitement et dans le groupe de contrôle, elle considère deux individus moyens qui, par exemple, n’ont pas un niveau de revenu, un genre, ou un âge significatifs. Or, Judith Favereau souligne, dans le chapitre 5, que ces caractéristiques peuvent expliquer, dans certaines circonstances au moins, une partie des comportements, et conditionner en conséquence les résultats d’un programme.

  • 11 Ce manque de rationalité se traduit principalement par une sous-estimation des bénéfices et une inc (...)
  • 12 Une option par défaut est une option adoptée sans mécanisme de prise de décision.
  • 13 Pour Cass Sunstein et Richard Thaler (2008), les individus tendent à rester dans la même situation, (...)

8Gageons que les économistes du J-Pal, en renonçant à leur approche athéorique, sauront mettre en évidence des « capacités causales », seules fondations solides d’une théorie ex post susceptible de guider efficacement le politique. Reste ce deuxième moment, qui consiste en l’« opérationnalisation » des conclusions tirées de l’expérience, et qui fait l’objet du dernier chapitre. Judith Favereau y mène une réflexion sur la méthode de mise en application recommandée par Esther Duflo : le « paternalisme démocratique ». Cette expression en apparence oxymorique désigne pourtant un instrument vers une liberté accrue. En effet, partant du constat d’un manque de rationalité des individus11, l’économiste nobélisée propose de « retirer certains choix aux pauvres » (p. 218). Plus précisément, elle recommande de changer les « options par défaut »12 qui leur sont proposées, et qui seront probablement retenues comme des « choix naturels » en raison d’un biais de statu quo13. Par exemple, on donnerait d’office aux enfants des compléments alimentaires, et on ne cesserait de le faire que s’ils le refusent explicitement. Cette modification de l’architecture des choix rejoint le paternalisme libertarien de Cass Sunstein et Richard Thaler. Mais Esther Duflo ne s’en satisfait pas et souhaite porter le paternalisme jusqu’à la suppression même de la liberté de choix, pour imposer aux individus un panier de « biens élémentaires ». Or, ce surcroît de paternalisme, qui ne nous est d’ailleurs pas étranger dans les pays développés (l’eau de nos robinets n’est-elle pas toujours déjà chlorée ?), ne s’oppose pas à la liberté. Au contraire, en libérant chez les pauvres « l’espace mental » nécessaire pour se focaliser sur des choix moins nombreux mais plus importants, cette méthode augmente leur liberté en augmentant leurs capabilités, au sens d’Amartya Sen. C’est donc en considérant sa finalité que le paternalisme d’Esther Duflo rejoint l’exigence de liberté et devient « démocratique ».

9S’attachant à préciser cette proposition, Judith Favereau montre qu’elle relève d’une double confusion philosophique sur la conception senienne de la liberté. D’abord, celle-ci désigne, certes, la fin à atteindre, mais aussi nécessairement le moyen. En d’autres termes, les pauvres peuvent accepter qu’on leur retire certains choix, mais c’est à eux que doit revenir le choix de décider lesquels. Ensuite, les « biens élémentaires » qu’Esther Duflo veut imposer aux pauvres ne sont pas définis précisément mais s’apparentent, selon Judith Favereau, à des « fonctionnements » : le chlore dans l’eau, la vaccination, les moustiquaires… Or, les fonctionnements ne sont que des dotations, et le lien causal entre leur augmentation et celle des capabilités (c’est-à-dire la possibilité d’utiliser ces dotations) n’a rien d’évident. C’est plutôt la liberté d’accomplir qu’il faut mettre en place, qui elle-même permettra l’utilisation des fonctionnements.

  • 14 Pour illustrer la théorie d’Amartya Sen, et démontrer qu’un nombre accru de fonctionnements n’engen (...)

10Pour l’auteure, la proposition d’Esther Duflo semble finalement « confondre une donnée avec un processus » (p. 245), distinction qui faisait justement la richesse de la pensée d’Amartya Sen14. Cet amalgame trouve son origine dans la « faille épistémologique » (p. 168) analysée supra : les économistes du J-Pal ne parviennent pas à mettre en lumière les mécanismes et les processus de décision. C’est pourtant une description de ces derniers qui permettra, au lieu de se borner à imposer des biens aux pauvres, de mettre en place « des opportunités ou des processus permettant de favoriser les capabilités » (p. 245). En attendant, si l’on considère, à l’instar de Judith Favereau, qu’une donnée n’engendre pas un processus, on ne peut espérer du « paternalisme démocratique » d’Esther Duflo qu’un modeste résultat.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse sur la postérité du mouvement de l’« evidence-based medicine » en sciences sociales, voir Gerry Stoker, Mark Evans, Evidence-based policy making in the social sciences. Methods that matter, Bristol, Policy Press, 2016, compte rendu de Guillaume Arnould pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23784.

2 Duflo Esther, Expérience, savoirs et lutte contre la pauvreté, Paris, Fayard, 2009.

3 Campbell Donald, « Factors Revelant to the Validity of Experiments in Social Settings », Psychological Bulletin, vol. 54, n° 4, 1957, p. 297-312.

4 Favereau Judith et Nagatsu Michiru, « Holding Back from Theory. Limits and Methodological Alternatives of Randomized Field Experiments in Development Economics », Journal of Economic Methodology, vol. 18, n° 3, p. 271-282.

5 D’après la loi des grands nombres, il faut que les groupes soient d’une taille conséquente. De plus, James Heckman et Jeffrey Smith nuancent le fait que la randomisation permette d’annuler tous les biais de sélection et montrent que la méthode résout ce biais en le balançant entre les deux groupes.

6 Par exemple, à l’occasion d’une expérience menée au Kenya en 2007, Jessica Cohen et Pascaline Dupas cherchent à mesurer l’élasticité de la demande de moustiquaires au prix, afin de tester l’efficacité d’une politique de subvention orientée vers les femmes enceintes. Pour ce faire, les économistes divisent aléatoirement vingt cliniques en cinq groupes qui proposent des niveaux de subvention différents, compris entre 100% et 90% du prix initial de la moustiquaire. S’apercevant que la demande exprimée dans ce dernier groupe est 60% inférieure à celle exprimée dans le premier groupe, les auteures concluent que la demande est fortement conditionnée par le prix.

7 Banerjee Abhijit, « “New Development Economics” and the Challenge to Theory », Economic and Political Weekly, vol. 40, n° 40, 2005, p. 4340-4344.

8 Le terme est emprunté à la philosophe Nancy Cartwright.

9 Par exemple, l’aspirine a la capacité causale d’apaiser les maux de tête.

10 Guillin Vincent, « De quoi les essais randomisés sont-ils capables ? Évaluation, mécanismes et capacités en sciences sociales », Cahiers philosophiques, vol. 133, n° 2, 2013, p. 79-102.

11 Ce manque de rationalité se traduit principalement par une sous-estimation des bénéfices et une incohérence temporelle.

12 Une option par défaut est une option adoptée sans mécanisme de prise de décision.

13 Pour Cass Sunstein et Richard Thaler (2008), les individus tendent à rester dans la même situation, ils ont tendance à ne pas changer, et ce en raison d’un manque d’attention.

14 Pour illustrer la théorie d’Amartya Sen, et démontrer qu’un nombre accru de fonctionnements n’engendre pas nécessairement une augmentation des capabilités, Judith Favereau prend un exemple concret : si une personne est amputée des deux jambes et qu’elle dispose d’un vélo (qui fait partie de ses fonctionnements), elle n’a pas la possibilité d’utiliser ce fonctionnement. Dans ces conditions, si l’aider consiste à augmenter ses fonctionnements, et donc à lui offrir davantage de vélos, force est de constater que cette aide n’aura aucun effet sur ses capabilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Soleiman, « Judith Favereau, Le hasard de la preuve. Apports et limites de l’économie expérimentale du développement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 février 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54550

Haut de page

Rédacteur

François Soleiman

Élève à l’École normale supérieure Paris-Saclay.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search