Navigation – Plan du site

Alexandra Bidet (dir.), Sociologie du travail et activité. Le travail en actes, nouveaux regards

Frédérique Giraud
Sociologie du travail et activité
Alexandra Bidet (dir.), Sociologie du travail et activité. Le travail en actes, nouveaux regards, Octarès Editions, coll. « Le travail en débats », 2006, 254 p., EAN : 9782915346299.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage témoigne d’un intérêt nouveau de la sociologie du travail pour l’activité, le travail en actes. L’activité de travail dans son déroulement concret a longtemps été ignorée des sociologues, focalisés, dans une tradition friedmaninenne, sur l’analyse de l’autonomie ou des contraintes du rapport salarial. L’introduction générale de l’ouvrage, intitulée « Le travail et sa sociologie au prisme de l’activité », écrite par Alexandra Bidet, prend de fait l’allure d’un manifeste pour une prise en compte rapide et complète du travail en train de se faire, du travail comme accomplissement pratique.

2Les ergonomes ont très tôt saisi les lacunes des travaux des sociologues du travail qui ignorent selon eux la complexité des opérations du travailleur. Pour les sociologues, l’intérêt pour le déroulement de l’activité n’était pas présent parce que le travail était le moyen d’étudier le rapport salarial. Jamais ces travaux n’ont fait un récit du travail : il n’a jamais été présenté comme un activité s’inscrivant dans une temporalité propre, exigeant une cohérence interne. La description du poste de travail n’est pas faite pour elle-même, mais elle permet au sociologue d’en déduire la nature plus ou moins contrainte ou autonome du poste considéré. Or par là même, la mesure abstraite de cette autonomie n’est fondée sur rien de concret. Le temps de ce travail, sa technicité ne sont pas réellement abordés. L’effort de travail est observé à partir des critères de choix et de désutilité mais jamais dans sa technicité.

3On l’aura compris, cet ouvrage collectif est le résultat d’un pari, selon A. Bidet : le pari que l’observation du travail dans sa version technique, mettant en évidence le corps, les gestes, la parole, apporte quelque chose de plus à l’analyse du travail. Ce serait donc un manque qui se comble. Pari tenu pourrait-on dire après la lecture de l’ouvrage : les articles qui le composent offrent des visions singulières de milieux sociaux étudiés jusque-là d’une manière différente. Ainsi l’étude de Jean-Pierre Hassoun sur les marchés financiers « à la criée » se focalise sur les émotions, les expressions verbales et physiques et le rôle qu’elles peuvent avoir dans la pratique des marchés. Et dans sa contribution, Anne Monjaret étudie de son côté la façon différenciée dont les espaces de travail à l’hôpital sont appropriés par les ouvriers de services techniques et par les administratifs.

4L’article de Gérard Dubey sur les contrôleurs aériens nous initie à la technicité inconnue de ce métier. Brossons la situation en quelques traits. Le contrôleur aérien a une situation de travail caractérisée par l’incertitude. Ici le contrôleur aérien qui n’est pas seulement celui installé dans la tour de contrôle, mais le contrôleur de route qui vit dans un environnement éloignée des installations aéroportuaires, sa situation de travail est donc éloignée physiquement du système qu’il contrôle. Pour un contrôleur, le ciel est décomposé en volumes d’espace, appelés secteurs ; un binôme de contrôleurs est affecté un secteur. Le poste de travail est technique : deux écrans RADAR restituent une image numérique du ciel, le contrôleurs sont équipés de casque et de microphone. Le trafic aérien est synthétisé sur des strips, qui sont des bandes de papiers bristol indiquant les plans de vol, véritables indicateurs spatio-temporels des avions. Ce que l’on découvre donc à la lecture de cet article, c’est donc un ensemble de gestes et de préoccupations précises qui font le métier de contrôleur aérien.

5Les contributions sont réparties en quatre sections qui distinguent des registres de créativité et de technicité du travail différents. La première section intitulée Corps et technicités dans l’action évoque des formes de travail à distance qui passant par l’intermédiaire de dispositifs techniques : l’ordinateur personnel, le contrôle du trafic aérien, la messagerie instantanée dans l’entreprise.

6La seconde section « Réaliser un produit, les détours d’un accomplissement concret » s’intéresse à des actions moins équipées, le travail s’organise plus entre groupes de travail : il en est ainsi pour la création d’un film, le travail d’un huissier de justice et les autres actes juridiques. Enfin la section L’engagement subjectif dans l’activité, exigence anthropologique considère des actions où ma technique est encore moindre mais où c’est la personne qui est extrêmement mobilisée que ce soit dans une salle de marchés financiers, une usine automobile ou encore un hôpital. Une dernière section Le travail d’organisation en actes considère les formes de travail très instituées. Cet ouvrage nous offre donc un parcours dynamique au sein du travail, mobilisant sous différents aspects plus ou moins d’intermédiaires techniques.

7Le choix de croiser les approches disciplinaires (sociologues, ethnologues, anthropologue et linguiste collaborent pour cet ouvrage) et par là même les problématiques et les méthodes de recherches très fécondes offre un ouvrage agréable à lire et varié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Alexandra Bidet (dir.), Sociologie du travail et activité. Le travail en actes, nouveaux regards », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 19 février 2007, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5464

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page