Navigation – Plan du site

« Critique-Action. Lutter, jouer, désobéir », Mouvements, n° 65, 2011

Sandrine Bretou
Critique-action
« Critique-action. Lutter, jouer, désobéir », Mouvements, n° 65, printemps 2011, 175 p., La Découverte, EAN : 9782707167194.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de Mouvements, la question qui est posée porte sur la capacité des contestations radicales à avoir « une prise sur le monde ». La difficulté reste quant à l'aptitude du capitalisme à « désarmer la critique et à la digérer », mais aussi dans notre participation à sa domination en tant que consommateur.

2C'est ainsi que l'argumentation de Didier Vrancken prend tout son sens : comment éviter un quelconque asservissement des usagers? On se rend bien compte au fil de l'analyse de l'auteur que chaque forme de gouvernement qui se succède, laisse des empreintes de son passage au suivant. C'est comme un enchevêtrement de formes véhiculant leur cohorte de critiques. L'exemple soulevé par Louise Carlier dans son article sur Bruxelles illustre une approche des mobilisations, à propos de la critique urbaine avec une excellente analyse des pratiques et des discours des années 1970 à nos jours. Par son approche historique, elle montre l'émergence de nouvelles problématiques urbaines et les ressorts des critiques qui leurs sont adressées, notamment pour la diffusion réticulaire des projets ou encore sur la pratique du compromis au sein des comités de quartier. Luca Pattaroni apporte dans un registre assez proche un autre exemple européen. Il montre les nouveaux compromis qui nous sont proposés sous le nom de « développement urbain durable » dans les villes, avec pour toile de fond la ville de Genève, mais surtout il les critique face à leurs dimensions sociales et participatives. Les critiques de ces mouvements dénoncent fondamentalement le capitalisme et l'individualisation de la société. Partout, dans les villes européennes, on constate facilement un accroissement des investissements immobiliers et aussi un durcissement des politiques répressives. Il en sort des compromis urbains qui, en fin de compte, ont perdu leur côté subversif. Mais l'auteur réaffirme tout de même que, de nos jours, émerge des associations de promotion des « éco-quartiers », dans une sorte d'héritage de la critique sociale des années 1960-1970. Soumettant à nouveau le risque que cette idée d'« éco-quartier » deviennent un simple outils marketing. Sa critique « s'adresse plus fondamentalement aux promesses du ''développement urbain durable'' qui laissent penser, que l'on peut abolir les contradictions et les conflits alors même qu'ils sont au cœur de la dynamique des villes. » (p. 53) Avec l'article de Carole Gayet-Viaud, nous abordons l'urbanité couplée de la notion de citoyenneté, et accentuée par le choix de l'association Morts de la Rue qui s'occupe dans leur principale activité d'offrir des funérailles aux personnes décédées dans la rue, et aborde ainsi de façon tout à fait significative, les articulations possibles de gestes civils élémentaires et de l'engagement citoyen.

3La seconde partie de ce numéro est axé sur la présentation d'un type d'expression culturelle qu'est le théâtre comme forme de protestation. Nicolas Verschueren donne l'exemple de pièces de théâtre-action créées par des ouvrières en lutte dans un ancien bassin charbonnier belge dans les années 1970. « La mise en scène théâtrale du conflit-social par les ouvriers et ouvrières reste dans une démarche singulière de la contestation sociale. » (p. 77) Rachel Brahy s'est alors questionnée sur le devenir de ce théâtre-action et notamment quant à la subsistance de sa substance politique. Il semblerait que l'atelier théâtre d'aujourd'hui soit un lieu de création et d'extraction du quotidien, rivalisant ainsi avec les formes traditionnelles de théâtre-action des années 1970. Bérénice Hamidi-Kim s'interrogeant sur le théâtre documentaire, nous réaffirme l'espace-temps théâtral non seulement comme le lieu de la représentation du présent « mais aussi celui de la présence et de l'expérience, de la transfiguration du réel et de la création d'inédit. » (p. 105) Et cette spécificité s'y retrouve redoublée dans la forme de théâtre documentaire.

4Dans la troisième partie, nous voyons des cas concrets de désobéissances et d'expériences alternatives. Dans un premier article, Susana Beil nous livre son analyse de manière très claire des moyens d'actions et des valeurs mobilisées par les « sans-terre » au Brésil. Cette lutte est directement liée au besoin de reconnaissance de la citoyenneté de population rurale brésilienne, et la reconnaissance des sans-terre dans l'espace local s'incorpore alors à une identité singulière. Les trois articles suivants sont, la retranscription d'une table ronde sur le thème de la désobéissance civile et deux entretiens, un premier avec les auteurs du livre-film Les Sentiers de l'utopie et un second avec Steve Kurtz du Critical Art Ensemble qui démontre une fois de plus que la science est l'un des lieux de pouvoir contemporain.

5Enfin, Sophie Heine propose de clore ce numéro par une excellent article sur la possibilité de renouvellement de l'articulation entre le matérialisme et l'idéalisme qui est sous-tendu tout au long de ce numéro.

6Cet ouvrage est à plus d'un titre enrichissant, de part le nombre d'exemples et d'analyses des limites de chacun, tout en explorant les versants théoriques et idéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Bretou, « « Critique-Action. Lutter, jouer, désobéir », Mouvements, n° 65, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 mai 2011, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5466

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page