Navigation – Plan du site

ATTAC, Pour un "big bang fiscal"

Philippe Gillig
Pour un "big bang fiscal"
Attac, Pour un "big bang fiscal", Le Bord de l'eau, 2010, 157 p., EAN : 9782356870766.
Haut de page

Texte intégral

1Pour un big bang fiscal est un ouvrage préparé dans le cadre du Conseil scientifique d’ATTAC mais rédigé pour l’essentiel par un auteur, Vincent Drezet, qui semble maîtriser son sujet : secrétaire national du syndicat Union SNUI SUD Trésor Solidaires, il signe ici son cinquième ouvrage sur la fiscalité.

2A l’approche de la présidentielle de 2012, V. Drezet propose là une contribution intéressante au débat fiscal, alimenté notamment par le livre et le site internet récents de Landais, Piketty et Saez, intitulé Pour une révolution fiscale. L’idée est ici la même : procéder à une critique des défauts du système fiscal français actuel, tant en termes d’efficacité que d’équité, pour suggérer in fine des pistes de réforme globale de la fiscalité. Le projet se veut tout aussi radical que pour les auteurs précités, comme en témoigne le titre de l’ouvrage.

3Néanmoins, derrière cette surenchère dans les termes des titres choisis, force est de constater qu’il n’y a pas plus « big bang » dans un cas qu’il n’y a de véritable « révolution » dans l’autre – si du moins les termes de la langue ont un sens. Il s’agit bien plus d’une proposition de réforme, certes en profondeur, mais qui n’appelle pas à une taxation prohibitive des plus aisés annonciatrice d’un ultérieur « grand soir » ou dans la perspective d’une réduction complète des inégalités. En outre, un certain nombre de mesures phares sont de simples réactivations de politiques antérieures (par exemple revenir à une plus forte progressivité de l’IRPP). De sorte qu’au final, les mesures proposées paraissent relativement mesurées.

4Ce décalage entre l’emballage et le contenu n’enlève toutefois rien au caractère très intéressant de l’analyse du système fiscal et aux mesures avancées pour corriger ce que l’auteur considère comme ses travers. En l’occurrence, sont défendus en grande partie les mêmes principes que dans Pour une révolution fiscale : donner plus de lisibilité à l’impôt en le simplifiant, le rendre plus efficace en termes de rendement, et accentuer sa progressivité dans un souci de justice sociale.

5Ceux qui s’attendent à une discussion des thèses de l’ouvrage de Landais et alii repartiront bredouille, pour la simple raison que l’ouvrage d’ATTAC a été publié avant (fin 2010) et écrit sans doute à peu près au même moment. Au-delà de ces ressemblances, l’ouvrage en question se démarque néanmoins par deux traits originaux : il ne se limite pas à l’impôt sur le revenu et passe au crible de façon assez exhaustive l’ensemble du système fiscal français (de l’impôt sur les sociétés à l’éco-fiscalité) ; d’autre part il discute la fiscalité européenne et internationale (ce à quoi on pouvait s’attendre vu qu’il s’agit d’ATTAC).

6Le lecteur a affaire à un ouvrage peu technique, destiné au plus grand nombre, d’autant qu’un réel souci de pédagogie anime l’auteur. Il fourmille de données statistiques intéressantes (notamment en annexe, même s’il est dommage que le corps du texte n’y renvoie pas, le cas échéant). L’auteur prend le soin, dans la démarche militante qui est la sienne, de rappeler le sens citoyen de l’impôt tout comme l’importance des services publics. Les lecteurs qui cherchent une vue d’ensemble du système fiscal français et, dans une moindre mesure européen et international, avec ses faiblesses et ses incohérences, seront satisfaits. Le tour de la question est fait en environ 150 pages, avec des encadrés qui permettent de faire le point sur certaines thématiques (bouclier fiscal, différence entre impôts directs/indirects,…) et notamment une intéressante présentation du débat sur le mode de financement de la protection sociale.

7Ceux qui, en outre, cherchent des arguments défendant l’intérêt d’une imposition plus progressive et plus redistributive trouveront de l’eau à leur moulin. En particulier, des développements pertinents sur les enjeux de la taxation européenne sont présentés. Notons que l’auteur ne propose pas de réforme clé en main qui préciserait pour chaque impôt son taux et son assiette. En témoignant ainsi d’une certaine modestie, l’ouvrage est aussi de nature à décevoir ceux qui désirent lire un programme de politique fiscale prêt à être porté sur l’arène publique.

8Du côté des points négatifs, l’ouvrage a un défaut majeur : il est très mal structuré avec des redites de redites. Le lecteur a souvent l’impression de ne pas avancer, faisant perdre de son efficace à l’argumentation. D’autant que la charge anti-libérale qui pénètre tout l’ouvrage n’est pas toujours suffisamment argumentée.

9Chaque impôt aurait pu être présenté plus clairement et de façon plus systématique. Souvent, le lecteur doit reconstituer lui-même les caractéristiques de tel ou tel impôt à partir des informations dispersées tout au long de l’ouvrage (par exemple sur l’ISF). De plus, on regrette que certains impôts n’aient été guère plus que mentionnés (droits de succession, bonus-malus écologique…).

10En outre, l’ouvrage eût été plus convainquant s’il avait fait un usage plus poussé d’exemples chiffrés pour illustrer des situations fiscales symptomatiques (par exemple en prenant le cas Bettencourt…) ou pour expliquer au non-initié comment fonctionne par exemple la taxe d’habitation. Car les dispositions fiscales ne sont pas toujours expliquées très clairement. D’autant qu’un certain nombre de termes techniques juridiques ou fiscaux ne sont pas du tout explicités (droit d’accises, déductions en base…). Enfin, les sources des données mobilisées ne sont pas toujours très claires (ni l’année de référence d’ailleurs).

11Bref, un ouvrage très utile pour comprendre les termes du débat fiscal dans ses grandes lignes malgré une écriture un peu laborieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gillig, « ATTAC, Pour un "big bang fiscal" », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5488

Haut de page

Rédacteur

Philippe Gillig

PRAG à l'Université de Strasbourg (Faculté de Sciences sociales)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page