Navigation – Plan du site

Maurice Bernard, La méritocratie française. Les élites françaises, Tome 1

Pierre Bataille
Les élites françaises
Maurice Bernard, Les élites françaises. Tome 1, La méritocratie française, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2010, 244 p., EAN : 9782296113046.
Haut de page

Texte intégral

1L’un des effets indiscutables des différentes comparaisons internationales des systèmes d’éducation nationaux mises en place depuis maintenant une dizaine d’année, de PISA au classement de Shanghai, est d’avoir relancé  avec vigueur en France les controverses et débats quant à l’efficacité relative de nos institutions éducatives. Ce livre, premier tome d’une série de trois ouvrages, s’inscrit donc dans ce mouvement critique qui part des comparaisons internationales pour pointer les inconvénients et avantages relatifs de notre système, ici plus particulièrement concernant sa capacité à promouvoir l’excellence sous ses formes diverses.

  • 1 Bourdieu, Pierre. 1989. La Noblesse d’Etat. Paris: Éditions de Minuit.
  • 2 Draelants, Hughes. 2010. "Les effets d'attraction des grandes écoles. Excellence, prestige et rappo (...)
  • 3 Crozier, Michel. 1970. La société bloquée. Paris: Le Seuil.
  • 4 On pourrait ici citer nombre d’expressions ou de points de vue, de la concurrence comme « spirale v (...)

2Dans les travaux « critiques » du système méritocratique français, dont cet « essai » se revendique dans son sous-titre, on peut distinguer deux grandes tendances. D’un côté, à la suite des travaux de P. Bourdieu et de son équipe1, une série de recherches inspirées de l’analyse marxiste se sont appliquées à montrer comment la pyramide méritocratique française, avec à son sommet les grandes écoles les plus connues (ENA, ENS, Polytechnique, HEC, ...), masque bien souvent une reproduction des positions sociales des familles les mieux dotées en capitaux scolaires et économiques. Loin d’être aussi égalitaire qu’on le présente communément, dans cette perspective, le système méritocratique et l’idéologie qui le sous-tend ont comme fonction latente d’assurer une relative stabilité d'une génération à une autre quant à l'accession aux postes de pourvoir. Une série de recherches récentes ont ainsi montré que l’ouverture de classes spécifiquement réservées aux élèves issus de ZEP dans certaines grandes écoles conduisait in fine moins à un effacement des inégalités qu’à une réactualisation de ces inégalités au sein même de ces nouveaux cursus2. D’un autre côté, d’autres types de travaux critiques, d’inspiration libérale et que l’ont peut situer dans la continuité des réflexions de M. Crozier3, pointe davantage l’incapacité du système méritocratique et de son outil principal, le concours individuel anonyme sur la base de connaissances relativement calibrées, à déceler et faire émerger les talents individuels. Le système méritocratique conduirait ainsi à gaspiller une somme importante d’énergies individuelles en essayant à tout prix de les faire passer au tamis commun jugé plus égalitaire, et priverait ainsi la société française des forces vives et des potentielles innovations qui la verrait tutoyer les sommets des classements internationaux. C’est pleinement dans cette filiation critique « libérale » que s’inscrit le présent ouvrage (p.27-28)4. L’objet de ce premier tome est de s’intéresser à différents secteurs de compétence (les sciences, les lettres, la médecine, le droit, les humanités, les arts, les sports, les médias) en essayant de cerner dans chaque cas comment le système méritocratique français parvient ou ne parvient pas à révéler et exploiter à leur maximum les talents individuels des élèves ou étudiants.

  • 5 Léotard (de), Marie-Laure. 2001. Le dressage des élites. De la maternelle aux grandes Ecoles, un pa (...)
  • 6 Locher, Fabien. 2009. "Les sciences et les techniques dans l'enseignement supérieur français (XIXe- (...)
  • 7 Fox, Robert, et Weisz, Georges (dir.) 1980. The Organisation of Science and Technology in France 18 (...)
  • 8 Sirinelli, Jean-François. 1988. Génération intellectuelle: khâgneux et normaliens dans l'entre-deux (...)
  • 9 Op.cit.
  • 10 Abraham, Yves-Marie. 2007. "Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un “HEC“." (...)

3Le livre de M. Bernard pose à notre sens problème à deux niveaux. Premièrement, se pose la question de la nature du présent texte. Pas assez fouillé et détaillé pour s’inscrire dans le débat ayant cours dans la recherche en sciences humaines, l’ouvrage ne se révèle pas non plus être assez engagé pour être considéré comme un essai polémiste ou pamphlétaire. S’il est relativement plus documenté que de nombreux ouvrages journalistiques ou sensionalistes parus sur ce sujet, au premier rang desquels le livre de M.-L. de Léotard5, il contient en revanche trop d’approximations et d’imprécisions pour être considéré comme un authentique apport à la recherche sur ce sujet. Ces approximations se situent parfois au niveau chronologique, comme c’est le cas concernant l’ENS de Fontenay-aux-Roses qui n’a pas été fondé en 1882 avec l’ENS de Saint-Cloud comme le laisse supposer l’auteur (p.83-84), mais bien en 1880. Mais plus souvent, peut-être plus problématique encore, l’auteur tant à présenter sans réellement les nuancer des éléments encore largement débattus entre les spécialistes de ces questions. Ainsi en va-t-il de la reprise par l’auteur de la thèse de l’asphyxie de la recherche scientifique par la dualité Grandes Ecoles-Université propre au système français, qui serait à l’origine d’un déclin progressif de la recherche dans notre pays depuis le début du XIXème siècle (p.63). Comme le rappelle F. Locher dans un article récent consacré à l’historiographie des sciences et techniques dans l’enseignement supérieur français6, cette thèse du « déclinisme » de la science française a largement été remise en question au début des années 1980, notamment avec les travaux de R. Fox, G. Weisz, T. Shinn ou encore V. Karady7. Ces historiens ont ainsi montré le dynamisme relatif introduit par les réformes de l’Université menées entre le début des années 1880 et le début du XXème siècle, tranchant ainsi avec l’idée d’une pente linéaire que propose la thèse « décliniste ». Par ailleurs, il est surprenant de ne voir apparaître en bibliographie qu’un nombre très réduit d’ouvrages de référence au sujet de l’histoire ou de la sociologie des grandes écoles. Ainsi, ne sont par exemple jamais mobilisés les ouvrages de J.-F. Sirinelli8 ou de P. Bourdieu9, pourtant majeurs quant à la connaissance de cet objet socio-historique particulier. Même les travaux plus récents traitant de la sociologie actuelle du public des grandes écoles, comme le livre de J.-M. Eymeri sur la formation des énarques ou l’article de Y.-M. Abraham sur la socialisation des « HEC »10, ne sont pas mobilisés alors qu’ils auraient pu être autant d’atout précieux pour appuyer ou infirmer les vues de l’auteur. Le parti pris de l’auteur de se situer hors des champs disciplinaires historique ou sociologique par soucis de liberté (p.17), tout en souhaitant rester à distance des partis pris idéologiques et agir en ethnographe (p.42), positionne ainsi le présent ouvrage dans un entre-deux impossible à tenir à notre sens, qui rend difficile à évaluer l’apport heuristique du présent travail quant au système méritocratique français.

4Deuxièmement, d’un point de vue plus théorique, il nous semble qu’une des prémisses sur laquelle se base l’argumentation de l’ouvrage peut être largement discutée au regard des apports de la recherche sociologique. Dans la première partie de l’ouvrage, peut-être la plus intéressante, l’auteur explicite son point de vue quant à la nécessité de l’émergence de groupes d’élites au sein des sociétés humaines. En prenant appui sur différents exemples tirés de l’éthologie qu’il met en parallèle avec l’organisation des sociétés humaines, l’auteur en vient à la conclusion suivante : Comme les groupes de singe anthropoïdes voient au cours de leur formation émerger des hiérarchies entre les différents éléments constituant leur groupe, il serait naturel qu’émergent dans les sociétés humaines des individus qui excellent dans un domaine ou un autre. Pour le dire autrement, l’idéal d’égalitarisme absolu sur lequel s’appuie en partie le système méritocratique français, serait contre nature tant le bon fonctionnement d’un groupe d’êtres vivants serait basé sur la valorisation de ces différentes formes d’excellence.

  • 11 Héritier, Françoise. 2002. Masculin/féminin. Paris: Odile Jacob.
  • 12 Maruani, Margaret, et Nicole-Drancourt, Chantal. 1989. Au labeur des dames: métiers masuculins, emp (...)
  • 13 Dahl, Robert Alan. 1971. Polyarchy: participation and opposition. New Haven: Yale Univiverstity Pre (...)

5Le problème principal que soulève cette argumentation qui légitime l’existence d’élite au sein des groupes humains par une nécessité naturelle est qu’elle ne permet pas de rendre compte du caractère arbitraire des domaines désignés comme ayant un potentiel caractère distinctif et valorisable. Pour ne prendre qu’un exemple, les individus chargés des tâches domestiques, tout excellents qu’ils mais surtout elles soient dans leur domaine, n’auront dans notre société que très peu de chance de faire reconnaître leur valeur à un niveau équivalent de celui d’une mais plus souvent d’un individu chef d’entreprise ou brillant chercheur. Pourtant, par l’action que ce groupe d’individu effectue avec excellence, il décharge les autres groupes de ces tâches mésestimées, les laissant libre d’aller briller sur d’autres scènes plus légitimes. Si l’on suit la logique présentée par M. Bernard, rien ne peut expliquer ces « valences différentielles11 » accordée aux activités liées aux tâches domestique, même excellemment effectuée. Pour comprendre cela, il nous paraît plus intéressant de poser non pas que la distinction entre individus suivant leur excellence relative est nécessaire, mais plutôt que la définition même de ce qui fait l’excellence est un enjeu de lutte. La définition de ce qu’est un groupe d’élite n’est dans cette perspective jamais neutre socialement. Elle est moins une nécessité naturelle qu’un enjeu de pouvoir, que la perspective genre fait par ailleurs particulièrement bien ressortir, ainsi que l’on par exemple montré M. Maruani et C. Nicole-Drancourt dans leur analyse de l’apparition d’une élite ouvrière masculine au sein du groupe des claviéristes12. Le problème auquel se trouve confronté le système de formation des élites française serait ainsi moins à poser en termes de légitimité ou non de l’existence de groupes d’élites comme le propose d’entrée le présent ouvrage. Il s’agirait bien plus de s’interroger plus précisément et méthodiquement sur les mécanismes sociaux-historiques selon lesquels ces groupes d’élites sont désignés et sur leur circularité, ainsi que le soulignait déjà R. A. Dahl13.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu, Pierre. 1989. La Noblesse d’Etat. Paris: Éditions de Minuit.

2 Draelants, Hughes. 2010. "Les effets d'attraction des grandes écoles. Excellence, prestige et rapport à l'institution." Sociologie (3):337-56 ; Pasquali, Paul. 2010. "Les déplacés de l'ouverture sociale." Actes de la recherche en sciences sociales (3):86-105 ; Lambert, Anne. 2010. "Le comblement inachevé des écarts sociaux. Trajectoire et devenir professionnels des élèves boursiers d’HEC et de l’ESSEC." Actes de la recherche en sciences sociales (180):106-24.

3 Crozier, Michel. 1970. La société bloquée. Paris: Le Seuil.

4 On pourrait ici citer nombre d’expressions ou de points de vue, de la concurrence comme « spirale vertueuse » (p.122) à l’association indéniable entre « progrès » et « concurrence » (p.93), qui situent directement l’ouvrage dans un courant de pensée libéral, bien que l’auteur se défende à plusieurs reprises d’adopter un point de vue idéologique (p.21 ; p.42)

5 Léotard (de), Marie-Laure. 2001. Le dressage des élites. De la maternelle aux grandes Ecoles, un parcours pour initiés. Paris: Plon.

6 Locher, Fabien. 2009. "Les sciences et les techniques dans l'enseignement supérieur français (XIXe-XXe siècles). Un panorama historiographique." Histoire de l'éducation (122):35-52.

7 Fox, Robert, et Weisz, Georges (dir.) 1980. The Organisation of Science and Technology in France 1808-1914. Cambridge, Paris : Cambridge University Press, Edition de la Maison des Sciences de l'Homme ; Karady, Victor. 1979. "Scientists and class structure: Social recruitment of students at the Parisian Ecole Normale Supérieure in the 19th century." History of Education 8:99-108 ; Karady, Victor. 1985. "Lettres et sciences. Effets de structure dans la sélection et la carrière des professeurs de faculté (1810-1914)." In Le personnel de l'enseignement supérieur aux XIXe et XXe siècles, dir. Charles, Christophe. Paris: Edition du CNRS, p. 29-45; Shinn, Terry. 1980. L'Ecole polytechnique: 1794-1914. Paris: Presses de la Fondation nationale des sciences politiques ;Weisz, Georges. 1977. "Le corps professoral de l'enseignement supérieur et l'idéologie de la réforme universitaire en France, 1860-1885." Revue Française de Sociologie 18(2):201-232.

8 Sirinelli, Jean-François. 1988. Génération intellectuelle: khâgneux et normaliens dans l'entre-deux-guerres. Paris: Fayard.

Sirinelli, Jean-François. 1994. Ecole Normale Supérieure: Le livre du bicentenaire. Paris: Presses universitaires de France.

9 Op.cit.

10 Abraham, Yves-Marie. 2007. "Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un “HEC“." Revue Française de Sociologie XXXXVIII(1):37-66 ; Eymeri, Jean-Michel. 2001. La fabrique des énarques. Paris: Economica.

11 Héritier, Françoise. 2002. Masculin/féminin. Paris: Odile Jacob.

12 Maruani, Margaret, et Nicole-Drancourt, Chantal. 1989. Au labeur des dames: métiers masuculins, emplois féminins. Paris: Syros.

13 Dahl, Robert Alan. 1971. Polyarchy: participation and opposition. New Haven: Yale Univiverstity Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Maurice Bernard, La méritocratie française. Les élites françaises, Tome 1 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5491

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page