Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Barbara Jankowski, Anne Muxel, Ma...

Barbara Jankowski, Anne Muxel, Mathias Thura (dir.), La sociologie militaire. Héritages et nouvelles perspectives

Jean Frances
La sociologie militaire
Barbara Jankowski, Anne Muxel, Mathias Thura (dir.), La sociologie militaire. Héritages et nouvelles perspectives, Oxford, Peter Lang, coll. « Explosive Politics », 2021, 467 p., ISBN : 9781789978728.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Barbara Jankowski, Anne Muxel et Mathias Thura s’ouvre sur une histoire de la « sociologie militaire » française. Selon les trois directeur·rice·s, la sous-discipline embrasse avant tout les « études sur l’institution militaire, son organisation, ses personnels […], ainsi que ses relations avec les différentes composantes de l’État […] et avec la société dans son ensemble » (p. 4). Comme le rappelle Mathias Thura (au chapitre 8, p. 171), le travail militaire et l’activité combattante échappent à la « sociologie militaire » française. Pourtant, la discipline a rapidement été intégrée aux Armées, en particulier par le biais de ses services de ressources humaines (RH). En effet, dès 1963, est créé « le Centre d’étude de sociologie militaire (CESM) au sein de l’état-major […] [où la] sociologie est conçue comme auxiliaire pour le commandement » (p. 5-6). En 1995, en vue de la professionnalisation des Armées, la discipline sert à interroger l’attractivité de l’institution. Mais ces dernières années, sous l’influence des war studies anglo-saxonnes, la sociologie militaire française a pris une inflexion plus politiste, incarnée notamment par la création de l’Irsem (Institut de recherche stratégique de l’École militaire) en 2009.

2Ces jalons renseignent l’histoire d’une sous-discipline relativement dévaluée dans le champ académique et permettent de mieux en saisir les options épistémologiques et méthodologiques – plutôt empruntées à la sociologie des organisations et aux sciences politiques qu’à la sociologie du travail, pour le dire rapidement. Ces options affleurent dans l’intitulé même de la discipline : « sociologie militaire », et non « sociologie du militaire ». Les directeur·rice·s de l’ouvrage n’en font pas mystère, qui assument ce positionnement sans nier les obstacles auquel il expose : « Historiquement, la sociologie portant sur l’institution militaire s’apparente à une sociologie de “service” : principalement produite durant le service (militaire), par et dans les services (de l’administration militaire […]), pour rendre service (en réponse aux questions posées par les états-majors […]) et pour être mise au service (pour atteindre les objectifs de l’institution […]). […] Pour exister, la sociologie militaire est tributaire de l’institution qu’elle prend pour objet. Et cette dépendance peut interroger à juste titre » (p. 10-11).

3Finalement, il est à se demander si, pour ces sociologues, choisir la dénomination de « sociologie militaire » plutôt que celle de « sociologie du militaire » ne sonne pas comme un aveu : celui de la difficulté d’étudier l’institution sans obtenir d’autorisation de la hiérarchie et sans se soumettre à son regard. Mais venons-en aux contributions. Nous ne les passerons pas toute en revue et commencerons pas les chapitres relatifs à la féminisation des Armées – de l’Armée française essentiellement.

4Selon Camille Boutron, l’entrée plus marquée des femmes dans l’Armée française coïncide avec la professionnalisation de l’institution. Une cause principale à cela : au cours des années 1990, la fin de la conscription faisant, les Forces ne pouvaient plus compter sur les appelés et leurs compétences alors que la période voyait poindre une complexification des conflits qui exigeait pour y faire face de mobiliser des savoirs et des savoir-faire extramilitaires (p. 76). Étendre les foyers de recrutement en direction des femmes s’est donc imposé. Toutefois, note la sociologue, l’institution peine à permettre aux femmes d’aller au feu quand l’expérience du combat permet d’accumuler ces compétences et ce prestige professionnels sans lesquels réaliser une « belle » carrière est impossible. « Les Femmes militaires sont avant tout perçues comme des femmes, c’est-à-dire des individus dont les corps seraient incompatibles avec la fonction combattante » (p. 79). Finalement, faire vraiment la guerre demeurerait l’apanage des hommes, et seules les « fonctions supports » seraient ouvertes aux femmes.

5La contribution de Claude Weber traite de la question de la féminisation des Armées au prisme d’une sociologie du travail combattant et d’une description de la démographie de l’institution. Selon l’auteur, les militaires considèrent que leur cœur de métier consiste à s’entrainer à la guerre et à la faire effectivement (p. 94 ; p. 98). Et si rares sont les personnels des Armées à critiquer vertement la féminisation, ils semblent toutefois majoritairement rétifs à l’idée de voir combattre les femmes. Claude Weber rappelle les arguments avancés pour justifier cette exclusion. Premièrement, les hommes ont eu tendance à percevoir les femmes comme moins capables de donner la mort et comme moins disposées à faire face à des situations traumatiques. Pourtant, les historien·ne·s ont montré combien, à travers les âges, les femmes ont réussi à tuer avec autant d’application que les hommes. Les travaux des services de santé des Armées renseignent quant à eux sur l’égale capacité des femmes à supporter des situations traumatiques et/ou les (faire) traiter. L’argument de la ténacité féminine battu en brèche, les personnels des Forces rétifs à laisser les femmes combattre ont jugé que c’était les soldats hommes qui vivraient mal de voir des camarades féminines blessées ou tuées au combat et qui, du fait de cette appréhension, s’exposeraient à davantage de dangers ou poursuivraient leur mission avec moins d’acharnement. Là encore, les faits sont têtus : des études réalisées auprès de Gi’s montrent que, pour les soldat·e·s engagé·e·s sur le terrain, le genre d’un·e camarade blessé·e soit ne fait pas de différence. Reste donc l’argument (du) physique : finalement, du point de vue de la poursuite des missions, c’est le seul en partie recevable puisque des différences de force et d’endurance subsistent entre les sexes. Mais cet argument est à double tranchant : pris en compte, il imposerait d’évaluer la compatibilité de certaines caractéristiques physiques avec les exigences de certains combats. Si des moindres capacités à porter de lourdes charges sur de longues distances peuvent exclure les femmes de missions d’infanterie, les corps féminins tendanciellement plus menus, mais dotés d’égales dispositions à faire face au stress et à tuer, pourraient justifier de réserver aux femmes les cockpits d’aéronefs de chasse.

6Christophe Pajon et Camille Trotaux interrogent « les dynamiques professionnelles au sein des armées, à partir du cas des officiers aviateurs » (p. 150) et constatent qu’en matière d’obtention des « beaux postes », notamment au sein des états-majors interarmées, les personnels de l’Armée de l’air partent avec un désavantage sur leurs homologues marins et terriens. C’est que les capitaux combattants – c’est-à-dire les ressources nécessaires à l’exercice du commandement et qui s’acquièrent en école, en manœuvre et en opération – accumulés par les aviateurs seraient moins convertibles en capitaux bureaucratiques que ne le seraient ceux colligés dans la Marine ou l’Armée de terre. Une raison à cela : le capital combattant acquis en vol repose sur une expérience où l’officier est seul à bord, ne doit se soucier que de sa mission et de son aéronef, et n’a pas à veiller sur des subalternes engagés à ses côtés. À l’inverse, en mer ou sur terre, la hiérarchie est embarquée sur le même bateau ou rampe sur les mêmes théâtres que les subalternes. Les capitaux combattants alors acquis au contact des matelots, des soldats et du terrain seraient ainsi constitués de ressources ajustées au commandement et faciliteraient l’obtention de ces « beaux postes » si souvent refusés aux aviateurs.

7Comme dit en introduction, la sociologie militaire s’est peu penchée sur l’analyse de l’activité des soldats. Mathias Thura propose d’engager l’étude du « travail concret » de la troupe (p. 171). Il distingue « l’activité militaire sur le champ de bataille » de l’activité en caserne. Comme la première échappe à ses observations, le sociologue centre son regard sur l’entraînement et l’instruction réalisés en régiment. Il montre en quoi l’un et l’autre socialisent à « l’usage de la force militaire » (p. 190). Ses observations réalisées dans l’infanterie renseignent « les échafaudages, à la fois corporels et cognitifs, constitutifs de l’action militaire et du travail combattant » (p. 191). Mathias Thura use de la distinction entre vrai travail et sale boulot pour saisir son objet. L’entraînement et l’instruction ne sont pas dévalués par les militaires. Au contraire, ces activités sont vécues en tant que préparations à la guerre. De ce point de vue là, les pages réservées aux apprentissages à faire-feu (p. 188-189) sont très éclairantes.

8Dans le chapitre « Garder les traces de l’expérience des combattants », Christophe Lafaye s’interroge sur les conditions d’une l’enquête de science sociale qui ferait de l’épreuve du feu son objet de recherche. Revenant sur son incorporation dans un régiment du Génie engagé en Afghanistan, il précise la méthode d’une histoire du temps présent portant sur des conflits armés. Premièrement, dit-il, les Armées occidentales veillent à communiquer sur leurs opérations et tentent d’emporter « l’adhésion […] des opinions publiques » (p. 211). Les « filtres » institutionnels à travers lesquels la hiérarchie militaire donne à voir le réel du combat en oblitèrent les dimensions traumatiques et parfois amorales. Cela dit, l’historien ne doit pas reléguer l’analyse de ces discours d’institution : il doit les examiner au jour de ce que les combattants disent de ce qu’ils font. L’enquête par entretien semi-directif offre un moyen d’éprouver la congruence entre les rapports d’institution relatifs au combat et l’expérience vécue par les soldats, jusqu’à pouvoir « mesurer les conséquences concrètes des décisions politiques et leur traduction sur le terrain » (p. 213).

9Le chapitre de Jean Joana ouvre la troisième partie de l’ouvrage. L’inclinaison s’y fait plus politiste et plus polémique. L’auteur dé-spécifie l’objet « Armée » et contourne « le monopole » exercé par la « la sociologie militaire » sur l’analyse des relations civilo-militaires (p. 244). Ainsi, puisque les « militaires sont [désormais] des bureaucrates comme les autres » (p. 239), les chercheur·e·s intéressés par les relations entre les Forces et l’État n’ont plus à se cantonner aux analyses normatives relatives aux modalités de soumission des Armées aux pouvoirs politiques (p. 235-236) ; ils peuvent examiner ces interactions entre civils et militaires à travers lesquelles prend forme la construction de politiques publiques de défense – question au programme du chapitre de Sami Makki. Les liens entre l’exécutif et les Armées sont au centre de l’analyse de Barbara Jankowski. La chercheuse a étudié comment se tissent les relations de travail entre les chefs des états-majors et le Président de la République. Loin de montrer une défiance réciproque entre le pouvoir politique et les Forces, elle rend compte d’une coopération étroite entre les deux sphères, en particulier au plan de la conduite des opérations. Toutefois, la qualité des échanges est parfois entamée par « l’ambigüité des objectifs politiques » (p. 265) assignés aux soldats alors même, disent les généraux, que la clarification des buts conditionne la juste détermination des moyens de les poursuivre. Dans sa contribution, Grégory Daho décrit justement comment civils et militaires coopèrent pour définir les cadres de la lutte contre les terroristes et montre en quoi la clarification du sens des opérations détermine une part de leur engagement quand, symétriquement, les alibis rhétoriques utilisés pour justifier une mission suscitent de la défiance des soldats à l’endroit du politique.

  • 1 Violette Larrieu, Externaliser la défense : entre « mimétisme marchand » et « souci de soi de l'Éta (...)

10Le chapitre de Cyril Magnon-Pujo s’intéresse au marché global de la force et aux manières dont les Armées recourent à des sous-traitants pour assurer des missions de sécurité. Certes, les mœurs militaires sont désormais ouvertes à l’externalisation – pour l’entretien et le maintien en condition opérationnelle des équipements ou pour la restauration1. Toutefois, la délégation de missions armées fait débat – davantage en France qu’au Royaume-Unis ou qu’aux USA. En effet, en France externaliser des missions armées entre en contradiction avec « un modèle “républicain”, valorisant un gouvernement centralisé où la sécurité serait l’apanage de l’État », et la contradiction est renforcée par le « stigmate » d’un « passé mercenaire » « rendant plus coûteux [encore] l’emploi de supplétifs [armés] privés » (p. 279). Néanmoins, la question de la sous-traitance d’activités militaires réapparaît à la faveur de l’émergence de nouvelles menaces, dont la piraterie maritime. Ainsi, montre Cyril Magnon-Pujo, le travail politique de qualifications d’enjeux stratégiques replace la question du mercenariat à l’agenda des politiques.

  • 2 Thibaud Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pelopidas, Christophe Wasinski, 2000, « Qu (...)
  • 3 Ibid., p. 137.

11Finalement, ce sont (sans grand étonnement) les chapitres où l’exploitation de terrains originaux est la moins visible qui s’avèrent les moins convaincants, à l’instar de la contribution de Julien Frangnon et William Leday : au long de développements constitués de conjugaisons aléatoires de grandes catégories relatives à la « guerre au terrorisme », l’on y apprend, par exemple, qu’un texte de Huntington et Kaplan datant de 1994 condense les « représentation académiques dominantes sur […] le développement du fondamentalisme et des formes de communautarisme »… comme si rien n’avait été écrit depuis lors, et comme si l’œuvre d’Huntington faisait consensus et que chacun savait ce qu’est une « représentation académique dominante ». En fait, leur contribution éclaire, s’il le fallait encore, l’analyse proposée par Boncourt et al.2, pour qui la production de connaissances sur le fait militaire est indistinctement captée par des chercheurs et par des experts ; ainsi, les textes de ces derniers tendent à se confondre « avec le savoir en sciences humaines et sociales alors même que les deux types de production ne relèvent pas de la même logique épistémologique. Dès lors, c’est la production et la reconnaissance d’un savoir critique et réflexif sur la guerre [et sur les Armées] qui se trouvent menacées à un moment où des formes d’hétéronomisation pèsent plus largement sur les sciences sociales »3.

Haut de page

Notes

1 Violette Larrieu, Externaliser la défense : entre « mimétisme marchand » et « souci de soi de l'État ». Les politiques de restauration et de maintenance aéronautique sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007-2012), thèse de doctorat, Université de Montpellier, 2020.

2 Thibaud Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pelopidas, Christophe Wasinski, 2000, « Que faire des interventions militaires dans le champ académique ? Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique », Revue d'histoire, no 145, p. 135-150.

3 Ibid., p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Barbara Jankowski, Anne Muxel, Mathias Thura (dir.), La sociologie militaire. Héritages et nouvelles perspectives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 mars 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54973

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search