Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jean-Hugues Déchaux, Marie-Clémen...

Jean-Hugues Déchaux, Marie-Clémence Le Pape, Sociologie de la famille

Marie-Laurence Bordeleau-Payer
Sociologie de la famille
Jean-Hugues Déchaux, Marie-Clémence Le Pape, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2021, 128 p., ISBN : 978-2-348-06419-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La perspective selon laquelle nous serions sur le point de vivre une rupture anthropologique suppos (...)

1L’ouvrage de Jean-Hugues Déchaux et Marie-Clémence Le Pape propose un état des lieux des grands thèmes qui jalonnent l’étude de la famille contemporaine en fonction de la pluralité des formes qui la caractérise aujourd’hui. En identifiant l’évolution des modes de vie, l’individualisation des parcours biographiques et la transformation des normes comme principaux facteurs à l’origine de la multiplication des manières de « faire famille » en France, tout comme ailleurs en Occident, les auteurs cartographient l’évolution du champ d’étude qu’est la sociologie de la famille. Ce champ est d’emblée exposé à travers son caractère pluridisciplinaire et suivant des éclairages « transversaux » favorisant la saisie d’une vision d’ensemble. Les études de genre, les sociologies du droit et de l’éducation, tout comme les études démographiques sont parmi les disciplines convoquées pour préciser les divers contours des transformations et des continuités historiques de l’institution familiale. Ce panorama participe en outre à nuancer la menace d’une « rupture anthropologique »1 qui polarise la réflexion et les positions sur ce qu’est et doit être une famille selon l’ordre social contemporain.

2Les sociologues s’appuient sur une définition de la famille comme « l’ensemble des personnes apparentées par la consanguinité et/ou l’alliance » (p. 4) pour étudier les niveaux d’organisation biologique et/ou volontaire de cette institution en mouvance. À travers un découpage en quatre chapitres, Déchaux et Le Pape décryptent successivement la famille élémentaire (groupe résidentiel composé d’adultes et de leurs enfants engendrés ou adoptés), la parentalité (du « projet parental » à l’exercice du statut de parent) et la parenté (famille au sens large). Ces thèmes classiques sont actualisés en observant entre autres comment Internet, les inégalités de classe et de genre, de même que les nouvelles techniques et pratiques de reproduction affectent les configurations familiales.

3Le premier chapitre aborde la famille élémentaire en soulignant le fait que la fragilisation de l’institution matrimoniale est concomitante d’un maintien, voire d’un accroissement des aspirations à la vie de couple. En raison des multiples possibilités en matière conjugale, le mariage ne représente plus qu’une manière parmi d’autres de s’engager et de fonder la famille. À partir du cas français, un ensemble de données statistiques vient appuyer la démonstration de la baisse considérable du taux de nuptialité au profit de l’union libre et du Pacte civil de solidarité (Pacs) – bien que l’ouverture du mariage aux couples du même sexe en 2013 ait temporairement conduit à une hausse des mariages. Outre les transformations des pratiques et du cadre juridique de l’institution matrimoniale, les auteurs soulignent certains changements quant à la signification et à l’esthétique du rituel de la nuptialité. Les codes religieux laissent désormais place à une réinterprétation de la tradition en fonction des codes développés par le marché, ainsi que des préférences générationnelles et culturelles. La complexification et la diversification des parcours conjugaux constituent d’autres facteurs à l’origine des mutations de la réalité familiale. En présentant différents modèles relationnels, les sociologues illustrent l’éventail actuel des formes conjugales, tout en faisant valoir le fait que le principe d’homogamie continue d’infléchir le choix amoureux. D’autres travaux mettent par ailleurs en évidence la persistance des spécificités selon le genre, de même que la manière dont ces spécificités demeurent engagées dans la reproduction des inégalités sociales. Ces asymétries sociales apparaissent d’autant plus désavantageuses pour les femmes lors d’une séparation, notamment sur le plan des conséquences financières et des possibilités de remise en couple.

4Dans le deuxième chapitre, Déchaux et Le Pape examinent les contraintes normatives qui encadrent l’entrée dans la parentalité aujourd’hui. De la formulation d’un projet d’enfant selon les normes procréatives à la médicalisation de la naissance en passant par les modes en puériculture, la parentalité fait désormais l’objet de nombreuses injonctions qui pèsent sur les futurs parents. Ces prescriptions s’attachent à orienter tout particulièrement la relation mère-enfant à l’aune de savoirs experts, lesquels sont repris par les recommandations publiques et véhiculés par les réseaux sociaux. Le cas de l’allaitement est à ce titre exemplaire de la manière dont un modèle déterminé de la « bonne maternité » fait l’objet d’une promotion soutenue, afin que les mères se conforment à cette pratique alimentaire. La réalité parentale est aussi présentée au regard des choix en matière de modes de garde et de scolarisation de l’enfant et ce, en mettant en évidence comment ceux-ci demeurent guidés par l’appartenance de classe. Quant aux inégalités de genre, elles trouvent un terrain de reproduction fertile avec l’arrivée des enfants : les données qualitatives et quantitatives confirment que l’articulation entre les activités professionnelles et la vie familiale représente un plus grand défi pour les femmes, puisque ces dernières sont majoritairement porteuses de la « charge mentale » et qu’elles consacrent davantage de temps aux activités domestiques. En somme, au-delà des débats entre lien de parenté et filiation génétique, les auteurs montrent que l’exercice de la parentalité est aujourd’hui balisé par des spécialistes de plusieurs champs disciplinaires qui dictent les compétences parentales socialement requises pour être reconnu comme un « bon » parent.

5Le troisième chapitre traite plus spécifiquement des nouvelles formes d’organisation familiale à partir desquelles sont repensés les liens entre l’engendrement biologique, la parenté légale et la parentalité quotidienne. L’ingénierie génétique, les nouvelles formes de reproduction humaine, l’homoparentalité, l’adoption et la multiplication des reconfigurations familiales font qu’il n’existe plus de réponse univoque à la question fondamentale « qui est parent de qui? ». Suivant cette indétermination normative, les sociologues mettent en avant l’existence d’un mouvement contradictoire qui traverse les évolutions législatives, médicales et sociales dans le champ de la famille. D’une part, le développement des biotechnologies de la procréation favorise la dimension biologique de la parenté et, d’autre part, la multiplication des familles recomposées et homoparentales incitent à inscrire le statut de parent en préconisant l’engagement relationnel, indépendamment du lien biologique. Autrement dit, les sources de légitimité parentale se voient polarisées entre les partisans d’une approche naturaliste et ceux d’une approche constructiviste, de sorte que la plasticité des modèles de parenté apparait relative à la perspective depuis laquelle on l’observe.

6Dans le prolongement de cette réflexion sur les formes d’organisation parentale, le quatrième chapitre s’attarde sur le rôle de la parentèle, c’est-à-dire le réseau de sociabilité et d’entraide établit entre familles élémentaires. Ce réseau de soutien et de relations occupe effectivement un rôle important pour nombre de familles et constituent, selon les auteurs, une véritable « économie cachée ». Les diverses formes d’aide apportée par la parentèle se manifestent principalement en termes de travail domestique, de dons monétaires et de réseau relationnel. Mais si ce système d’entraide comporte des effets sociaux bénéfiques incontestables, il agit également comme vecteur de reproduction des inégalités entre les milieux sociaux, les genres et les générations. Enfin, Déchaux et Le Pape soulignent que la qualité de la relation affective entre les membres de la famille est déterminante dans le soutien apporté, bien que les sentiments d’obligation influencent également l’entraide en faisant intervenir une logique don/contre-don.

7Ce tour d’horizon se conclut en réitérant le caractère multidimensionnel des transformations morphologiques de la famille, ainsi que la nécessité de mobiliser une approche pluridisciplinaire pour en appréhender la complexité et en saisir les effets de classe et de genre.

8L’ouvrage a le mérite de s’attarder aux éléments structurants du champ de la sociologie de la famille en proposant un travail rigoureusement organisé, dont l’apport principal tient à une description minutieuse, savamment appuyée par de nombreuses données sociodémographiques de la famille en France. Les auteurs parviennent en peu de pages à circonscrire la vie familiale contemporaine et à mettre en tension les polémiques qui font désormais partie de sa définition. On pourra toutefois reprocher à ce livre de trop s’attarder sur des faits bien connus et de ne pas suffisamment se pencher sur la réflexion développée par l’éthique de la famille, laquelle participe actuellement à l’étude des liens filiaux et aux problématiques issues de leurs bouleversements. Si dans nos sociétés démocratiques contemporaines, aucune morale particulière n’arrive à s’imposer, il y a fort à parier que les sociologues seront appelés à enquêter sur la présence de « troubles dans la filiation » chez les générations futures… Par-delà les controverses sur le pluralisme familial, la sociologie de la famille a assurément un bel avenir devant elle !

Haut de page

Notes

1 La perspective selon laquelle nous serions sur le point de vivre une rupture anthropologique suppose que les innovations médicales et les transformations normatives contemporaines ébranlent les fondements de ce qui fait filiation et par conséquent, les assises de la famille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laurence Bordeleau-Payer, « Jean-Hugues Déchaux, Marie-Clémence Le Pape, Sociologie de la famille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/54978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.54978

Haut de page

Rédacteur

Marie-Laurence Bordeleau-Payer

Docteure en sociologie, chercheure collaboratrice à l’Institut universitaire Sherpa et chargée de cours à l’UQAM.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search