Navigation – Plan du site

Tariq Ali, Obama s’en va-t-en guerre

Elieth P. Eyebiyi
Obama s'en va-t-en guerre
Tariq Ali, Obama s'en va-t-en guerre, La Fabrique, 2010, 181 p., EAN : 9782358720144.
Haut de page

Texte intégral

1Avec un titre délibérément provocateur, Obama s’en va-t-en guerre, Tariq Ali, en signant cet ouvrage de 181 pages aux éditions La fabrique choquait sans aucun doute la plupart des observateurs et de la jeunesse mondiale, africaine en particulier. En effet, embarquée dans l’Obamania générale suscitée par l’avènement aux commandes de la plus puissante nation du monde, les Etats-Unis, d’un homme de couleur, en l’occurrence noir, le monde entier semblait créditer le nouveau président américain d’un espoir surhumain, celui de redresser le monde et le rendre plus juste, à commencer par son propre pays. Partout dans le monde, des manifestations de joie ont éclaté et la presse s’en était donné à cœur joie pour fêter l’avènement du messie, ressortant des tiroirs les analyses en termes de minorité ethnique et d’expression populaire. Si les deux mandats de Georges Bush ont fabriqué aux Etats-Unis un visage de « Grand Satan », notamment par l’installation consécutive des plus grands foyers de guerre ouverte et d’instabilité actuelles dans le monde (Afghanistan en réponse aux attentats du 11 septembre 2001, Irak au fallacieux prétexte d’armes de destruction massive toujours non trouvées, etc.), il était attendu du démocrate Obama de faire dans la paix et de faire mieux que Bill Clinton « l’ami des communautés noires ». Pourtant, l’Obamania  a déferlé sur toute la planète faisant de ce chef politique sans doute tout sauf ce qu’il n’est pas : un ange. C’est ce que Tariq Ali essaie de démontrer avec froideur et objectivité, mais engagement et sensualité, dans ce livre.

2Pour lui, le candidat du South Side a basé son argumentaire sur une rhétorique du slogan (Yes, we can ; Change we can believe) où flatteries, plaidoyers et arguments spécieux (p.21) ont permis la constitution de l’obamania, pour le porter à la Maison Blanche. En d’autres termes, l’auteur analyse l’argumentaire de l’ultra-modéré Barack Obama comme étant celui d’un populiste bon teint bon genre qui a su se frayer un chemin jusqu’à la maison blanche, en usant de sa couleur de peau, de sa façon de parler et d’une constante invocation du changement. Si Obama a savamment vendu l’image de la communauté noire pour atteindre ses objectifs, son avènement semble, toutes proportions gardées, s’inscrire dans une dynamique peut être universelle de l’émergence de jeunes politiciens insoupçonnés mais fermes au poignet (Nicolas Sarkozy en France, Boni Yayi au Bénin), tous surfant sur le dégoût des anciens, l’enthousiasme de la jeunesse et la promesse commune d’un changement quasi magique et instantané. Si Obama a prôné le Yes We can, son homologue béninois clamait en 2006 « ça doit changer, ça peut changer, ça va changer », à la suite du vieil Abdoulaye Wade dont le mot-culte Sopi (le changement) avait permis quelques années plus tôt l’alternance dans le Sénégal monarchique de Abdou Diouf.

3Mais une fois élu, les fruits n’ont pu tenir la promesse des fleurs : annoncée comme une révolution, la réforme de l’assurance est finalement devenue un gros cadeau offert aux compagnies d’assurance et non plus un coup de pouce aux plus pauvres, loin de la couverture sanitaire universelle gratuite prophétisée; la catastrophe pétrolière dans le golfe du Mexique s’est éteinte dans les lambris dorés des compagnies, laissant en rade les espoirs de ceux qui espéraient que l’exploitation pétrolière en haute mer puisse être repensée à la lueur de cet accident aux lourdes conséquences sur l’écosystème et les finances ; la guerre en Afghanistan s’est étendue au Pakistan et le corps expéditionnaire américain renforcé, etc.. C’est dire que le bilan à l’intérieur comporte de gros points d’interrogations confirmés par les élections de mi-mandat et le retour remarqué de la droite, d’autant plus qu’au plan économique il s’est entouré de ceux que Tariq Ali appelle les intégristes du néolibéralisme (Summers à qui l’auteur fait porter la responsabilité de l’effondrement financier de 2008, Geithner et autres Wolin). A l’évidence, une série de déceptions ont couronné le mandat d’Obama, mandat sans doute relancé par la capture de Ben Laden qui servira sans doute de levain pour la course au renouvellement du mandat.

4L’auteur trouve que l’actuel président américain a su se faire le maitre de la manipulation politique et de la diplomatie (p.28), aidée par les médias et Internet, la mobilisation massive de la jeunesse et de l’extrême pauvreté noire, le soutien du Chicago industriel peuplé de riches blancs. Adepte d’un néo-reaganisme et surfant sur la vague de l’héritage du combat de Martin Luther King tout comme de l’idéal démocrate, Barack Obama a à l’évidence réussi à se construire une « identité noire » (p.46) que préciseront à l’international ses discours tenus en Afrique après son élection (au Kenya ou encore au Ghana).

5Tariq Ali a le mérite à travers ce livre centré sur l’actuel locataire de la Maison blanche, de procéder à une relecture historique et critique des combats du mouvement de libération des noirs aux Etats-Unis à la lumière non seulement du capitalisme triomphant mais aussi du fait religieux qui semble-t-il devient de plus en plus une variable importante dans la course à la Maison Blanche. Il montre que le cynisme mué en hypocrisie est un mode d’action du personnage politique qu’est et plus, qu’il ne poursuit que la politique Bush sur fonds de reaganisme. En fait, Tariq Ali veut montrer que le monde entier s’est trompé sur le personnage d’une part, et que d’autre part, les Etats-Unis en poursuivent et ne poursuivront que leur politique (impérialiste, arrogante et brutale !?) quelque soit la couleur du locataire de la Maison Blanche. En somme pas grand chose n’aura changé, en dehors de cette couleur du président… Tariq Ali apporte les arguments concrets et factuels de cette appréhension envers le leader des démocrates, qui a pu battre aux primaires Hilary Clinton et se montrer un redoutable animal politique au sang froid, un tribun hors pair savamment mis en scène, mais aussi un chef de guerre sans pitié qui soutient le nettoyage ethnique orchestré sur instigation américaine, à en croire l’auteur, par le Pakistan au motif de traquer les combattants talibans (p .95) du Sud Waziristan et de la région de Bajaur.

6Si l’on peut être tout à fait choqué (vu d’Afrique) dès la lecture de l’ouvrage, on peut néanmoins se demander si l’auteur, qui souligne la continuité fondamentale de l’administration Obama avec ses précédentes (p.153) n’a pas quelque(s) raison(s) de donner un autre visage au président américain actuel. On peut s’en tenir à quelques faits : la non fermeture de Guantanamo, véritable épine dans la conception des droits de l’Homme ; le maintien des fronts impérialistes ouverts par Georges W. Bush ; et pire, l’ouverture du front libyen sur l’instigation claire de Nicolas Sarkozy et le soutien actif, voire très actif, du président Obama. De plus, la politique américaine semble désormais nourrie par un interventionnisme affiché et assumé à travers non seulement des injonctions au départ de dirigeants comme Laurent Gbagbo et Muammar Kadhafi mais aussi les opérations militaires en Libye, qui ont contrasté avec le silence militaire d’un Obama souhaité en Côte d’Ivoire pour trancher la contestation postélectorale de 2010 et épargner la perte de quelques vies au continent noir (notamment dans le quartier d’Abobo à Abidjan puis plus tard à Duékoué). En définitive, même s’il est taxé de reaganisme et surtout d’être autre chose que ce qu’il paraît ou a voulu paraître, Barack Obama prix Nobel de la paix et chef de guerre, demeure le premier citoyen américain de couleur à entrer avec sa famille à la Maison Blanche et se retrouver sur le toit du monde avec à ses pieds la toute puissance américaine. Le monde, notamment l’Afrique, attend davantage de lui que d’un autre leader et il en a sans doute conscience. Au seuil de la fin de son premier mandat, alors que l’Obamania reprend de plus belle depuis la mort annoncée de l’ennemi public numéro 1, Oussama Ben Laden, Barack est en route pour un second mandat à la tête de l’Amérique démocrate et capitaliste. Reste à savoir ce que gagnera le monde après son passage, ce que gagnera cette Afrique si lointaine au pays de l’Uncle Sam mais dont les afro-américains ne peuvent toujours faire fi et qui garde un regard plein d’espérance tourné vers Barack Obama le va-t-en guerre de Tariq Ali. Obama en tant que chef d’une puissance mondiale n’a sans doute aucun état d’âme, mais que des intérêts à défendre.

7En attendant un second mandat pour peut-être voir le sort de la communauté noire et du South Side de Chicago s’améliorer ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Tariq Ali, Obama s’en va-t-en guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5500

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page