Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Laurent Lardeux et Vincent Tiberj...

Laurent Lardeux et Vincent Tiberj (dir.), Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

Olivier Lemieux
Générations désenchantées ?
Vincent Tiberj, Laurent Lardeux (dir.), Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie, Paris, La Documentation française, INJEP, 2021, 236 p., ISBN : 978-2-11-157256-0.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par Laurent Lardeux, sociologue chargé d’études et de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, et Vincent Tiberj, professeur à Sciences Po Bordeaux, prend pour point de départ l’enquête Valeurs, une enquête internationale et longitudinale à grande échelle déployée en Europe tous les neufs ans depuis 1981. L’ouvrage a comme objectif d’analyser les résultats de la dernière enquête réalisée en 2018 et de mettre en exergue les éléments permettant de mieux comprendre les comportements, les opinions et les valeurs de la jeunesse française. L’ouvrage prend forme autour de dix chapitres rassemblés en trois parties : « Inégalités entre les jeunes et les polarisations des valeurs », « Participation politique, la démocratie et le rapport aux institutions » et « Sentiment d’appartenance locale, nationale, européenne et supranationale ». Celles-ci sont précédées par une introduction rédigée par les directeurs de l’ouvrage et proposant un certain nombre d’éléments offrant des clefs de lecture théoriques et contextuelles.

2La première partie se compose de quatre chapitres. Le premier, rédigé par Yaëlle Amsellem-Mainguy et Laurent Lardeux, propose une analyse de l’accélération des inégalités et de la précarisation grandissante de la jeunesse française depuis la récession de 2008. L’analyse des différentes vagues de l’enquête Valeurs permet aux auteurs de mettre en évidence que « le diplôme continue d’être un rempart protecteur face au chômage ou à la précarité et un atout majeur pour entrer sur le marché du travail » (p. 35). Ils soulignent cependant que cela s’avère moins vrai pour les femmes et pour les jeunes évoluant dans les zones rurales.

3Alors que « les précédentes vagues d’enquête avaient mis en évidence un recul constant de l’adhésion au libéralisme économique » (p. 45), le deuxième chapitre vise une mise à jour de ce thème. Son auteur, Frédéric Gonthier, relève une demande importante de l’interventionnisme étatique qu’il lie à la montée en puissance de l’altruisme chez les jeunes. Il voit ici une « base symbolique pour une légitimité renouvelée de l’État providence » (p. 60).

4Rappelant que le processus d’individualisation, soit le « désir d’expérimenter et de choisir soi-même ses actes et l’orientation de sa vie, sans être dépendant et déterminé par d’autres » (p. 63), n’a pas forcément pour corrélat une montée de l’individualisme, Pierre Bréchon pose dans le troisième chapitre la question suivante : « les jeunes sont-ils différents des personnes plus âgées ? » (p. 63). Son analyse lui permet de conclure que les jeunes n’ont pas des valeurs très différentes des autres générations, bien que certaines attitudes soient plus présentes, comme la recherche d’une autonomie des partenaires dans le couple, un plus grand libéralisme des mœurs ou une intransigeance en matière de corruption.

5Dans le quatrième chapitre, Guillaume Roux tente pour sa part de savoir si « les jeunes Français sont […] mieux disposés envers les immigrés et les minorités en 2018 que leurs ainés » (p. 81). Il répond assez rapidement par l’affirmative : « ce sont moins les jeunes qui se montrent particulièrement “ouverts” que les plus âgés qui sont ici “fermés” » (p. 84). Ceci étant, Roux nuance ensuite ce constat en évoquant d’autres variables jouant un rôle plus important en matière d’ouverture à l’autre, comme le niveau d’études et le degré d’adhésion envers certaines valeurs et opinions rattachées surtout à l’appartenance nationale ou à la « francité ».

  • 1 Stefan Foa Roberto, Mounk Yascha, « The signs of deconsolidation ». Journal of Democracy, vol. 28, (...)

6La deuxième partie se divise elle aussi en quatre chapitres. Le cinquième chapitre, présenté par Camille Bedock, prend pour point de départ la proposition de Roberto Stefan Foa et Yascha Mounk1 voulant que les jeunes générations soient moins attachées aux valeurs démocratiques et plus ouvertes aux régimes autoritaires. Si son analyse confirme un moindre attachement à l’égard du système démocratique chez les générations nées après 1980 ; elle l’amène aussi à relever que celles-ci sont « plus exigeantes et pensent davantage que les autres que la démocratie ne doit pas se limiter à la tenue d’élections libres » (p. 117).

7Débute ensuite une série de trois chapitres tous rédigés par Vincent Tiberj. Ces textes occupent une place particulière à l’intérieur de l’ouvrage, puisqu’ils s’imbriquent l’un dans l’autre, conduisant de facto vers des analyses plus étendues que celles exposées à l’intérieur des autres chapitres. Alors que le sixième chapitre aborde la jeunesse française au prisme de la citoyenneté, le septième s’y intéresse sous l’angle de la participation et le huitième dans la perspective de la détérioration du lien politique. Pour le bien de sa démonstration, Tiberj propose une typologie des citoyens en quatre positions : les sophistiqués, qui ont un haut niveau de diplôme et un haut niveau d’intérêt pour la politique ; les ordinaires, qui ont un faible niveau de diplôme et un faible niveau d’intérêt pour la politique ; les autodidactes, qui ont un faible niveau de diplôme mais un fort niveau d’intérêt pour la politique ; les distants, qui ont un haut niveau de diplôme mais un faible intérêt pour la politique. À partir de cette typologie, il observe deux grands phénomènes. D’abord, si l’augmentation du niveau de diplôme réduit mécaniquement la part de citoyens ordinaires dans la population et dans les classes d’âge les plus jeunes, elle ne s’accompagne pas forcément par une hausse de l’intérêt pour la politique et par une croissance des citoyens sophistiqués, mais davantage par celle des citoyens distants, un type autrefois marginal. Le second phénomène relevé par Vincent Tiberj concerne les citoyens autodidactes, lesquels connaissent une forte décroissance chez les générations les plus jeunes. Or, l’auteur est d’avis que la raréfaction des citoyens autodidactes entraîne un risque de cassure entre les classes populaires – formées en grande partie de citoyens ordinaires – et les responsables politiques, ces derniers s’avérant de moins en moins à leur écoute.

8Dans le sixième chapitre, Tiberj regroupe les générations en trois grandes cohortes : les pré-baby-boomers, les baby-boomers et les post-baby-boomers. À cette catégorisation, il ajoute une typologie de la participation formée de quatre grands groupes : les non-participants, qui ne votent pas systématiquement et n’ont jamais protesté ; les électeurs, qui votent systématiquement mais s’abstiennent de protester ; les protestataires, qui au mieux votent épisodiquement mais ont déjà protesté ; les polyparticipants, qui votent systématiquement et ont déjà protesté. À partir de ces différents éléments, Tiberj relève que les pré-baby-boomers sont formés en grand nombre d’électeurs, que les baby-boomers rassemblent beaucoup de protestataires et de polyparticipants, et que les post-baby-boomers rassemblent plusieurs non-participants, protestataires et polyparticipants. Au-delà des cohortes, il observe que les non-participants sont majoritairement formés de citoyens ordinaires, alors que les polyparticipants regroupent surtout des citoyens sophistiqués et, dans une moindre mesure, des citoyens autodidactes et distants. Aucun profil citoyen clair ne semble se dessiner pour les protestataires, dont la hausse ne reflète pas « une rupture avec la politique », mais davantage « une demande de transformation de cette même politique » (p. 159). D’ailleurs, dans le huitième chapitre, Vincent Tiberj précise que « la crise du lien politique » (p. 17) n’est pas caractéristique de la jeunesse, mais de l’ensemble de la cohorte post-baby-boomers, laquelle ne se reconnaît plus dans l’offre politique.

9La troisième partie se compose enfin de deux chapitres. Le premier, signé par Laurent Lardeux, s’intéresse au sentiment d’appartenance des jeunes Français. Son analyse le conduit à observer que les jeunes feraient généralement preuve d’une certaine flexibilité – voire hybridité – identitaire : « davantage qu’une opposition stricte entre dimension postnationale et nationale, ou encore entre cosmopolitisme et patriotisme, il semble […] exister une relation dialectique allant dans le sens d’une articulation nouvelle entre ces différentes polarités » (p. 206). Le dernier chapitre de l’ouvrage, signé par Céline Belot, propose enfin « de faire le point sur l’état de cette relation des jeunes Français de la fin des années 2010 à l’UE et au processus d’intégration » (p. 211). Si la jeunesse française semble attachée à l’Europe, elle le demeure davantage à l’égard du local, du national et du mondial.

10Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie est un ouvrage de qualité présentant un bon panorama de l’état des comportements, des opinions et des valeurs particulièrement – mais pas exclusivement – politiques de la jeunesse française. L’enchaînement des différents chapitres est plutôt harmonieux. Plusieurs des résultats présentés confirment la poursuite de tendances déjà relevées ou observées à l’intérieur d’autres recherches portant sur la jeunesse française, européenne et occidentale. Si l’ouvrage donne des réponses, il a aussi la qualité de susciter de nouveaux questionnements. Par exemple, comment expliquer la grande diminution des citoyens autodidactes ? Pourrait-on la lier à la démocratisation de l’éducation et de l’enseignement supérieur qui aurait permis aux autodidactes de jadis de devenir des sophistiqués d’aujourd’hui ? Aussi, comment expliquer que certains citoyens aux profils socioprofessionnels semblables deviendront sophistiqués, alors que d’autres deviendront distants ? Le domaine d’études – plus que le niveau – offrirait-il des pistes d’explications ? Voilà quelques exemples de question qui, j’espère, trouveront des réponses au cours des années et des décennies à venir.

Haut de page

Notes

1 Stefan Foa Roberto, Mounk Yascha, « The signs of deconsolidation ». Journal of Democracy, vol. 28, n° 1, 2018, p. 5-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Lemieux, « Laurent Lardeux et Vincent Tiberj (dir.), Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55015

Haut de page

Rédacteur

Olivier Lemieux

Professeur en administration et politiques de l’éducation à l’Université du Québec à Rimouski (Campus de Lévis).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search