Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Clément Desrumaux, Gwénaëlle Main...

Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant (dir.), Apprendre la politique. Enquête sur les étudiant∙e∙s en droit et science politique en France

Noé Fouilland
Apprendre la politique
Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant (dir.), Apprendre la politique. Enquête sur les étudiant-e-s en droit et science politique en France, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Paradoxa », 2021, 250 p., ISBN : 978-2-7574-3511-3.
Haut de page

Texte intégral

1Tous les cinq ans, plusieurs dizaines de milliers de jeunes se trouvent à entamer un cursus de science politique ou de droit et à voter pour la première fois aux élections présidentielles la même année. Articulé autour de la campagne présidentielle de 2012, le dispositif d’enquête « sociologie politique des élections » (SPEL) a tenté de saisir cette expérience par la passation d’une vague de questionnaires en octobre 2011 dans sept sites universitaires contrastés (les licences de droit et science politique des universités de Cergy-Pontoise, Lille 2, Paris Nanterre, Picardie et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi que les Instituts d’études politiques de Lille et de Toulouse). Une seconde vague, administrée en avril 2012 juste avant le premier tour, a concerné quatre de ces sites. Comme le souligne Clément Desrumaux dans son prologue, « les tropismes de l’enseignant∙e ou du politiste, s’attendant à observer une expérience biographique particulière dans une première année universitaire et politique, se trouvent [cependant] rapidement questionnés » (p. 21). Dès lors, c’est moins la spécificité de cette situation que les différentes facettes du rapport à la politique de ces étudiant∙e∙s qu’étudient les huit contributions de l’ouvrage.

  • 1 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

2Le premier chapitre de Diane Delacourt dessine les contours d’une population étudiante favorisée scolairement et socialement, puisqu’y sont surreprésentés les titulaires d’un baccalauréat général et les enfants de cadres. Par rapport aux « héritiers » étudiés par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron1, la massification de l’enseignement supérieur a néanmoins diversifié cette population, composée désormais de deux tiers d’étudiantes et d’une fraction non négligeable d’étudiant∙e∙s issus des classes populaires. Des disparités demeurent par ailleurs identifiables selon la sélectivité des établissements, les étudiant∙e∙s des instituts d’études politiques se révélant à la fois plus dotés socialement et plus politisés que ceux des universités.

3Les deuxième et troisième chapitres, rédigés par Patrick Lehingue, reviennent sur les logiques sociales des positionnements politiques estudiantins et des transmissions de préférences électorales au sein des familles. Conformément à des résultats bien connus, l’identification à la gauche ou à la droite politique est étroitement liée à la (non-)croyance religieuse, les athées et musulmans se reconnaissant plus à gauche que les catholiques, et au secteur d’activité, les étudiant∙e∙s dont les parents travaillent dans le public se déclarant moins souvent à droite. L’originalité de cette contribution est cependant de différencier le tiers de répondant∙e∙s qui ne se positionne dans aucun de ces deux bords, cochant « Centre », « Ni gauche ni droite », « Ne sait pas » ou refusant de répondre. Se situer au centre est alors une option choisie par des étudiant∙e∙s d’origine sociale plutôt favorisée et globalement intéress∙e∙s par l’actualité. À l’opposé, les étudiant∙e∙s qui ne « savent pas » où se situer sont les plus défavorisés socialement et portent un regard très oblique sur l’actualité politique. Les répondant∙e∙s « ni de droite ni de gauche » se caractérisent par une situation intermédiaire, et leur positionnement tient moins à un manque de compétence et de conversations politiques qu’à la reproduction d’un refus parental de se situer ou à une certaine ambivalence liée à des opinions parentales opposées. Au sujet des transmissions de préférences électorales, Patrick Lehingue souligne qu’en tendance les étudiants déclarent un positionnement plus proche de celui de leur père, et les étudiantes de celui de leur mère. Lorsque seul l’un des deux parents se positionne, c’est son opinion qui a tendance à se transmettre, qu’il s’agisse du père ou de la mère. Les cas de dissonance entre parents et enfants sont plus probables dans trois situations : lorsque les parents ne sont pas nés en France, lorsque l’étudiant∙e est dans une trajectoire d’ascension sociale par rapport à ses parents (symbolisée par son accès aux études supérieures), enfin lorsque le père a réalisé de très longues études et que le choix d’un cursus de droit ou de science politique laisse imaginer une trajectoire déclinante.

4Dans le quatrième chapitre, Alice Simon souligne que la manière de mesurer le gender gap, c’est-à-dire l’inégalité de compétence politique entre les hommes et les femmes, nous renseigne également sur la variation sexuée du rapport entretenu aux connaissances politiques. À partir d’un dispositif méthodologique original qui enjoint les répondant∙e∙s à déclarer le degré de sûreté de chacune de leurs réponses à un test de compétence politique, elle souligne que, parmi les étudiant∙e∙s de science politique, de droit et de mathématiques de l’université de Montpellier, les hommes se montrent davantage sûrs de leur choix, qu’ils connaissent ou non la bonne réponse. Pourtant, parmi cette population spécifique, les écarts de compétence sont faibles quant à la politique internationale, la connaissance des institutions ou encore l’histoire politique récente. C’est à propos des élus politiques actuels que les écarts se creusent, ce qui suggère que « les stéréotypes de genre transmis dès l’enfance rendent socialement moins acceptable pour un garçon de ne pas savoir le nom et le rôle des personnalités politiques évoquées dans les discussions quotidiennes, ce qui les inciterait à fournir davantage d’efforts cognitifs, conscients ou inconscients, pour retenir les informations » (p. 100). Qu’importe le domaine, il faut en tous cas tenir compte de la propension des hommes à davantage tenter de deviner la bonne réponse dans les questionnaires à choix multiples, alors que le moindre niveau de confiance des femmes les conduit à plus souvent préférer la non-réponse à un choix qui risque d’être erroné.

  • 2 Daniel Gaxie, « Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des “citoyens” », Revue française de scie (...)

5Le chapitre de Gwénaëlle Mainsant prolonge l’exploration des inégalités sexuées en matière de politique. Si le genre n’exerce désormais qu’une influence résiduelle sur le fait d’aller ou non voter ou sur les préférences électorales, le sentiment d’être autorisé à parler politique, autrement dit l’auto-habilitation2, demeure fortement inégalitaire. Cet écart renvoie à une division sexuée des espaces sociaux, les femmes ayant tendance à discuter de politique exclusivement dans un cadre privé, laissant aux hommes l’expression d’opinions politiques dans la sphère publique. Dès lors, tant que l’on se réfère à une définition androcentrée de la compétence politique, valorisant un rapport individualisé, impersonnel et abstrait à la chose politique, le gender gap demeure un phénomène persistant. Il importerait désormais de faire preuve d’« inventivité expérimentale » pour mieux saisir les spécificités du rapport à la politique tendanciellement adopté par les femmes.

  • 3 Camille Hamidi, La société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des as (...)

6Dans la sixième contribution, Bastien Amiel, Mathilde Sempé, Cédric Plont et Fabien Carrié se penchent sur l’adhésion des étudiant∙e∙s aux associations. Ce terrain, étonnamment peu étudié étant donné l’attrait étudiant pour les associations et le lien entre ce type d’engagement et le capital scolaire, permet de réinterroger le lien constaté ailleurs entre adhésion et politisation3. Plutôt qu’une causalité systématique, ce chapitre souligne l’importance des effets de sites dans ces processus. Du côté du « pôle d’indifférenciation », constitué d’établissements où les étudiant∙e∙s se caractérisent par des trajectoires de bonne réussite scolaire et par des capitaux culturels importants, le partage d’un fort intérêt pour la politique explique que l’engagement dans une association produise peu de différences notables quant aux pratiques politiques et culturelles. À l’inverse, au sein des établissements du « pôle de différenciation », l’hétérogénéité sociale et scolaire des étudiant∙e∙s est plus marquée, et les adhérent∙e∙s aux associations se singularisent par une meilleure réussite scolaire, des volumes plus élevés de capitaux économiques et culturels et, de manière liée, un sentiment de compétence politique plus affirmé. Ce n’est ainsi qu’au sein d’espaces et de situations sociales spécifiques que l’engagement associatif participe à la politisation des individus.

7Le chapitre 7, co-écrit par Diane Delacourt et Clément Desrumaux, insiste sur l’intérêt des enquêtes panélisées, encore rares en sociologie électorale française, pour saisir les effets des campagnes politiques sur les citoyen∙ne∙s. À partir des réponses des 376 étudiant∙e∙s qui ont participé aux deux vagues d’enquête, il revient sur les trois principales catégories d’effets identifiées par la littérature, à savoir le changement d’orientation politique, la politisation et la modification des centres d’intérêt des électeur∙trice∙s. Au sein de cette population captive du champ politique, les choix électoraux se révèlent peu volatiles au cours de la campagne présidentielle de 2012, et les changements restent marginaux. Quant à l’intérêt pour la politique, déjà très élevé, il s’accroît légèrement en même temps que la capacité à rendre compte des enjeux au cœur de la campagne. Mais le résultat le plus significatif concerne la fréquence des discussions politiques, qui augmente considérablement pendant la période. En réalité, pour ce public spécifique, la question des « effets de campagne » a moins d’intérêt que celle des moments et des modalités par lesquels il « entre » en campagne, c’est-à-dire introduit les logiques électorales dans ses préoccupations.

  • 4 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

8Dans le huitième et dernier chapitre, Clément Desrumaux questionne l’application du modèle bourdieusien de la distinction4 aux étudiant∙e∙s en droit et science politique. Cette population favorisée socialement se distingue-t-elle toujours, à l’heure de la démocratisation scolaire et de l’affaiblissement de la légitimité culturelle, par la consommation de biens culturels considérés comme les plus légitimes ? Le fait qu’elle lise massivement la presse quotidienne semble aller dans ce sens, alors que les inégalités face à la culture légitime restent en réalité prégnantes entre ces étudiant∙e∙s. Les plus dotés en capitaux se démarquent par l’éclectisme des supports d’information qu’ils utilisent, par des pratiques médiatiques plus intensives, et par la lecture régulière du journal Le Monde, tandis que ceux dont les parents sont éloignés des produits culturels légitimes ont plus souvent recours à la télévision, notamment la chaîne TF1, comme unique source d’information. Dans ce domaine, « le rapport à la politique se surajoute aux propriétés sociales pour définir les normes culturellement dominantes en matière de supports d’information » (p. 197).

  • 5 Malgré leur nom, les instituts d’études politiques dispensent une formation pluridisciplinaire en é (...)

9Cet ouvrage permet ainsi de poser à nouveaux frais plusieurs questions classiques de science politique, et de mieux connaître une population étudiante à laquelle les politistes et juristes enseignent quotidiennement. On peut néanmoins regretter que la spécificité des enseignements dispensés dans ces filières soit rarement prise en compte, et leurs effets potentiels en matière de socialisation politique peu interrogés. L’intégration dans le questionnaire d’un module sur le rapport aux savoirs sur le champ politique aurait ainsi permis d’explorer plusieurs questionnements. En amont, l’intérêt pour la politique joue-t-il par exemple sur l’orientation dans ces filières ? On peut ainsi faire l’hypothèse qu’il constitue un des déterminants du choix d’une licence universitaire de science politique, alors que l’orientation en droit ou en institut d’études politiques tiendrait davantage au caractère prestigieux de ces filières moins directement liées au politique5. Pendant leurs cursus, ces étudiant∙e∙s font-ils des liens entre les savoirs enseignés et l’actualité politique ? Les enseignant∙e∙s eux-mêmes leur demandent-ils de porter attention aux péripéties du champ politique et de les intégrer à leurs devoirs ? C’est plus largement le lien entre compétence scolaire et compétence politique qui demeure encore à explorer en sociologie politique.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

2 Daniel Gaxie, « Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des “citoyens” », Revue française de science politique, vol. 57, no. 6, 2007, pp. 737-757.

3 Camille Hamidi, La société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Économica, coll. « Etudes Sociologiques », 2010, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1085.

4 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

5 Malgré leur nom, les instituts d’études politiques dispensent une formation pluridisciplinaire en économie, droit, histoire, science politique et sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noé Fouilland, « Clément Desrumaux, Gwénaëlle Mainsant (dir.), Apprendre la politique. Enquête sur les étudiant∙e∙s en droit et science politique en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 mars 2022, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55074 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55074

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search