Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Éric Essono Tsimi, De quoi la lit...

Éric Essono Tsimi, De quoi la littérature africaine est-elle la littérature ? Pour une critique décoloniale

Eswar Nagarajan
De quoi la littérature africaine est-elle la littérature ?
Éric Essono Tsimi, De quoi la littérature africaine est-elle la littérature ? Pour une critique décoloniale, Montréal, Presses de l'université de Montréal, coll. « Pluralismes », 2022, 282 p., EAN : 9782760644649.
Haut de page

Texte intégral

1Les prix littéraires décernés récemment aux écrivains africains francophones ont suscité un regain d’intérêt, académique autant que journalistique, pour la littérature africaine et ses auteurs. Mais, que représente, au juste, cette littérature riche, qui se voit chargée d’une panoplie d’épithètes telles que « francophone », « africaine », voire « française » ? Et qu’en est-il de la catégorie des « écrivains africains », reçue par les divers lectorats tout à la fois comme une entité individuelle et collective, contemporaine et historique, esthétique et politique ? L’ouvrage d’Éric Essono Tsimi se propose d’élargir le champ de réflexion des réponses habituellement données à ces questions fondamentales. Partant de son expérience en tant que romancier (Migrant Diaries, 2014), théoricien et professeur, l’auteur présente une approche interdisciplinaire qu’il qualifie de « psychologique et décoloniale » (p. 85), mobilisant un vaste corpus de romans et d’entretiens avec les auteurs, dans le but d’appréhender les « dynamiques identitaires » des écrivains et des littératures « afrosporiques » – c’est-à-dire issus de la diaspora africaine –, dans le cadre de la critique littéraire.

2Le livre se divise en cinq chapitres, précédé d’une introduction et complété par une annexe qui reproduit les entretiens. Les quatre premiers chapitres sont dédiés à l’analyse des romans africains et à l’élaboration des argumentations théoriques inspirées de différents domaines tels que la psychologie culturelle et la philosophie. Suivant une démarche circulaire, ou du moins non linéaire, l’auteur étudie le caractère dialogique des positionnements identitaires des écrivains africains. Pour ce faire, Éric Essono Tsimi développe un « modèle dialogique » qu’il met en œuvre pour l’entretien avec les auteurs extrême-contemporains africains, commenté et analysé dans le dernier chapitre.

  • 1 Chevrier Jacques, « Afrique(s)-sur-Seine : autour de la notion de “migritude” », Notre Librairie, n (...)
  • 2 Quijano Aníbal, « “Race” et colonialité du pouvoir », Mouvements, vol. 51, n° 3, 2007, p. 111-118.

3En premier lieu, la littérature afrosporique côtoie (sans être réduite à) la « migritude », une thématique se trouvant « au cœur des récits africains contemporains, mais aussi au statut d’expatriés de la plupart de leurs producteurs »1. Il va de soi que les multiples identités de ces écrivains ne sauraient être enfermées dans des cases toutes faites. Dans ce regard, l’auteur observe que la perspective postcoloniale et d’autres approches du critique littéraire « ne rendent compte qu’imparfaitement des enjeux identitaires contemporains » (p. 35). Car le postcolonialisme, qui concerne principalement le monde anglophone, considère que la colonisation est un fait passé. Sur ce plan, l’auteur critique d’ailleurs les travaux des théoriciens comme Achille Mbembé. Si l’on se rapproche d’Aníbal Quijano, qui conçoit que la colonialité du pouvoir est « plus durable et plus enracinée que le colonialisme »2, une approche décoloniale offre donc la possibilité d’étudier mieux la « construction identitaire » des écrivains migrants afrosporiques.

  • 3 Hermans Hubert, « The dialogical self: toward a theory of personal and cultural positioning », Cult (...)

4L’auteur constate d’abord l’émergence d’une « littérature du self » dans laquelle la présence des auteurs migrants se manifeste dans leurs romans, par exemple le Black Bazar d’Alain Mabanckou. En s’appuyant sur la théorie du « soi dialogique »3 d’Hermans, qui explore la multiplicité des positions du Soi dans le cadre du dialogisme bakhtinien, l’approche décoloniale débouche sur l’analyse de leurs « Moi-positions », c’est-à-dire les multiples positions identitaires en tant que personnes, Africains, écrivains, migrants... Par l’étude des personnages et de leurs représentations, de l’intertextualité et de la narration, Éric Essono Tsimi montre que l’auteur du roman afrosporique y théorise le soi, concept qu’il nomme « autho-théorisations ». Partant de l’hypothèse que « l’identité est une coconstruction de soi, par soi, en soi, mais aussi entre soi » (p. 37), il considère que les écrivains afrosporiques choisissent de se positionner à travers leurs œuvres et postures, et entrent dans un dialogue avec leurs « confrères de sang ».

5Dans les parties suivantes, l’auteur réaffirme que les tensions créées par ces multiples positions sont applicables à toute littérature. Qu’est-ce qui distingue alors la littérature africaine sous cet angle, qui nécessite de surcroît une grille de lecture décoloniale ? Éric Essono Tsimi aborde le statut de la littérature africaine du point de vue de la publication et de la classification. Il note une « décantation des productions » (p. 125) et remet en question la politique des lignes éditoriales françaises. Il souligne également le manque de production et de réception des écrivains africains dans le domaine critique. Par conséquent, cette absence conceptuelle se reflète dans les positionnements identitaires des écrivains afrosporiques, d’où la nécessité d’une critique décoloniale sans laquelle il serait difficile pour les voix africaines de se faire entendre, ce qui résulterait de « l’absence d’Afrique dans le monde » (p. 122).

6La dernière partie de l’ouvrage revient sur l’analyse des entretiens, menés suivant le modèle dialogique en cinq catégories (ou étapes, inspirées par la lecture de l’ouvrage Shades of Black de William E. Cross Jr.) identifiées comme suit : « ajustement/intégration ; dissonance ; résistance/immersion ; introspection ; articulation/conscience africaine » (p. 39). La première étape sert d’ouverture de l’entretien en portant l’attention sur le cadre socioprofessionnel de l’écrivain en question. Dans les deuxième et troisième étapes, l’intervieweur interroge l’écrivain sur son intégration psychologique ; les étapes quatre et cinq cherchent à comprendre les positionnements de l’écrivain à travers ses souvenirs, ses mémoires et en particulier sa conscience africaine.

7Avant de s’intéresser à l’analyse des résultats, on pourrait s’attarder sur la méthodologie et le déroulement de l’entretien. Premièrement, le choix des quatre écrivains est complètement justifiable par rapport à leurs diverses positions géographiques, esthétiques et politiques : Mwanza Mujila, Max Lobe, Hemley Boum, et Calixthe Beyala. Des questions sérieuses aux réponses légèrement drôles, et sans doute empathiques, les entretiens se lisent comme des conversations tout à fait naturelles. Au-delà de l’universalisme auquel aspire tout écrivain, on observe chez eux le refus de tout étiquetage particulier ; Calixthe Beyala affirme ainsi : « J’écris en quête d’une famille mondiale » (p. 274). La question de la cible, ou bien du lectorat des écrivains est particulièrement intéressante : Hemley Boum dit par exemple qu’elle écrit « d’abord pour répondre à [s]es propres questions » (p. 253). En somme, à l’exploration du Soi et de l’ethos des écrivains se mêle celle du processus créatif et des discussions sur les termes comme « Afropéens », « Afropolitains », « Afrodescendants ».

8Le tableau qui récapitule le positionnement des écrivains fait apparaître que les qualificatifs d’« Africain » et d’« écrivain » ont plus d’importance pour eux que celui de « francophone » ou de « migrant ». Cette dernière épithète est d’ailleurs refusée par la majorité. De plus, Éric Essono Tsimi repère dans leurs postures « un Soi passif et un Soi renouvelant sans cesse son positionnement » (p. 150). Ce faisant, les identités que l’Autre accorde à l’écrivain et ses propres représentations des identités font de lui « une figure figurante figurée » (p. 160). Par ailleurs, les positionnements des écrivains ont beau se distinguer en termes d’’attitude et d’idéologie, leurs voix se nourrissent de celles qui existaient avant, se problématisent, et se retrouvent dans une « land of choice » ou une arène. Ces négociations ont lieu dans le processus d’écriture, ce qui vise à démontrer la conscience des représentations du Soi et des représentations (stéréotypées) par l’Autre du Soi. Toujours est-il que c’est ce « je » social qui donne aux littératures africaines la dimension de « littératures de partage » (p. 149). À cet égard, l’observation des « dimensions psychologiques, sociales et politiques » de plusieurs Moi-positions modulables, qui communiquent entre elles, permet donc de vérifier l’aspect coconstructif de l’identité. Ainsi, la critique décoloniale apporte une « réappropriation culturelle et scientifique » (p. 191).

9En définitive, l’auteur, dans son approche interdisciplinaire, relève plusieurs débats qui s’articulent autour de la littérature africaine, et réussit à identifier quelques pistes de réflexion profondes, surtout dans la mesure où l’analyse des liens entre l’histoire, les écrivains et les littératures devient de plus en plus une question essentielle du critique littéraire de nos jours. Il nous revient alors d’être « attentifs » à tous ces liens, comme l’auteur le préconise à la communauté des étudiants dans sa conclusion, et de faire des études littéraires « une science plus humaine ».

Haut de page

Notes

1 Chevrier Jacques, « Afrique(s)-sur-Seine : autour de la notion de “migritude” », Notre Librairie, n° 155-156, juillet-décembre 2004, p. 96.

2 Quijano Aníbal, « “Race” et colonialité du pouvoir », Mouvements, vol. 51, n° 3, 2007, p. 111-118.

3 Hermans Hubert, « The dialogical self: toward a theory of personal and cultural positioning », Culture & Psychology, vol. 7, n° 3, 2001, p. 243-281, disponible en ligne : http://doi.org/10.1177/1354067X0173001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eswar Nagarajan, « Éric Essono Tsimi, De quoi la littérature africaine est-elle la littérature ? Pour une critique décoloniale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55079

Haut de page

Rédacteur

Eswar Nagarajan

Doctorant en littératures francophones à l’Université de Pondichéry, Inde.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search