Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Paul Bouffartigue et Jacques Bout...

Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, Du facteur au livreur ? Dans les coulisses d’un service public en péril

Henri Eckert
Du facteur au livreur ?
Paul Bouffartigue, Jacques Bouteiller, Du facteur au livreur ? Dans les coulisses d'un service public en péril, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2020, 250 p., ISBN : 978-2-36512-266-5.
Haut de page

Texte intégral

1Il y a belle lurette que le facteur d’antan – à vélo, parfois à pied, son imposante sacoche en bandoulière et sa grande cape noire soulevée par le vent – a disparu de notre quotidien. S’il pousse encore souvent une drôle de bicyclette lourdement chargée sur les trottoirs des villes, il circule désormais sur les petites routes de campagne dans une camionnette jaune. Mais de l’image pittoresque du passé à celle plus éclatée d’aujourd’hui, que s’est-il passé pour les hommes et les femmes qui ont exercé et/ou exercent encore ce métier ? À quels bouleversements ont-ils été confrontés ? Comment les transformations des organisations du travail ont-elles affecté leur activité ? Quel avenir leur réservent les tendances récentes de réduction drastique du volume de courrier et d’augmentation constante des livraisons de colis ? Voilà quelques-unes des questions qu’abordent Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller dans leur livre Du facteur au livreur.

2L’ouvrage prend appui – c’est ce qui en fait l’intérêt et la force – sur plusieurs enquêtes, réalisées entre le milieu des années 2000 et la fin des années 2010. La première, menée en 2006, portait sur les conditions d’engagement des travailleurs dans l’action collective ; elle a permis de rencontrer une vingtaine de jeunes postiers, dont plus de la moitié étaient employés à durée déterminée. La seconde, menée en 2014-2015, visait à rendre compte du rapport au travail variable selon le genre des agents des services publics ; elle s’est intéressée davantage à des factrices ou facteurs en charge de la distribution du courrier et des petits colis, interrogés en face à face pour la plupart et, pour quelques-uns, dans le cadre d’un groupe de parole mixte. Près d’une quarantaine de postiers ont ainsi été rencontrés individuellement et six collectivement. La troisième enquête, insérée dans une comparaison internationale sur les conflits du travail et la négociation collective, a fourni l’occasion de réinterroger une partie des postiers rencontrés précédemment et d’élargir l’investigation à d’autres agents. Rassemblées, ces trois vagues d’enquêtes recueillent un matériau consistant, composé de cent cinquante entretiens individuels et de nombreuses observations du travail de tri effectué par les facteurs avant leur tournée, dans divers bureaux de poste des environs d’Aix-en-Provence. Loin de produire l’éparpillement, ces trois enquêtes permettent de focaliser l’analyse sur les transformations profondes des contextes et des conditions de travail de ces postiers du début des années 2000 à nos jours et, par conséquent, de leur métier.

3Le livre vise, comme l’annoncent les auteurs dès les premières phrases de l’introduction, à montrer, « à travers et au-delà du cas de La Poste et des facteurs », « les liens entre la dégradation des services publics et la dégradation des conditions de travail et des métiers de ceux qui les font fonctionner » (p. 7). Si les processus dégagés par leur analyse minutieuse et implacable du cas de la Poste et des facteurs pourraient assurément être repérés et décrits quasiment dans les mêmes termes à propos des évolutions récentes de nombreux autres services publics – de l’hôpital à l’école, en passant par l’université ou la justice –, il n’en convient pas moins de s’attacher ici, à l’instar des auteurs, aux transformations qui ont affecté l’entreprise dans laquelle ils ont mené leurs investigations. L’exposé de ces analyses articule sept étapes, qui forment autant de chapitres.

4Le premier chapitre inscrit les transformations de l’activité postale et du travail des postiers dans l’évolution des injonctions auxquelles La Poste a été soumise et des contextes déterminants de la pratique de son activité. Que fallait-il entendre derrière les discours récurrents depuis plus d’une quarantaine d’années sur la nécessaire modernisation des services publics, en l’occurrence celle du service postal ? Si cette exigence allait, d’un certain point de vue, de soi – comment ne pas accepter de moderniser les services publics dans un monde qui change ? –, par quoi s’est-elle traduite dans les statuts et l’organisation même de l’entreprise ? Si La Poste, devenue société anonyme à capitaux publics, n’a certes pas été privatisée, elle n’en a pas moins été, conformément aux injonctions européennes d’ouverture des activités de service à la concurrence, bouleversée par la mise en œuvre, sous l’égide de sa direction, de « critères de gestion, de modes de direction, d’organisation et de management inspirés du secteur privé commercial » (p. 19). Cette « infiltration des logiques marchandes » (p. 21) a entraîné des restructurations successives et une diversification des activités de l’entreprise. Si la distribution du courrier est restée centrale, malgré sa faible rentabilité, s’y sont ajoutés de nouvelles activités, de la livraison de colis aux services financiers ou numériques notamment, censément plus rentables. Mais la modernisation a surtout soumis les agents à des conditions de travail de plus en plus contraignantes, perturbées par des réorganisations incessantes. Si « les facteurs ont été moins rapidement et moins directement impactés », leurs conditions d’emploi et de travail ont évolué « sous l’effet de la recherche de gains de productivité » et « la tendance devrait encore s’accélérer » (p. 39). De fait, « les nouvelles organisations » se sont multipliées, notamment après la baisse des volumes de courrier.

5L’écart s’est creusé, nous disent les auteurs au début du chapitre 2, « entre l’image sociale du facteur et la réalité sociologique du groupe » (p. 45). Les facteurs fonctionnaires ont été marginalisés par l’arrivée en masse d’« agents contractuels de droit privé » ; ces derniers sont souvent plus diplômés que ne l’étaient leurs prédécesseurs ; les femmes ont été de plus en plus nombreuses à entrer dans le métier. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre la diversification des recrutements, ces évolutions se sont produites alors que les effectifs diminuent depuis le début des années 2000 (cf. graphique de la page 47). Des « lignes de différenciation, voire de clivage, se sont multipliées » (p. 54) au sein du groupe des facteurs, même s’ils sont nombreux à se plaindre de la « sous-estimation de la charge de travail par les modes de calcul officiels » ou s’accordent souvent pour dire que « le motif principal de satisfaction au travail reste le moment de la tournée » (p. 62-63). La présentation de nombreux cas individuels donne la mesure de l’hétérogénéité du groupe, souvent liée aux « différences générationnelles » (p. 71), mais aussi de la profondeur de « la crise du métier de facteur » (p. 76).

6Le chapitre 3 expose la révolution silencieuse produite par l’arrivée massive des femmes ; les auteurs insistent sur le fait qu’on chercherait « en vain d’autres exemples de métier masculin, tout particulièrement dans les emplois subalternes, ayant connu une telle révolution » (p. 79), souvent inaperçue mais pas forcément « indolore ». Arrivées plus récemment dans le métier, les femmes sont aussi plus souvent contractuelles – alors qu’une bonne part des hommes entrés plus tôt sont restent encore fonctionnaires – et plus souvent employées à temps partiel, même si le taux d’emploi à temps partiel est ici « deux fois moins fréquent que dans l’ensemble du salariat féminin » (p. 86). Les conditions de travail leur sont souvent plus pénibles mais cette pénibilité physique éprouvée « peut être déniée » (p. 92) à des titres divers. Là aussi, les auteurs présentent plusieurs cas individuels de femmes soucieuses de « préserver leur rythme de travail et la qualité de la relation avec les usagers » (p. 96). Si certaines souhaitent « rester dans une entreprise humaine » (p. 98), d’autres, conscientes du risque de disparition du métier, « ne s’imaginent absolument pas l’exercer jusque 62 ou 65 ans » (p. 104). Cette « appropriation [malgré tout] positive d’un métier initialement masculin » n’aurait-elle pas, « comme dans d’autres professions, participé de la dévalorisation sociale de ce métier ? » (p. 107-108).

7La difficulté majeure du métier semble tenir désormais aux modalités nouvelles d’évaluation de la charge de travail. C’est l’objet du chapitre 4. Il faut, pour la saisir, « pénétrer dans les coulisses de la rationalisation du travail » des facteurs (p. 109). Si « la contraction de la force de travail » en constitue une composante essentielle, sinon l’objectif principal, « l’utilisation d’outils de pré-quantification du travail » en a constitué, alors que « l’activité des facteurs se révèle particulièrement rebelle à sa quantification », le moyen décisif (p. 109-110). Le mesurage des temps nécessaires à l’effectuation de tâches en situation réelle de travail – par des accompagnateurs qui étaient d’anciens facteurs – a ainsi été abandonné et « l’arrivée d’outils logiciels de pré-quantification du travail » (p. 118) a permis à la direction de La Poste d’établir des « vitesses et temps standards » (p. 120). Il devenait ainsi possible, après sommation des temps impartis, d’augmenter la charge des tournées, avec pour conséquence l’intensification du travail. Car les tournées ainsi réorganisées entraînent souvent un allongement des journées de travail. Les critiques adressées à cette manière d’organiser le travail n’ont pas manqué. Parmi elles, outre l’opacité du mode de détermination des temps standards, « le fait que le logiciel repose sur la vision d’un travailleur moyen » (p. 123), sans prendre en compte les particularités de chaque tournée. Se pose alors, pour les agents, la question de comment faire son travail « intelligemment » (p. 128), dans un contexte où l’effectuation des tâches induit souvent « des contournements des règles » (p. 130). Les tensions entre les facteurs et leur direction à propos de l’évaluation de la charge de travail s’en sont trouvées « exacerbées » (p. 136).

8La concurrence dans l’activité de distribution des colis, exacerbée elle aussi, est au cœur du chapitre 5. L’exemple du service Coliposte, créé de toute pièce par La Poste, en témoigne. « Croissance, concurrence et dumping social sont trois caractéristiques majeures du marché des colis » (p. 138), qui se traduisent par une « rupture avec la notion de service public » (p. 141), le développement de la sous-traitance et des surcharges de travail pour les agents. « La contrepartie de la surexploitation de la main d’œuvre est la médiocrité de la qualité du service… », observent les auteurs (p. 151).

9Dans les années 2010, la lutte des postiers pour la défense de leurs droits et de leurs conditions de travail s’inscrit dans un contexte de plus en plus difficile. Le chapitre 6 est consacrée à cette lutte, qu’ils mènent toujours plus souvent « le dos au mur », pour reprendre le titre du chapitre (p. 159). Si « le dialogue social formel, institutionnel […] est fort développé [au sein de La Poste], une sorte de guérilla sociale dispersée sur l’ensemble du territoire » se répand. Le métier continue de se dégrader, « les réorganisations des circuits de distribution se poursuivent à un rythme rapide » tandis que « la logique de réduction des effectifs, un moment ralentie, reprend de plus belle » (p. 165). « Même si La Poste ne se singularise plus par de grandes grèves, ses facteurs sont aujourd’hui plus souvent en lutte que bien d’autres travailleurs » (p. 170).

10Comment articler ces luttes locales, en général directement liées aux réorganisations du travail dans les centres, avec la négociation collective nationale ? C’est la question abordée dans le chapitre 7, dernier chapitre du livre. L’accord national du 31 janvier 2017 témoigne-t-il de « l’entrée du travail des facteurs dans le champ de la négociation collective » (p. 191) ? Si les organisations syndicales signataires de l’accord justifient leur choix par les recrutements envisagés et les augmentations salariales concédées, les non-signataires soulignent « son impact négatif sur le travail et le métier » (p. 198). Se trouve ainsi reformulée une question qui hante le mouvement syndical depuis les Trente glorieuses, celle de « l’adhésion du mouvement ouvrier au compromis fordiste » (p. 200), alors que s’affirme la nécessité d’« une appropriation syndicale des enjeux du travail et de la santé au travail » (p. 203) ? Les auteurs rapportent, fort à propos, cette déclaration d’un syndicaliste CGT : « avec la dégradation du travail, on est obligé d’aller sur les questions du travail » (p. 205).

11En conclusion, Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller insistent sur « les résistances du métier et des travailleurs » (p. 217). La féminisation rapide du corps pourrait ainsi contribuer à « renouveler la dimension de lien social du métier malgré son effacement au sein des prescriptions managériales » ; « la force de contestation […] de l’évaluation managériale de la charge de travail et de la promotion d’objectifs commerciaux » peut s’avérer « porteuse d’une critique radicale du glissement en cours du métier » ; enfin, la guérilla sociale menée permet de s’opposer « pied à pied à l’intensification du travail de décomposition du métier » (p. 217-218.). « Ainsi, le facteur n’est pas – ou pas encore – devenu livreur. Le métier n’est pas mort. Et le groupe professionnel résiste » (p. 218).

  • 1 Jounin Nicolas, Le caché de La Poste. Enquête sur l’organisation du travail des facteurs, Paris, La (...)

12Au moment de conclure cette note, insistons sur la nécessité de lire ce livre, pour quiconque s’intéresse à la question des services publics. Et pourquoi, pas de prolonger cette lecture par celle du livre publié par Nicolas Jounin et intitulé Le caché de La Poste1, tant ces deux livres se complètent, l’un s’attachant à décrire une évolution globale et l’autre à détailler la procédure de calcul des temps impartis aux postiers – ici abordée dans la chapitre 4 – pour l’exécution de leurs tâches.

Haut de page

Notes

1 Jounin Nicolas, Le caché de La Poste. Enquête sur l’organisation du travail des facteurs, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Eckert, « Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, Du facteur au livreur ? Dans les coulisses d’un service public en péril », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 mars 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55095

Haut de page

Rédacteur

Henri Eckert

Professeur émérite de sociologie à l'Université de Poitiers.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search