Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Esquenazi, Sociologie des oeuvres. De la production à l'interprétation

Anne-Cécile Nentwig
Sociologie des oeuvres
Jean-Pierre Esquenazi, Sociologie des oeuvres. De la production à l'interprétation, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2007, 226 p., EAN : 9782200353438.
Haut de page

Texte intégral

1Faire une analyse sociologique des œuvres d'art est-il possible ? Mettre en place une « sous-discipline » de la sociologie de l'art que serait la sociologie des œuvres est-il pertinent ? Cette question de la construction d'une sociologie des œuvres n'est pas récente. Déjà en 1985 à Marseille, puis en 1999 lors du colloque de Grenoble, « Vers une sociologie des œuvres », la question avait été abordée. Par le passé, plusieurs recherches ont eu pour objet l'œuvre d'art, cependant la difficulté à se dégager véritablement des questionnements - qu'est-ce qu'une œuvre d'art ? Une œuvre d'art est-elle avant tout sociale ou non ? - n'était pas dépassée.

2Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Esquenazi propose un autre regard sociologique sur la notion d'œuvre d'art, permettant de sortir de l'habituel partage des tâches entre sociologues et historiens de l'art : aux premiers était réservé le contexte social de l'oeuvre, au seconds son analyse interne. En déplaçant le débat, l'auteur développe tout au long de ses propos une contribution à la compréhension de la relation qui s'établit entre ces objets [les œuvres] et des communautés humaines et s'efforce de constituer l'œuvre d'art en fait social.

  • 1 M. Baxandall, Formes de l'intention, Ed. Jacqueline Chambon, Nîmes, 1991

3Afin de développer ce modèle de l'œuvre, Jean-Pierre Esquenazi va s'inspirer du travail de Michael Baxandall1 et mobiliser des travaux en sociologie de l'art, en histoire de la littérature, de la peinture, du cinéma, aussi bien que des Cultural gender Studies. Seront alors observées et décryptées les différentes étapes qui amènent un objet culturel à être déclaré œuvre.

4L'intérêt et l'originalité du travail d'Esquenazi résident dans la prise en compte de l'œuvre comme processus. Il inscrit ses principes analytiques dans une approche dynamique où l'on va pouvoir suivre les modalités de production, d'interprétation, d'appropriation de l'œuvre. Elle est pensée comme une interaction continuelle entre les artistes et les publics, pris comme des entités en perpétuel changement. La démarche proposée ici se dégage de la dimension unique et indivisible de l'œuvre d'art, pour au contraire offrir une vision plus large, en incluant l'analyse du fonctionnement des institutions de production de l'œuvre, les manières de la faire exister et enfin les multiples interprétations par les publics. Toutefois, Esquenazi ne se contente pas d'une réflexion en terme de réception. Dans sa construction théorique il cherche à comprendre le rôle que jouent les publics dans les transformations d'une œuvre, la relation qui s'établit entre les deux. Organisé en deux parties, Sociologie des Œuvres est découpé de manière à ce que chacun des chapitres corresponde à une étape de la démarche intellectuelle.

5Dans la première partie, Jean-Pierre Esquenazi développe la dimension la plus théorique de sa réflexion, en suivant l'ordre chronologique des différentes phases de la vie des œuvres. Le premier chapitre est consacré à l'étude des principaux auteurs ayant questionné la notion d'œuvre d'art sous l'angle de l'esthétique. Il revient sur les travaux de Barthes, Adorno et Gombrich afin de prendre « conscience » de la dimension sociale des œuvres. Du croisement de ces trois approches émerge l'hypothèse selon laquelle l'œuvre serait un processus. Le second chapitre propose une présentation des approches sociologiques mettant à l'épreuve cette hypothèse. A partir des travaux de Bourdieu, d'Hennion, d'Heinich et de Passeron, l'auteur la teste en cherchant à circonscrire au mieux le concept d'œuvre. Toute la fin de cette partie est consacrée à l'énonciation du programme de recherche et des outils conceptuels utilisés. De la production à l'interprétation, cette présentation méthodologique du travail intellectuel de l'auteur se trouve systématiquement illustrée par de nombreux exemples pris dans les domaines du cinéma, de la littérature et de la peinture.

6La seconde partie est une illustration des différents stades du processus du concept d'œuvre qui ont été vus précédemment. Au travers des différents chapitres, Esquenazi va chercher à mettre à l'épreuve ses avancées théoriques par un recours systématique à des travaux en sciences sociales. Son objectif dans un premier temps est d'élaborer un inventaire de la littérature scientifique déjà existante dans ce domaine. Il s'attache à commenter et à comparer plusieurs travaux s'intéressant aux institutions de l'art, à la création du lien entre œuvres et publics ou bien encore aux modalités de description et de déclaration.

7Cette Sociologie des oeuvres est donc un ouvrage très dense, où l'on arrive à suivre le parcours d'un objet culturel: des étapes de sa conception jusqu'à sa mise en relation avec des publics, ou pour reprendre l'auteur sa vie imaginaire. Toutefois, même si Esquenazi insiste sur sa volonté de traiter de la même façon le grand art et la petite culture, nous pouvons nous demander s'il est possible d'adapter toutes les étapes du programme de recherche à des objets d'étude autres que l'art pictural ou cinématographique. Si l'on prend l'exemple d'une recherche sur des musiques de tradition orale, comment arriver à questionner le fonctionnement d'institutions et leurs directives alors que le compositeur lui même est bien souvent inexistant ou inconnu ?

Haut de page

Notes

1 M. Baxandall, Formes de l'intention, Ed. Jacqueline Chambon, Nîmes, 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Nentwig, « Jean-Pierre Esquenazi, Sociologie des oeuvres. De la production à l'interprétation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 07 avril 2008, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/551

Haut de page

Rédacteur

Anne-Cécile Nentwig

Doctorante en sociologie au CSRPC ROMA, et ATER à la Faculté d'Anthropologie de Lyon-2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page