Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Claudia Senik (dir.), Sociétés en...

Claudia Senik (dir.), Sociétés en danger. Menaces et peurs, perceptions et réactions

Sylvain Lallier
Sociétés en danger
Claudia Senik (dir.), Sociétés en danger. Menaces et peurs, perceptions et réactions, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2021, 238 p., EAN : 9782348072352.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Granjou Céline, Sociologie des changements environnementaux : futurs de la nature, Londres, ISTE éd (...)

1Dans un contexte où nombre d’acteurs scientifiques, militants et politiques mettent en évidence une synergie des problématiques environnementales, sanitaires et socioéconomiques, cet ouvrage collectif présente douze contributions ayant pour objet les perceptions et les réactions face à ces risques « déjà-en-émergence »1. Issu d’un appel à projet de la Fondation pour les sciences sociales et dirigé par l’économiste Claudia Senik, il propose une approche interdisciplinaire mobilisant l’anthropologie, le droit, l’économie, les sciences cognitives et comportementales, la science politique et la sociologie, afin d’étudier la réflexivité des sociétés confrontées à ces enjeux. L’ouvrage offre aussi un regard pluriel sur la production et la circulation des sciences, des scientifiques et des savoirs.

2Les usages et la circulation des énoncés scientifiques dans la société réinterrogent leur régime de vérité. Ce problème est soulevé dans la première partie de l’ouvrage, à travers les cas des discours prophétiques et de la collapsologie. En effet, les deux premières contributions problématisent les conditions de véridicité de ces énoncés lorsque différents groupes sociaux se les approprient. Ainsi, la contribution du politiste Pierre Pennet interroge la production de la parole prophétique de certains économistes annonçant la crise financière de 2008. L’auteur démontre notamment l’importance des relais émotifs et symboliques des savoirs scientifiques pour impacter les décideurs politiques et contrer l’évidence d’une « permanence de la réalité » (p. 68) face aux risques à venir.

3L’anthropologue Jean Chamel, s’appuyant sur l’ethnographie qu’il a menée entre 2012 et 2018 auprès d’intellectuels de l’écologie, souligne quant à lui les mécanismes de légitimation de la collapsologie comme science de l’effondrement. Il explique comment les collapsologues mobilisent une littérature scientifique produite par des chercheurs légitimés par le monde académique, tout en faisant référence à des modèles informatiques de prédictions de catastrophes. Or, l’auteur démontre ici les limites d’une telle approche systémique. D’abord, parce que l’étendue des objets d’étude mobilisés, oscillant entre sciences officielles et sciences alternatives, empêche de pouvoir confirmer de manière rationnelle l’hypothèse d’un effondrement. Mais aussi, parce que le recours à l’intuition, revendiqué par les collapsologues, s’oppose à cette rationalité. Or, ces derniers déplorent eux-mêmes la fragilité de la démonstration scientifique qui serait restreinte à une observation partielle des phénomènes. De là, l’auteur conclut en montrant que les collapsologues sont aujourd’hui confrontés au désir de produire des savoirs encadrés par une rationalité scientifique plutôt que d’assumer une posture libérée de cette pensée dominante.

4L’idée d’un effondrement à venir peut susciter le besoin de se préparer à la catastrophe. Ainsi, à partir d’une enquête ethnographique sur des preppers (survivalistes) étatsuniens de deux agglomérations de l’État d’Arizona, la contribution du sociologue Sébastien Roux vise à étudier les mouvements dits « survivalistes » en adoptant une approche biographique. Précisant d’abord la généalogie du survivalisme aux États-Unis des années 1960 à nos jours ainsi que ses liens avec le monde militaire et les groupes ultra-conservateurs chrétiens, l’auteur souligne l’attractivité de ce mouvement, devenu un marché en émergence. Puis, en s’intéressant davantage à la trajectoire biographique de Gary, un preppers membre de l’Église baptiste aux revenus économiques modestes, l’auteur souligne que « la préparation [survivaliste] n’est jamais cette réponse mécanique et rationnelle qui s’imposerait face aux menaces du monde […]. Elle est plutôt […] un moyen de trouver dans l’agir une forme de résistance à la dépossession » (p. 50).

5La deuxième partie s’intéresse aux réactions face au retrait ou à l’absence de l’État. La contribution de l’historienne Laura Viaut envisage la situation d’un effondrement de l’État en prenant pour objet un précédent historique : la crise de l’an Mil en Occident. En travaillant à partir d’archives, l’autrice met en relief les mécanismes de survie en société qui se sont développés suite à l’effondrement de l’Empire carolingien ; elle montre qu’en dépit de l’absence de cadres juridiques et institutionnels, la justice a continué d’être rendue grâce aux convenientiae, des conventions à l’initiative de l’Église et de l’aristocratie locale. À partir d’une enquête ethnographique menée dans une maison de santé pluriprofessionnelle dans l’Aisne, la contribution de la sociologue Christelle Fifaten Hounsou s’intéresse à l’adaptation des professionnels de santé en zones rurales, face aux conséquences de la modernisation du système de santé. De fait, l’autrice explique comment la dématérialisation des démarches administratives et l’illectronisme de certains patients conduisent à la « fabrique d’inégalités territoriales de santé non réductibles aux choix d’installation des professionnels médicaux » (p. 99).

6Les troisième et quatrième parties traitent des réactions juridiques en matière de finance et d’éthique animale face aux problématiques écologiques. La contribution de l’économiste Sandra Rigot interroge le rôle stratégique de la finance dans la lutte contre le changement climatique. En effet, l’autrice analyse sur la période 2015-2018 la publication d’informations des grandes sociétés françaises cotées en bourse (CAC 40) sur les risques financiers liés au dérèglement climatique. Caroline Regard, chercheuse en droit, s’interroge quant à elle sur l’attribution d’une personnalité juridique aux animaux, comme vecteur d’innovation pénale susceptible de favoriser un autre rapport au vivant. Selon l’autrice, cette modification du statut de l’animal peut être un rempart juridique efficace contre la perte de la biodiversité.

7Le risque sécuritaire est lui aussi envisagé dans l’ouvrage. Dans sa contribution, la politiste Myrtille Picaud s’intéresse au développement depuis les années 2010 d’un marché numérique de la sécurité urbaine en prenant pour objet les « safe cities » en France et la mise en place de dispositifs numériques de surveillance. L’autrice montre notamment que le recours à cette stratégie ne répond pas seulement à une logique sécuritaire, mais participe aussi à une « rationalisation de la gestion des espaces publics » (p. 153). Enfin, la contribution d’Anne Simon, chercheuse en droit, prend pour objet d’étude les conséquences pénales de l’hypothèse d’une disparition des peines. Ce travail s’inscrit dans un contexte de marginalisation de la peine comme catégorie juridique depuis les années 2000 au profit de mesures préventives — de sûreté ou d’état d’urgence. L’autrice montre que la peine matérialise la légalité criminelle, non seulement par son caractère afflictif, mais aussi par la prévisibilité de la répression.

8La cinquième et dernière partie de l’ouvrage étudie les perceptions et réactions face aux risques par le prisme de la psychologie comportementale et de la sociologie des controverses. Ainsi, la contribution de Coralie Chevallier, chercheuse en sciences cognitives, s’intéresse à l’influence des risques sur la cognition et les comportements de groupes sociaux à bas revenus. Elle émet l’hypothèse que « vivre dans un environnement risqué transforme les psychologies » (p. 201). L’autrice établit une corrélation entre la précarité durant l’enfance et les stratégies de vie des individus à l’âge adulte, en constatant chez ces derniers une confiance sociale plus faible et un investissement moindre dans leur santé. De là, l’influence de l’exposition aux risques sur les comportements, replacée dans le contexte de la crise de Covid-19, conduit l’autrice à affirmer que « pour atténuer les conséquences psychologiques de la pandémie […], la construction d’un environnement moins précaire, moins risqué et donc moins stressant est un enjeu majeur pour les années à venir » (p. 207).

  • 2 Boudia Soraya et Jas Nathalie, Gouverner un monde toxique, Versailles, Quae, 2019 ; compte rendu de (...)

9Pour finir, la contribution de l’historienne Judith Rainhorn prend pour objet l’incendie du 15 avril 2019 de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et la controverse qu’il a relancé sur le plomb, un matériau toxique pour la santé, encore utilisé dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. En inscrivant son propos dans la littérature en sciences sociales sur les modes de gouvernement de la toxicité chimique2, l’autrice explique que la présence du plomb en suspension lors de l’incendie de la cathédrale et le choix de reconstruire le toit et de la flèche avec le même matériau sont des questions qui ont été mises sous silence, malgré l’existence des savoirs scientifiques sur la dangerosité du plomb. De fait, le cas de Notre-Dame s’inscrit dans un « processus historiquement réitéré d’invisibilisation des toxiques dans l’espace public » (p. 227).

10La force de cet ouvrage collectif réside dans l’hétérogénéité des méthodologies employées, qui permet d’envisager de manière globale le problème de la réflexivité des sociétés face aux risques, depuis la description fine des pratiques survivalistes jusqu’aux modélisations des sciences cognitives et comportementales, en passant par l’analyse d’archives médiévales et des controverses sur les toxiques. En outre, contre l’évidence d’une « science pure », ces contributions démontrent la versatilité des pratiques scientifiques et les multiples contextes de leur production, de leur circulation et de leurs usages. Ainsi, ancrée dans une logique de diffusion à un large public de travaux académiques, la Fondation pour les sciences sociales, à travers cet ouvrage, conforte un postulat fondamental de la sociologie des sciences, à savoir l’intrication des sciences en société dans la production des énoncés scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Granjou Céline, Sociologie des changements environnementaux : futurs de la nature, Londres, ISTE éditions, 2016.

2 Boudia Soraya et Jas Nathalie, Gouverner un monde toxique, Versailles, Quae, 2019 ; compte rendu de Julien Pongerard pour Lectures : http://doi.org/10.4000/lectures.35475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lallier, « Claudia Senik (dir.), Sociétés en danger. Menaces et peurs, perceptions et réactions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 mars 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55100

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Lallier

Étudiant en sociologie des sciences, de la santé et de l’environnement à l’École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search