Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Antoine Guironnet, Au marché des ...

Antoine Guironnet, Au marché des métropoles. Enquête sur le pouvoir urbain de la finance

Stéphane Olivesi
Au marché des métropoles
Antoine Guironnet, Au marché des métropoles. Enquête sur le pouvoir urbain de la finance, Ronchin, Éditions Les Étaques, 2022, 208 p., ISBN : 978-2-490205-09-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier : Marine Duros, « L’édifice de la valeur. Pratiques de valorisation dans le sec (...)

1Les sciences sociales, la science politique en particulier, appréhendent souvent les problèmes de logement (mal logement, pénurie, déficit de l’offre, seuil d’acquisition…) sous l’angle des politiques publiques et du rôle de l’État, acteur déficient d’une introuvable régulation. De récents travaux mobilisant les apports de la sociologie économique ont permis de décentrer le regard1 pour mettre au jour l’emprise de la financiarisation sur l’évolution de ce secteur, sur ces récurrents « problèmes de logement » et, au-delà de ceux-ci, sur les formes contemporaines de ségrégation urbaine qui en résultent. C’est dans cette veine que s’inscrit le livre d’Antoine Guironnet qui nous guide au sein des coulisses de la marchandisation des métropoles, en particulier le « Grand Paris » et le « Grand Lyon ».

2Cette visite commence, dès l’introduction, par l’évocation du Mipim, marché international des professionnels de l’immobilier qui se déroule tous les ans à Cannes et réunit des milliers d’investisseurs et de professionnels du secteur. Outre ces acteurs, développeurs, aménageurs, élus s’y mêlent afin d’attirer la précieuse manne financière sur leur territoire. Les territoires locaux s’inscrivent ainsi dans une étrange mondialisation résultant de leur mise en concurrence et de leur financiarisation. L’investissement dans l’immobilier des cents plus gros investisseurs mondiaux correspondrait ainsi, d’après l’auteur, à deux fois le PIB de la France (p. 14). La financiarisation de ce secteur sous l’effet de la recherche de titres à risques limités induit quelques effets collatéraux : renforcement des logiques spéculatives d’investissement, accroissement des inégalités territoriales, neutralisation des politiques publiques (soumises ou démises), façonnement de la ville par les acteurs économiques…

3L’auteur esquisse une ethnographie de l’événement en explicitant l’importance des logiques d’accréditation, qui conditionnent la participation des acteurs au salon et au jeu économique dont il est le théâtre. Au fil de l’analyse du Mipim, on voit ainsi « le marché » à l’œuvre, en un double sens : littéral d’abord, puisqu’il s’agit d’une foire mettant en présence des acteurs qui interagissent ; économique ensuite, parce qu’une grande partie du jeu, conditionné précisément par l’accréditation, consiste à participer à la production de données (informations) et de représentations qui sont amenées à tenir un rôle essentiel dans l’évaluation de l’offre, dans la production de la confiance et dans l’investissement. Au fil de ces interactions marchandes se joue la construction symbolique de la valeur. Leur analyse souligne par conséquent l’importance croissante de la communication pour le capitalisme contemporain. À ce titre, l’ouvrage comble une lacune : l’ignorance dans laquelle l’événementiel, comme mode de coordination marchand et comme secteur d’activité, a été tenu.

4Cette immersion dans la financiarisation de l’immobilier doit également être saluée pour une autre raison : elle rompt avec les pieuses et véhémentes dénonciations du libéralisme pour mettre au jour les rouages sociaux et économiques du capitalisme. À cette fin, Antoine Guironnet s’appuie sur une enquête au long cours, basée d’abord sur la fréquentation du Mipim, mais aussi sur l’objectivation des différentes catégories de protagonistes qui y participent, au premier rang desquels l’organisateur Reed Midem (aujourd’hui, RX France).

5L’ouvrage, composé de huit chapitres, commence par une mise en perspective historique du Mipim au fil des transformations du secteur. Il se focalise ensuite (chapitres 3 à 6) sur la participation des métropoles et de leurs représentants à cet événement pour saisir la manière dont élus et aménageurs « courtisent » les investisseurs, anticipant leurs attentes… au risque de produire des métropoles pour investisseurs. Les deux derniers chapitres analysent en contrepoint les mobilisations et les luttes sociales basées sur la dénonciation de cette financiarisation de l’immobilier professionnel, d’abord, mais aussi indissociablement de l’immobilier destiné au logement, souvent considéré comme moins spéculatif mais plus sécurisé que le premier.

6Si l’internationalisation de l’immobilier passe par sa financiarisation, le marché étant d’abord celui des investissements qui portent sur des biens très peu délocalisables, cette évolution s’est caractérisée de trois façons : par d’importantes disparités selon les pays, tant sous l’angle des acteurs de l’investissement que sous celui des aménageurs (avec Londres comme modèle), puisque les participants couvrent entre 12 et 15 pays (dont le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne en particulier) ; par des soubresauts liés aux crises, notamment aux « bulles » découlant de la spéculation immobilière ; enfin, par la nécessité de proposer une image du Mipim de plus en plus « professionnelle », de plus en plus en adéquation avec les problématiques sociétales, éloignée par conséquent du strass et des paillettes. Dans ce cadre, le travail de Reed Midem ne se résume pas à celui d’un simple prestataire d’un service, au travers de l’organisation d’un salon. Il conduit à faciliter et à renforcer la convergence entre une offre financière sélective, cherchant le meilleur placement, et une demande de financement émanant d’acteurs publics ou parapublics ? censés œuvrer selon des finalités d’une tout autre nature.

7Deux indices permettent de mesurer l’importance du Mipim pour les acteurs publics. Le premier se rapporte à leurs propres déclarations consistant à marteler qu’ils ne peuvent pas ne pas y être, ce qu’affirment même des élus communistes ou écologistes, qui perçoivent le caractère dissonant de leur présence en un lieu de consommation ostentatoire de champagne et de petits fours. Plus significatif, le second indice se rapporte aux coûts d’une telle participation : 1,4 millions d’euros pour le seul Grand Paris en 2019. L’importance de l’événement pour les acteurs publics des territoires ne découle pourtant pas de la finalisation de deals, plutôt rares, mais de la construction de leur notoriété auprès des investisseurs-promoteurs. Il s’agit donc d’investissements de prestige permettant de voir et de se faire voir sur une scène marchande au sein de laquelle la tendance n’est pas à la limitation des coûts de communication. Sur ce point, l’ouvrage rejoint des constats établis par ailleurs, pointant les zones grises des rapports entre acteurs publics et acteurs privés, et les risques pour les premiers d’être emportés dans une spirale les éloignant de l’intérêt général.

8L’auteur éclaire ensuite la genèse de projets comme l’aménagement de Saint-Denis dans la perspective des Jeux Olympiques, ou celui du plateau de Saclay, toujours sous l’angle de la mobilisation d’investisseurs et de la manière dont se tissent des liens entre acteurs publics et privés. Le cas le plus emblématique est certainement celui du Grand Lyon dont l’ancien maire, Gérard Collomb, brilla au Mipim par la régularité de sa présence et son implication personnelle dans le portage de plusieurs projets (Part-Dieu, Confluence, Carré de soie). Ce genre de démarche suppose de rendre les projets d’aménagement de la ville « désirables » et, pour ce faire, de garantir une rentabilité significative aux futurs investisseurs qui, à ce titre, deviennent les véritables aménageurs de métropoles façonnées par le pouvoir de la finance.

9L’ouvrage se termine par deux chapitres en forme de contrepoint. Le chapitre 7 fait écho aux mobilisations contre le Mipim, portées par des associations comme le DAL ou ATTAC en France, et le RHN (Radical Housing Network) en Angleterre. Le « Mipisme » a en effet suscité une contestation tant pour ce qu’il est que pour ce qu’il représente. Médiatisée en Angleterre, cette contestation ne franchit guère le seuil de visibilité en France, malgré le fait que la présence au salon de certains acteurs publics soit épinglée par la Cour des Comptes et ses antennes. L’événement du Mipim se prête en effet à une mise en visibilité par les médias et ces derniers semblent enclins à s’en contenter sans trop chercher à relayer des critiques d’autant moins médiatisables qu’il leur est quelque peu difficile de faire contre-événement en une ville comme Cannes.

10Le dernier chapitre de l’ouvrage s’attache à analyser l’intégration croissante du logement dans le cadre du Mipim. Comment interpréter cette évolution ? Traduit-elle la nécessité de récupérer et de neutraliser préventivement la critique militante (par la présence d’anciens élus communistes comme Patrick Braouezec, qui fut longtemps maire de Saint-Denis ou, plus étrange, par celle du délégué général de la Fondation Abbé Pierre) ou la volonté d’investir (financièrement) un sous-secteur de l’immobilier porteur de promesses d’avenir ? Se dessine ainsi une étrange convergence qui fait de ce salon, véritable temple du capitalisme, un mausolée de l’habitat social. Non seulement l’immobilier résidentiel vient à occuper une place de plus en plus importante mais le phénomène s’accompagne d’une production de discours et de représentations visant à légitimer la financiarisation de tous les sous-secteurs de l’immobilier, y compris le logement social comme en témoigne la présence d’ONG ou de la directrice générale de l’agence ONU Habitat.

11Au fil de son enquête, essentiellement centrée sur le Mipim, le livre d’Antoine Guironnet pénètre la fabrique de la ville et restitue au pouvoir de la finance une figure concrète. Il montre à quel point la financiarisation de l’aménagement urbain a absorbé l’action des pouvoirs publics. Réduits au rang d’acteurs d’un jeu qui les dépasse, ces derniers sont conduits à courir après le capital comme pour mieux le servir, sans que citoyens, habitants et militants puissent avoir prise sur ce jeu de la spéculation immobilière, qui implique survalorisation et dépréciation de l’habitat.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier : Marine Duros, « L’édifice de la valeur. Pratiques de valorisation dans le secteur de l’immobilier financiarisé », Revue française de socio-économie, n° 23, 2019, p. 35-57 ; Ingrid Nappi-Choulet, Christian Cleret, « Quand l’immobilier d’entreprise devient stratégique », Le journal de l’école de Paris du management, n° 104, 2013, p. 29-36 ; Antoine Guironnet, Ludovic Halbert, « Produire la ville pour les marchés financiers », Espaces et sociétés, n° 174, 2018, p. 17-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Antoine Guironnet, Au marché des métropoles. Enquête sur le pouvoir urbain de la finance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55144

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search