Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Pierre Bourdieu, Retour sur la ré...

Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité

Igor Martinache
Retour sur la réflexivité
Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2022, 124 p., introd. Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron, EAN : 9782713229145.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007 [1895] ; notre compte rendu (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, EHE (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.
  • 4 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.
  • 5 Pierre Bourdieu, Science de la science et Réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001.

1Faire preuve de réflexivité : telle est sans doute l’une des injonctions les plus souvent adressées de nos jours aux sociologues, apprenti·e·s comme chevronné·e·s. Et peut-être que si Émile Durkheim devait réécrire aujourd’hui ses préconisations méthodologiques1, celle-ci figurerait en bonne place pour permettre d’envisager « les faits sociaux comme des choses ». Reste néanmoins à bien saisir ce que ce nécessaire retour sur soi implique concrètement pour le ou la chercheuse en sciences sociales. Et c’est là que les ennuis – ou les malentendus – commencent. Pierre Bourdieu, dont on commémore en ce moment le vingtième anniversaire de la disparition, s’est largement employé dans son travail à préciser justement ce que sous-tendait ce devoir de réflexivité qui incombe aux sociologues. Du Métier de sociologue2 à son esquisse d’auto-analyse3, en passant par les Méditations pascaliennes4 et évidemment Science de la science et réflexivité5, c’est en réalité l’ensemble de son œuvre qui est traversée par ce souci de tenir vraiment compte de sa propre position de sujet et de ce qu’elle fait à l’objet qu’il a construit et étudie. Pour autant, les quatre petits textes – pour trois d’entre eux inédits, du moins en français – que son fils Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron ont réunis dans ce petit volume permettent d’expliciter un peu mieux ce que le sociologue entendait clairement par là.

2Le premier texte est le support d’une intervention de Pierre Bourdieu, intitulée « Épistémologie et sociologie de la sociologie », lors d’un débat organisé en 1967 à la Sorbonne par le Centre national des jeunes scientifiques (CNJS) sur le thème « Les sciences humaines, pour quoi ? (formalisation et modèles) ». Le sociologue y décale d’emblée le questionnement épistémologique autour de la modélisation en sciences sociales pour poser celui des conditions sociales de la modélisation, et de la pratique sociologique en général. Autrement dit, il s’oppose à l’approche abstraite et surplombante, en un mot scolastique, alors dominante en épistémologie, pour inviter à tenir compte du champ scientifique et à ce que les prises de position qui en relèvent doivent à la position dans ce dernier de ceux qui les énoncent.

  • 6 Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France (1992-1993), Paris, Seuil, 20 (...)

3À cette brève contribution d’un « jeune » Bourdieu, à bien des égards programmatique d’une sociologie des sciences à laquelle l’auteur s’emploiera par la suite, les trois autres textes répondent près d’un quart de siècle plus tard, alors que Pierre Bourdieu est désormais consacré et a donc acquis une position centrale dans l’espace de la sociologie française. Dans « Réflexivité narcissique et réflexivité scientifique », publié en allemand dans un ouvrage collectif de 1993 et traduit pour l’occasion du présent volume, le sociologue s’attelle à bien distinguer la démarche réflexive qu’il promeut de la complaisance égotique qui en tient trop souvent lieu. Celle-ci se limite à assumer la subjectivité de la première personne du singulier et à parsemer vaguement ses analyses d’éléments auto-biographiques, alors qu’il s’agit avant tout pour Pierre Bourdieu d’objectiver sa position dans l’espace de sa discipline ainsi que les « “biais” inscrits dans la structure organisationnelle de cette dernière » (p. 46), autrement dit toutes les catégories et tous les impensés qui se sont sédimentés au cours de son histoire. Pierre Bourdieu n’hésite pas à qualifier cette approche d’« anti-narcissique » dans la mesure où elle « met en question la représentation charismatique qu’on souvent d’eux-mêmes les intellectuels, et aussi leur propension à se penser comme libres de toutes déterminations sociales » (p. 51). Point crucial, il ajoute qu’elle se décompose en trois moments : le premier consiste à « objectiver les conditions sociales de production du producteur », autrement dit les dispositions et intérêts qui tiennent à son origine sociale ou ses appartenances sexuelles ou « ethniques » notamment. Le deuxième consiste à objectiver la position du (ou de la) sociologue dans le champ scientifique, ce « microcosme, ce monde social autonome, à l’intérieur duquel des agents luttent pour des enjeux d’une espèce tout à fait particulière et obéissent à des intérêts qui peuvent être [parfaitement] désintéressés sous un autre rapport » (p. 53). Enfin le troisième consiste à prendre en compte le biais scolastique, cet « ethnocentrisme de savant », qui tient à la posture même de scientifique et consiste à « ignorer tout ce qui fait la différence entre la théorie et la pratique, et à projeter dans la description et dans l’analyse des pratiques la représentation que l’analyste peut en avoir parce qu’il est extérieur à l’objet et l’observe de loin et de haut » (p. 54). Un travers on ne peut plus fréquent que l’on retrouve notamment dans l’approche économique néoclassique dominante et son modèle anthropologique de l’Homo œconomicus, cet individu rationnel que Gary Becker, largement discuté par Bourdieu dans son cours au Collège de France6, a poussé à son paroxysme.

4Issu d’un exposé oral à moitié improvisé donné par Pierre Bourdieu en introduction de la seconde année de son séminaire consacré à l’histoire sociale des sciences sociales à l’EHESS en 1997, le troisième texte vient préciser et donner de la chair à cette exigence réflexive alors qu’il entend ouvrir la discussion entre chercheurs novices, en début de thèse, et chercheurs confirmés, qu’il ambitionne de transformer en « grande équipe de travail ». Il rappelle ainsi que le choix même de l’objet de recherche constitue un objet privilégié de cette réflexivité sociologique avant de revenir, en les illustrant, sur les trois moments précédemment énoncés. Il insiste également sur la difficulté de cette exigence et clarifie son propos à partir de quelques questions émanant de l’auditoire, tout en montrant que certaines questions restent ouvertes, impliquant elles-mêmes un haut degré de réflexivité : « Est-ce que je ne suis pas en danger, bien que je m’en défende, de me servir de l’histoire sociale des sciences sociales pour défendre des positions menacées ou pour imposer une forme d’hégémonie absolue, pour être une sorte de penseur absolu qui a pensé même le monde dans lequel il se trouve ? » (p. 94). À cette interrogation, il répond lui-même d’un énigmatique : « C’est possible », avant de résumer la posture qu’il promeut : « Nous sommes des habitus qui sommes en grande partie produits par un champ et contrôlés par un champ » (p. 95-96) et d’inviter les participant·e·s du séminaire à ne surtout pas rester dans une position passive et révérencieuse à l’égard de ce qui s’y dit.

  • 7 Voir notamment Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Mars (...)

5Le dernier texte enfin, « La cause des sciences. Comment l’histoire sociale des sciences peut servir le progrès de la science », a déjà été publié 1995 dans les Actes de la recherche en sciences sociales, en tant qu’introduction à un double numéro consacré lui aussi à l’histoire sociale des sciences. Pierre Bourdieu y défend tout l’intérêt pour les sciences sociales de pouvoir reconstituer leur propre genèse et ainsi de déconstruire la doxa qui s’y est constituée à travers la cristallisation de certaines routines de pensée et d’action. Il rappelle que si, comme tout champ, la science est un monde social comme les autres, c’est aussi un microcosme à part, doté de formes particulières. Celui des sciences sociales se distingue cependant de ceux des autres sciences en ce que, de par son objet même, il entre en concurrence directe avec d’autres champs, politique, journalistique ou même religieux notamment, prétendant également rendre compte du monde social. Et de ce fait, il est, à l’instar du champ littéraire, traversé par deux principes de hiérarchisation distincts, le « pur » et le « commercial », qui structurent les conflits entourant ces disciplines. Pour tenter d’abstraire les rapports de force scientifique d’autres types de rapports de force sociaux, le sociologue préconise le développement de ce qu’il appelle une Realpolitik scientifique, qui a pour objet de « renforcer tous les mécanismes qui contribuent à unifier le champ scientifique mondial » (p. 123), favorisant les circulations et le comparatisme afin de contrecarrer les impérialismes théoriques, méthodologiques ou linguistiques, comme les replis sur des traditions national(ist)es. Ce projet rationaliste et internationaliste, Pierre Bourdieu s’est employé à le développer concrètement, à travers ses engagements publics et éditoriaux – notamment avec le lancement de la revue Liber et la création des éditions Raisons d’agir7. Force est de constater qu’il reste cependant encore beaucoup à faire pour le réaliser pleinement, alors même qu’il n’a jamais paru aussi urgent.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007 [1895] ; notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.558.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, EHESS, 2021 [1968] ; compte rendu de Gaspard Sénéchal pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.48814.

3 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

4 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

5 Pierre Bourdieu, Science de la science et Réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001.

6 Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France (1992-1993), Paris, Seuil, 2017 ; compte rendu de Nathanaël Colin-Jaeger pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.24200.

7 Voir notamment Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Marseille, Agone, 2022 [2002] ; notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.54955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 mars 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55243

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Maître de conférences à l’Université de Paris-Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search