Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Benoît Pelopidas, Repenser les ch...

Benoît Pelopidas, Repenser les choix nucléaires

Ali Choukroun
Repenser les choix nucléaires
Benoît Pélopidas, Repenser les choix nucléaires. La séduction de l'impossible, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2022, 306 p., préf. David Holloway, ISBN : 978-2-7246-2740-4.
Haut de page

Texte intégral

1Repenser les choix nucléaires invite à reconsidérer les préférences en matière de politique de de défense. L’ouvrage est construit en deux temps. Dans le premier il décortique ce qu’il appelle le « paradigme de la prolifération nucléaire » (p. 34) hégémonique et défendu par une « communauté épistémique » (p. 36) constituée de militaires, d’officiels et de chercheurs. Dans le second, il propose l’ouverture du débat à des alternatives, dont celle du « renoncement » (p. 42). Inscrit dans la sociologie de l’expertise et d’inspiration arendtienne, l’ouvrage cherche à montrer que le nucléaire est une question politique dépolitisée par un discours semi-technique et qu’elle peut ainsi faire l’objet de choix.

2Dans le premier chapitre, l’auteur s’applique à caractériser deux postulats du paradigme de la prolifération. Il est d’abord « téléologique » (p. 57) : le développement des armes nucléaires serait linéaire. Il prendrait deux formes : une prolifération horizontale – augmentation du nombre de détenteurs de l’arme – et une prolifération verticale – perfectionnement des stocks existants. En outre il existerait « a priori [un] désir d’armes nucléaires » (p. 38) chez l’ensemble des acteurs du système international. Benoît Pelopidas interroge l’hégémonie de ce paradigme. Envisager un renoncement aux armes nucléaires a toujours été considéré comme une option irréaliste par la communauté épistémique qui défend le paradigme de la prolifération. Pourtant, l’ouvrage s’attache à montrer que « de nombreux États ont effectivement renoncé à l’arme nucléaire » (p. 50). La littérature sur laquelle s’appuient les défenseurs du paradigme de la prolifération a en revanche dégagé des « conditions nécessaires » (p. 52) à un éventuel renoncement, qui seront respectivement analysées dans les chapitres suivants : le déterminisme capacitaire ; le déclenchement d’un choc ; une garantie de sécurité.

  • 1 Les auteurs de ces assassinats sont inconnus.
  • 2 Le virus informatique Stuxnet serait né d’une collaboration entre la National Security Agency et le (...)
  • 3 Chine, États-Unis, France, Russie, Royaume-Uni.
  • 4 Jacques Hymans, The Psychology of Nuclear Proliferation : Identity, Emotions and Foreign Policy, Ca (...)

3Le deuxième chapitre traite du déterminisme capacitaire, selon lequel « si l’on ne s’intéresse pas à “l’arme absolue”, issue de la technologie la plus avancée, c’est que l’on n’a pas les moyens de la posséder » (p. 59). Cette idée implique un sens de l’histoire des technologies, qui s’imposerait au politique et lui ôterait donc sa faculté de choix. La prolifération horizontale étant considérée comme inéluctable, trois extensions du domaine du contrôle sur les armements par les institutions internationale peuvent être identifiés: le déni d’accès ; la globalisation des ressources ; les sanctions. Le déni d’accès correspond à des stratégies d’entrave au développement : l’Iran en est un cas paradigmatique, illustré par les « assassinats ciblés » (p. 69) de scientifiques liés au programme nucléaire1 au début des années 2010 et par l’attaque via le virus Stuxnet en 20102. L’internationalisation des ressources est un éclatement de la chaîne de production nucléaire entre différents pays. Elle s’est notamment traduite par la signature d’accords internationaux et la construction d’une banque de combustible en 2017 à Almaty. Derrière ces solutions politiques fondées sur une compréhension déterministe de l’histoire, les P53 ont souvent aidé les États non dotés à obtenir la bombe et ce malgré la signature du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 1968. Mais selon l’auteur, le déterminisme capacitaire reste à nuancer. Benoît Pelopidas relève par exemple la tradition « des militaires de hauts rangs [opposés au nucléaire] des États dotés » (p. 85). Enfin, pour appuyer son propos, l’auteur présente une infographie issue du travail – souvent cité – de Jacques Hymans4. Elle croise la courbe des États dotés (8 en 2000) avec celle des États technologiquement aptes (45 en 2000).

4Une autre « condition nécessaire » au renoncement à l’arme nucléaire est abordée au chapitre 3 : le choc. Ce terme est défini à partir de la « nécessité » (au sens de fatalité) et de la « fécondité » (au sens de l’efficacité du choc à créer le renoncement). Seule une catastrophe pourrait conduire un État à renoncer à ses stocks d’armements. Trois types de chocs sont retenus par la littérature : la mort du leader ; les frappes préventives ; le renoncement en référence à une politique de non-prolifération passée. L’auteur oppose à cette idée les tensions qui ont opposé l’Irak aux États-Unis entre 1991 et 2003.  D’après la littérature, le programme nucléaire irakien n’avait pas de chance d’aboutir « en raison des méthodes de micro-management de Saddam Hussein qui empêchaient les scientifiques de mener à bien » (p. 113). Mais malgré la série de frappes subies par le régime (1981, 1991, 1993, 1998, 2003) ses intentions seraient restées les mêmes. Ce sont surtout des inspections réalisées à partir de la fin de l’année 1991 et une résolution du Conseil de Sécurité qui ont conduit au démantèlement effectif de l’arsenal nucléaire irakien. Le prisme de lecture catastrophiste empêche ainsi souvent de saisir des raisons sous-jacentes du renoncement.

  • 5 Les États-Unis garantissaient officiellement la sécurité d’environ 30 États en 2018.

5Le quatrième chapitre aborde une dernière condition : la garantie nucléaire de sécurité, ou alternative nucléaire. Elle est définie comme « un dispositif dissuasif national ou un accord de dissuasion étendue » (p. 127). Dans ce cadre, on distingue trois acteurs : le protecteur, le protégé et l’agresseur potentiel. Benoît Pelopidas identifie les usages politiques de l’alternative. Elle permet d’abord au protecteur de justifier le maintien de son arsenal. Elle justifie aussi sa taille à la mesure du nombre de pays derrière le bouclier. Benoît Pelopidas considère cependant que la « garantie » n’est pas une condition nécessaire au renoncement. En effet la grande majorité des États n’ont jamais émis un désir d’arme nucléaire tandis que des réticences à assurer leur protection leur ont souvent été opposées5. En outre certains États ont entamé les démarches pour obtenir la bombe avant d’y renoncer sans pour autant être protégé. Par exemple, le cas ukrainien serait « particulièrement pertinent pour mettre à l’épreuve l’alternative nucléaire » (p. 145) : en plus de bénéficier du plus important pan de l’arsenal post-soviétique (15%), ses relations sont conflictuelles avec la Russie dès les années 1990 et ses dirigeants ont demandé officiellement une garantie en échange du renoncement. Mais entre l’indépendance (juillet 1990) et l’adhésion de l’Ukraine au Traité de non-prolifération comme État non doté (16 novembre 1994) dirigeants ukrainiens auront initié un démantèlement avant de revenir sur leur décision pour demander quelques semaines plus tard une garantie de sécurité. Celle-ci est donnée à la fois par les États-Unis et la Russie dans le cadre du Trilateral Statement de janvier 1994. Cet accord était cependant fragile. Il ne se différenciait pas des garanties accordées aux États membres du TNP. Le démantèlement ukrainien est finalisé en 1996 et l’ensemble des matières fissiles sont restituées en 2012 à la Russie. Mais pour Benoît Pelopidas la garantie, invraisemblable, n’a pas été déterminante dans ce renoncement : Kiev a en réalité toujours envisagé sa défense sur un mode non nucléaire.

  • 6 Elle est définie comme le fait de disposer des matières fissiles nécessaires afin de pouvoir dévelo (...)
  • 7 Pelopidas offre à la question de la chance une Annexe : « L’envers du contrôle : le rôle de la chan (...)

6Le chapitre 5 s’intéresse aux options imaginables pour un renoncement à l’arme nucléaire, entendu comme « l’ensemble des stratégies qui aboutissent à ce que l’acteur concerné ne dispose pas sur son sol de systèmes d’armes susceptibles de produire une explosion atomique » (p. 165). L’auteur dégage cinq pistes pour le renoncement, dont la première seulement concerne les États dotés : le désarmement nucléaire complet ; l’absence d’intérêt pour l’arme nucléaire durant l’histoire du pays considéré ; la bifurcation par rapport à des décisions antérieures ; l’arrêt de l’accueil d’armes nucléaires sur son sol ; la stratégie du seuil6. De ce point de vue, le renoncement ouvre un espace politique : 73% des États membres des Nations-Unies ont renoncé par absence d’intérêt manifeste, tandis que sur les quarante qui ont développé une activité nucléaire sur leur sol, trente ont in fine abandonné ce projet. Au chapitre suivant l’auteur revient sur la question de la vulnérabilité : penser qu’une guerre nucléaire serait aujourd’hui impossible reviendrait à oublier « la vulnérabilité matérielle à laquelle sont confrontées nos sociétés et qui a été perdue de vue par la science politique francophone de ces trente dernières années au moins » (p. 182). En complément de la notion de vulnérabilité matérielle, il propose celle de « vulnérabilité épistémique » qui désigne une « tentation de confiance excessive » (p. 183). Benoît Pelopidas relève par ailleurs un ensemble de critiques communément opposées au mythe salvateur de la dissuasion pendant la guerre froide. Par exemple, un certain nombre des initiatives militaires (entre puissances dotées ou non) qui ont eu lieu sur cette période n’ont pas conduit à l’escalade nucléaire attendue. Il aborde enfin la question de la « chance » (p. 209). Elle est paradoxalement aujourd’hui reconnue par des responsables comme ayant joué un rôle majeur dans l’évitement de catastrophes nucléaires7, ce qui renforce la thèse de la croyance indue et excessive dans la stabilité des arsenaux.

7Dans le dernier chapitre, Benoît Pelopidas interroge les arguments d’autorité brandis par ceux qu’il qualifie d’experts para-institutionnels (des chercheurs qui reproduisent le discours officiel sur le nucléaire) sur l’impossibilité du renoncement. Du point de vue la posture arendtienne de l’auteur, ces artifices rhétoriques sont une « pure imposture puisqu’elle aspire à la réduction du politique aux techniques en niant l’accident et l’évènement » (p. 219). Le jugement sur l’avenir serait un jugement politique qui se nie car il refuse de voir le présent, tel qu’il était défini par Arendt : « un point d’inflexion toujours possible du cours de l’histoire, une brèche entre le passé et le futur, le lieu où la responsabilité politico-historique s’exerce » (p. 221). Enfin il remet en cause un dernier présupposé : l’idée qu’il y’aurait « un consensus français sur la politique nucléaire » (p. 226). Celui-ci est tiré des enquêtes d’opinions officielles. Critiquant leur méthodologie et la formulation des questions, il livre les résultats de sa propre enquête qui a offert la possibilité aux répondants d’indiquer « Je n’en sais pas assez sur le sujet », et montré ainsi que c’est « l’illégitimité » (p. 233) prédomine dans l’opinion publique.

8Riche de matériaux, original par sa méthodologie contrefactuelle et souvent sagace dans son raisonnement, le livre de Benoît Pelopidas est d’autant plus salutaire et actuel à l’heure de la guerre russo-ukrainienne. Il offre à son lecteur la possibilité d’une prise de recul réfléchie et documentée sur les enjeux proprement politiques des choix nucléaires et plus largement militaires.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs de ces assassinats sont inconnus.

2 Le virus informatique Stuxnet serait né d’une collaboration entre la National Security Agency et les services secrets israéliens.

3 Chine, États-Unis, France, Russie, Royaume-Uni.

4 Jacques Hymans, The Psychology of Nuclear Proliferation : Identity, Emotions and Foreign Policy, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

5 Les États-Unis garantissaient officiellement la sécurité d’environ 30 États en 2018.

6 Elle est définie comme le fait de disposer des matières fissiles nécessaires afin de pouvoir développer dans un court délai des capacités.

7 Pelopidas offre à la question de la chance une Annexe : « L’envers du contrôle : le rôle de la chance dans l’évitement des explosions nucléaires non désirées ». Il y définit le concept de chance, en réalise une typologie et inventorie les cas où elle a empêché la survenue d’une catastrophe nucléaire. Il consacrera prochainement un travail à part entière sur cet aspect.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Choukroun, « Benoît Pelopidas, Repenser les choix nucléaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 mars 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55258

Haut de page

Rédacteur

Ali Choukroun

Doctorant en science politique à l’université de Lyon, IEP de Lyon, sur le thème de la gouvernance de l’innovation biomédicale au prisme des essais cliniques.28/03/2022

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search