Navigation – Plan du site

Federico Lorenc Valcarce, La sécurité privée en Argentine. Entre surveillance et marché

Candice Martinez
La sécurité privée en Argentine
Federico Lorenc Valcarce, La sécurité privée en Argentine. Entre surveillance et marché, Karthala, 2011, EAN : 9782811104634.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu de la thèse soutenue par l'auteur, Federico Lorenc Valcarce, à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne en 2007. L'auteur présente une analyse originale d'un phénomène relativement récent et encore peu étudié en Argentine : l'émergence et le développement de la « sécurité privée ». Federico Lorenc Valcarce souligne, dans son introduction, que la sécurité privée est « la plus récente et probablement la plus répandue des formes institutionnalisées du contrôle social ». Pourtant, celui-ci propose une analyse de l'essor de la sécurité privée non pas, ou pas seulement, en tant que forme du contrôle social mais en tant que marché. En effet, la sécurité privée est un rapport marchand qui met en relation des entrepreneurs et des clients autour d'un bien particulier : la surveillance et la protection des biens et des personnes dans des espaces privés. Dès lors, l'auteur s'attache à décrire la construction sociale des marchés de la sécurité privée à partir des acteurs qui participent à ce processus et préfère parler de sécurité « marchande » plutôt que de sécurité « privée » . Ce choix est central pour sa démonstration qui vise à montrer que la marchandisation de la sécurité ne doit pas être analysée comme une remise en cause du monopole étatique de la violence légitime. D'une part, la sécurité « marchande » ne vient pas se substituer à la sécurité « publique », compétence de l'État. D'autre part, les relations entre « sécurité marchande » et « sécurité publique », entre acteurs du marché et acteurs étatiques, sont complexes.   

2Le processus de marchandisation de la sécurité en Argentine est abordé à partir de la sociologie économique, mais cette analyse s'intègre dans une sociologie générale et mobilise d'autres disciplines et outils. La dimension comparative est également présente. Du point de vue méthodologique, l'auteur a eu recours à différentes sources: des entretiens auprès d'acteurs sociaux (dirigeants, salariés et clients d'entreprises de sécurité privée, ainsi que des acteurs étatiques), des observations, différents types de documents produits par les entreprises de sécurité privée, les textes de lois et les débats parlementaires autour de la régulation de ce secteur et, enfin, un échantillon d'articles de presse.

3L'ouvrage est organisé en trois grandes parties. La première partie revient sur la constitution d'une industrie de la sécurité privée. L'auteur commence par retracer l'histoire sociale de cette industrie, laquelle se structure dans les années 1960 puis se développe et s'unifie à partir des années 1990. Il analyse les caractéristiques sociales et professionnelles des acteurs clefs de cette histoire. D'un côté, les dirigeants d'entreprises de sécurité, majoritairement d'anciens militaires et policiers qui créent des entreprises ou des coopératives de sécurité privée et forment ainsi un « patronat » aux caractéristiques relativement homogènes. De l'autre côté, les personnes qui travaillent pour ces entreprises et qui constituent un « prolétariat de la surveillance » dont le nombre croît fortement à partir des années 1990. Contrairement à une idée répandue en Argentine, la plupart ne sont pas d'anciens policiers mais des hommes issus des couches populaires qui trouvent dans ce secteur en expansion un moyen d'accéder à un travail dans un contexte économique par ailleurs défavorable. L'auteur s'attache à décrire les « services » proposés par les entreprises de sécurité privée et le contenu du métier d'agent de surveillance, ce qui lui permet de discuter certaines idées reçues concernant cette profession stigmatisée. Plus particulièrement, il montre que les agents de surveillance remplissent des fonctions distinctes de celles des policiers.

4Dans la deuxième partie, la sécurité privée est appréhendée en tant que rapport marchand qui met en relation des entrepreneurs et des clients. L'auteur commence par montrer comment les entrepreneurs actualisent et mobilisent deux types de capitaux – leur capital social et leur capital symbolique – pour gagner des parts de marché. Il décrit les luttes concurrentielles et les différents modes de coopération ou de sous-traitance entre entreprises de sécurité privée, ainsi que les stratégies pour attirer ou conserver des clients. Ensuite, il s'intéresse aux consommateurs des services de sécurité marchande: les organisations – parmi lesquelles on trouve de nombreuses administrations de l'Etat et des collectivités territoriales – en sont le client principal tandis que les « particuliers » (les individus et des familles) représentent une part minoritaire du marché. Néanmoins, la part des ménages augmente depuis les années 1990 en lien avec deux grandes transformations sociales: une transformation des manières d'habiter dans les villes, avec l'apparition de nouveaux types de logements, et la montée du sentiment d'insécurité.

5Dans la troisième partie, Federico Lorenc Valcarce revient sur les conditions dans lesquelles les marchés de la sécurité privée se sont développés : ceux-ci sont « encastrés » dans des cadres sociaux, économiques, politiques et culturels plus généraux. Tout d'abord, la marchandisation de la sécurité est intimement liée, d'une part, aux transformations du système capitaliste et aux caractéristiques particulières que celui-ci adopte en Argentine ainsi qu'à la libéralisation de l'économie dans les années 1990. D'autre part, ce processus est lié aux transformations de la société, plus particulièrement dans la sociabilité et l'habitat urbain. Ensuite, les représentations, les pratiques et les normes légales autour de l'insécurité contribuent à construire et légitimer la sécurité comme bien marchand. Ces développement l'amènent à se demander si le développement de la sécurité privée peut-être analysé comme une expression de la « crise de l'État » et de son incapacité à faire face à l'augmentation de la délinquance. En effet, selon cette analyse très répandue, le développement de la sécurité privée viendrait remettre en question le monopole étatique de la violence légitime et les agents de sécurité privée se substitueraient aux agents de police publique. Contre cette thèse, l'auteur montre que les dépenses publiques dans le domaine de la sécurité augmentent parallèlement à l'essor de la sécurité privée tandis que les agents de sécurité privée ne remplissent pas les mêmes fonctions que les policiers. La marchandisation de la sécurité ne doit pas être analysée comme l'effet d'un abandon, par l'État, de son rôle en matière de maintien de l'ordre et de protection des individus, d'autant que les acteurs étatiques ont joué un rôle actif dans ce processus. Tout d'abord, l'auteur rappelle que la majorité des entreprises ont été créées par d'anciens militaires ou policiers, c'est à dire des fonctionnaires étatiques. Ensuite, il existe de multiples formes de coopération entre policiers et agents de surveillance sur le terrain. Enfin, l'État est intervenu, notamment depuis les années 2000, pour réguler ce secteur d'activité en légiférant.

6A l'issue de cette démonstration en trois parties, l'auteur conclut que les marchés de la sécurité privée ne se sont pas constitués contre l'État mais « sous son aile protectrice » (p. 433). Le détour par la sociologie économique lui permet de montrer, à partir de l'objet « sécurité privée », la complexité des relations entre l'État et le marché, lesquels constituent deux espaces interdépendants plutôt que séparés. On pourra regretter que l'auteur ne souligne pas suffisamment la spécificité des marchés de la sécurité privée en Argentine vis à vis d'autres pays. En effet, dans son introduction, l'auteur annonce que « le cas de l'Argentine [est] très intéressant à étudier parce que la sécurité privée y est très visible au niveau social et politique ». Cependant, par la suite, l'accent est mis sur les points communs avec les pays européens et latino-américains plutôt que sur ce qui distingue l'Argentine de ces pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Candice Martinez, « Federico Lorenc Valcarce, La sécurité privée en Argentine. Entre surveillance et marché », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5527

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page