Navigation – Plan du site

L'« évidence » du discours néolibéral. Une réponse à Clément Gérôme

Thierry Guilbert
L'« évidence » du discours néolibéral
Thierry Guilbert, L'« évidence » du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2011, 133 p., EAN : 9782914968898.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Je remercie Clément Gérôme pour sa lecture minutieuse et bienveillante de mon ouvrage, le compte-rendu qu’il en donne est très précis et fidèle. Cette réponse a uniquement pour objet de rétablir deux éléments et de préciser mes objectifs.

2Tout d’abord, je voudrais lever un risque de confusion présent dans le quatrième paragraphe relatif à la double dissimulation : dans le chapitre qui y est consacré, je trace une distinction nette entre discours idéologiques et discours propagandistes ; les premiers ayant pour trait principal cette  évidence apparente, contrairement aux seconds qui se montrent tels qu’ils sont. Se présentant comme évident alors qu’il est fortement orienté, le discours néolibéral est un discours idéologique. L’objectif de l’ouvrage est donc de déconstruire l’aspect évident du DNL pour qu’il apparaisse au lecteur comme propagandiste.

3Le second élément de réponse et de rectification a trait à l’objectif de l’ouvrage rapidement rappelé ci-dessus. Il ne s’agit ni d’un traité de philosophie politique, ni d’un ouvrage de sociologie des médias, mais d’un ouvrage, volontairement limité (133 pages), qui vise à montrer l’importance du discours dans la constitution des opinions collectivement partagées : c’est pourquoi il ne s’attarde ni sur les fondements idéologiques du néolibéralisme (bien que ce sujet soit abordé assez longuement dans l’introduction, p. 12-23), ni sur le fonctionnement des médias (voir « Les trois pôles “démocratiques” », p. 9-12). Il est donc tout naturel qu’il apparaisse comme un « catalogue » ou, plutôt, comme une boîte à outils (discursifs) dont on perçoit, je l’espère, la cohérence à la lecture de la conclusion : tous ces procédés discursifs visent à établir l’idéologie néolibérale comme étant la prise en compte de la « réalité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Guilbert, « L'« évidence » du discours néolibéral. Une réponse à Clément Gérôme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5529

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page