Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Andreas Reckwitz, La Société des ...

Andreas Reckwitz, La Société des singularités

Aurianne Stroude
La société des singularités
Andreas Reckwitz, La société des singularités. Une transformation structurelle de la modernité, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2021, 446 p., ISBN : 9782735126552.
Haut de page

Texte intégral

1Être soi, authentique, exceptionnel, avoir un travail et un quotidien épanouissants, qui correspondent à nos valeurs personnelles, consommer des objets de qualité adaptés à nos besoins et envies, etc. : les sociétés occidentales modernes valorisent aujourd’hui la singularité, plus que la standardisation et le conformisme. La récente traduction de l’ouvrage de Andreas Reckwitz en français – la version originale a été publiée en allemand en 2017 – offre aux lecteur/trice·s francophones la possibilité de découvrir cette analyse originale et étayée des transformations de la modernité tardive des sociétés occidentales.

2Selon l’auteur, la modernité s’est construite depuis ses débuts à travers l’agencement de deux dimensions apparemment contraires. La première consiste en une rationalisation du monde social qui se met en œuvre à travers une standardisation, une formalisation et une généralisation du savoir, des techniques ainsi que des règles et normes sociales. La seconde dimension correspond à la fabrication du particulier et du singulier dans différents domaines, dont la culture, qui apparaît à Andreas Reckwitz comme le lieu par excellence des singularités. Il constate que, depuis la fin des années 1970, la logique des singularités qui était moins prégnante auparavant se développe constamment. La rationalisation et la standardisation demeurent centrales, mais seraient passées à l’arrière-plan pour devenir un support à la fabrication des particularités.

  • 1 Le rôle des émotions dans les pratiques sociales a déjà été développé auparavant par Andreas Reckwi (...)

3Cette logique sociale de la singularité met l’accent sur l’intensité affective et l’attribution de valeur. Cela implique que, dans différents domaines, tels que la consommation, le travail et la technologie, les émotions jouent un rôle central1. On cherche à être ému, touché, fasciné ou parfois dérangé, horrifié, dégoûté. Cette importance donnée à l’intensité affective va de pair avec la valeur que l’on attribue aux objets, aux personnes, aux lieux, aux temporalités, aux évènements et aux collectifs. Andreas Reckwitz nomme ce processus d’attribution de valeur Valorisierung, traduit par le terme valoration en français, afin d’appuyer le fait qu’il ne s’agit pas d’une valorisation marchande traditionnelle. Comme le montre l’auteur, la valoration ne se fait plus sur des critères objectifs (le temps de travail nécessaire, la pénibilité de la tâche ou l’utilité pratique) mais sur des critères culturels tels que les qualités esthétiques, éthiques, identitaires ou émotionnelles.

  • 2 Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

4Faisant en partie écho aux travaux de Luc Boltanski et Eve Chiapello2, Andreas Reckwitz montre notamment comment le modèle du travailleur créatif, talentueux et flexible s’est imposé dans toutes sortes de domaines, et comment la performance (au sens performatif) est devenue centrale dans la sphère professionnelle. L’embauche et la différenciation des travailleur/euse·s ne se font plus sur la base de qualifications formelles, mais sur les particularités, la singularité ou le succès, autrement dit sur la valoration positive de la performance. Cette singularisation du monde du travail se traduit par toutes sortes de phénomènes – travail immatériel, spécialisation, flexibilisation, effacement des frontières du travail – qui participent de fait à une polarisation structurelle entre des gagnant·e·s et des perdant·e·s.

  • 3 Cet exemple montre bien l’idée d’Andreas Reckwitz selon laquelle la rationalisation et la standardi (...)
  • 4 Rappelons ici qu’Andreas Reckwitz est professeur de sociologie de la culture et qu’il a donc une dé (...)

5Rappelant que les « formes de technique et de technologie dont dispose une société ont une influence considérable sur les manières d’agir, de sentir, de produire, de diriger, de communiquer, d’imaginer » (p. 201), l’auteur propose également une analyse fine des transformations liées à la numérisation croissante des échanges. Cette « machine culturelle » serait un moteur de la fabrication des singularités, imposant aux sujets comme aux collectifs d’exister comme singuliers. À travers des rubriques prédéfinies, chacun·e définit son « profil » qui se doit d’être authentique, visible et singulier3. Le numérique impose également une ubiquité des objets et des formats culturels. Nous ne serions pas dans une société de l’information, qui diffuserait des contenus objectifs et intellectuels, mais dans une société de l’hyperculture, qui propage partout et à tous moments des contenus culturels4 et affectifs. Les images postées sur Instagram, par exemple, ne sont pas de l’information mais une manière de mettre en scène et de renouveler en permanence ce qui est vu comme désirable, enviable, émouvant ou beau.

6Cette transformation structurelle de l’économie, du monde du travail et du numérique pour faire la place aux singularités implique, et c’est là un des éléments saillants de cet ouvrage, une transformation des styles de vie des individus. De façon très convaincante, Andreas Reckwitz montre que les processus de singularisation n’annoncent pas la fin des classes sociales, mais instaurent au contraire une nouvelle société de classe, à partir de critères avant tout culturels. Il présente ainsi une nouvelle classe moyenne, en recherche de réalisation de soi et d’authenticité, d’esthétisation et d’éthicisation du quotidien, cosmopolite et en quête de qualité de vie, comme la figure de proue de ces pratiques de singularisation. Ce style de vie est chargé de valeurs et celles et ceux qui le cultivent sont aussi valorisé·e·s, ce qui implique que celles et ceux qui ne peuvent y accéder sont dévalorisé·e·s et que cette polarisation ne cesse de grandir. Pour les perdant·e·s de cette culturalisation du style de vie, le travail, qui auparavant pouvait être vu comme un lieu de valorisation s’il/elle·s « travaillaient dur », a perdu cette fonction et beaucoup de personnes sont réduites à survivre dans des emplois qu’elles méprisent souvent et qui ont été dévalués culturellement et économiquement.

7Ces transformations se traduisent également par une polarisation politique alimentée par ce courant de singularisation. Dans le camp dominant, les tenants du libéralisme prônent l’ouverture absolue et la diversité culturelle. Dans l’autre camp, on observe, dans de nombreuses régions du monde, une tendance à l’essentialisme et au communautarisme culturel. Sous des formes diverses, que l’on peut qualifier de fondamentalismes, de nationalismes ou de populismes, certaines communautés s’appuient ainsi sur ce qu’il y a de singulier dans leur culture (religieuse, ethnique ou nationale) pour affirmer leur identité politique.

8À travers ce tableau de la transformation des sociétés occidentales contemporaines, Andreas Reckwitz nous offre une analyse fine de l’histoire en train de se faire. En mettant au centre de sa réflexion la culture au sens large, il n’évacue pas les dimensions économiques ou politiques, mais les inclut, en montrant de quelle façon elles sont traversées par cette quête de singularités et comment elles l’alimentent également. Reprenant constamment et affinant dans chacune des parties l’idée que les singularités sont produites par l’intensité affective et l’attribution de valeur, il tisse un diagnostic cohérent et systématique des transformations sociales actuelles.

9Andreas Reckwitz démontre que la valoration est un processus continuel, alimenté par une lutte pour la visibilité et l’attention, qui par définition ne peut exister que si la valeur attribuée à d’autres (biens, pratiques, personnes, etc.) est diminuée. On assisterait donc à une culturalisation des inégalités et une polarisation sociale croissante. Celles-ci nous amènent, et c’est là sa conclusion, à une crise du général se manifestant dans trois crises : crise de la reconnaissance, crise de la réalisation de soi et crise du politique. Toutes trois témoignent d’un épuisement, non pas de la rationalité formelle, sur laquelle s’appuie la logique du particulier, mais de ce que l’auteur nomme « le partagé commun d’ordre social, culturel et politique » (p. 398). Bien que ce partagé commun ait toujours été soumis à controverse, l’enchevêtrement actuel des crises montre à quel point il est structurellement et fondamentalement mis à mal par la logique des singularités.

  • 5 Martucelli Danilo, La Société singulariste, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 201 (...)

10Pour les lecteur/trice·s francophones, une partie des idées développées dans ce livre peuvent faire écho aux apports de Danilo Martuccelli qui, en 2010 déjà, proposait sa propre analyse de La Société singulariste5. C’est apparemment sans connaître cet apport qu’Andreas Reckwitz a développé sa propre lecture du phénomène de singularisation de la société. Loin d’être identiques ou contradictoires, ces regards méritent au contraire d’être vus comme complémentaires. Danilo Martuccelli proposait une lecture du singularisme dans laquelle l’unité première était l’individu et montrait l’incidence de cette singularisation sur les pratiques sociales ainsi que la nécessité de renouveler nos outils analytiques pour saisir les rapports entre l’individu et la société. Andreas Reckwitz nous apporte quant à lui une lecture ancrée dans la sociologie culturelle allemande et inspirée de la théorie des pratiques sociales (social practice theory). Son analyse de la logique des singularités est en fait une analyse de la culturalisation du social, en tant que processus historique, et permet d’éclairer la reconfiguration de nos pratiques sociales ainsi que la transformation des inégalités.

11Sans apporter de solutions ou de perspectives concrètes, l’auteur nous laisse au final un sentiment de vertige au sortir de cet ouvrage dense, complexe et incisif. Éclairer les processus menant à une polarisation croissante de la société et à la production culturelle des inégalités remet sur le devant de la scène le lien entre les structures sociales et économiques, autrement dit le capitalisme culturel, et les pratiques individuelles et collectives. Or, il y a de fortes probabilités pour que vous et moi – lecteurs et lectrices d’ouvrages académiques (tout comme Andreas Reckwitz d’ailleurs) – puissions nous reconnaître dans la description un peu acerbe de ce style de vie singulariste qui, en alimentant cette logique des singularités, participe à la relégation d’idéaux partagés tels que l’égalité, la justice ou le respect mutuel.

Haut de page

Notes

1 Le rôle des émotions dans les pratiques sociales a déjà été développé auparavant par Andreas Reckwitz. Voir notamment : Andreas Reckwitz, « Practices and their affects », in Hui Allison, Schatzki Theodore & Shove Elizabeth (dir.), The nexus of practices: connections, constellations, practitioners, Londres, Routledge, Taylor & Francis Group, 2017.

2 Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

3 Cet exemple montre bien l’idée d’Andreas Reckwitz selon laquelle la rationalisation et la standardisation (la « logique du général », selon ses termes) qui étaient auparavant au premier plan sont aujourd’hui à l’arrière-plan et sont devenues des supports à la logique des singularités.

4 Rappelons ici qu’Andreas Reckwitz est professeur de sociologie de la culture et qu’il a donc une définition de la culture qui ne se limite pas aux productions dites artistiques, mais considère plus globalement ce qui est vu comme désirable et/ou légitime dans une société donnée.

5 Martucelli Danilo, La Société singulariste, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurianne Stroude, « Andreas Reckwitz, La Société des singularités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55325

Haut de page

Rédacteur

Aurianne Stroude

Sociologue, lectrice en travail social et politiques sociales, Université de Fribourg, Suisse.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search