Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2022L’atelier d’écriture des sciences...

L’atelier d’écriture des sciences sociales

À propos de : Christian Le Bart et Florian Mazel (dir.), Écrire les sciences sociales, écrire en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Métier de chercheur·e », 2021.
Thibault Le Texier
Écrire les sciences sociales, écrire en sciences sociales
Christian Le Bart, Florian Mazel (dir.), Écrire les sciences sociales, écrire en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Métier de chercheur·e », 2021, 319 p., EAN : 9782753583276.
Haut de page

Texte intégral

Raconter l’écrit

  • 1 Latour Bruno & Woolgar Steve, Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts, Princeton, Pri (...)

1Qu’ils le veuillent ou non, et quelle que soit leur discipline, les chercheurs font le métier d’écrire. La vie de l’esprit se déroule en public. Il faut passer par l’écrit pour formuler ses idées, les trier, les articuler, les tester, les partager. Et les communautés scientifiques sont organisées autour de la production, de la réception et de l’usage de textes. Même dans les sciences dures, comme l’ont montré Bruno Latour et Steve Woolgar à propos de la biologie, les scientifiques sont « des écrivains compulsifs, sinon maniaques »1. Ce que désirent les universitaires (un poste, une augmentation, un financement, de la reconnaissance, des disciples), c’est largement par l’écrit qu’ils peuvent l’obtenir. Bref, l’écriture est une affaire sérieuse.

2C’est cet aspect cardinal et pourtant souvent occulté du travail universitaire qui est au cœur de l’ouvrage collectif ici recensé. L’ensemble est foisonnant – et peut-être même un peu trop, car le choix d’éclater le propos en une multitude de contributions et d’entretiens, souvent réduits à de brefs témoignages, ne permet pas de traiter en profondeur les enjeux d’écriture communs aux diverses sciences sociales.

3Être un universitaire, c’est donc produire des textes en tous genres, comme le remarque la contribution de Jean Boutier : « Élaboration d’un projet de recherche, état de la question, notes de lecture, de terrain ou d’archives, journal d’enquête, transcriptions d’entretiens, fiches bibliographiques, bilans d’étapes, préparation d’exposés de séminaires ou d’interventions dans des colloques, versions successives de présentation de résultats, la liste est longue, et sans aucun doute incomplète » (p. 273). Le livre éclaire ainsi des aspects méconnus de l’écriture universitaire, tels que la littérature grise (dossiers, formulaires, rapports, projets, budgets, comptes rendus, emails) et le paratexte (titres, résumés, notes de bas de page, tableaux, annexes). Même le simple recopiage de documents d’archive peut être considéré, selon Philippe Artières, comme une forme d’écriture qui « produit de la connaissance » (p. 192).

4À chaque format ses contraintes et ses richesses. L’historienne Caroline Muller montre par exemple l’intérêt du carnet de recherche, qui lui a permis d’affiner son style et de comprendre les attentes de ses lecteurs (p. 244). L’exercice de la citation est également abordé. Écrire, c’est souvent rapporter des dits et des écrits, et manier les guillemets ne va pas de soi. Comment mettre en contexte sans mettre à distance ? Comment singulariser sans isoler ? Comment citer sans stigmatiser ? Comment parler de sans pas parler à la place de ? Annick Madec propose de belles pages sur ces questions, tandis que Jean-Yves Trépos se demande en particulier comment nommer les protagonistes des récits, et notamment les collectifs. Philippe Artières retrace quant à lui ses expérimentations d’« écriture par montage » (qui juxtaposent des fragments d’archives sans les hiérarchiser) et d’« écriture d’accrochage » (inspirées de la scénographie muséale).

5Malgré cette omniprésence de l’écriture dans leur vie, les universitaires n’en font pas l’objet d’enseignements, de séminaires ou de manuels, comme le regrettent plusieurs contributeurs. La linguiste Fanny Rinck ouvre par exemple l’ouvrage en expliquant que les rituels sur lesquels repose l’écriture d’un article scientifique se transmettent essentiellement par observation et imitation. L’écriture reste un bricolage et – en dehors de l’économie, où la coécriture est aujourd’hui courante – un bricolage souvent solitaire.

6Le projet originaire des sciences sociales, comme le rappellent les directeurs de l’ouvrage, était de « faire du langage un instrument aussi neutre que possible » (p. 10), un moyen de communication objectif, dépouillé d’affects, moins proche de la prose littéraire que des sciences physiques. Ce tropisme est toujours vivace, et son résultat bien connu : textes dépourvus de figures de style, fortement inscrits dans une discipline, faisant appel au raisonnement plus qu’aux goûts, aux convictions ou aux émotions, et dont l’auteur est absent. Bien souvent, les considérations littéraires sont laissées aux éditeurs et aux secrétaires de rédaction, y compris en lettres (p. 117).

  • 2 Abbott Andrew, Department and Discipline: Chicago Sociology at One Hundred, Chicago, University of (...)

7Plusieurs contributions rappellent que certaines disciplines imposent des standards très stricts : la thèse en deux parties et deux sous-parties en droit ; le plan standard IMRED (introduction, méthode, résultats et discussion) en psychologie et en archéologie ; la revue de littérature en début d’article dans presque toutes les disciplines. Pour faire face à l’inflation du nombre d’articles soumis, comme l’a montré Andrew Abbott à propos de l’American Journal of Sociology, les revues de référence ont adopté des procédures bureaucratiques d’évaluation et encouragé une certaine standardisation des textes2. Une fois adoubés par ces médias dominants, les standards se sont diffusés par mimétisme. En économie, témoignent les contributeurs Matthieu Leprince et Fabien Moizeau, les cinq plus importantes revues « orientent le marché du travail et le marché de la promotion universitaire », aux États-Unis comme en France, et font ainsi régner leurs normes d’écriture sur toute la discipline. De fait, « si un article est refusé dans une revue de haut niveau, son auteur le soumet à une revue un cran en dessous, ce qui transmet les pratiques d’en haut [sic] vers le bas » (p. 82).

  • 3 CNRS : Centre national de la recherche scientifique, en France ; ANR : Agence nationale de la reche (...)

8En archéologie aussi, écrit Grégor Marchand, « le nouveau Graal » est de publier dans les grandes revues internationales de langue anglaise. « Impossible de s’en détourner, puisque ces normes président au recrutement des jeunes chercheurs dans les institutions de recherche comme le CNRS et dans une moindre mesure ensuite dans l’évaluation des chercheurs en poste. Ces normes conditionnent également l’appréciation des projets de recherche auprès des organismes de financement nationaux (type ANR) ou internationaux (type ERC), en d’autres termes le soutien aux travaux voire le salaire des chercheurs eux-mêmes »3(p. 93). Difficile de lutter contre une logique qui imprègne à ce point le système de valeurs universitaire.

9Dans certaines disciplines, la pression des éditeurs commerciaux et celle du publish or perish ont introduit de nouveaux standards d’écriture. Le droit a vu par exemple l’essor de la « notule », qui n’est pas un commentaire d’une décision de justice mais son bref compte rendu. L’exercice n’a guère d’intérêt scientifique, montrent Marion Lemoine-Schonne et Laurent Rousvoal, mais ses bénéfices professionnels étant bien supérieurs à ses coûts, il compte de nombreux adeptes. Beaucoup d’universitaires en droit écrivent par ailleurs moins pour leurs collègues qu’en direction des corps de juristes, notamment des avocats et des magistrats (p. 77). En urbanisme, témoigne Hélène Bailleul, « les recherches collectives se coconstruisent aussi beaucoup avec les acteurs publics » et concernent souvent les politiques publiques et leurs effets (p. 106). Les disciplines appliquées, dépendantes de bailleurs ou de commanditaires, subissent ainsi des contraintes d’écriture particulières.

10Dans la plupart des sciences sociales, cependant, on trouve moins des standards que des interdits, comme l’écrit Erik Neveu dans un article très fouillé. « Ne pas séduire, ne pas briller, mais expliquer et convaincre. Surtout ne pas s’exposer à recevoir la foudre de l’accablant adjectif “journalistique”, donc éviter ce qui relèverait du superficiel, des formules chocs. Ne pas non plus être trop “littéraire” » (p. 254). D’où une pauvreté du vocabulaire, une prudence excessive dans l’usage des métaphores et une « disqualification de l’usage du récit, une grande répugnance à entrer dans des exercices comme des descriptions détaillées, des portraits et a fortiori l’exploration de ce que seraient des états de conscience, des paysages mentaux » (p. 255). À l’exception de l’archéologie et de la psychologie, le rejet de la littérature n’a pas correspondu à l’intronisation d’un style standard clairement défini et enseigné, mais plutôt à la pratique irréfléchie d’un style par défaut.

  • 4 Lemoine-Schonne Marion et Leprince Matthieu (dir.), Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, (...)
  • 5 Sur les rituels personnels d’écriture, voir Boynton Robert S., Le Temps du reportage. Entretiens av (...)

11Malgré sa grande richesse, le livre aborde l’écriture essentiellement sous l’angle du témoignage, asseyant en cela l’idée qu’elle est avant tout une affaire personnelle. Comme pour le précédent ouvrage issu du programme « Métier de chercheur·e »4, lancé par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne en 2018, ses directeurs ont fait « le pari d’une réflexivité qui ne demande qu’à s’exprimer » (p. 9). Or la réflexivité ne demande pas qu’à s’exprimer. Si elle veut échapper aux simples constats et aux lieux communs, elle requiert un long travail d’autoanalyse, surtout quand elle sonde un sujet presque tabou. Très peu de contributions abordent par exemple l’éventuelle fréquentation d’œuvres littéraires, les pratiques concrètes d’écriture (plutôt le matin ou le soir ?) et les stratégies de publication (plutôt livre ou article ?)5. Plusieurs sujets d’importance sont survolés ou simplement ignorés, comme les raisons du déni universitaire de l’écriture, les évolutions historiques du rapport des chercheurs à cet aspect de leur métier, le travail de réécriture des éditeurs, ou encore le syndrome de la page blanche, qui peut détourner les étudiants de la recherche. Genres intermédiaires entre recherche et littérature, l’essayisme et le journalisme littéraire sont à peine évoqués.

Quelques remarques additionnelles

Le déni de l’écrit

12Les sciences sociales nourrissent donc ce paradoxe : l’écriture est un enjeu vital pour les universitaires, et pourtant ils en parlent peu, ne s’y forment pas et ne l’enseignent guère.

  • 6 Lepenies Wolf, Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, trad (...)

13Pourquoi ? L’ouvrage le rappelle, les sciences sociales se sont constituées à bonne distance de la littérature6. En science, on doit être tournée vers ses sources, pas vers ses lecteurs ; on écrit d’abord pour être publiée, ensuite pour être lue. Assimilée aux artifices de la propagande ou aux coquetteries des concours d’éloquence, la rhétorique menacerait de réduire les sciences sociales à de simples assemblages discursifs condamnés aux approximations, au relativisme et à l’idéologie. L’inattention au style est ainsi devenue un cérémonial auquel les chercheurs craignent de déroger en écrivant clairement et simplement – surtout quand ils sont en bas de l’échelle. Une écriture trop lisible est suspecte : le profond est forcément un peu abscons.

  • 7 Mills C. Wright, The Sociological Imagination, New York, Grove, 1959, p. 218-219.
  • 8 Gouldner Alvin, The Coming Crisis in Western Sociology, New York, Basic Books, 1970, p. 202.

14Chez les universitaires, rappelait C. Wright Mills, la prose est souvent indissociable de la pose7. L’usage du jargon consacré signale par exemple l’appartenance à une discipline ou à une chapelle ; il distingue le jargonneur des masses ignorantes, conforte son statut et justifie ses privilèges. Un intellectuel baragouinant avec constance le pire charabia peut même faire une magnifique carrière, remarquait son confrère Alvin Gouldner8. En plus d’attester son originalité, le style ésotérique du maître attire à lui un noyau de fidèles, unis dans leur effort d’exégèse, tout en offrant au commun des lecteurs l’opportunité de projeter leurs propres idées sur ses toiles floues. Et à ceux qui le critiquent, l’intellectuel incompréhensible pourra toujours rétorquer qu’ils ne l’ont pas compris. Les exemples abondent.

  • 9 Bourdieu Pierre, « Repères » (1983), in Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)
  • 10 Shils Edward, « The Calling of Sociology » (1961), in Shils Edward, The Calling of Sociology and Ot (...)

15L’écriture est donc du « mauvais » côté de la dichotomie, apparemment bien ancrée dans l’inconscient universitaire, qui oppose forme et fond, simple et sophistiqué, clair et profond, subjectif et objectif. Une écriture singulière rappelle la subjectivité inhérente aux sciences sociales, que les chercheurs sont plus prompts à occulter qu’à confronter. Les fondateurs des sciences sociales modernes, notamment Comte et Weber, ont souvent adopté un style d’une grande raideur formelle. Et Bourdieu déconseillait pour sa part, dans un livre d’entretiens pourtant destiné au grand public, d’« abandonner la rigueur du vocabulaire technique au profit d’un style lisible et facile »9, toujours susceptible de retomber dans les prénotions, les lieux communs et les fausses évidences. Rappelons à cet égard que les sociologues américains se sont nettement moins soucié de ces distinctions. À l’exception des livres édités par les Presses universitaires de Chicago, la plupart des œuvres majeures de la sociologie américaine ont été publiées par des éditeurs commerciaux qui ne les réservaient pas à un public de spécialistes, insuffisamment nombreux pour rentabiliser ces produits10. Les sociologues américains souhaitaient eux-mêmes s’adresser à un large public.

  • 11 Lavielle Charles-Henri, « Transmettre par l’invention de nouvelles formes éditoriales », in Anheim (...)

16Selon l’un des cofondateurs des éditions Anacharsis, la prévalence du style par défaut chez les universitaires serait à mettre au compte du « recours souvent exclusif à l’article, où la dimension narrative et stylistique, en un mot littéraire, passe au second plan »11, notamment parce que les revues ne peuvent payer des relecteurs professionnels. En intronisant medium scientifique par excellence l’article scientifique, y compris dans les sciences sociales où le livre a longtemps occupé cette place, les agences d’évaluation de la recherche ont ainsi contribué à minorer le style clair et à couper les chercheurs d’un public de non-spécialistes.

17Autre explication au déni de l’écriture dans les sciences sociales : l’exercice est compliqué. Comment se positionner dans un domaine de recherche ? Comment discuter avec ses pairs et ses prédécesseurs ? Comment faire entrer dans son texte les lectures et les réflexions amoncelées ? Comment ordonner les preuves et les références ? Comment anticiper les critiques ? Écrire un texte de sciences sociales demande du temps et de nombreuses réécritures, alors qu’un impératif professionnel commande de publier beaucoup et vite.

  • 12 Vandenbos Gary R., « Foreword », in Publication Manual of the American Psychological Association, 6 (...)
  • 13 Bazerman Charles, « What Written Knowledge Does: Three Examples of Academic Discourse », in Bazerma (...)

18L’écriture standardisée de type IMRED a en outre de nombreux avantages. Elle facilite la rédaction, l’évaluation, la compulsion et la comparaison des articles – à cette aune, « bien écrit » ne signifie pas « agréable à lire » mais « facile à dépouiller ». Une écriture standard fluidifie ainsi la communication entre spécialistes, « nous permettant de concentrer notre énergie intellectuelle sur la substance de nos recherches »12, précise une récente édition du Manuel de style de l’Association américaine de psychologie – la première édition de ce manuel, en 1929, comptait six pages ; la dernière parue, en 2019, en compte 450. Ceci étant, l’adoption d’un standard a aussi ses inconvénients. Développé par des psychologues comportementalistes dans les années 1920, le format IMRED fait par exemple peser de fortes contraintes sur les auteurs. Comme l’a montré l’historien Charles Bazeman, « les normes de restitution des expériences [de psychologie] imposent que les expériences soient réalisées pour pouvoir les restituer de façon acceptable dans un article »13. Ce qui est loin d’être un détail.

  • 14 Becker Howard S., Writing for Social Scientists: How to Start and Finish Your Thesis, Book, or Arti (...)

19Enfin, l’écriture fait peur, comme le rappelle Howard Becker dans son incontournable manuel d’écriture en sciences sociales14. Peur de ne pas réussir à exprimer ses idées. Peur d’être déçu par ses résultats, d’être plat, ennuyeux, voire incompétent, ou au contraire de paraître prétentieux. Peur de se mettre à nu, peur d’être critiqué. L’insécurité aussi empêche d’écrire clairement.

Être narratif, mais jusqu’où ?

  • 15 McCloskey Donald N., If You’re So Smart: The Narrative of Economic Expertise, Chicago, University o (...)
  • 16 Robrieux Jean-Jacques, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Paris, Dunod, 1993, p. 2.

20En science, comme dans presque tout ce qui passe par l’écrit, la rhétorique compte. Deirdre McCloskey l’a montré dans le cas de l’économie : les économistes doivent savoir raconter des histoires pour convaincre et les modèles économiques y jouent le rôle de métaphores. Même la description en apparence la plus factuelle obéit aux lois de la persuasion. Le fameux standard IMRED n’est pas un refus de la rhétorique mais une rhétorique à part entière. « La science est de la rhétorique, de l’argumentation entre individus, du début à la fin »15, écrit McCloskey. Or, comme le précise un manuel de référence, « une rhétorique qui n’aurait pas pour finalité de persuader, c’est-à-dire au sens pascalien de convaincre (aspect rationnel) et de plaire (aspect irrationnel ou affectif) et, dans un sens plus large, de communiquer des idées ou de produire des émotions, équivaudrait à une médecine qui n’aurait pas pour objet la guérison »16.

21Les contributeurs de l’ouvrage abordent principalement l’écriture sous l’angle du style et accordent peu d’importance à la mise en récit, c’est-à-dire aux histoires que racontent les textes de sciences sociales, aux arches narratives qu’ils déploient et aux émotions qu’ils suscitent.

  • 17 Ricœur Paul, Temps et récit, vol. 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983, p. 287.
  • 18 Carrard Philippe, Poétique de la Nouvelle Histoire. Le discours historique français de Braudel à Ch (...)
  • 19 Voir l’ouvrage de synthèse de Clifford James et Marcus George (dir.), Writing Culture: The Poetics (...)

22Plusieurs contributions rappellent brièvement le statut particulier de l’histoire et de l’ethnologie. L’écriture de l’histoire, comme l’expliquait Paul Ricœur, « ne constitue pas une opération secondaire, relevant de la seule rhétorique de la communication, et qu’on pourrait négliger comme étant d’ordre simplement rédactionnel »17. Certes, l’école des Annales a blâmé l’histoire événementielle et narrative de ses prédécesseurs, mais cette condamnation du récit fut une manière stratégique de revendiquer sa singularité ; en réalité, les historiens des Annales n’ont jamais renoncé au récit, et ils s’y sont livrés à cœur joie une fois leur courant institutionnalisé18. L’ethnologie a connu aussi un retour de la narration après la vague structuraliste, qui dénigrait les auteurs et les protagonistes de ses récits. Depuis les années 1960, la profession n’a cessé d’interroger ses modèles d’écriture, la place du narrateur dans le texte, le statut du discours des informateurs ou encore la nature hautement située des descriptions19. La réflexivité est désormais une figure imposée de la discipline.

  • 20 Minzetanu Andrei, La Lecture vertueuse, Belval, Circé, 2021, p. 127-146.

23Ni le marxisme, ni l’école des Annales ni le structuralisme, qui ont privilégié l’étude des collectifs, des régularités statistiques et de la longue durée, n’ont renoncé au récit pour autant. Car il ne suffit pas qu’un texte épouse la chronologie d’un événement ou d’une vie pour être narratif, et l’on peut dérouler un raisonnement analytique de façon narrative. La narration, certes, passe souvent par la personnification, la mise en scène et la mise en intrigue. Mais narratif ne veut pas forcément dire sensationnaliste ou anecdotique. La mise en intrigue, quant à elle, suppose de livrer les éléments du récit un à un, alors que la norme scientifique invite à révéler dès l’introduction le nom du meurtrier, le lieu du crime et l’arme utilisée. La narration encourage en outre une « lecture d’adhésion »20, comme l’appelle Andrei Minzetanu, que les sciences sociales devraient précisément désamorcer : le lecteur professionnel ne doit pas être happé par les textes, il doit garder assez de distance pour évaluer leurs matériaux, leur méthode, leur théorie et leur expression.

  • 21 Auerbach Bruno, « Génétique de l’imprimé et sociologie : à propos de deux éditions d’un texte de so (...)
  • 22 Vigne Éric, Le Livre et l’éditeur, Paris, Klincksieck, 2008, p. 121.

24L’ouvrage ici recensé se penche également peu sur l’édition de livres, plus libre stylistiquement mais davantage soumise à des impératifs commerciaux. Je rappellerais à ce propos le travail mené par Bruno Auerbach sur les deux éditions successives du livre De la justification21. La première, publiée aux PUF en 1987, ne suscite que deux brèves recensions, alors que l’édition remaniée parue quatre ans plus tard dans la prestigieuse collection « NRF essais » reçoit un accueil dithyrambique dans les médias et les revues universitaires. Selon Bruno Auerbach, cette différence de réception est probablement due au travail de réécriture effectué par Gallimard pour transformer un livre académique en essai : suppression des annexes, suppression ou intégration dans le corps du texte de près de la moitié des notes en bas de page, sommaire moins scolastique, phrases plus courtes, réduction du jargon sociologique, explicitations pour les lecteurs profanes et moindre verrouillage de la réception du modèle théorique. Selon le directeur de cette collection « NRF essais », « l’avenir des sciences humaines et sociales au catalogue d’un éditeur généraliste se joue aujourd’hui sur cette question de “l’écriture”, c’est-à-dire, ne nous voilons pas la face, la facilité de lecture »22. Si l’on en croit les destins contrastés des deux éditions de De la justification, les chercheurs en sciences sociales ne sont pas insensibles à cette facilité de lecture. Leur déni de l’écriture semble donc assez hypocrite.

  • 23 Cf. Talese Gay et Lounsberry Barbara, « Anthology Introduction », in Talese Gay et Lounsberry Barba (...)

25À l’exception d’Erik Neveu, les contributeurs ne disent rien des lectures qui nourrissent leur style. Quand certains parlent de Proust, c’est le Proust sociologue qui les intéresse. Les liens entre lecture et écriture ne sont pas explorés – nous ne saurons pas, notamment, comment l’écriture améliore la lecture et réciproquement. Presque rien n’est dit non plus des relations entre écriture universitaire et écriture journalistique, alors que le journalisme littéraire propose de nombreux outils narratifs susceptibles de dynamiser les textes de sciences sociales sans compliquer leur évaluation scientifique : le dialogue, la longue citation, le flash-back, le portrait, la description détaillée, le montage parallèle, le monologue intérieur, la construction scénique ou encore l’humour23.

Le narrateur, quelle place ?

26Les contributeurs du livre abordent également peu la situation de l’auteur dans son texte.

  • 24 Carrard Philippe, Le Passé mis en texte. Poétique de l’historiographie française contemporaine, Par (...)

27Traditionnellement, l’auteur est mis à distance, dépersonnalisé, ou seulement autorisé dans le texte en qualité de professionnel. Et gare à la subjectivité honnie : les instruments scientifiques doivent justement servir à enrichir de perspectives diverses son point d’observation personnel. Quand bien même elle n’adopte pas la focalisation zéro de la narratrice omnisciente, la chercheuse garde en général ses opinions et ses émotions pour elle – sans doute plus encore que le chercheur. Les historiennes, note ainsi Philippe Carrard, sont par exemple plus réticentes à employer le « je » que leurs confrères masculins, peut-être par peur d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui les soupçonnent d’être plus subjectives et vulnérables aux émotions que les hommes24.

  • 25 Geertz Clifford, Works and Lives: The Anthropologist as Author, Stanford, Stanford University Press (...)

28En ethnologie, on l’a vu, la présence de l’auteur est plus commune, mais les choses ne vont pas de soi pour autant. Les descriptions ethnographiques les plus légitimes sont de première main, et presque tous les ethnologues prennent soin d’attester dans leur texte qu’ils ont bien vécu ce qui est raconté, afin de nous convaincre qu’à leur place nous aurions vu et entendu et goûté et senti et touché les mêmes choses. « Il peut être aussi difficile pour les ethnographes de s’intégrer dans leur texte », note Clifford Geertz, « que de s’intégrer dans la culture »25 qu’ils étudient. Et même si l’ethnologue joue parfois un rôle de premier plan dans ses récits, elle ou il essaie de ne pas limiter ses lecteurs à son seul point de vue.

29À la suite de l’histoire et de l’ethnologie, les différentes sciences sociales ont développé ou importé des instruments de réflexivité. Plus personne ne croit vraiment aux faits bruts et objectifs. Le féminisme et le décolonialisme ont questionné les biais masculins et occidentaux des sciences sociales. Quiconque parle est invité à se demander d’où il parle. Au point qu’on se perd parfois dans les profondeurs de l’auto-réflexivité déconstructive postmoderne – « je sais que vous savez que je sais que je suis l’auteur subjectif de ce dispositif discursif imparfait et potentiellement manipulatoire que vous êtes en train de lire ».

  • 26 Traverso Enzo, Passés singuliers. Le « je » dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Lux, 2020, p.  (...)

30Il est sain que les chercheurs explicitent leurs motivations, leurs hypothèses et leurs préjugés pour en désamorcer les biais. Il faut situer le « je » – mais pas forcément au centre du récit. Enzo Traverso a récemment critiqué l’« essor envahissant du moi »26 en histoire, qui a pris la forme d’autobiographies ou de récits dont l’auteur est un des héros. L’enquête est mise en scène et devient même un moteur narratif : l’enquêteur interroge la fiabilité de ses sources, confie ses questionnements, dévoile ses gestes de travail, partage ses joies et ses déceptions. Sans surprise, le genre est pratiqué autant par des universitaires (Daniel Mendelsohn, Ivan Jablonka, Nathalie Heinich) que par des romanciers (W. G. Sebald, Javier Cercas, Emmanuel Carrère). Le résultat va de la vertigineuse réflexion épistémologique doublée d’un récit haletant au journal intime embarrassant et dépourvu de scientificité. Dans le pire des cas, en misant sur le récit et l’empathie davantage que sur la présentation argumentée de preuves, l’auteur se place en seul juge de la véracité des faits et renonce à les comprendre. Soit tout le contraire d’une démarche scientifique.

Quelques conseils d’écriture

31Pour finir, je me permets de partager quelques conseils d’écriture, tirés de manuels, d’entretiens avec des auteurs et d’autobiographies. Écrites au féminin pour contrer l'assimilation courante de l’auteur au masculin, ces recommandations n’ont rien de scientifique ou de sacré : ce sont des règles d’usage, et les usages changent, et toutes les règles sont faites pour être enfreintes. Mais un premier conseil serait de maîtriser ces règles avant de les transgresser.

32Lisez

33En matière de style, vous êtes votre meilleure professeure (même si le regard des autres et les ateliers d’écriture peuvent être utiles).

34Lisez et relisez vos auteurs préférés en essayant de décomposer leur style. Si besoin, commencez par imiter ; mais tôt ou tard il vous faudra tailler votre propre plume.

  • 27 « Truman Capote », entretien avec Pati Hill, in Cowley Malcolm (dir.), Writers at Work: The Paris R (...)

35Lisez de bons stylistes, même si leur style est loin du vôtre – voilà par exemple les conseils lecture de Truman Capote : « Henry James est le maestro du point-virgule. Hemingway est un paragrapheur de premier ordre. Du point de vue de l’oreille [sic], Virginia Woolf n’a jamais écrit une mauvaise phrase »27.

  • 28 Mailer Norman, The Spooky Art: Thoughts on Writing, New York, Random House, 2003, p. 107.

36Lisez vos consœurs et confrères, sans jalousie ni dédain, pour prendre le meilleur et corriger vos faiblesses, « comme un athlète regarderait la performance d’un autre »28, conseillait Norman Mailer. C’est aussi en lisant de la mauvaise prose que l’on comprend ce qui fait la bonne.

37Écrivez

38Faites-vous la main. L’écriture est comme la musique : pour apprendre, rien ne vaut la pratique régulière.

39Vous pouvez par exemple tenir un journal de recherche.

40Vous pouvez aussi écrire des recensions. C’est un bon format pour se former à l’écriture autant qu’à la lecture.

41Votre but : écrire de façon claire, concise, directe et cohérente.

42Jetez-vous à l’eau

43Quand vous commencez un texte, écrivez éventuellement un premier jet très libre, non censuré, en laissant de côté vos notes et vos données. Si ça peut vous aider, éteignez votre ordinateur et écrivez à la main. Le résultat est souvent répétitif et brouillon, mais il met la machine en route et, en plus de constituer une bonne base de travail, il révèle généralement les lacunes de votre matériau.

44Si vous êtes horrifiée par la nullité de ce premier jet, rappelez-vous : seule compte la version finale, peu importent les défauts de toutes les précédentes.

45Si vous êtes bloquée, c’est peut-être parce que vous essayez de commencer par la première phrase de votre introduction. Commencez plutôt par un chapitre pour lequel vous avez beaucoup de matière. Et rédigez toujours l’introduction en dernier.

  • 29 Mcphee John, Draft No. 4: On the Writing Process, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2017, p. 158

46Si vous êtes vraiment bloquée, John McPhee, ancien pilier du New Yorker et professeur de journalisme littéraire à Princeton, recommande de faire comme si vous écriviez une lettre à votre mère pour lui expliquer votre sujet29.

47Enquêtez, amassez un riche matériau

48Plus votre matériau est riche, plus votre écriture est précise et plus de constructions possibles s’offrent à vous.

  • 30 « Ernest Hemingway », entretien avec George Plimpton, in Plimpton George (dir.), Writers at Work: T (...)

49Une phrase est d’autant plus droite qu’elle est vissée sur un large et invisible socle de notes. Hemingway appelait cela « le principe de l’iceberg » : « Pour chaque partie visible, les sept huitièmes sont sous l’eau »30. Parfois plus.

50Sachez sur quoi vous écrivez

51Il n’y a pas de cohérence sans sujet clairement défini.

52Qu’essayez-vous de démontrer ? Quelles sont vos grandes idées ? Essayez de lister en quelques phrases les principaux apports de votre texte.

53Structurez

54Une histoire doit avoir un début, un milieu et une fin, comme le conseille Aristote dans sa Poétique.

55La structure de vos écrits ne doit pas être trop visible. Elle ne doit pas apparaître plaquée sur votre matériau, mais plutôt découler de lui.

56Sachez ce que vous écrivez

57Écrire une thèse, un article scientifique, un rapport et un ouvrage grand public, ce n’est pas la même chose.

58Quelles sont les règles du genre que vous pratiquez ? Là encore, tâchez de maîtriser les règles avant de les enfreindre.

59Sachez pourquoi vous écrivez

60Écrivez-vous pour vous faire plaisir, pour faire plaisir à quelqu’un d’autre, pour décrocher une promotion, parce que c’est votre job ?

61Quels sacrifices êtes-vous prête à faire pour être publiée ?

62Vous voulez écrire, mais êtes-vous sûre de vouloir écrire des textes de sciences sociales ? Avez-vous essayé d’autres genres, comme la poésie ou le roman ?

63Sachez pour qui vous écrivez

64Vous écrivez pour des inconnus, mais quels inconnus ? À quoi ressemblent-ils ? Quelles sont leurs lectures habituelles ? Qui va avoir le plus de mal à vous comprendre ? Quelles informations risquent d’être mal interprétées ou incompréhensibles ?

65Et qui aura le moins de mal à vous comprendre ? Vous partagez tout un stock d’évidences avec vos plus proches lecteurs, et ces évidences méritent d’être questionnées aussi.

66Soyez honnête

67Évitez les exagérations.

68N’abusez pas des italiques d’emphase. Si vous dites quelque chose d’important, les lecteurs ne doivent pas avoir besoin de ça pour le comprendre.

69Évitez aussi les grandes généralisations (toujours, jamais, aucune, absolument, tout le monde, tous, etc.). Faites des recherches en plein texte pour les traquer.

  • 31 Eco Umberto, Comment écrire sa thèse, trad. de L. Cantagrel, Paris, Flammarion, 2016 [1985], p. 284

70Ne promettez que ce que vous avez à offrir : ne survendez pas votre affaire, mais ne la bradez pas non plus. Comme le recommande Umberto Eco dans son très bon manuel d’écriture pour doctorants : « Soyez humble et prudent avant d’ouvrir la bouche, mais une fois que vous avez commencé à parler, soyez orgueilleux »31.

  • 32 Pinker Steven, The Sense of Style: The Thinking Person’s Guide to Writing in the 21st Century!, New (...)

71Steven Pinker met en garde lui aussi contre la « dérobade compulsive », qui consiste à multiplier les bémols (presque, semble-t-il, apparemment, plutôt, à un certain degré, d’une certaine manière, pour ainsi dire, etc.) et qui prive le texte de consistance32.

72Soyez précise

73Vérifiez l’usage des mots quand vous n’êtes pas sûre (y compris pour les mots les plus ordinaires).

74Ne vous satisfaites pas de l’à-peu-près : cherchez la définition du terme que vous voulez remplacer et cherchez des synonymes jusqu’à trouver le mot exact (pour ces diverses tâches, le portail lexical du CNRTL est un précieux outil).

75Quand vous doutez de l’usage d’une formule, vérifiez sur Gallica ou OpenEdition books qu’elle apparaît dans des livres publiés par de bons éditeurs.

76Soyez concise

77Demandez-vous à chaque partie, chaque paragraphe, chaque phrase, chaque mot : est-ce vraiment indispensable ? Si je supprime ça, le sens va-t-il changer ?

78N’hésitez pas à couper, même les passages dont vous êtes fière. Un texte est une forêt, pas une addition de jolis arbres.

79Évitez les répétitions, l’érudition à vide et les détours inutiles.

80Ne développez pas ce que vos lecteurs peuvent déduire eux-mêmes.

81Préférez les mots courts aux longs. Pareil pour les phrases et les paragraphes. Il n’y a rien de plus ennuyeux que le bavardage.

82N’annoncez pas ce que vous allez faire, faites-le. Ne résumez pas non plus ce que vous venez de dire. Et supprimez les panneaux indiquant ce que quelque chose d’important va être dit ou vient de l’être.

  • 34 Becker Howard S., Writing for Social Scientists, op. cit., p. 5 et 83.

83Bref, économisez votre salive et l’énergie de vos lecteurs. Les sociologues, se plaignait Howard Becker, « emploient habituellement vingt mots là où deux suffiraient ». Or les mots inutiles prennent de la place. « Ils trichent et attirent l’attention en faisant supposer des profondeurs et des raffinements qu’ils ne renferment pas »34. Chaque mot doit être parlant (la formulation simple et directe pourra toutefois être plus longue que la tournure absconse).

84Prenez votre temps

85La concision ne doit pas amener à brusquer le rythme. Donnez à chaque idée, chaque preuve et chaque argumentation la place qu’elle mérite.

86Soyez concrète

87Limitez les mots abstraits (société, culture, concept, structure, fonction, relation, situation, agents, individus, processus, capitalisme, néolibéralisme, fascisme et autres -ismes).

88Accompagnez vos idées générales d’éléments spécifiques. Choisissez les cas, les exemples et les détails avec soin. Ne laissez pas plus de trois pages sans un exemple ou une étude de cas.

89N’hésitez pas à convoquer les cinq sens.

90Évitez le jargon

91L’intelligence est dans les idées, pas dans le vocabulaire (un vocabulaire varié est néanmoins bienvenu et un mot inhabituel peut relever une phrase).

92Écrivez avec des noms et des verbes, pas avec des adjectifs et des adverbes

  • 35 Par exemple le classique Strunk William Jr. et White E. B., The Elements of Style, New York, Macmil (...)

93C’est un conseil classique des manuels de style35. À chaque fois que vous utilisez un adverbe, demandez-vous s’il ne vaudrait pas mieux le supprimer et trouver un verbe plus approprié. Pareil pour les adjectifs : ne vaudrait-il pas mieux le remplacer par un nom plus adéquat ?

94Faites en sorte que les sujets des verbes soient des protagonistes et non des « pratiques », des « processus », des « forces » ou d’autres abstractions. Vos phrases sont plus faciles à visualiser quand leurs sujets sont vos personnages principaux. Et si les verbes qui vont avec ces sujets indiquent leurs évolutions ou leurs principales actions, vos lecteurs auront beaucoup moins de mal à vous suivre. Par exemple, ne dites pas : le processus d’augmentation des loyers a provoqué le départ des locataires modestes. Dites : les locataires modestes sont partis parce que les propriétaires ont augmenté les loyers.

95La forme passive donne une impression de dépersonnalisation et donc un air scientifique, mais elle occulte généralement les sujets. À éviter.

96Soignez la syntaxe

97L’ordre des mots doit indiquer leur proximité et leur ordre d’importance.

98Si possible, n’utilisez qu’une proposition subordonnée par phrase.

99Mettez les éléments familiers au début de vos phases et mettez à la fin les éléments nouveaux, importants ou difficiles à comprendre.

100Faites des phrases courtes

101Quand une phrase est bancale, essayez de la scinder en deux phrases.

102Plus vos phrases sont longues, plus vous avez de chance d’y embrouiller deux idées et de perdre vos lecteurs.

103Ceci étant, il faut aussi savoir varier la taille des phrases, et certaines méritent de la place. Apprenez donc à construire des phrases longues.

104Allégez votre style

105Évitez les tournures lourdes (l’existence de, la raison est due à, une sorte de, un type de, respectivement, dû à, un ensemble de, un certain nombre de, en termes de, en matière de, au sujet de, avec l’objectif de, dans l’éventualité où, étant donné que, etc.).

106Évitez les anglicismes : impacter, en capacité de, en charge de, etc.

107Évitez les clichés et les banalités, comme « à l’aube du XXIe siècle ».

  • 36 Orwell George, « Politics and the English Language » (1946), in Orwell Sonia et Angus Ian (dir.), T (...)

108Évitez les métaphores éculées, et notamment les métaphores médicales et sportives. Comme le recommandait Orwell, n’utilisez jamais une métaphore, une comparaison ou une autre figure de style que vous êtes habituée à voir dans le journal36.

  • 37 Kidder Tracy et Todd Richard, Good Prose: The Art of Nonfiction, New York, Random House, 2013, p. 1 (...)

109Évitez aussi, comme le conseillent Tracy Kidder et son éditeur Richard Todd, « tous les mots qui clament votre impuissance en tant qu’auteur : “indescriptible”, “au-delà des mots”, “ineffable” »37.

110Utilisez des figures de styles

111Métaphores, comparaison, métonymies, litotes, etc. La liste est longue. Mais maniez-les avec précaution. Ces figures ne sont pas là pour faire joli mais pour approfondir vos idées.

112Composez vos paragraphes avec soin

113Les paragraphes sont des chapitres miniatures. Ils façonnent le rythme du texte, de la même manière que la ponctuation façonne le rythme des phrases.

114Ils doivent articuler les différents aspects d’une idée ou d’un cas et ne jamais trop s’en éloigner. La première phrase doit annoncer l’idée ou le cas dont il sera question.

115Mettez à la fin de chaque paragraphe les éléments que vous voulez souligner, ou éventuellement au début.

116Évitez les paragraphes trop longs, qui peuvent décourager. Coupez ces paragraphes en deux, même si la logique ou l’argumentation ne le justifient pas. Mais évitez aussi la succession de paragraphes brefs. Et évitez les paragraphes d’une phrase.

117Problématisez et racontez

118Quelle énigme, quel conflit, quel problème doivent résoudre les protagonistes de votre texte ? Quel est le dénouement de votre récit ? Sachez où vous allez.

119Dessinez des arches narratives qui traversent tout votre texte et y servent de fils rouges.

120Restez concentrée sur ce que vous racontez.

  • 38 Dunlop Beth, Building a Dream: The Art of Disney Architecture, New York, Abrams, 1996, p. 44.

121« Racontez une histoire à la fois »38, comme le conseillait le président du département chargé de gérer les parcs Disney. Gare aux digressions et aux apartés qui égarent plus qu’ils n’éclairent : ne vous coupez pas vous-même la parole.

122Au lieu d’utiliser un concept, vous pouvez utiliser un exemple que vous convoquez régulièrement pour éclairer votre propos.

123Construisez un récit fluide et prenant

124Variez non seulement la longueur des phrases et des paragraphes mais aussi leur construction.

125Tentez de temps en temps des transitions surprenantes : longues citations, flash-back, dialogues, changement de point de vue, rupture de ton, etc.

126Évitez la monotonie, le rythme répétitif, le phrasé mécanique – d’où l’importance d’enfreindre toutes ces règles.

127Faites attention aux pronoms

128Ne multipliez pas les pronoms personnels. N’hésitez pas à répéter deux fois de suite le nom des personnes dont vous parlez.

  • 39 Pinker Steven, The Sense of Style, op. cit., p. 65.

129Un conseil de Steven Pinker : « Souvent, les pronoms “je”, “moi” et “vous” ne sont pas seulement inoffensifs mais carrément utiles. Ils simulent une conversation, comme le recommande le style classique, et ils sont un cadeau pour le lecteur à la mémoire défaillante. Il faut un effort mental considérable pour suivre un groupe de personnages identifiés comme il, elle et ils »39.

130Peaufinez votre incipit

131Soignez votre entrée en piste. Suscitez la curiosité, mais sans en faire trop. Gardez votre climax pour plus tard.

  • 40 Kidder Tracy et Todd Richard, Good Prose, op. cit., p. 4.

132Comme le remarquent Tracy Kidder et Richard Todd, « vous ne pouvez pas faire en sorte que le lecteur vous aime dès la première phrase ou dès le premier paragraphe, mais vous pouvez le perdre tout de suite. Un médecin ne va pas vous guérir en un instant, mais il peut certainement vous aliéner en un instant, en étant brusque ou bravache ou indifférent ou confus. On ne louera jamais assez les vertus d’un début tranquille »40.

133Évitez de retarder votre entrée en matière par un avant-propos, des remerciements ou une note aux lecteurs. Les remerciements sont plus significatifs à la fin, une fois le dur chemin parcouru.

134Trouvez le bon rythme

135Le style est une question de rythme plus que de vocabulaire. Trop rapide et vous perdez vos lecteurs. Trop lent et vous mettez leur patience à l’épreuve. Ménagez leur énergie, surtout quand votre texte est long.

136Inspirez-vous éventuellement du rythme de la parole orale.

137Soignez la ponctuation

138Le rythme de votre prose dépend en grande partie de sa ponctuation.

139Ponctuez selon votre oreille et non selon des règles rigides, qui proscrivent par exemple de mettre systématiquement une virgule avant les « et », les « mais » et les « ou ».

140Variez la ponctuation. Les points d’exclamation doivent être maniés avec prudence et les points de suspension sont à éviter, mais les points-virgules et les tirets cadratin n’ont pas été inventés pour rien !

141Trouvez votre place et restez-y

142Le « je » est bienvenu, mais dans l’ensemble faites-vous discrète. Ne vous interposez pas (trop) entre votre sujet et vos lecteurs.

143Gardez vos sentiments pour vous, sauf si vos sentiments permettent de mieux comprendre ce dont vous parlez (par exemple, les réactions que suscite l’un de vos personnages).

144Évitez les remarques intrusives. Ne donnez pas votre avis, même quand vous en avez très envie.

145Évitez aussi les invectives. Elles donnent l’impression que vos arguments sont faibles et elles suscitent de l’empathie pour votre victime.

146Évitez les notes de contenu

147Les notes sont faites avant tout pour les références. Si le texte mis en note ne rentre pas dans le corps du texte, c’est sans doute qu’il n’a rien à faire dans votre écrit.

148Et si vous faites des notes de contenu, gardez les brèves, ou bien basculez ces contenus en annexe.

149Utilisez la force de la chronologie

150Les lecteurs comprennent plus facilement une action lorsqu’elle est racontée dans l’ordre chronologique.

151Restez simple

152Pas besoin d’être Proust ou Chateaubriand pour être agréable à lire. La modestie aussi a ses attraits.

153N’adoptez pas un style qui ne vous est pas naturel, même si vous le trouvez magnifique. Écrire est un travail, mais il ne doit pas vous épuiser ou vous prendre un temps infini.

154Ne perdez jamais de vue vos lecteurs

155Assurez-vous que vos références seront comprises (il est probable que personne ne connaît aussi bien votre sujet que vous).

156Déployez les acronymes la première fois que vous les employez.

157Confiez vos difficultés

  • 41 Becker Howard S., Writing for Social Scientists, op. cit., p. 64.

158Face à un problème insoluble, conseille Howard Becker, « parlez-en. Vous pouvez expliquer à vos lecteurs pourquoi le problème, quel qu’il soit, est un problème, quelles sont les solutions que vous avez envisagées, pourquoi vous avez choisi la solution imparfaite que vous avez retenue, et ce que tout cela signifie »41.

159Il peut être en soi intéressant d’expliquer à vos lecteurs pourquoi il n’existe pas de terme satisfaisant pour désigner tel phénomène, ou aucune théorie qui éclaire pleinement votre objet.

160Ne restez pas seule

161L’écriture est une occupation solitaire. Trouvez des relecteurs, et peu importe s’ils n’appartiennent pas au lectorat que vous visez – tester vos écrits sur des profanes est même un bon moyen de savoir si vous êtes vraiment compréhensible. Ces relecteurs peuvent aussi vous permettre de gagner en confiance (vous n’écrivez pas pour être aimée, mais vous avez sans doute besoin d’être rassurée).

162Si vous écrivez un livre, essayez de trouver un éditeur assez tôt.

163Écrivez pour une personne réelle ou imaginaire, en vous souciant vraiment d’elle. Va-t-elle comprendre ? Ne va-t-elle pas s’ennuyer ?

164Une fois prête votre première version, n’y touchez plus pendant quelque temps, puis relisez-la comme si elle avait été écrite par quelqu’un d’autre.

165Relisez-vous et faites plusieurs versions

166Personne n’écrit parfaitement du premier coup, pas même les auteurs les plus chevronnés.

167En général, la première version est la plus longue à écrire, puis chaque nouvelle version prend un peu moins de temps que la précédente. Mais chaque étape est importante : polir compte autant que dégrossir.

168Relisez-vous plusieurs fois. Vous pouvez éventuellement consacrer chaque relecture à un aspect particulier de votre manuscrit (ponctuation, orthographe, argumentation, clarté, concision, citations et références bibliographiques, etc.).

169Soignez le titre

170L’éditeur peut avoir de bonnes suggestions, mais vous devriez garder le droit de choisir le titre : il fait partie de votre texte.

171Suivez vos textes jusqu’au bout

172Une fois que vous savez écrire, ne laissez pas les éditeurs et les correcteurs tripatouiller ce que vous faites. Les éditeurs ne sont pas forcément de grands stylistes et beaucoup de correcteurs (d’après mon expérience) appliquent mécaniquement les règles listées ci-dessus.

173Tous les textes que vous signez sont les vôtres.

174Détendez-vous et amusez-vous

175Écrire peut être un grand plaisir.

176N’ayez pas peur d’être jugée. Plus vous écrirez, mieux vous écrirez.

177Testez, expérimentez, lâchez-vous. L’écriture n’est pas une science exacte. Il y a bien des manières de dire ce que vous voulez dire.

178Et, quoi que vous fassiez, n’enfreignez pas la règle d’or

179Quand vous faites profession d’écrire, produire des textes clairs, concis et cohérents est un impératif déontologique. Mais c’est aussi une politesse élémentaire. Vous écrivez pour des lecteurs. Sans aller jusqu’à leur procurer du plaisir, essayez au moins de ne pas leur compliquer la vie.

Haut de page

Notes

1 Latour Bruno & Woolgar Steve, Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts, Princeton, Princeton University Press, 1986 [1979], p. 48.

2 Abbott Andrew, Department and Discipline: Chicago Sociology at One Hundred, Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 153 sq.

3 CNRS : Centre national de la recherche scientifique, en France ; ANR : Agence nationale de la recherche, en France ; ERC : European Research Council.

4 Lemoine-Schonne Marion et Leprince Matthieu (dir.), Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

5 Sur les rituels personnels d’écriture, voir Boynton Robert S., Le Temps du reportage. Entretiens avec les maîtres du journalisme littéraire, trad. de M. Belano, Paris, Sous-sol, 2021 [2005].

6 Lepenies Wolf, Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, trad. de H. Plard, Paris, Éditions de la MSH, 1990.

7 Mills C. Wright, The Sociological Imagination, New York, Grove, 1959, p. 218-219.

8 Gouldner Alvin, The Coming Crisis in Western Sociology, New York, Basic Books, 1970, p. 202.

9 Bourdieu Pierre, « Repères » (1983), in Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 47-71, p. 67.

10 Shils Edward, « The Calling of Sociology » (1961), in Shils Edward, The Calling of Sociology and Other Essays on the Pursuit of Learning, Chicago, University of Chicago Press, 1980, p. 3-92, p. 81.

11 Lavielle Charles-Henri, « Transmettre par l’invention de nouvelles formes éditoriales », in Anheim Étienne et Foraison Livia (dir.), L’Édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020, p. 51-55, p. 55.

12 Vandenbos Gary R., « Foreword », in Publication Manual of the American Psychological Association, 6e éd., Washington, APA, 2010, p. xiii-xiv, p. xiii.

13 Bazerman Charles, « What Written Knowledge Does: Three Examples of Academic Discourse », in Bazerman Charles, Shaping Written Knowledge: The Genre and Activity of the Experimental Article in Science, Madison, University of Wisconsin Press, 1988, p. 18-55, p. 22.

14 Becker Howard S., Writing for Social Scientists: How to Start and Finish Your Thesis, Book, or Article, Chicago, University of Chicago Press, 2007 [1986], p. 4. Traduction française par P. Fogarty et A. Guillemin : Écrire les sciences sociales, Paris, Economica, 2004.

15 McCloskey Donald N., If You’re So Smart: The Narrative of Economic Expertise, Chicago, University of Chicago Press, 1990, p. 8.

16 Robrieux Jean-Jacques, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Paris, Dunod, 1993, p. 2.

17 Ricœur Paul, Temps et récit, vol. 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983, p. 287.

18 Carrard Philippe, Poétique de la Nouvelle Histoire. Le discours historique français de Braudel à Chartier, Paris, Payot, 1998, p. 46 et 78.

19 Voir l’ouvrage de synthèse de Clifford James et Marcus George (dir.), Writing Culture: The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 1986.

20 Minzetanu Andrei, La Lecture vertueuse, Belval, Circé, 2021, p. 127-146.

21 Auerbach Bruno, « Génétique de l’imprimé et sociologie : à propos de deux éditions d’un texte de sociologie », Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), n° 29, 2008, p. 29-42.

22 Vigne Éric, Le Livre et l’éditeur, Paris, Klincksieck, 2008, p. 121.

23 Cf. Talese Gay et Lounsberry Barbara, « Anthology Introduction », in Talese Gay et Lounsberry Barbara (dir.), Writing Creative Nonfiction: The Literature of Reality, New York, HarperCollins, 1996, p. 29-31.

24 Carrard Philippe, Le Passé mis en texte. Poétique de l’historiographie française contemporaine, Paris, Armand Colin, 2013, p. 118-123.

25 Geertz Clifford, Works and Lives: The Anthropologist as Author, Stanford, Stanford University Press, 1988, p. 17.

26 Traverso Enzo, Passés singuliers. Le « je » dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Lux, 2020, p. 8.

27 « Truman Capote », entretien avec Pati Hill, in Cowley Malcolm (dir.), Writers at Work: The Paris Review Interviews, First Series, New York, Penguin, 1977 [1958], p. 283-299, p. 288.

28 Mailer Norman, The Spooky Art: Thoughts on Writing, New York, Random House, 2003, p. 107.

29 Mcphee John, Draft No. 4: On the Writing Process, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2017, p. 158.

30 « Ernest Hemingway », entretien avec George Plimpton, in Plimpton George (dir.), Writers at Work: The Paris Review Interviews, Second Series, New York, Penguin, 1977 |1963], p. 215-239, p. 235.

31 Eco Umberto, Comment écrire sa thèse, trad. de L. Cantagrel, Paris, Flammarion, 2016 [1985], p. 284.

32 Pinker Steven, The Sense of Style: The Thinking Person’s Guide to Writing in the 21st Century!, New York, Viking Allen Lane, 2014, p. 43.

33 www.cnrtl.fr/.

34 Becker Howard S., Writing for Social Scientists, op. cit., p. 5 et 83.

35 Par exemple le classique Strunk William Jr. et White E. B., The Elements of Style, New York, Macmillan, 1959. Cf. aussi ce très bon article : Sword Helen, « Zombie Nouns », New York Times Opinionator, 23 juillet 2012, https://opinionator.blogs.nytimes.com/2012/07/23/zombie-nouns/.

36 Orwell George, « Politics and the English Language » (1946), in Orwell Sonia et Angus Ian (dir.), The Collected Essays, Journalism and Letters of George Orwell, Vol. IV, In Front of Your Nose, 1945-1950, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1968, cité in Mccloskey Deirdre N., Economical Writing, 2e éd., Prospect Heights, Waveland Press, 2000, p. 88.

37 Kidder Tracy et Todd Richard, Good Prose: The Art of Nonfiction, New York, Random House, 2013, p. 179.

38 Dunlop Beth, Building a Dream: The Art of Disney Architecture, New York, Abrams, 1996, p. 44.

39 Pinker Steven, The Sense of Style, op. cit., p. 65.

40 Kidder Tracy et Todd Richard, Good Prose, op. cit., p. 4.

41 Becker Howard S., Writing for Social Scientists, op. cit., p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Le Texier, « L’atelier d’écriture des sciences sociales », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 04 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55365

Haut de page

Rédacteur

Thibault Le Texier

Chercheur associé au CESSP. Il a récemment publié La Main visible des marchés. Une histoire critique du marketing (La Découverte, 2022).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search