Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marie Mathieu, Irène-Lucile Hertz...

Marie Mathieu, Irène-Lucile Hertzog (dir.), « Droits et devoirs procréatifs : des normes et des pratiques », Enfances, familles et générations, n° 38, 2021

Amélie Corbel
Droits et devoirs procréatifs : des normes et des pratiques
Marie Mathieu, Irène-Lucile Hertzog (dir.), « Droits et devoirs procréatifs : des normes et des pratiques », Enfances, familles et générations, n° 38, 2021, Montréal, Centre Urbanisation culture société de l'INRS, ISSN : 1708-6310.
Haut de page

Texte intégral

1Négocier auprès de sa pharmacie pour se faire délivrer une pilule, chercher – sans forcément trouver – un moyen de contraception approprié, faire un « don » de gamètes ou encore s’organiser pour que le suivi de sa grossesse n’empiète pas sur ses responsabilités professionnelles : toutes ces tâches font partie de ce que les coordonnatrices de ce dossier nomment le « travail procréatif » des femmes. Défini comme l’ensemble des pratiques contraignantes – bien que socialement utiles – que sous-tend la « production d’enfants », le concept de travail procréatif incorpore aussi bien les tâches impliquées dans la procréation que celles qui visent la non-procréation. Inclure ces deux versants permet à la fois d’analyser les conditions de réalisation de l’autonomie procréative et de rendre compte des normes procréatives en vigueur. Ces dernières, loin de se limiter à une simple injonction à enfanter, concernent aussi les « bonnes conditions » qui doivent être réunies avant l’arrivée d’un enfant. Il ne suffit pas d’avoir un ou des enfants, encore faut-il les avoir au « bon moment », ce qui implique un travail de maîtrise de sa fertilité.

2Ce dossier thématique de la revue Enfances, familles et générations est le résultat de réflexions menées à l’occasion la 8e édition du Congrès international des recherches féministes dans la francophonie, en 2018. Composé de dix contributions, dont l’introduction, il comprend une majorité de travaux en sociologie, les autres s’inscrivant en droit, en anthropologie et en histoire. Les articles s’appuient sur des données qualitatives riches : entretiens, combinés ou non avec des observations ethnographiques, et analyses de corpus ou de dispositifs juridiques. Les thématiques abordées couvrent plusieurs « séquences » du travail procréatif : la régulation de la fécondité (travail contraceptif et arrêts de grossesse), la participation de tiers donneurs dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation et le suivi de grossesse. Bien que l’éducation des enfants soit incluse dans le travail procréatif, il ne fait pas l’objet d’une contribution à part entière.

3La direction du numéro s’inscrit résolument dans une perspective féministe matérialiste, comme l’illustre le choix théorique de mobiliser le concept de travail procréatif, de même que la réticence à employer le vocable de reproduction, auquel est préféré celui de procréation. Parler de travail procréatif permet aux autrices de s’inscrire dans la suite des réflexions menées autour du travail domestique. Comme ce fut le cas pour ce dernier, nommer « travail » l’ensemble des tâches impliquées dans la (non-)procréation contribue à les rendre visibles et à interroger leur manque de reconnaissance sociale ainsi que le fait qu’elles soient très largement assignées aux femmes, ceci bien au-delà de la seule grossesse.

4L’article de María Isabel Jociles, Ana María Rivas et Ariadna Ayala Rubio autour des représentations sociales du « don » d’ovocyte en Espagne s’inscrit pleinement dans cette réflexion. Les autrices mettent en évidence le constat suivant : bien que les « donneuses » considèrent sous certains aspects le « don » d’ovocytes comme une activité rémunérée (qu’elles choisissent à défaut de trouver un « vrai travail », et dont elles respectent les contraintes strictes), elles sont souvent dans l’incapacité de qualifier cette activité de « travail ». Il y a à cela plusieurs raisons : le caractère intermittent, temporaire et donc précaire de ce « travail », qui l’éloigne de l’idéal-type du travail salarié, et l’idéologie d’altruisme que diffusent les cliniques sur le « don » d’ovocytes, qui invisibilise à dessein le produit de ce travail. L’article montre que la non-reconnaissance du travail procréatif dans lequel sont engagées les « donneuses » facilite leur exploitation et l’expropriation des bénéfices économiques qui sont tirés de leur matériel génétique.

5La perspective féministe matérialiste se lit également dans l’attention portée à l’imbrication des différents rapports sociaux. La contribution de Lucia Gentile sur le travail contraceptif dans le Gujarat en Inde montre par exemple que les capacités de résistance des femmes vis-à-vis du pouvoir (para)médical diffèrent en fonction de leur inscription dans les rapports sociaux de classe. Ainsi, seul le recours au secteur privé permet aux femmes célibataires d’obtenir des moyens de contraception quand ceux-ci leur sont refusés à l’hôpital public. Or, toutes les femmes n’ont pas les moyens d’assumer le coût de ce secteur privé. Dans son article, Leslie Fonquerne rend compte des pratiques de délivrance de la pilule contraceptive en pharmacie lorsque la cliente se présente sans ordonnance ou avec une ordonnance périmée. Elle observe que le personnel paramédical préjuge de l’incompétence contraceptive des jeunes femmes et les incite à prendre rendez-vous auprès d’un gynécologue, alors qu’il donne facilement satisfaction aux usagères plus âgées. Dans cette discrimination fondée sur l’âge, l’autrice voit une forme de « paternalisme médical ».

6L’ensemble des contributions porte une attention particulière à la « constellation de normes » qui gouvernent les conditions d’exercice du travail et des droits procréatifs, que ces normes soient légales, juridiques ou sociales. Un premier axe de réflexion souligne la perméabilité des normes juridiques aux normes sociales. La contribution de Laurie Marguet sur le droit de la procréation en France et en Allemagne et celle de Sophia Ayada sur les décisions de la Cour de justice de l’UE touchant au travail procréatif mettent en évidence comment le droit contribue à naturaliser la maternité. Un second axe de réflexion s’intéresse aux écarts entre droits formalisés et droits effectifs en matière procréative. Lucia Gentile montre ainsi que, malgré l’inscription dans la Constitution indienne du principe d’autonomie procréative, il est courant que les femmes non mariées ou jeunes mariées se voient refuser la délivrance d’une contraception par le personnel hospitalier ou qu’elles se voient réclamer l’accord écrit de leur époux pour toute opération ayant trait à leur capacité reproductive. De même, en France, rares sont les femmes enceintes à faire usage des dispositions du droit du travail leur permettant de s’absenter en vue du suivi de grossesse, soit par méconnaissance, soit parce qu’elles ont intériorisé l’illégitimité des grossesses sur le lieu de travail (article d’Elsa Boulet). Un troisième axe de réflexion, transversal à l’ensemble des contributions, porte sur les normes procréatives. En quoi consistent-elles ? Par quels canaux se transmettent-elles ? De quelles contestations font-elles l’objet ? Dans son article sur l’évolution du discours autour de la contraception dans un magazine féminin sur un demi-siècle, Margaux Roberti-Lintermans montre la progressive déresponsabilisation des hommes en matière contraceptive et son pendant, l’assignation exclusive des femmes au travail contraceptif. L’évolution sur la période 1990-2010 se caractérise notamment par l’injonction croissante à un suivi gynécologique, par la banalisation de la prise de contraceptifs et par la normalisation du rôle des mères en matière de socialisation des jeunes filles à la norme contraceptive.

7Le numéro s’intéresse également aux modalités de « micro-résistances » des femmes face aux normes procréatives et à l’autorité médicale. Quelles ressources mobilisent-elles afin de reconquérir une plus grande autonomie procréative ? La contribution de Laurine Thizy sur les stratégies d’évitement du stigmate de l’avortement montre comment les femmes cachent aux professionnels de la santé leur écart à la norme contraceptive. Mentir aux équipes de soin sur l’échec contraceptif ou encore éviter ses soignants habituels sont deux stratégies mises en œuvre. Plusieurs contributions soulignent également les formes de solidarité auxquelles l’entre-soi féminin peut donner lieu. À nouveau, le rôle des mères est essentiel dans le contexte français, soit qu’elles facilitent l’obtention de la pilule en cas de difficultés, soit qu’elles accompagnent – parfois de façon inattendue – le parcours de soin de leur fille lors d’une interruption volontaire de grossesse (IVG).

8Plusieurs articles du numéro proposent une réflexion autour de l’invisibilisation du travail procréatif. Ce « travail d’invisibilisation », comme le nomme Laurine Thizy, s’avère parfois nécessaire aux femmes afin de maintenir leur relative autonomie procréative. C’est le cas pour les femmes qui doivent cacher un parcours d’IVG afin de se prémunir d’une stigmatisation possible et, parfois, de répercussions plus graves (violences conjugales, ruptures familiales). C’est aussi le cas pour les femmes indiennes qui cherchent une contraception discrète afin d’échapper au contrôle social qu’exerce leur belle-famille (Lucia Gentile). Mais, lorsque cette invisibilisation est mise en œuvre par le pouvoir médical, elle risque au contraire de faciliter l’exploitation et l’expropriation des bénéfices qui peuvent être tirés du travail procréatif des femmes, comme le montre l’article sur le « don » d’ovocytes.

9Une dernière réflexion, qui nous a particulièrement intéressée, porte sur la reconnaissance de l’inégale contribution des hommes et des femmes au travail procréatif. Tout en critiquant la naturalisation de la maternité observée dans le droit, Laurie Marguet et Sophia Ayada soulignent les risques qu’il peut y avoir à traiter de manière indifférenciée certaines séquences du travail procréatif quand elles sont, dans les faits, majoritairement prises en charge par les femmes. Ainsi, Sophia Ayada montre que l’adoption d’une approche libérale gender-blind par la Cour de justice de l’Union européenne en matière d’éducation des enfants a pour effet de minimiser l’impact matériel des normes procréatives sur la vie des femmes. Si cette approche a le mérite de combattre certains stéréotypes de genre, elle omet la réalité statistique de l’inégale répartition du travail parental au sein des couples hétéroparentaux et de ses conséquences matérielles. Cette argumentation, lorsqu’elle est mobilisée pour mettre en cause la légalité de mesures sexo-spécifiques visant à compenser économiquement l’inégale prise en charge du travail procréatif, risque d’entretenir les inégalités de genre qu’elle visait pourtant à éradiquer.

  • 1 Nous pensons notamment ici aux ouvrages : Schmidt Liona, Lâchez-nous l’utérus ! En finir avec la ch (...)

10Ce dossier thématique, qui regroupe des contributions de grande qualité, tire son originalité du choix d’inclure des tâches à visée procréative aussi bien que non procréative au sein du même concept. La problématisation en termes d’assignation des femmes au travail procréatif, si elle n’est pas nouvelle, est traitée intelligemment, notamment grâce à la mobilisation d’une perspective féministe matérialiste. En cela, il intéressera tout lecteur avide de poursuivre les réflexions engagées par plusieurs essayistes féministes ces dernières années autour de thématiques comme la « charge maternelle » ou la « charge contraceptive »1.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons notamment ici aux ouvrages : Schmidt Liona, Lâchez-nous l’utérus ! En finir avec la charge mentale, Paris, Hachette, 2019 et Quillet Lucile, Le prix à payer : ce que le couple hétéro coûte aux femmes, Paris, Les liens qui libèrent, 2021 (liste non exhaustive).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Corbel, « Marie Mathieu, Irène-Lucile Hertzog (dir.), « Droits et devoirs procréatifs : des normes et des pratiques », Enfances, familles et générations, n° 38, 2021 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 avril 2022, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55464

Haut de page

Rédacteur

Amélie Corbel

Docteure en science politique (Sciences Po Paris) et enseignante à l’université Dokkyô (Japon).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search