Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Clara López Rubio, Juan Pancorbo,...

Clara López Rubio, Juan Pancorbo, Hacking Justice. Julian Assange

Thomas Michaud
Hacking Justice
Clara López Rubio, Juan Pancorbo, Hacking Justice. Julian Assange, Paris, Les Mutins de Pangée, 2021.
Haut de page

Texte intégral

1Ce DVD et le livre qui l’accompagne témoignent du combat de Julian Assange et des militants qui le soutiennent pour obtenir sa libération. Ils œuvrent pour la reconnaissance de son hacktivisme comme une nouvelle forme de journalisme. Son activité de hacker a mené cet Australien à révéler des secrets de l’État américain et de son armée, ce qui a provoqué la rancœur de personnalités influentes de la première puissance mondiale. Julian Assange est depuis 2010 traqué et emprisonné dans des conditions qui nuisent à sa santé physique et psychologique, poussant ses partisans à demander sa libération avant qu’il lui arrive malheur. Il est essentiellement connu pour avoir créé WikiLeaks, une organisation qui s’est fixé comme but de révéler des dispositifs d’État tenus secrets et qui portent atteinte aux libertés et à la vie privée des citoyens. Cette initiative apolitique fournit aux lanceurs d’alerte des outils qui leur permettent de faire fuiter des documents sans se compromettre grâce notamment à un système de cryptage de données.

2Julian Assange est né en 1971. Très tôt, il se passionna pour le hacking et prit le nom de Mendax. Avec un groupe de hackers, il pénétra dans les années 1980 dans les réseaux pas encore protégés de la NASA, de l’armée américaine, de la Citibank, entre autres. En 1991, il créa le programme Sycophant qui permettait de craquer les mots de passe des ordinateurs. Après s’être introduit illégalement dans le réseau informatique de l’entreprise canadienne de télécommunications Nortel, il fut repéré par la police et arrêté. Il développa par la suite une pensée critique vis-à-vis des gouvernants et prit conscience du rôle que les hacktivistes seraient appelés à jouer dans les prochaines années. Il contribua alors à la création et à la diffusion de logiciels libres. Toutefois, en 1996, il fut condamné à une amende pour l’affaire Nortel et dut s’engager à renoncer définitivement au hacking. Entre 1998 et 2000, il créa une entreprise de sécurité informatique et rencontra des membres des Cypherpunks, qui devinrent un soutien de WikiLeaks. Leur philosophie était la suivante : « Vie privée pour les plus faibles, transparence pour les puissants ». Julian Assange s’attaquait aux « ennemis de la liberté » et faisait de la cryptographie « un fondement de la liberté et de la démocratie ». En 2007, WikiLeaks réalisait son premier coup d’éclat en dénonçant une affaire de corruption qui concernait le Président du Kenya. Cette révélation eut une influence sur les élections et démontra l’impact de WikiLeaks sur le fonctionnement des démocraties. En novembre de la même année, l’organisation publia un manuel de 238 pages sur le traitement par l’armée américaine des présumés terroristes sur la base militaire de Guantanamo. En décembre, elle diffusa un rapport classifié de l’armée américaine sur la bataille de Falloujah en Irak (2004) qui confirmait l’utilisation de phosphore blanc, ce qui pouvait être considéré comme un crime de guerre. Les révélations se multiplièrent et WikiLeaks devint un média de plus en plus influent, diffusant des informations secrètes susceptibles de faire vaciller les institutions les plus puissantes. En 2010, WikiLeaks diffusa une vidéo intitulée Collateral Murder qui montrait des images de civils mitraillés à l’arme lourde depuis un hélicoptère de l’armée américaine, le 12 juillet 2007 à Bagdad, causant le décès de 18 personnes, dont deux journalistes de l’agence Reuters. Les principaux éditorialistes des chaines télévisées soutinrent la version officielle de l’armée selon laquelle cette vidéo n’était pas authentique. Cependant, Bradley Manning, analyste au sein de l'armée des États-Unis, fut désignée comme l’auteure de la fuite de la vidéo et mise aux arrêts dans une prison militaire au Koweït.

3WikiLeaks disposa de plus en plus de documents à traiter et coopéra avec les grands quotidiens nationaux. 91 000 documents sur la guerre en Afghanistan furent diffusés, témoignant de violations de droits humains, de l’organisation d’enlèvements, de détentions sans procès, de tortures et de frappes de drones sur des femmes et des enfants. Washington ne put pas contester ces informations, mais dénonça l’« irresponsabilité » de leur publication, qui mettait en danger des soldats et des citoyens collaborant avec l’armée américaine. Par la suite, WikiLeaks révéla l’affaire du « Cablegate », c’est-à-dire la soumission généralisée des alliés à la politique étrangère américaine. On apprit par exemple qu’Hillary Clinton avait fait espionner le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

4De nombreux dirigeants, dont le Président français Nicolas Sarkozy, dénoncèrent ces publications comme « irresponsables ». Certains plaidèrent pour le secret-défense contre l’excès de transparence. Le vice-président Joseph Biden qualifia Assange de « terroriste high-tech ». Par la suite, les révélations de WikiLeaks contribuèrent à de nombreuses révoltes, notamment celles des Printemps arabes.

5C’est alors que Julian Assange entama une longue descente aux enfers qui le priva de sa liberté. Il se réfugia d’abord dans l’ambassade d’Équateur à Londres où il obtient l’asile politique en 2012. La presse internationale prit alors ses distances avec WikiLeaks, dont elle avait pourtant largement profité depuis 2006. En juin 2013, l’analyste de la CIA et de la NSA Edward Snowden dénonça le programme de surveillance de masse des États-Unis et de leurs alliés. Il révéla notamment que Julian Assange était une cible prioritaire, avec les terroristes et les trafiquants de drogue internationaux. Si les démocrates américains estimaient que WikiLeaks avait permis l’élection de Trump, ses opposants suggérèrent aussi à plusieurs reprises que le site servait les intérêts de la Russie. Aucune preuve n’a permis d’étayer cette thèse. Le 23 mai 2019, pour éviter qu’Assange soit libéré de sa prison anglaise, le grand jury états-unien l’inculpa de dix-huit chefs d’accusation fondés sur l’Espionnage Act de 1917, qui est une loi interne aux États-Unis. Julian Assange estima que c’était une manière de faire pression sur les journalistes étrangers qui osaient critiquer la politique des États-Unis et que « cela ressemblait à une occupation physique » des pays concernés. Le 4 janvier 2021, la justice britannique refusa la demande d’extradition d’Assange vers les États-Unis en raison de son état de santé. En effet, un collectif de plus de 300 médecins s’était mobilisé et un psychiatre évalua qu’il existait un risque élevé de suicide si le célèbre hacker était incarcéré dans une prison américaine.. Le 28 mars, Julian Assange reçut un message de soutien du pape François.

6Le livre qui accompagne le DVD est constitué d’articles et d’entretiens de personnes qui soutiennent Julian Assange et œuvrent pour le faire libérer, diffusant des messages qui prônent la liberté de la presse face aux secrets des puissants. Julian Assange risque 175 ans de prison dans un isolement extrême aux États-Unis. L’avocate Stella Morris estime que cette affaire est « la plus importante affaire de liberté de la presse de notre siècle, [et qu’]elle soulève les questions les plus fondamentales sur ce que cela signifie de vivre en démocratie, sur notre capacité à savoir ce que les gouvernements font en notre nom, avec notre argent » (p. 16). Elle craint que les journalistes puissent être traduits en justice, ce qui pose de réels problèmes de liberté d’expression. L’enjeu du jugement et de la condamnation d’Assange, ou de sa remise en liberté, revient à déterminer le degré d’autonomie et de possibilité d’action des journalistes face aux élites. Le linguiste Noam Chomsky affirme par exemple que « Julian Assange, en défendant courageusement des convictions politiques que la plupart d’entre nous déclarons partager, a rendu un immense service à tous les peuples du monde qui chérissent les valeurs de liberté et de démocratie et qui exigent donc le droit de savoir ce que font leurs représentants élus. Ses actions l’ont conduit en retour à être poursuivi de manière cruelle et intolérable » (p. 37).

7Julian Assange a mis l’éthique hacker dont il partageait les valeurs dans sa jeunesse au service d’un idéal de partage horizontal des connaissances, et de lutte contre le pouvoir des États et des multinationales. Défendant le droit à l’information des citoyens face au culte du secret qui pourrait mener à des dictatures, il se présente en défenseur des droits de l’homme et de la liberté d’information. Ce DVD et ce livre ne sont pas neutres et prennent ouvertement la défense d’Assange. Nous nous demanderons en conclusion si tous les secrets sont bons à dire, certains pouvant nuire à la crédibilité des puissances démocratiques. Toutefois, ces dernières doivent aussi respecter la liberté d’expression si elles ne veulent pas renier les principes fondamentaux qui légitiment leur existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Clara López Rubio, Juan Pancorbo, Hacking Justice. Julian Assange », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 avril 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/55488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.55488

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search